Rentrée de la Ligue du Midi et nécessité irrépressible de mobilisation

Rentrée de la Ligue du Midi et nécessité irrépressible de mobilisation

Éditorial de la Ligue du Midi

 

Encore un franc succès pour la traditionnelle rentrée de la Ligue du Midi, qui s’est déroulée le 8 septembre dernier, dans un cadre bucolique.

Avant tout, nous tenons à remercier très chaleureusement les participants toujours plus nombreux (300), ainsi que les intervenants de qualité qui nous ont parlé d’avenir au-delà des problèmes graves que connaît notre pays. Un grand merci également aux Brigandes dont l’inlassable engagement en chansons a connu un franc succès

Une mention spéciale pour les services d’accueil et de sécurité qui ont œuvré toute la journée et du coup n’ont pas toujours pu suivre les débats passionnants. Qu’ils en soient remerciés.

Au-delà de cette journée festive, la nécessité de MOBILISATION DOIT NOUS ANIMER.

 

Il n’est pas suffisant de se réunir dans une communauté de pensée et de convictions. LES TEMPS SONT VENUS DE PARTICIPER A LA RECONQUÊTE DE NOTRE IDENTITÉ MENACÉE.

Les prochaines élections municipales en sont le moyen idéal. D’après une source officielle, des milliers de petites communes de France restent sans candidat(e) avec un grand danger qui se profile : la fusion de communes suivant la volonté macroniste et mondialiste, avec la disparition de nombreuses spécificités locales ainsi que la désertification accélérée de nos terroirs. 

Autre remarque majeure : CHAQUE MAIRE, AUSSI PETITE QUE SOIT SA COMMUNE, EST UN SIGNATAIRE POUR LES CANDIDATS AUX PRÉSIDENTIELLES, donc en capacité d’aider l’opposition au Système qui nous accable.

De ce fait, La Ligue du Midi lance un appel solennel à ses amis pour se porter candidat à l’occasion de ces municipales, de préférence dans ces villages oubliés de la république. Ou de proposer sa candidature à une liste qui partage la plupart de nos idées.

Ne pensez pas « je n’en suis pas capable », ne vous dévalorisez pas ! La fonction de maire ou de conseiller municipal sont des charges réelles, certes, mais nobles avant tout. D’autre part, La Ligue du Midi vous garantit une formation et un suivi sérieux, tant du point de vue de la communication que du point de vue des connaissances administratives et territoriales.

Mais notre participation à ce scrutin local, ne doit pas être une démarche « bouche-trou » et nous conseillons à nos sympathisants et amis à revendiquer une position éligible sur la liste.

Vous pouvez également proposer quelqu’un de votre entourage qui serait un candidat possible.

Alors n’hésitez pas à prendre cet engagement, chaque pierre est nécessaire à l’édifice que nous devons reconstruire en Occitanie et dans le sud aux mains des pires mondialistes immigrationnistes.

 

D’ores et déjà, nous prévoyons une journée d’information à ce sujet.

Nous vous donnons donc rendez-vous lors de cette rencontre où votre engagement pourra se concrétiser !

 

A bientôt pour cette nouvelle et belle aventure !

Pari tenu : on était 300 en Petite Camargue !

Pari tenu : on était 300 en Petite Camargue !

Fête de la Ligue du Midi

 

De nombreux prénoms ont été modifiés pour des raisons évidentes.

8h30– ça fait plus de deux heures que j’ai démarré de chez moi dans la nuit noire, j’avais encore tout le petit matériel à charger… Je passe prendre Jacques à la gare (l’ami Jacques toujours fidèle au poste qui va se charger de faire garer en bon ordre les véhicules, assurer la sécurité et veiller à ce qu’on ne gaspille pas 1m2 de parking. On profite du trajet pour baliser le parcours à l’aide de flèches orange. Pas de temps à perdre, j’aperçois de loin la première voiture de sympathisants qui arrivent avec près d’une heure d’avance.

On continue la tournée-fléchage sur quelques kilomètres avant d’arriver au Mas. Le service de sécurité (tee-shirts noirs) est déjà en place ; Titi le responsable est très concentré, il gère une équipe de 6 garçons (Kévin, Jacques, Michou, Lala, Benjamin, André) et 2 filles (Anne et Evelyne) ; j’aperçois les extincteurs stockés en bon ordre sous les arbres. (On fait très attention aux incendies – l ’herbe séchée craque sous nos pas).

Déjà avec ¾ d’heures d’avance une douzaine de pré-inscrits piaffent d’impatience. Damien, au contrôle a un mouvement d’humeur « avant l’heure, c’est pas l’heure !» semble-t-il grogner ! – .  Je me soumets à la fouille comme tout le monde puis au contrôle des billets internet. Déjà la « sécu » organise deux files pour la « fouille » qui se transforme ensuite en deux lignes selon le mode de paiement. Maryvonne, qui pense à tout, est passée chez le boulanger et une odeur de café s’élève du bar. On a pensé aux militants de l’organisation qui sont levés depuis déjà plusieurs heures. J’inspecte tout le dispositif, je serre les mains des militants. Emilien vient à ma rencontre. Je le trouve un peu tendu car c’est lui qui a en charge l’ordonnancement des activités. On se pose sur une table, le café et les croissants sont chauds, on repasse tout le déroulé prévisionnel du matin et de l’après-midi… pas de défection, tout baigne. On dégage la place pour faciliter l’aménagement de la dizaine de stands. Chantal s’occupe du stand de la Ligue avec Rolande chargée des adhésions. Je vois arriver nos amis de Civitas, puis le responsable du stand de la revue « Eléments ». Le bar commence à s’animer. Pour l’instant c’est uniquement un service de café qu’assure Mathieu le responsable du bar.

Il est 9h35 et ça commence à s’animer et je dois répondre à de nombreuses questions (emplacement du camion-restauration, coin V.I.P…) bien que le gros travail de mise en place ait été effectué dès la veille en fin d’après-midi par une petit groupe de camarades qui aidé par un détachement de « Brigands » ont aménagé tous les espaces : le bar avec ses réfrigérateurs, la grande salle et ses chaises en rang cinéma, les espaces de restauration sous barnums, la sono, l’estrade-orateurs, la scène-concert en à peine un peu plus de deux heures. Avec le soleil tout ça commence à s’animer et prend un petit air de fête à « neuneu ». Il est 10h15, Damien est agacé, nombre d’inscrits augmente « trop lentement », seulement 145 sont passés au contrôle… je rassure notre camarade : on est dimanche et nos amis prennent un peu de temps puisqu’ils savent qu’on ne démarrera pas avant 10h30. Ce laps de temps nous permet d’ajuster l’emplacement de la chaîne de self-service. Il est vrai que cette année, au vu des préinscriptions, nous avons prévu des plateaux- repas à alvéoles afin d’éviter un, encombrement toujours ennuyeux.

Au détour d’un stand nous saluons François Galvaire, nous discutons un bref instant avec Paule Bouvard de Saint-Gilles ; de loin j’aperçois Vincent Vauclin qui se présente à l’entrée et nous allons à sa rencontre. La foule grossit et se prête avec bonne humeurs aux opérations de fouille. « Quand est ce qu’on commence ? » demande Damien… « Il est 10h35 ! On se regarde 3 secondes… « On commence » dis-je avec entrain.

Pauline nous rejoint, nous montons sur l’estrade… la salle est au ¾ pleine. C’est parti !

Emilien annonce les consignes de sécurité -pas de photos, pas de cigarettes en dehors de la zone du bar etc…-. Je vois les bordelais amenés par Thomas se caler au fond de la salle, mon fils Olivier et ses enfants qui me font des coucous… François Jay, Alain de Peretti, Nicole Mina qui prennent place. Je prends le relai, je précise que le thème de la journée est centré sur le « réveil des peuples », je fais une petite blague pour mettre le premier orateur, dont c’est la première prestation devant un public aussi fourni, en confiance. Le bruit de la sono décide les attardés du bar à rejoindre leur place, il y a quelques personnes debout au fond de la salle, maintenant pleine comme un œuf.

Chantal Jean d’une voix encore mal assurée attaque sur le thème « le sud en première ligne face à l’invasion » …  Je regagne le fond de la salle pour m’assurer que le son est audible puis m’en vais décompresser un peu à l’extérieur. Je tombe sur Patrick Jardin qui a fait près de 1.000 kms pour nous rejoindre. J’adore ce gars quand je sais le calvaire qu’il a enduré et quand je vois l’autorité qu’il a gagné en juste un an depuis la fête en 2018.

Nous écoutons Chantal : « L’insécurité gagne nos villes, et surtout ici, dans le sud, avec une véritable tiers-mondisation visible de l’espace public.

Depuis quelques mois, le bilan est catastrophique, des gangs d’albanais terrifient la population de Montpellier, grâce à l’aide d’associations irresponsables et sur-subventionnées, cas classique et généralisé de la légende du fameux cheval de Troie.

Trafics de stupéfiants globalement tolérés, violences à la sortie des collèges et lycées, vols à l’arraché, souvent sur des personnes âgées, pickpockets dans le tram. De nouvelles pratiques, jusqu’alors méconnus dans nos contrées.

La crise des gilets jaune est l’indicateur de cette France qui souffre, croulant sous les taxes (…)

Par cette idéologie galopante et cette immigration grouillante, qui n’a désormais plus de limite à son expansion, (…) Il est temps pour le peuple de retrouver sa fierté, sa dignité, et de relever la tête. Les français doivent reprendre le contrôle de ce pays devenu, malheureusement, une honte.

Prenons exemple sur Le comte Eudes d’Aquitaine qui en 721 fut le premier européen à réaliser l’union pour bouter les Sarrazins, 11 ans avant Charles Martel à Poitiers ».

Sa voix commence à trembler, elle est pale comme un linge… elle s’est un peu trop donnée sur la première moitié de son discours. Je reviens sur la scène pour la réconforter. On l’applaudit à maintes reprises. Elle a fait le boulot… bravo Chantal.

J’ai le droit d’aller boire un café, puisque c’est maintenant au tour d’Olivier1 de prendre la parole et qu’on peut lui faire confiance pour les discours. Le thème qu’il a décidé de traiter est : « De la colère à la reconquête »… En novembre dernier, déployés sur les ronds-points du pays le peuple français est enfin sorti de sa léthargie. Cette révolte en gilet jaune aura mis en évidence la présence sur le territoire de trois peuples aux intérêts antagonistes : une classe dominante de bobos émancipés du réel, une population allogène dont la discrétion rare aura été remarquée et une classe moyenne de souche en lutte contre son reflux imposé.

François Galvaire2 monte ensuite à la tribune pour traiter du thème « Sortir d’internet pour retrouver le terrain militant ».

Ensuite nous accueillons alors Patrick Jardin3 qui nous rappellera le cheminement de la France depuis une année au cours de laquelle nous avons remporté une victoire significative en réussissant à interdire le concert de Médine. 

C’est au tour de Richard Roudier4 de prendre la parole dans une sorte de discours d’orientation qui présente tour à tour les dangers pour notre peuple et les combats à mener pour remporter de petites victoires jusqu’à la victoire finale.

Il est 12h30, nous avons fait la moitié du programme et nous allons offrir un moment de détente attendu avant de passer aux agapes, grâce au cours de chant. Chacun se souvient de l’apprentissage du « Se Canto »   en septembre 2018. Nous allons réitérer en 2019 par le chant national Provençal qu’est la « Coupo Santo ». En 20 minutes, montre en main, toute la salle debout a appris paroles et prononciation pour finir, a capella, par une interprétation fort réussie.

Un repas chaud accompagné d’un Côtes du Rhône, précédait un mini concert des Brigandes qui ne comportait pas moins de 7 chansons plus un rappel, en l’occurrence, le fameux « Foutez le camp » qui est tout un programme et dont le refrain fut repris à tue-tête par une salle en délire… Soulignons que la séance de photos avec les Brigandes, le Président de la Ligue et François Galvaire, se poursuivit pendant plusieurs dizaines de minutes pour la plus grande joie du public

Autre moment fort, mais celui-là précédant le concert, ce fut la photo souvenir de la salle debout agitant drapeaux et bannières de la Ligue (300 personnes qui exultent, ça fait du bruit).

14h30, l’après Midi reprenait avec le discours très documenté et structuré de Georges Vincent-Tracol5 sur la montée des forces populistes en Europe

Suivi de l’allocution de Vincent Vauclin6 de la Dissidence Française.

L’après-midi tirait à sa fin avec la tenue de trois ateliers géographiquement éclatés sur l’ensemble du mas avec Erick Cavaglia, Stefen Pinault et le duo Nicole Mina / François Jay.

On terminera ce compte-rendu en donnant lecture (parmi d’autres) des  témoignages de sympathies de 2 personnalités empêchées de se rendre en Occitanie ce jour-là pour cas de force majeure.

  • Christian Piquemal :

« Mon épouse a fait une mauvaise chute en fin de matinée. Elle souffre beaucoup en attendant des examens complémentaires lundi. En raison de ces circonstances imprévues et contraignantes, je ne peux la laisser seule demain.

Aussi je ne pourrai être présent à votre fête de la Ligue du Midi et je le regrette beaucoup, croyez le bien. Je me faisais une joie d’être parmi vous dans une belle ambiance avec un programme varié et une participation forte.

Je serai par la pensée et le cœur avec vous. Tous mes vœux de succès vous accompagnent.

Transmettez mes salutations cordiales à tous les participants

Avec encore tous mes regrets.

Amicalement ».

  • Philippe Milliau (Président de TV Libertés) :

« Bien chers amis, seul un cas de force majeure, pouvait m’empêcher de venir depuis la Bretagne pour être à vos côtés en cette si belle journée de communauté fraternelle et européenne. Vous avez la chance d’avoir une personnalité comme Richard. Il saura vous transmettre le message que je voulais vous adresser de vive voix : notre si riche civilisation européenne ne se laissera pas abattre par la coalition de la finance internationale et du crasseux gauchiste. Nous ne le voyons pas encore clairement, mais les nappes souterraines et claires de la renaissance sont déjà présentes. Leur irrépressible déferlement est un ouvrage que chacun d’entre vous aura à cœur d’accomplir. Je vois le développement de l’information alternative et de son vaisseau amiral T.V libertés.

J’ai confiance ».

NOTES :

Les discours d’Oivier Roudier, de François Galvaire, de Patrick Jardin, de Richard Roudier, de Georges Feltrin-Tracol et de Vincent Vauclin seront publiés intégralement dans les jours qui suivent ainsi que les ateliers d’Erick Cavaglia, de Stefen Pinault, de Nicole Mina et de François Jay.

Travaux de la 4ème Rencontre des Lansquenets d’Europe

Travaux de la 4ème Rencontre des Lansquenets d’Europe

La table des français

Compte-rendu

 

Pour la quatrième année consécutive s’est tenue en Provence, du vendredi 26 au dimanche 28 juillet 2019, la Rencontre européenne des Lansquenets. Près d’une soixantaine de participants venus de neuf pays différents, chacun étant responsable d’une association ou d’un mouvement, d’une maison d’édition ou d’un media alternatif, ont exposé leurs activités propres dans leurs pays respectifs et ont travaillé à l’élaboration d’un manifeste européen commun destiné à cadrer le Projet Lansquenet.

Rappelons que l’objectif des Lansquenets est de constituer une élite militante européenne soudée, une sorte de « réseau organique », pour reprendre l’expression de Vincent Vauclin (Président de la Dissidence française) qui participait à cette rencontre. Créés en 2016 sous l’impulsion de Gabriele Adinolfi (directeur de l’Institut romain Polaris), les Lansquenets sont maintenant en activités en Italie bien sûr, mais aussi en Espagne, en France, en Grèce, en Belgique et en Pologne. Des contacts existent aussi dans plusieurs autres pays européens.

 

Le manifeste

Pour préparer la rédaction du manifeste, plusieurs commissions ont été mises en place et chacune d’entre elles a planché tout au long de la journée de vendredi 26 juillet sur l’un des aspects de celui-ci. Le lendemain après-midi, la synthèse de ces commissions a été faite par Gabriele Adinolfi.

Dans quelques mois les conclusions de ces travaux seront rassemblées et publiées sous forme d’un livret en plusieurs langues qui sera largement diffusé auprès de l’ensemble des forces combattantes antimondialistes et identitaires de notre continent…

 

Un panorama européen

Un bilan des activités par pays a été dressé au cours de ces journées.

Il en résulte :

Pour la France : un sérieux progrès est a enregistrer au niveau de l’organisation. De plus, un certain nombre de coopérations ont été engagées.

Concernant les participants français, l’un des moments forts de cette Rencontre fut sans doute la « Synthèse européenne » du samedi en fin d’après-midi dirigée par Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, au cours de laquelle intervinrent entre autres Richard Roudier (Ligue du Midi), Philippe Randa (écrivain et directeur du site EuroLibertés), Vincent Vauclin (DF), Georges Feltin-Tracol (essayiste et collaborateur à Synthèse nationale)…

Pour l’Italie : après 14 mois de « Reconquête », la synergie est désormais étendue à un large éventail de sujets (Projet national, VFS, Casaggi, Polaris, Action frontale, etc.) et on enregistre aussi un changement d’attitude significatif de la part des partis et mouvements nationaux révolutionnaires, surtout après les résultats des élections européennes. De plus, grâce aux synergies du comité Pro Centenario, les convergences et les coopérations prometteuses sont d’ores et déjà amorcées.

Pour l’Espagne : la désintégration du courant national révolutionnaire est désormais jugulé grâce au travail opiniâtre des associations locales et par l’action fédératrice et novatrice d’ACIMJI et du site d’information El Cadenazo. Sans « si » et sans « mais », les Espagnols sont à la pointe du projet de synergie des Lansquenets.

Pour la Grèce : l’implosion de l’Aube Dorée et la répression qui s’abat sur ses membres ne sont pas de nature à dynamiser les choses. Et pourtant, malgré toutes ces déconvenues, les Lansquenets ont réalisé un miracle puisque se sont retrouvés à cette Rencontre des camarades qui, dans ce divorce orageux, ont fait des choix opposés mais qui ont pourtant à cœur le bien de la Grèce et de l’Europe. Cela a conduit à des réflexions sérieuses et concrètes sur l’avenir et à notre engagement à contribuer aux efforts de régénération.

Pour la Pologne : voilà un pays où la jeune droite radicale fait preuve d’un dynamisme exemplaire. Le mouvement Troisième voie avec lequel nous travaillons cherche à introduire au sein de celle-ci des idées novatrice et une communication moderne. Ce d’autant plus que ce mouvement, dont la moyenne d’âge des militants est très jeune, n’hésite pas à collaborer avec les autres organisations analogues. De plus, Troisième voie entretien des rapports avec d’autres mouvements de jeunes en Europe, y compris en Allemagne.

 

Des décisions concrètes

Au cours de cette Rencontre, un certain nombre de décisions visant à développer le travail des Lansquenets ont été prises.

« multiplier les occasions de participer à des événements nationaux à travers l’Europe. Lors du Rendez-vous Bleu Blanc Rouge des samedi 12 et dimanche 13 octobre prochains organisé à l’occasion des 13e Journées de Synthèse nationale à Rungis (94), plusieurs responsables européens membres des Lansquenets, tels Juan Antonio Lopez Larrea (Espagne), Iréna Dimopoulos Papas (Grèce) et Gabriele Adinolfi (Italie), exposeront plus largement les travaux de cette belle réunion estivale « Développer différentes stratégies d’action, pays par pays, et les suivre.

« Activer systématiquement les formations communes. Étant donné que notre patrimoine et nos archives contiennent déjà de nombreux documents en italien, espagnol, français et anglais, l’opération ne devrait pas être prohibitive.

« Rassembler par affinité via une application smartphone les réalités actives (les  mouvements politiques d’une part, les centres d’études d’autre part, les éditions d’un autre côté), afin qu’elles soient constamment au courant de ce qu’elles font et qu’elles puissent interagir.

« Proposer des thèmes de propagande élaborés et des concepts novateurs destinés, en particulier, aux mouvements qui auraient un certain retard dans leur communication.

 

Des jeux et du sport

Pour compléter le côté studieux de ces journées, plusieurs activités ludiques et sportives ont été organisées, celles-ci étant destinées à renforcer, au même titre que les sympathiques repas et veillées communautaires, la cohésion et l’amitié entre les participants. Ainsi, plusieurs équipes ont été créées. Le thème de l’année étant « Les enfants du soleil », ces équipes étaient dédiées aux divinités liées au soleil dans les anciennes traditions européennes. Hélios, hellène, de couleur blanche était dirigée par un camarade grec ; Baldr, divinité du nord-ouest, en gris clair, avait un guide celtibère ; Sol Indiges, romain archaïque de couleur rouge, avait un chef romain ; et en bleu, Belanu, celtique, eut droit, bien évidemment, à un meneur gaulois. À l’issue des  différentes compétitions, le classement fût :

1er Sol Indiges (18 points), 2e Baldr (16 points), 3e Belanu (14 points), 4e Helios (12 points).

 

La Ligue du Midi était évidemment présente lors de cette rencontre

Solstice d’été 2019

Solstice d’été 2019

 

Une « brève » d’Erick Cavaglia

 

Afin de célébrer le jour le plus long de l’année, la Ligue du Midi a organisé une magnifique soirée consacrée au solstice d’été. 

Vers 18 heures Richard Roudier accueillit les convives, par une brève rétrospective des actions récentes menées par la Ligue et rappela les enjeux du combat actuel, notamment la défense des libertés publiques si chèrement acquises par nos ancêtres depuis le Moyen-Age et tant menacées par l’oligarchie mondialiste aujourd’hui, et son fondé de pouvoir Emmanuel Macron,

Puis les joyeuses agapes se sont tenues dans une ambiance chaleureuse, festive et enracinée : charcuteries de cochon, saucisse fraiche des Cévennes à la braise, arrosée de vins des pays d’oc les plus prestigieux – Pic Saint Loup, Costières de Nîmes- puis des desserts confectionnés par les militants. Une fois de plus cette fête qui s’inscrit dans la plus longue mémoire des peuples européens a permis de resserrer les liens intergénérationnels puisque tous les âges étaient représentés parmi les soixante-dix participants. Une aubade improvisée accompagnée à la guitare enthousiasma les membres de la Ligue.

A l’issue du festin qui a régalé les papilles, un bûcher somptueux de quelques 3 mètres de haut a été enflammé conformément à l’immuable rituel. Entourée de grands arbres majestueux et d’une source rafraichissante, la tour de feu du solstice a propulsé toujours plus haut vers le ciel ses geysers de flammèches incandescentes, signes d’espoir et de ressourcements pour les luttes à venir, au son des chants de veillée.

Ce fut une soirée particulièrement réussie et appréciée. Et c’est sous ces auspices que la Ligue prépare sa grande fête annuelle de rentrée du 8 septembre prochain que Richard Roudier a donné rendez-vous pour une rencontre de grande qualité avec des orateurs prestigieux qui traiteront du thème incontournable désormais du « réveil des peuples ».

 

A bientôt donc pour cette rencontre en Petite Camargue gardoise !

Succès de la galette des rois du 17 janvier

Succès de la galette des rois du 17 janvier

galette des rois LDM Nîmes

 

Communiqué Ligue du Midi Nîmes

 

La section nîmoise de la Ligue du Midi a tenu sa traditionnelle Galette des Rois jeudi 17 janvier centre-ville de Nîmes dans son lieu habituel qui affichait salle comble pour l’occasion.

 

 

La révolte amorcée par le Peuple français et plus généralement par les peuples européens à travers le monde conférait à cette réunion un caractère particulier.

Les convives, après avoir été accueillis par Erick Cavaglia, ont pu écouter avec gravité les injonctions de Richard Roudier à continuer la lutte pour la défense de notre Identité et de nos valeurs attaquées de toutes parts par les chantres du mondialisme et leurs idiots utiles.

La crise actuelle des « Gilets Jaunes » a été analysée et la Ligue a invité ses adhérents et sympathisants, qui soutiennent déjà largement le mouvement des « Gilets jaunes » à s’investir avec vigueur dans le grand débat national qui a été annoncé.

Richard Roudier n’a pas manqué de dénoncer, chiffres à l’appui, la gabegie du gouvernement en matière de finances publiques.

Après un échange de questions et de points de vue constructifs, les galettes ont été partagées et savourées dans une ambiance très conviviale. Le Président de la Ligue a rappelé les actions menées au cours de l’année écoulée et a annoncé les objectifs à tenir. Il a profité de cette réunion pour indiquer que le nombre d’adhérents de la ligue du Midi avait doublé entre 2017 et 2018. Plusieurs sympathisants en ont profité pour prendre leur carte d’adhérent, contribuant ainsi à la dynamique d’expansion et de renforcement de notre mouvement.