Richard Roudier appelle les adhérents de la Ligue à soutenir les listes d’Union des Droites

Richard Roudier appelle les adhérents de la Ligue à soutenir les listes d’Union des Droites

Présentation des vœux à Montpellier

Beaucoup, beaucoup de monde ce soir- là (peut-être plus de 50 adhérents) pour la première des « Galettes des rois » que la Ligue entreprend d’organiser en Occitanie cette année à raison de une à deux par semaine.

Richard Roudier -Président de la Ligue- s’est d’ailleurs félicité de cette tradition puisqu’elle va lui permettre de rencontrer pendant un mois et demi plusieurs centaines d’adhérents (300 au bas mot), de les consulter sur leurs attentes et de leur donner conseils et consignes en particulier sur l’épisode des élections municipales, précisant : « Nous nous rendrons ainsi successivement à Montpellier, à Sète, Nîmes, Alès, Avignon, dans les Cévennes et dans un certain nombre d’autres cités d’Occitanie. Jeudi prochain j’aurai la joie de me rendre dans ma ville natale : Béziers… ». 

Après avoir souhaité la bienvenue aux montpelliérains du centre-ville et de l’agglo, Richard Roudier a tenu à faire un peu de pédagogie quant à la tradition de la galette des Rois :

  • C’est la fête chrétienne de l’épiphanie qui a lieu le 6 janvier au moment où les rois mages déposent leurs offrandes au pied de l’enfant Jésus : Gaspard offre de l’or, représentant la royauté, Balthazar offre la myrrhe, annonçant la souffrance rédemptrice que l’enfant Jésus allait affronter, et Melchior présente l’encens, représentant la divinité
  • C’est aussi une fête populaire en Occitanie et en particulier en Provence. Ces Rois Mages auraient ainsi accompli un long périple pour venir visiter le nouveau-né qui, dans la tradition locale serait né en Provence ! C’est ainsi que les Rois Mages prennent place, le 6 janvier -auparavant, ils n’avaient pu montrer le bout de leur nez qu’à la tête de leur caravane-, dans les crèches installées dans les demeures et églises du Midi depuis début décembre, et qui y resteront jusqu’à la Chandeleur, soit le 2 février.
  • C’est aussi une fête qui va puiser ses racines dans l’antique tradition indo-européenne (tri fonctionnalité des trois rois, des trois cadeaux…), dans la célébration romaine des saturnales et qui utilise le symbole « galette=symbole solaire »…

Le président de la Ligue du midi profitait de son intervention ce soir-là à Montpellier pour préciser que si la Ligue n‘était pas un parti politique, elle avait toute légitimité, vu son implantation, à prendre position sur les grands évènements politiques et en particulier au moment des élections municipales. Il précisait que l’action de la Ligue s’étendait sur le terrain de la métapolitique autour du concept d’identité, qu’elle agissait en tant que lanceur d’alerte, promoteur d’idées et souhaitait se servir de cette période pour intensifier la formation de ses adhérents et de ses cadres. 

Pour en revenir aux élections municipales, il se félicitait que la manifestation contre l’insécurité devant la préfecture de Montpellier le 11 novembre 2019 ait particulièrement marqué les esprits puisque ce thème était devenu, même à l’extrême gauche, un des thèmes récurrents de la campagne municipale. Il indiquait que si la Ligue ne présentait pas de liste, un nombre significatif de ses cadres et adhérents seraient présents sur les « listes d’Union des droites, de rassemblement, d’ouverture ou d’intérêt communal » en particulier dans le Gard et dans l’Hérault et qu’il importait que tous les militants se mobilisent à cette occasion. 

A la question d’un adhérent, Roudier précisait que, par contre, la Ligue ne soutiendrait en aucune façon à Montpellier la liste de Olaf Rokvam (RN), surnommé au Clapas « lou ravi de la crèche » qui a tenu à plusieurs reprises des propos très hostiles sur la ligue du Midi et insultants pour la population de souche d’Occitanie « gueulards, braillards, tout en gueule, sans aucune parole… » ouf !). Il s’interrogeait sur les raisons qui avait pu conduire un tel benêt à devenir tête de liste d’une des 10 plus grandes villes de France, alors qu’il ne connait pas la différence entre le budget de la mairie et celui de l’agglo et qu’il a avoué, en interview dans l’Agglo-rieuse, qu’il ignorait ce qu’était « Le Clapas »…

Grand entretien avec Olaf Rokvam

Grand entretien avec Olaf Rokvam, candidat RN Municipales Montpellier, Viking Nationaliste

Publiée par L'agglorieuse sur Jeudi 28 novembre 2019

Suite aux réactions, outrées de l‘assistance, aux propos de Rokvam, Richard Roudier faisait état des interventions de nombreux internautes dont l’une intitulée : « Naïveté ? » : « Montpellier foisonne de mineurs isolés de plus de 30 ans, d’albanais qui osent défiler sur l’esplanade en scandant « Montpellier est à nous !», les agressions sont quotidiennes, les associations pro-migrants ont pignon sur rue, mais le candidat RN axe son programme sur les parcs, jardins et détritus ! … Rokvam dit ne pas être un personnage RN type… c’est le moins qu’on puisse dire ! Sans compter qu’il rejette le vote identitaire de la Ligue du Midi ! Comment se fait-il qu’il ait reçu une investiture ? Il y a pourtant des nationaux plus musclés et mieux formés sur Montpellier ! ».

 

A moins que certains dirigeants de partis confondent « dîner de cons » et élections locales.

Insécurité-insalubrité : Ça tangue pour « mou du genou »

Insécurité-insalubrité : Ça tangue pour « mou du genou »

Une brève de la Ligue du Midi

 

Dernier conseil de Métropole à Montpellier, avant les fêtes, durant lequel la question des aires d’accueil des gens du voyage a déclenché de vives altercations. Notamment entre le maire de Lattes Cyril Meunier et le président Philippe Saurel. 

 

Ce soir-là, en conseil de Métropole, un vif débat s’est engagé autour du dossier des aires d’accueil des gens du voyage. Annie Yague, vice-présidente en charge de la cohésion sociale rappelait « la mise en place du schéma d’accompagnement pour toutes les nouvelles aires d’accueil » reconnaissant cependant « des difficultés dans la réalisation de certaines aires ». Jean-Pierre Rico, maire de Pérols, évoquait le cas de sa commune : 

« J’ai accepté de recevoir, sur mon territoire, une aire de grand passage pouvant accueillir 150 caravanes et être, éventuellement, étendue à 250 caravanes. Cette solidarité me convient… Mais je dénonce que ce chantier à 2 millions d’euros, prévu pour être inauguré le 16 novembre dernier, est actuellement occupé par des gens du voyage amenés par des individus faisant campagne électorale sur Montpellier ! C’est un scandale ! »

Cyril Meunier, maire de Lattes, s’est d’abord réjoui du plan métropolitain pour les aires d’accueil des gens du voyage car « nombre de nos communes souffrent régulièrement de ces invasions qui créent un climat d’insécurité et d’insalubrité ».

Philippe Saurel toujours égal à lui-même, dégoulinant d’un humanisme bêlant, tentait alors de reprendre l’avantage : « Ce ne sont pas des invasions (Alors qu’est-ce que c’est ? -NDLR-), le terme est mal à propos », mais Cyril Meunier persiste- « Nous subissons des invasions qui n’ont rien à voir avec la gestion des gens du voyage »… et en rajoute une couche : « Moi j’évoque les cinq groupes qui, aujourd’hui, envahissent les propriétés privées comme publiques en les dégradant comme, actuellement, sur le site de la Villa Rouge sur ma commune de Lattes. On a donc besoin que la justice, la police et la préfecture nous viennent en aide sur la gestion de ces cinq groupes qui, aujourd’hui, mettent à mal l’image du territoire métropolitain ».

Sur la commune de Pérols, le parking baptisé « parking de la Méditerranée », anciennement « parking de la Pailletrice », en face de l’Aréna est dans un état lamentable après le départ forcé des gens du voyage. Le cours d’eau est pollué, rempli d’immondices. On peut trouver dans son cours et sur ses rives, des flaques d’huile de vidange, des caddies, des matelas, des petits meubles, du bois abattu, des cagettes en plastique, des palettes en bois, des gaines de cuivre, symboles des petits -et gros- trafics qui s’y déroulent nuitamment.… Sur le parking il y a des papiers partout, des excréments, des sacs poubelles éventrés…

Qui va payer le nettoyage ? Pour mémoire, ce parking appartient maintenant à la Région Occitanie. Mais que fait Carole Delga qu’on n’entend pas beaucoup l’ouvrir quand il ne s’agit pas de dénoncer l’extrême-droite ?

On notera à la lecture des réseaux sociaux que les électeurs sont beaucoup moins tolérants que les élus :  florilège (on n’invente rien)

– « Ils se comportent comme de parfaits gorets, en plus d’un comportement quasi asocial ».

– « après cela ils s’étonnent que les gens les détestent ».

– « C’est vraiment dégueulasse ce non-respect de l’accueil qu’on leur fait à ces gens ».

– « Ils vont aller foutre leurs merdes ailleurs maintenant. Faut leur interdir (sic) l’entrée dans les villes tout simplement ! »

– « Ce sont des animaux ».

– « Pensez que c’est la préfecture qui offre gratuitement la voiture ou le fourgon ou la caravane à ces pauvres gens. Pour le gaz oïl, c’est la mairie qui l’offre en bons chez les stations de carburant. A qui on dit MERCI ???? ».

– « Bahhhhh……il faut les excuser…ce sont de pôvresssss gens !!! Mercedes et caravanes à double essieu, que jamais vous ne pourrez vous payer…lol ».
– « Faites-vous prendre à vider de l’huile de vidange dans la nature… vous allez voir combien ça va vous couter… !!! Mais… eux…il faut les excuser, je vous assure… » 

« Mou du genou », surnom vulgairement donné à Saurel par les petites gens de la métropole devrait faire attention au moment d’entrer en campagne électorale pour les municipales qui risquent fort de se dérouler sur ces deux thèmes « insécurité-insalubrité ».

« Il n’y a pas de temps à perdre, la reconquête ne fait que commencer. »

« Il n’y a pas de temps à perdre, la reconquête ne fait que commencer. »

Discours de Vincent Vauclin lors de la Manifestation contre l’insécurité devant la Préfecture de Montpellier

 

Mes chers amis, mes chers camarades, 

 

C’est avec regret que j’ai dû renoncer à participer à cette mobilisation à vos côtés aujourd’hui.  

Je tiens à saluer cette initiative de Richard Roudier et de la Ligue du Midi, car effectivement l’heure est grave. Il ne s’agit plus seulement de parler d’insécurité, mais bien d’ensauvagement. Il ne s’agit plus seulement de dénoncer les violences dans les cités, mais de parler clairement de guérilla urbaine. Il ne s’agit plus seulement d’évoquer l’islamisation, mais bien un processus de sédition communautariste et de partition du territoire national. 

N’ayons pas peur des mots : Oui, la France est au bord de la guerre civile.

On dénombre chaque jour en France un millier d’agressions gratuites, des centaines de viols, des milliers de vols, de cambriolages et de voitures incendiés. 

Depuis 2015, le nombre de victimes de la barbarie islamiste s’élève à 250 morts et un millier de blessés. L’explosion de la délinquance et des attentats terroristes préfigure un embrasement général et une vague d’affrontements inter-communautaires sans précédent. 

Alors, la question n’est plus seulement celle du port du voile, ni celle du halal dans les cantines scolaires. Car oui, le temps de l’assimilation est révolu. 

Et ceux qui vous prétendent le contraire ont 30 ans de retard ! 

Seule l’organisation d’une politique de remigration, c’est-à-dire d’inversion des flux migratoires, pourra nous permettre d’éviter la guerre civile. 

Si nous ne faisons rien, nous les gaulois, nous les Français de souche, nous serons minoritaires sur nos propres terres avant la fin de ce siècle. Et cela, nous ne pouvons pas l’accepter. Alors, au nom de notre histoire et au nom de l’avenir de nos enfants, je vous demande de vous engager, de lever haut le drapeau national, de défier le politiquement correct médiatique et de flanquer une bonne droite au Sytème !  

Concrètement, sur le terrain électoral comme sur le terrain militant, nous devons nous mobiliser à chaque occasion pour faire entendre notre voix et pour imposer nos propositions dans le débat public. Il n’y a pas de temps à perdre, la reconquête ne fait que commencer.  

Je vous remercie pour votre attention, 

 

Vive la France, vive la Ligue du Midi, et vive la Dissidence Française !

Vincent VAUCLIN

Vincent VAUCLIN

« Il n’y a pas de temps à perdre, la reconquête ne fait que commencer. »

« Oui, l’insécurité que subissent les Français est le résultat direct de l’immigration massive »

Discours d’Alain Escada lors de la Manifestation contre l’insécurité devant la Préfecture de Montpellier

C’est au nom d’Alain Escada et de Civitas que je remercie la Ligue du Midi d’avoir pris l’initiative de ce rassemblement et de nous y donner la parole.

 

L’insécurité n’est plus, hélas, à démontrer. Elle est quotidienne et elle affecte toute la France. Les médias du système y donnent un nom cosmétique : pour eux, ce ne sont que des faits divers. Ils y rangent, en quelques lignes, les vols, les agressions physiques, les viols, … Ces jours-ci, les médias du système ont bien été forcés de signaler la multiplication des pièges tendus à des pompiers pris pour cibles de bandes de racailles, l’incendie criminel d’une école à Béziers, la violente agression d’une jeune femme médecin à Nice, … 

Il faut mettre des mots sur cette situation : ceux qui commettent ces actes sont des barbares. Et on ne combat pas des invasions barbares par des plans d’intégration sociale. 

Il faut porter un regard lucide sur la situation.

Il faut briser un premier tabou : oui, l’insécurité que subissent les Français est le résultat direct de l’immigration massive.

Evidemment, les voyous et les criminels ont existé de tous temps, y compris parmi les Français de souche. Mais jamais, de mémoire de Français, il n’y a eu d’attaques de pompiers avant que l’immigration ne submerge notre beau pays.

Il faut briser un deuxième tabou : la responsabilité des magistrats.

Les juges savent se montrer d’une incroyable sévérité et abuser de leur arsenal législatif lorsqu’il s’agit de faire condamner des militants ou des organisations qui ont pour seul tort d’aimer la France.

Mais ces mêmes juges font preuve d’une extraordinaire clémence lorsqu’ils ont devant eux de vrais délinquants. Et plus ces délinquants sont exotiques, plus les juges leur trouvent des circonstances atténuantes.

Il faudra bien un jour que le laxisme de tels magistrats soit considéré pour ce qu’il est : de la complicité.

Il faut briser un troisième tabou : la responsabilité de ceux qui donnent des ordres aux forces de police.

Contre les défenseurs de la Famille, à l’époque des manifestations contre la loi Taubira, et plus récemment contre les Gilets Jaunes, les forces de police ont prouvé que si elles en reçoivent l’ordre, elles peuvent déployer des milliers d’hommes, et même des véhicules blindés, et frapper, matraquer, gazer, tirer pour blesser, jusqu’à disperser les manifestants les plus déterminés.

Mais lorsque les forces de l’ordre doivent intervenir contre les bandes de racailles, leurs moyens sont toujours dérisoires.

Ces trois tabous, qu’il faut briser, sont la conséquence directe du fait que, depuis des décennies, tous les partis, qui alternent pour nous gouverner, sont des partis de la préférence étrangère qui votent des lois qui font de nous des citoyens de seconde zone dans notre propre pays.

Alors, au nom de CIVITAS, je termine cette allocution en vous invitant à vous saisir des prochaines élections municipales, à déposer des listes municipales hors des partis, de simples listes d’intérêt municipal, pour reprendre en main le contrôle de l’échelon local. Beaucoup de mairies sont à notre portée si nous le voulons vraiment et si nous nous organisons avec intelligence. Et la sécurité est une compétence essentielle de la mairie.

 

L’heure de la bataille pour les mairies a sonné !

Alain ESCADA

Alain ESCADA

« Il n’y a pas de temps à perdre, la reconquête ne fait que commencer. »

Nous avons parfois un peu de mal à réveiller le Loup qui est en nous !

Discours de François Galvaire lors de la Manifestation contre l’insécurité devant la Préfecture de Montpellier

Bonjour les Patriotes !

Bonjour les Gaulois !

Bonjour les Occitans !

Bonjour les Enracinés !

 

Ça fait du bien de vous voir tous ici aujourd’hui à Montpellier !

Par contre je dois vous avouer que je suis un peu déçu…

J’en vois quelques-uns parmi vous qui n’étaient pas hier à la manif contre l’Islamophobie !

Franchement vous n’avez pas honte ?

Ah oui je vois bien vous n’avez pas honte… Ça tombe bien moi non plus !

Enfin si en fait j’ai honte !

J’ai honte des images que j’ai vues à la télévision.

J’ai honte des hommes politiques Français au milieu des barbus et des voilées.

J’ai honte de cette foule imbécile et odieuse toute contente de scander Allah Ouakbar sous l’impulsion de ce porc de Marwan Muhammad qui lui a fait reprendre ce cri en cœur plusieurs fois.

J’ai honte que notre ami Patrick Jardin, ici présent, ait dû entendre ce cri honni des assassins de sa fille au Bataclan scandé dans les rues de Paris.

J’ai honte que les milliers de membres de familles des près de 300 victimes des attentats islamistes aient dû entendre cela.

J’ai honte pour tous ces Français qui ont repris en cœur et sans complexes ce cri mortifère.

J’ai honte pour les hommes politiques qui ont laissé ce climat s’installer en France et qui semblent n’y trouver rien à redire.

J’ai malheureusement aussi un peu honte pour nous qui finalement, en nous débattant plus ou moins courageusement, avons laissé les choses en arriver là !

Et en ce jour où nous commémorons le sacrifice de nos grands anciens, de tous ces hommes de l’âge de nos fils tombés dans la boue, sous les obus ou dans le gaz, transpercés par les balles ou les baïonnettes, pour sauver une patrie qu’ils nous ont transmise en héritage au prix de leur sang, de leurs espoirs et de leur jeunesse, pouvons-nous vraiment dire « j’ai pris soin du trésor que tu m’as laissé » ?

Nous autres mes chers amis, qu’avons-nous sacrifié pour protéger en retour les descendants de ces héros, leurs arrières petites filles, leurs églises, leurs villages, leur culture et leurs traditions ? Combien de jours de notre vie, d’argent, de larmes, de privations avons-nous été capables de mettre dans la balance pour faire en sorte que leur sacrifice n’ait pas été vain ?

Ces hommes se sont battus pour la sécurité de la France et des Français et aujourd’hui nous nous réunissons parce que nous faisons le constat que cette sécurité si chèrement défendue par eux n’existe plus…

Qui parmi nous n’a jamais été agressé ou eu un proche agressé ? Qui parmi nous, qu’il habite une grande ville ou une petite commune rurale, peut encore prétendre avoir l’impression de vivre sereinement en parfaite sécurité ? Qui ne s’inquiète jamais pour sa femme, ses enfants ou ses biens ?

Rien que dans l’Hérault les victimes d’agressions ont augmenté de 375% en 20 ans !

Nous citoyens, face à l’impuissance de la police, le laxisme de la justice et l’incurie des politiques nous sentons abandonnés ! Et quand nous nous permettons de nous défendre face à nos agresseurs nous nous retrouvons bien souvent sur le banc des accusés… Vilains chiens hargneux qui n’avons pas su garder leurs muselières que nous sommes !

Car oui il faut bien le reconnaître 2000 ans de civilisation ont su nous domestiquer et face à ceux qui vivent encore à l’âge de pierre nous avons parfois un peu de mal à réveiller le Loup qui est en nous.

Tant que l’État assumait ses fonctions régaliennes de sécurité publique, cette « domestication » était plutôt une bonne chose qui garantissait la paix civile et empêchait les voisins de s’égorger entre eux pour un oui ou pour un non. Mais puisque l’Etat se montre incapable de nous défendre, face à ces nouveaux Barbares combien de temps allons-nous rester conciliants ? Combien de temps avant que nos anciens Dieux païens ne viennent nous rappeler que le fer des socs des charrues sert aussi à fabriquer des épées ?

La lamentable histoire du papy de la mosquée de Bayonne montre bien que notre vernis craque. Et je crains sincèrement que ce ne soit que les prémices d’une révolte des anciens et des plus faibles qui excédés d’être maltraités, humiliés, bafoués, violentés, décident, dans un mouvement de colère, de faire un carton. Et bien entendu eux n’auront jamais droit à la qualification de « déséquilibrés » ! On trouvera toujours un livre de Zemmour dans leur bibliothèque ou un cousin à La ligue du Midi pour en faire de dangereux terroristes racistes islamophobes…

 

Nous sommes désespérés de l’état de déliquescence de notre pays.

Nous sommes excédés de la faiblesse et de la lâcheté des élites politiques devant la racaille.

Nous sommes ulcérés de la démagogie de la justice gauchiste et franc-maçonne qui pardonne tout pourvu qu’on ne soit pas bon Français, travailleur, catholique et, pire que tout, un peu à droite !

Nous sommes désolés de l’impuissance de notre Police à qui l’on ordonne d’intervenir violemment contre un peuple GJ qui crie ses angoisses mais de ne surtout pas faire de vagues quand il s’agit de déchets de la société qui nous pourrissent la vie.

 

Il est urgent que nos responsables politiques, nationaux ou locaux prennent conscience de notre ras-le-bol et qu’ils changent d’attitude ou bien que nous changions de responsables politiques.

 

Nous sommes venus aujourd’hui à Montpellier pour leur dire que nous en avons plus que marre… Ils feraient bien pour une fois de nous écouter !

François Galvaire

François Galvaire

Dit Batdaf