Dernier train pour sauver le pays par la voie démocratique

dernier

Le billet de Robert Langlois

 

      Chers amis, on va être très clair, l’ethno mathématique fait que dans 5 ans il ne sera définitivement plus possible pour un parti politique de gagner les élections présidentielles en France sans composer avec la communauté musulmane et en réalité avec l’Islam conquérant ; c’est à dire sans faire entrer la charia dans notre pays.

        On voit déjà depuis longtemps comment à l’échelle locale les partis politiques de pouvoir jouent le vote communautaire et comment le communautarisme musulman arrive à s’imposer aux élections communales, départementales ou régionales. Partout à l’échelon local, le fait communautaire est représenté et impose sa volonté. Soit au grand jour par des élus issus de l’immigration, soit plus généralement de manière occulte par des compromissions d’élus de souche qui se soumettent.

        Même au gouvernement, le communautarisme musulman a voix au chapitre et impose déjà ses volontés. Des ministres ont promu des lois qui, soit détruisent la communauté nationale et la fragilisent (Taubira – El Khomri), soit ouvrent la porte à l’islamisation dès l’enfance (Vallaud Belkacem). Le fait n’est pas récent, il était déjà à l’œuvre de manière plus occulte depuis des décennies. Simplement cette fois ci, il est devenu plus puissant et donc peut s’assumer avec arrogance au grand jour.

(suite…)

La vraie identité : ni de droite, ni de gauche, mais au-dessus !

menhir%20et%20cathedrale3
Le billet du Réprouvé

        A l’heure où les beaux esprits se contorsionnent dans de grands écarts schizophréniques destinés à résoudre la quadrature du cercle du mariage de l’Islam avec notre laïcité, peut-être le temps est-il venu de simplifier les choses. Parler de l’Islam, en bien ou en mal, ne peut, comme le disait Coluche, faire avancer le schmilblick. Quoi que l’on puisse dire de cette religion totalitaire, sa vigueur et sa progression se jouent sur le champ de bataille de la spiritualité, où elle ne rencontre aucun obstacle. Sur ce terrain, avouons-le sans honte, nous sommes bel et bien aux abonnés absents.

Qu’avons-nous à opposer ?

       Peu de chose ! Parce que simplement, évoquer les racines chrétiennes de la France, ça ne mange pas de pain, mais cela fait plutôt rigoler nos Imams nationaux qui savent, eux, que leurs cinq prières quotidiennes représentent une force colossale. D’un autre côté, s’en tenir à la laïcité, la démocratie, la république et les droits de l’homme, c’est faire le choix de tourner résolument le dos au champ de bataille sur lequel aucun combat n’est mené à cause de l’absence d’un des deux combattants. C’est dire à quel point, la victoire islamique peut sembler proche…

(suite…)

Guerre ethnique… à qui le tour ?

pere-hamel-300x169[1]

Le billet de Llorenç Perrié Albanell

        Aujourd’hui c’est un prête de 84 ans qui a été égorgé pendant l’office dans l’église de Saint Etienne-du-Rouvray par un “fou d’Allah”, connu des services de renseignements, fiché S, munis d’un bracelet électronique. Demain à qui le tour ? Entrons-nous dans nos années plombs ? Surement, puisque le temps béni de « notre avant-guerre » est déjà loin, très loin derrière nous, à tel point que des générations d’européens ne savent même pas de quoi je parle tellement nous sommes habitués à vivre dans le chaos ethnique depuis des années. Un chaos causé par la caste politique corrompue et soumise à l’étranger.

        Si tu veux la paix, prépare la guerre, nous enseigne le vieil adage romain. Les jérémiades des « droits-de-l’hommistes » ont enseignées pendant des années aux jeunes européens une toute autre morale, celle de la soumission, de la haine de soi et du prochain, en faveur de l’amour et d’une soumission totale aux mœurs du lointain. Et maintenant le lointain est là, revendicatif, fort de nos faiblesses, barbare viril brandissant son étendard face à une population dévirilisée brandissant crayons de couleurs et bougies.

(suite…)

Attentat de Nice : savoir désigner les coupables, mais aussi l’ennemi

Le billet de Llorenç Perrié Albanell

        L’horreur était malheureusement au rendez-vous ce soir du 14 juillet 2016. La caste politicienne n’a pas loupée une seule occasion de se pavaner le torse bombé sur les plateaux TV. Mine belliqueuse, les gamellards  au pouvoir nous expliquent qu’ils ont des solutions, malheureusement elles peinent à se faire sentir… surtout lorsqu’il s’agit des mêmes tours de passe-passe sortis en novembre dernier.

        Parmi les prétendants au trône présidentiel de 2017, le maestro du pipo Nicolas Sarkozy nous explique que lui, par contre, saurait quoi faire. Seulement il y a un hic de taille. Tous ces politiciens, de droite comme de gauche sont les réels responsables de cette situation. Droite et gauche ont contribué pendant des années à ouvrir en grand nos frontières, à offrir le gite, le couvert et les femmes de notre peuple à tous les crèves la faim de la planète, et parmi eux, des terroristes en puissance, des prédicateurs haineux, des fanatiques aguerris.

(suite…)

Dans toute guerre, il faut choisir son camp !

Le couple Salvaing

Le couple Salvaing

        Maryvonne m’avait mis la puce à l’oreille dés l’annonce (sans que le nom soit précisé) de l’assassinat d’un couple de policiers dans les Yvelines avec cette intuition qui n’appartient qu’aux femmes : “Tu sais, j’ai un mauvais pressentiment… et s’il s’agissait du fils Salvaing qui habite Magnanville… il est commandant de police dans un commissariat, l’âge correspond et il a un enfant de 3 ans”… je ne voulais pas y croire et puis l’information est tombée comme un couperet. Il s’agissait bien de Jean-Baptiste Salvaing, commandant de police au commissariat des Mureaux, 42 ans, né dans l’Hérault à Pézénas, dont le père est médecin de ma famille et ami.

        Jean-Baptiste est tombé dans un guet-apens en rentrant chez lui et son épouse a été égorgée sous les yeux du petit Mathieu. L’auteur de cet attentat, Larossi Abballa –selon l’agence de presse Lengadoc Info- est originaire de Mantes-la-Jolie. Âgé de 25 ans, il était déjà connu de la justice pour sa radicalisation. En 2013, il avait été condamné à trois ans de prison dont six mois avec sursis pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme ». Une « radicalisation » qui n’est donc pas récente puisque dès 2011 il aurait suivi des entraînements de type militaire dans les forêts du Val d’Oise où il s’entraînait à égorger des animaux.

(suite…)