Zoom – Richard Roudier : Quel avenir pour les Identitaires ?

Zoom – Richard Roudier : Quel avenir pour les Identitaires ?

Richard Roudier, Président de la Ligue du Midi était l’invité de Martial Bild sur TV Libertés

 

Depuis bientôt 10 ans à la tête de la Ligue du Midi, Richard Roudier est un défenseur acharné de la liberté d’expression et de l’identité française. Des causes qui suscitent l’adhésion mais aussi de vives réactions : attaques de réunions par l’extrême gauche, acharnement judiciaire du pouvoir contre les militants de la cause identitaire. Richard Roudier fait le point sur l’avenir du mouvement identitaire en France.

Olivier Roudier : « Ce sont les mêmes qui prônent la diversité qui veulent nous imposer l’uniformisation »

Olivier Roudier : « Ce sont les mêmes qui prônent la diversité qui veulent nous imposer l’uniformisation »

Galette des Rois de la Ligue du Midi à Alès

La tournée des popotes de la Ligue du midi suit son cours en ce début d’année 2020 et c’est une fois de plus une ville moyenne de la France périphérique qui a, tout dernièrement, retenu l’attention de l’équipe dirigeante de la Ligue du Midi.  C’est donc à Alès, capitale des Cévennes qu’un public, plus nombreux que prévu, rajeuni –75 % avaient entre 15 et 45 ans– et enthousiaste, a accueilli nos camarades, dans une brasserie du centre-ville, dans une ambiance à la fois sérieuse et amicale.

Richard et Olivier Roudier ont tour à tour pris la parole. Le premier pour présenter aux nouveaux venus, qui composaient la majorité de l’assistance, quels sont les objectifs, les moyens d’action et les ressources du mouvement et surtout comment se situait la Ligue du Midi dans le combat politique. « En effet la prise du pouvoir doit reposer sur deux jambes : le combat électoral, que la Ligue laisse actuellement à d’autres formations et le combat métapolitique : encadrement de la jeunesse, formation de cadres, laboratoire d’idée, agitation, combat culturel ».

Quant à Olivier, durant trois quarts d’heure, revenant sur les « fondamentaux », il définissait la place des identitaires dans le contexte actuel de l’action de terrain et sur les menaces qui pèsent sur le peuple français et sur la civilisation européenne. On retiendra, en particulier, cette évidence qui échappe à la plupart de nos contemporains : « ceux-là même qui ne cessent de prôner la « diversité » militent en fait pour l’uniformité. Plus de racines, de traditions, de culture, de famille, d’histoire, mais des individus standards, interchangeables, au sexe mal défini, et au cerveau grégaire » !

Olivier fustigeait évidemment à la fin de son intervention l’idéologie mondialiste et ses petits roquets que sont les antifas « porteurs de valises des multinationales ».

De nombreuses questions sur l’Union des droites aux élections municipales, sur les méthodes d’action de la Ligue achevèrent de clore le débat.

Richard Roudier concluait cette enrichissante soirée sur la question de l’Europe : « l’Union Européenne et ses institutions sont l’anti-Europe, l’UE n’étant qu’une marche vers le gouvernement mondial ».

Erick Cavaglia : « Nos dirigeants politiques ont atteint la côte de détestation maximale »

Erick Cavaglia : « Nos dirigeants politiques ont atteint la côte de détestation maximale »

Galette des Rois à Nîmes-Caissargues

Sans m’engager dans une fastidieuse rétrospective de l’année écoulée, nous retiendrons que 2019 a vu clairement se dessiner les contours des forces antagonistes qui s’affrontent désormais dans le monde occidental.

D’un côté- le camp qui se nomme pompeusement « progressiste ». Il regroupe les pseudo élites auto-proclamées et hors sol qui se cooptent depuis les années 70 afin de conserver tous les pouvoirs et se partager un maximum de richesses.

Ce sont les instigateurs et les bénéficiaires de la mondialisation. Au début de l’année dernière, 1% des plus riches se partageaient 50 % de la richesse mondiale. En ce début 2020, c’est avec 60% des parts du gâteau qu’ils se goinfrent et ils ne vont certainement pas vouloir en rester là.

Certains fatalistes rétorqueront que cela a toujours été ainsi, que les riches et les pauvres ont toujours existé et que c’est une constante de l’histoire du genre humain.

 Certes ! Cependant, jusqu’à un passé pas si lointain, les humbles pratiquaient des petits métiers qui les intégraient à l’économie et leur procuraient une dignité : petits agriculteurs, petits employés, services de proximité. Ils participaient à la vie du pays, contribuaient à leur modeste niveau à la richesse nationale, et cotisaient pour les retraites.

La perpétuelle recherche de profits et la course effrénée à la productivité remplacent ces tâches par des machines, et bientôt des robots quand les emplois d’ouvriers ont été en grande partie délocalisés. Et ce n’est que le début car une petite bande de post-ado milliardaires de la Silicon Valley en Californie- les patrons des tout puissants GAFAM- sont en train de nous concocter une nouvelle humanité refaite sur mesure, toute droit sortie des BD du monde de Marvel.

Elon Musk est absorbé par la colonisation de mars (Space X) et l’implant de puces électroniques dans le cerveau humain afin de nous faciliter la vie quotidienne mais surtout de pouvoir contrôler nos pensées. Marc Zuckerberg pour sa part est suffisamment puissant pour imposer aux chefs d’Etat occidentaux une censure des idées jugées « déviantes » sur son jouet : Facebook.

Dès que la science ouvre une nouvelle perspective, les gouvernements appuyés par les parlements et les médias l’avalisent sans le moindre examen critique ou principe de précaution. Toute innovation génère un nouveau business très lucratif. C’est ainsi que la PMA est en train de passer …en attendant la GPA. Si la science le permet, une grande partie de l’opinion conditionnée considère qu’il s’agit d’une avancée bénéfique qu’aucune close juridique ou éthique ne doit entraver.

La mise en garde de Rabelais conserve ainsi toute sa fraicheur. Au début du XVIe siècle il écrivait : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

L’autre camp, les « populistes » taxés aussi de lépreux nationalistes, foule d’êtres humains enracinés devenus parfaitement inutiles dans le cadre d’une économie mondialisée en dehors de sa fonction consumériste se rappelle au bon souvenir de l’hyperclasse mondialiste.

C’est ainsi que le petit peuple historique de France, qui était descendu dans la rue pour rendre hommage à Johnny, chanteur populaire, grand admirateur des Etats-Unis mais qui avait le bon gout de chanter en français, n’est plus rentré chez lui depuis !

De la manif pour tous à l’opposition à la prolétarisation des retraites et à la casse du service public en passant par la jacquerie antifiscale des gilets jaunes, il est toujours là.

Ce que nous vivons en ce moment ne s’était pas produit depuis bien longtemps : la détestation des dirigeants politiques. De nombreux présidents ont fini leur mandat avec des cotes de popularité en berne : Chirac, Hollande, Sarko… Macron et ses sbires sont exécrés, honnis ! Le peuple français n’éprouve plus que de la défiance vis-à-vis d’une marionnette de la finance internationale, de son parti fourre-tout qui a recyclé les toquards sans avenir du PS et des LR, ainsi que pour une assemblée inculte et pitoyable élue avec plus de 60% d’abstention.

En vérité tous les élastiques sont tendus au maximum, si l’un d’eux cède, nous assisteront à une réaction en chaîne. Cette éventualité ne nous réjouit pas, nous qui aimons notre pays. Pourtant, nous savons que si tout continue ainsi, cela débouchera inexorablement sur la ruine, la guerre civile et la partition de notre territoire national au profit de communautés étrangères et hostiles régies par l’islam. Aujourd’hui, l’oligarchie qui est au pouvoir nous explique qu’il n’y a plus d’argent pour les Français mais elle n’oublie pas d’augmenter ses salaires, d’arroser les patrons et les actionnaires du CAC40 et d’entretenir à nos frais des criminels jihadistes et leurs familles qui n’attendent qu’une occasion pour nous nuire.

 C’est pourquoi, seule une authentique force alternative qui remettrait la raison et le bon sens commun au centre des réflexions et des actions politiques, économiques, sociales et culturelles pourrait enrayer ce tragique compte à rebours et rétablir la situation. Vous aurez compris que ce bon sens commun, nous l’appelons défense de notre Identité.

C’est pourquoi nous sommes ici, ce soir, afin de resserrer les liens indispensables trans-courants à l’approche des prochaines échéances électorales. A vrai dire nous n’avons plus le temps de nous diviser sur des querelles intestines. Nous avons moins de dix ans pour organiser le sursaut salvateur…après ce sera la submersion totale et la tâche deviendra alors beaucoup plus périlleuse voire impossible.

Nous devons plus que jamais rester les éveilleurs des peuples européens et l’espoir qui nous habite doit demeurer le phare de la reconquête !

Le système qui nous opprime reste très puissant mais il ne dort pas sur ses deux oreilles : il sait que la colère gronde et que nos idées gagnent chaque jour plus de terrain, y compris médiatique.

L’espoir est là, il est bien là ! Il nous reste juste à combler notre énorme déficit organisationnel pour porter l’estocade finale. C’est pourquoi les forces conservatrices, c’est-à-dire les droites de conviction sont condamnées à s’unir.

Aujourd’hui même, en Allemagne, en Thuringe, un candidat de droite vient d’être élu avec les voix de l’AFD. La chancelière est scandalisée et fait pression pour que l’élu démissionne. Qu’importe ! Cette affaire démontre bien que la porosité est de plus en plus forte entre les différentes forces de droite au moins au niveau des militants de base.

Cela se passe également chez nous malgré les réticences stupides des appareils politiques.

Les 2 orateurs : Erick Cavagia (assis), Richard Roudier (debout) et une partie de la salle.

Pau : en marge du « G5 Sahel », une manifestation d’africains exige le départ des militaires français

Pau : en marge du « G5 Sahel », une manifestation d’africains exige le départ des militaires français

Une brève de la Ligue du midi

 

Une cinquantaine de manifestants, représentants les pays du Sahel et même au-delà, a manifesté la semaine dernière à Pau pour demander le départ des soldats français de tout le continent africain, la liberté et une vraie souveraineté.

A bas les marionnettes africaines !

Ces ressortissants des pays membres du G5S (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) mais pas seulement, puisqu’on compte aussi des représentants du Sénégal, et autres pays qui avaient fait le voyage à Pau afin de faire entendre une autre voix de l’Afrique. « Vive la liberté ! Vive l’indépendance ! À bas les marionnettes africaines. À bas le système français ! » ont scandé les manifestants réunis devant la préfecture.

L’ambiance se voulait colorée, festive et pacifique, au son de morceaux de musique africaine. Mais les messages étaient déterminés et clairs. « On veut la fin de la Françafrique, la souveraineté du peuple et de notre monnaie. Terminé le franc CFA et la colonisation » rappelèrent les différents intervenants. « Nous n’avons rien par ailleurs contre le peuple français, ni contre la France. Mais c’est tout un système que la jeunesse désormais rejette. »

 

Dehors les corrompus !

Les chefs d’État africains furent dénoncés comme des corrompus et assimilés à « des godillots africains » se comportant comme « des sous-préfets de la France ». Le néo-colonialisme en prit aussi pour son grade, dénoncé comme « un système de pouvoir, corrompu, entretenu par l’ancienne métropole… comme au temps du colonialisme ».

Première à prendre la parole, Ramata Coulibaly, plus connue sous le nom de Tante Rama, est venue de Gao au Mali pour parler des souffrances des Africains, des écoles fermées, de l’injustice, des morts, notamment ceux qui traversent la Méditerranée.

Des accusations graves

Et puis il y a eu une floraison de questions, alimentées par les « infos » diffusées, vues ou lues sur Internet et les réseaux sociaux, comme celle-ci : « Pourquoi avec tous ses militaires présents au Mali, avec les satellites, les drones, les avions, la France, 5ème puissance du monde, n’a pas encore pu venir à bout de 3.000 djihadistes ? » Il est vrai que cette question souvent posée en France ne manque pas de pertinence.

Pour Ibrahima, venu du Sénégal, cette guerre entretenue, sert les intérêts de la France. Des accusations graves qui montrent combien un fossé s’est creusé entre l’ex-métropole et les nations africaines.

Est-ce que derrière tout cela, certains autres pays comme les États-Unis n’ont pas intérêt à manipuler la vérité et voir la France partir, pour prendre sa place, comme cela se passe déjà dans d’autres pays d’Afrique ? Les manifestants répondent que la France doit s’inspirer de l’attitude de la Chine, qui construit des universités, des routes, des hôpitaux : « Nous ne sommes pas naïfs, les Chinois en ont aussi après nos richesses. Si la France changeait de politique, tendait autrement la main au peuple, établissait des rapports plus équitables, elle pourrait sans doute profiter de l’énergie des Africains. Mais si rien ne change, la nouvelle génération, mieux informée, mieux formée, va définitivement rejeter cette politique », souligne Ibrahima. 

Si l’Etat français n’a pas à tolérer ce genre de manifestation sur son territoire, il est quand même réconfortant d’entendre des voix venues d’Afrique dénonçant le néo colonialisme qui pille les richesses de ces pays et qui dans le même temps favorise le transfert de ces populations appauvries vers « l’eldorado » français.

Si on rajoute à cela les réactions outrées de la population française y compris chez les militaires souhaitant de plus en plus un retrait des troupes de la zone sahélienne, les identitaires ne peuvent que se montrer satisfaits de l’évolution de l’opinion depuis plus d’un demi-siècle sur un tabou absolu.

Les vœux du Président de la Ligue du Midi (en occitan)

Les vœux du Président de la Ligue du Midi (en occitan)

Richard Roudier

 

« Vos desiri a toutis une bouno annado, plan granado e ben acoumpanhado

A l’an que ven ! e se sem pas maï, seguen pas mens ! »

Aïoli !!!

« Je vous souhaite à tous, une bonne année très fructueuse et en bonne compagnie

A l’an prochain et si nous ne sommes pas plus, ne soyons pas moins ! »

Vive la Ligue !!!