Travaux de la 4ème Rencontre des Lansquenets d’Europe

Travaux de la 4ème Rencontre des Lansquenets d’Europe

La table des français

Compte-rendu

 

Pour la quatrième année consécutive s’est tenue en Provence, du vendredi 26 au dimanche 28 juillet 2019, la Rencontre européenne des Lansquenets. Près d’une soixantaine de participants venus de neuf pays différents, chacun étant responsable d’une association ou d’un mouvement, d’une maison d’édition ou d’un media alternatif, ont exposé leurs activités propres dans leurs pays respectifs et ont travaillé à l’élaboration d’un manifeste européen commun destiné à cadrer le Projet Lansquenet.

Rappelons que l’objectif des Lansquenets est de constituer une élite militante européenne soudée, une sorte de « réseau organique », pour reprendre l’expression de Vincent Vauclin (Président de la Dissidence française) qui participait à cette rencontre. Créés en 2016 sous l’impulsion de Gabriele Adinolfi (directeur de l’Institut romain Polaris), les Lansquenets sont maintenant en activités en Italie bien sûr, mais aussi en Espagne, en France, en Grèce, en Belgique et en Pologne. Des contacts existent aussi dans plusieurs autres pays européens.

 

Le manifeste

Pour préparer la rédaction du manifeste, plusieurs commissions ont été mises en place et chacune d’entre elles a planché tout au long de la journée de vendredi 26 juillet sur l’un des aspects de celui-ci. Le lendemain après-midi, la synthèse de ces commissions a été faite par Gabriele Adinolfi.

Dans quelques mois les conclusions de ces travaux seront rassemblées et publiées sous forme d’un livret en plusieurs langues qui sera largement diffusé auprès de l’ensemble des forces combattantes antimondialistes et identitaires de notre continent…

 

Un panorama européen

Un bilan des activités par pays a été dressé au cours de ces journées.

Il en résulte :

Pour la France : un sérieux progrès est a enregistrer au niveau de l’organisation. De plus, un certain nombre de coopérations ont été engagées.

Concernant les participants français, l’un des moments forts de cette Rencontre fut sans doute la « Synthèse européenne » du samedi en fin d’après-midi dirigée par Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, au cours de laquelle intervinrent entre autres Richard Roudier (Ligue du Midi), Philippe Randa (écrivain et directeur du site EuroLibertés), Vincent Vauclin (DF), Georges Feltin-Tracol (essayiste et collaborateur à Synthèse nationale)…

Pour l’Italie : après 14 mois de « Reconquête », la synergie est désormais étendue à un large éventail de sujets (Projet national, VFS, Casaggi, Polaris, Action frontale, etc.) et on enregistre aussi un changement d’attitude significatif de la part des partis et mouvements nationaux révolutionnaires, surtout après les résultats des élections européennes. De plus, grâce aux synergies du comité Pro Centenario, les convergences et les coopérations prometteuses sont d’ores et déjà amorcées.

Pour l’Espagne : la désintégration du courant national révolutionnaire est désormais jugulé grâce au travail opiniâtre des associations locales et par l’action fédératrice et novatrice d’ACIMJI et du site d’information El Cadenazo. Sans « si » et sans « mais », les Espagnols sont à la pointe du projet de synergie des Lansquenets.

Pour la Grèce : l’implosion de l’Aube Dorée et la répression qui s’abat sur ses membres ne sont pas de nature à dynamiser les choses. Et pourtant, malgré toutes ces déconvenues, les Lansquenets ont réalisé un miracle puisque se sont retrouvés à cette Rencontre des camarades qui, dans ce divorce orageux, ont fait des choix opposés mais qui ont pourtant à cœur le bien de la Grèce et de l’Europe. Cela a conduit à des réflexions sérieuses et concrètes sur l’avenir et à notre engagement à contribuer aux efforts de régénération.

Pour la Pologne : voilà un pays où la jeune droite radicale fait preuve d’un dynamisme exemplaire. Le mouvement Troisième voie avec lequel nous travaillons cherche à introduire au sein de celle-ci des idées novatrice et une communication moderne. Ce d’autant plus que ce mouvement, dont la moyenne d’âge des militants est très jeune, n’hésite pas à collaborer avec les autres organisations analogues. De plus, Troisième voie entretien des rapports avec d’autres mouvements de jeunes en Europe, y compris en Allemagne.

 

Des décisions concrètes

Au cours de cette Rencontre, un certain nombre de décisions visant à développer le travail des Lansquenets ont été prises.

« multiplier les occasions de participer à des événements nationaux à travers l’Europe. Lors du Rendez-vous Bleu Blanc Rouge des samedi 12 et dimanche 13 octobre prochains organisé à l’occasion des 13e Journées de Synthèse nationale à Rungis (94), plusieurs responsables européens membres des Lansquenets, tels Juan Antonio Lopez Larrea (Espagne), Iréna Dimopoulos Papas (Grèce) et Gabriele Adinolfi (Italie), exposeront plus largement les travaux de cette belle réunion estivale « Développer différentes stratégies d’action, pays par pays, et les suivre.

« Activer systématiquement les formations communes. Étant donné que notre patrimoine et nos archives contiennent déjà de nombreux documents en italien, espagnol, français et anglais, l’opération ne devrait pas être prohibitive.

« Rassembler par affinité via une application smartphone les réalités actives (les  mouvements politiques d’une part, les centres d’études d’autre part, les éditions d’un autre côté), afin qu’elles soient constamment au courant de ce qu’elles font et qu’elles puissent interagir.

« Proposer des thèmes de propagande élaborés et des concepts novateurs destinés, en particulier, aux mouvements qui auraient un certain retard dans leur communication.

 

Des jeux et du sport

Pour compléter le côté studieux de ces journées, plusieurs activités ludiques et sportives ont été organisées, celles-ci étant destinées à renforcer, au même titre que les sympathiques repas et veillées communautaires, la cohésion et l’amitié entre les participants. Ainsi, plusieurs équipes ont été créées. Le thème de l’année étant « Les enfants du soleil », ces équipes étaient dédiées aux divinités liées au soleil dans les anciennes traditions européennes. Hélios, hellène, de couleur blanche était dirigée par un camarade grec ; Baldr, divinité du nord-ouest, en gris clair, avait un guide celtibère ; Sol Indiges, romain archaïque de couleur rouge, avait un chef romain ; et en bleu, Belanu, celtique, eut droit, bien évidemment, à un meneur gaulois. À l’issue des  différentes compétitions, le classement fût :

1er Sol Indiges (18 points), 2e Baldr (16 points), 3e Belanu (14 points), 4e Helios (12 points).

 

La Ligue du Midi était évidemment présente lors de cette rencontre

Solstice d’été 2019

Solstice d’été 2019

 

Une « brève » d’Erick Cavaglia

 

Afin de célébrer le jour le plus long de l’année, la Ligue du Midi a organisé une magnifique soirée consacrée au solstice d’été. 

Vers 18 heures Richard Roudier accueillit les convives, par une brève rétrospective des actions récentes menées par la Ligue et rappela les enjeux du combat actuel, notamment la défense des libertés publiques si chèrement acquises par nos ancêtres depuis le Moyen-Age et tant menacées par l’oligarchie mondialiste aujourd’hui, et son fondé de pouvoir Emmanuel Macron,

Puis les joyeuses agapes se sont tenues dans une ambiance chaleureuse, festive et enracinée : charcuteries de cochon, saucisse fraiche des Cévennes à la braise, arrosée de vins des pays d’oc les plus prestigieux – Pic Saint Loup, Costières de Nîmes- puis des desserts confectionnés par les militants. Une fois de plus cette fête qui s’inscrit dans la plus longue mémoire des peuples européens a permis de resserrer les liens intergénérationnels puisque tous les âges étaient représentés parmi les soixante-dix participants. Une aubade improvisée accompagnée à la guitare enthousiasma les membres de la Ligue.

A l’issue du festin qui a régalé les papilles, un bûcher somptueux de quelques 3 mètres de haut a été enflammé conformément à l’immuable rituel. Entourée de grands arbres majestueux et d’une source rafraichissante, la tour de feu du solstice a propulsé toujours plus haut vers le ciel ses geysers de flammèches incandescentes, signes d’espoir et de ressourcements pour les luttes à venir, au son des chants de veillée.

Ce fut une soirée particulièrement réussie et appréciée. Et c’est sous ces auspices que la Ligue prépare sa grande fête annuelle de rentrée du 8 septembre prochain que Richard Roudier a donné rendez-vous pour une rencontre de grande qualité avec des orateurs prestigieux qui traiteront du thème incontournable désormais du « réveil des peuples ».

 

A bientôt donc pour cette rencontre en Petite Camargue gardoise !

Succès de la galette des rois du 17 janvier

Succès de la galette des rois du 17 janvier

galette des rois LDM Nîmes

 

Communiqué Ligue du Midi Nîmes

 

La section nîmoise de la Ligue du Midi a tenu sa traditionnelle Galette des Rois jeudi 17 janvier centre-ville de Nîmes dans son lieu habituel qui affichait salle comble pour l’occasion.

 

 

La révolte amorcée par le Peuple français et plus généralement par les peuples européens à travers le monde conférait à cette réunion un caractère particulier.

Les convives, après avoir été accueillis par Erick Cavaglia, ont pu écouter avec gravité les injonctions de Richard Roudier à continuer la lutte pour la défense de notre Identité et de nos valeurs attaquées de toutes parts par les chantres du mondialisme et leurs idiots utiles.

La crise actuelle des « Gilets Jaunes » a été analysée et la Ligue a invité ses adhérents et sympathisants, qui soutiennent déjà largement le mouvement des « Gilets jaunes » à s’investir avec vigueur dans le grand débat national qui a été annoncé.

Richard Roudier n’a pas manqué de dénoncer, chiffres à l’appui, la gabegie du gouvernement en matière de finances publiques.

Après un échange de questions et de points de vue constructifs, les galettes ont été partagées et savourées dans une ambiance très conviviale. Le Président de la Ligue a rappelé les actions menées au cours de l’année écoulée et a annoncé les objectifs à tenir. Il a profité de cette réunion pour indiquer que le nombre d’adhérents de la ligue du Midi avait doublé entre 2017 et 2018. Plusieurs sympathisants en ont profité pour prendre leur carte d’adhérent, contribuant ainsi à la dynamique d’expansion et de renforcement de notre mouvement.

Baptiste Giraud (Rue89) en flagrant délit(re) de Fake News

Baptiste Giraud (Rue89) en flagrant délit(re) de Fake News

Je n’ai pas pour habitude de répondre aux articles des médias tellement les mensonges et manipulations y sont légion. Il me faudrait m’y employer à plein temps! Je fais pourtant une exception aujourd’hui à propos de l’article de Baptiste Giraud paru dans les colonnes de Rue 89 relatant, déformant serait plus approprié, ma venue à Bordeaux pour intervenir à un rassemblement qui avait pour but de dénoncer les persécutions judiciaires subies par le camp des patriotes. Ce rassemblement se tenait symboliquement devant l’Ecole Nationale de la Magistrature sensée être la garante des droits des citoyens.

Votre serviteur

Rien que le titre annonce la suite avec une volonté accrocheuse et accusatoire qui place le jeune Baptiste Giraud dans le rôle du procureur. « La crème des islamophobes de France s’octroie une tribune en plein Bordeaux » outre le fait que le rassemblement était dûment déclaré en préfecture et autorisé par celle-ci, il convient de préciser que je n’ai personnellement pas évoqué une seule fois l’Islam lors de mon intervention. D’autres intervenants en ont bien évidemment parlé, comme Pierre Cassen ou Renaud Camus, c’est d’ailleurs à ce titre qu’il sont régulièrement traînés devant les tribunaux et lourdement condamnés.

 

 

 

 

Renaud Camus

Baptiste Giraud dénonce carrément des « Discours islamophobes devant le palais de justice ». Sa vision binaire de la société apparaît au grand jour : en bon dhimmi, critiquer l’Islam revient forcément à être islamophobe… S’ensuit une énumération des intervenants complétée par une très brève biographie. Nous apprenons par ailleurs que Thomas Joly du Parti de la France aurait prononcé une allocution… bien qu’il n’ait pas été présent à Bordeaux ce jour là !

La partialité de Baptiste Giraud devient encore plus flagrante quand il s’agit de traiter des opposants à notre rassemblement. Une soixantaine de militants antifascistes participant encagoulés à une manifestation non déclarée et où des appels au meurtre de policiers ont été proférés (voir cette vidéo à 32’45 et 32’50). Pour Baptiste Giraud « ils n’ont fait qu’entonner des slogans antifascistes. »

Les antifas…

Vient ensuite l’épisode de la vingtaine de gamins au comportement de racailles passés par la manifestation antifasciste et qui, chauffés à blanc par les antifas, sont venus au contact pour provoquer des incidents. A tel point qu’une personne âgée s’est servie de sa canne pour faire déguerpir le plus excité d’entre eux. C’est ce jeune mineur qui est présenté par Baptiste Giraud comme victime de violences policières. Ce provocateur, outre le fait d’avoir tenu des propos insultants envers les participants, a asséné par deux fois un coup de skate au service d’ordre de la manifestation ainsi qu’un coup de pied au commandant de police qui tentait de calmer la troupe des excités. Nous ne sommes pas tombés dans la provocation idiote de ces jeunes en déshérence et les forces de police, nullement débordées contrairement aux dires de Baptiste Giraud, ont finalement évacué tout ce petit monde. Le jeune excité partira bien en direction d’un fourgon de police, menottes aux poignets mais nullement le visage en sang comme indiqué.

Baptiste Giraud invente en outre des insultes racistes et affirme que nous serions allés au contact du groupe de jeunes ce qui est absolument faux puisque nous étions parqués derrière des barrières. Cet incident mineur est parfaitement visible sur la vidéo ci-dessous…

Le « gang des skateurs » 🙂

Sans commentaires…

Visage ensanglanté?

Le clou est enfoncé par un « membre de la Ligue des Droits de l’Homme Aquitaine » qui, comme à Montpellier avec Me Sophie Mazas, se range du coté des agresseurs. Confirmant ainsi le parti pris idéologique de cette institution grassement subventionnée qui n’est que l’un des rouages du totalitarisme intellectuel qui règne en France.

Un article à charge et mensonger donc, de la part d’un pigiste en mal de talent et de reconnaissance…

Baptiste Giraud

Pourquoi la Ligue du Midi aime les Brigandes…

Pourquoi la Ligue du Midi aime les Brigandes…

Communiqué de la Ligue du Midi

 

A l’occasion du concert des Brigandes un journaliste a posé, au téléphone, cette question : « pourquoi, à la Ligue du Midi, aimez-vous les Brigandes ? »

Voici la réponse (qui ne sera certainement jamais publiée) que lui a asséné un porte-parole de la Ligue: « ayant dû subir à maintes reprises les attaques du politiquement correct, la Ligue sera toujours du côté des bannis et des proscrits… c’est un peu son côté boy-scout. Quand nous voyons qu’un groupe musical qui transpire le talent est attaqué quotidiennement par les médias de propagande et tout spécialement depuis qu’il atteint une reconnaissance internationale ; quand on sait que ce groupe ne trouve pas une seule salle pour se produire et que le jour même (c’est évidemment une coïncidence) de leur premier véritable concert, la chaîne M6 leur consacre une émission qui ressemble plus à un traquenard qu’à du travail de journalisme, nous sommes forcés de les aimer surtout parce qu’en matière d’influence, elles sont un média à elles seules et qu’un de leur clip vaut 10 campagnes d’affichage,  un album  vaut 100 distributions de tracts et que leur dernier concert vaudra plus que tous les meetings de l’année…

Le premier vrai concert des Brigandes s’est joué à guichets fermés en Provence, devant 250 spectateurs qui avaient tous retenu via une solution de paiement en ligne. Il n’y a eu aucun ticket délivré sur place… Preuve de l’enthousiasme suscité par ces filles, les premiers spectateurs sont arrivés à midi alors que le concert ne débutait qu’à 15 heures. La séance de dédicace a duré plus d’une heure, plusieurs centaines de CD étant vendus durant ce laps de temps, de nombreux spectateurs repartant avec l’ensemble des 6 albums produits à ce jour.

Ainsi les Brigandes, en termes de « carton » sur internet, sont en train de battre tous les records dans la catégorie des groupes de variétés : 900.000 vues sur YouTube pour « foutez le camp » et plus de 800.000 en 4 mois pour « l’heure de dire adieu ».

Il faut dire, que le groupe représente un rayon de soleil par rapport au marigot du show- bizz et les derniers épisodes peu ragoutants des « Bertrand Cantat », et autres « Laetitia Halliday » qui font tache comparé à la fraîcheur des Brigandes… Aussi le système lâche-t-il les pitt-bulls pour tenter de dresser un contre-feu devant cette déferlante. A telle enseigne que des journalistes de FR3 ont même tenté de se faire admettre en fraude bien après le début du concert certainement équipés de caméras cachées; ils n’ont même pas eu le courage de contacter les organisateurs et leur seule activité de leur journée a été de prendre une photo à plusieurs centaines de mètres avec un énorme téléobjectif pour publier un cliché sur lequel on voit dans la campagne un homme et son chien. C’est à dire zéro…

La Ligue aime les Brigandes parce qu’elles reprennent tous les thèmes que nous avons envie de lancer à la face de ce pouvoir corrompu : l’invasion « foutez le camp » et « le grand remplacement », les francs macs « la loge des jacobins », la veulerie des élites « en enfer », les milices d’extrême gauche « l’antifa » « les soixante-huitards », l’hyper classe mondialiste : « BHL », « Merkel muss weg » « le rat jèze »,  l’identité de la France « l’heure de dire adieu » …

La salle applaudissait debout, à tout rompre, depuis plusieurs morceaux, mais l’ovation s’éleva d’un cran avec « le rondeau de France » quand les Brigandes chantèrent :

 

« Quand je vois flotter le drapeau de la France,

Dans l’or et l’azur mon cœur revit,

Par les temps de peine renaît l’espérance,

Ah vive la France Mont-joie Saint Denis ».

 

Mais ce n’était pas fini, bien qu’il fut 17h30, et le clou du spectacle, ce fut quand la chanteuse Marianne appela la Ligue du Midi pour interpréter avec elles le « Se Canto », chant traditionnel occitan écrit au Moyen-âge par Gaston Phoëbus qui deviendra l’hymne national des sudistes.

 

Nota

Un grand merci à toute l’équipe : chanteuses, musiciens, techniciens, administratifs, service de sécurité… A noter que le directeur artistique du groupe, Joël Labruyère, renouvelle avec talent le genre du sirventès. Ce poème chanté de propagande politique s’inspirait de faits d’actualité sous forme satirique. Les troubadours d’Occitanie (Provence comprise) des 12ème et 13ème siècle y excellaient. Citons Marcabru, Bertran de Born ou Peire Cardenal. C’était un temps de grande liberté d’opinion et d’indépendance d’esprit. Le clergé opulent et débauché pouvait y être moqué ainsi que les puissants et les mauvais. Mais, la cour de Rome et le roi de France ont envoyé Simon de Montfort et leurs troupes en croisade contre les Pays d’Oc et inventèrent l’inquisition…

  Voir également cet article : Le Concert des Brigandes du 18 mars 2018