Contribution des migrants à la science

Le billet d’Élisabeth Amigue  (Chapitre 1)

 

Metropolitain, ce 10 février, annonce la pose de la première pierre du MIT (1) du CHU de Montpellier. Le bâtiment sera livré début 2019 afin de répondre à la nécessité de lutte contre les nouvelles pathologies sévissant « désormais en France ». Suite à un a un cas mortel de Rougeole, l’actualité nous apprend que le Samu peut être une réserve de maladies infectieuses…

Nous traiterons ce sujet en deux chapitres.

Il s’agit en fait des infections ZIKA, SRAS (2), Chikungunya ou EBOLA. Le MIT poursuivra ses soins et ses recherches concernant les immuno-dépressions telles que le VIH/SIDA et les MST (3) Maladies Sexuellement Transmissibles.

Zika, chikungunya, ébola : avec le MIT, le CHU prépare sa défense

Lors de cet évènement, le docteur Jacques Reynes a signalé l’émergence « de nouvelles pathologies infectieuses virales (par des) personnes infectées à l’étranger (comme le) bacille de la tuberculose qui a développé une vraie antibio-résistance ». Trois niveaux seront consacrés à ce programme. De plus, le MIT sera équipé de chambres « d’isolement pour le patient porteur d’agents transmissibles hautement pathogènes ou résistants » et de « chambres à pression négative pour les patients hautement infectieux », selon Thomas le Tubec. Il y aura aussi un étage consacré au SIDA. On s’interroge sur les manières d’amener en consultation des « errants clandestins », peut être en faisant des maraudes, à défaut d’un dépistage systématique des migrants ?

Le réchauffement climatique aide les moustiques et autres, cumulés avec d’autres facteurs, à s’adapter à notre pays, il favorise aussi le nomadisme des êtres humains qui apportent des affections susceptibles de mettre en danger la santé publique. Bien qu’étant une bonne chose pour la Région en termes de rayonnement technologique, consacrer dix millions d’euros à ce MIT, à l’heure où brutalement les soins palliatifs de la région Occitanie viennent de subir une baisse de 20 % à effet immédiat, témoigne bien d’une urgence incompressible.

Il s’agit de protéger les populations des maladies infectieuses tropicales à l’heure où la peste pulmonaire frappe aux portes de nos départements d’outre-mer en provenance de Madagascar, celle-ci étant plus contagieuse que la peste bubonique, car le contact avec les rats porteurs n’est pas courant, excepté à Paris, ville lumière.

Les mauvais esprits verront dans cette manière de déshabiller Pierre pour habiller Paul, un souci de protection des populations face à un grave danger de santé publique.

 

Diagnostiquer-chercher l’origine-établir des statistiques

 

Comme il est malvenu de cibler l’apport des migrants si bienvenus, aux risques d’épidémies qui menacent nos populations, nous nous pencherons sur le cas de nos voisins allemands. La menace est bien réelle, bien qu’ils en minimisent le danger « pour ne pas alimenter le sentiment anti-immigration » comme l’indique le journaliste Soeren Kern. De plus, elle est en augmentation depuis 2015, date où l’Allemagne a importé des allogènes en masse selon le rapport de l’IRK (4), organisme fédéral.

En 2017, le Docteur Boos a déclaré au magazine FOCUS que prés de 800.000 demandes d’asile avaient été déposées et que 300.000 migrants avaient disparu dans la nature, leurs affections sanitaires avec eux, ajouterons-nous ! C’est ainsi qu’une tuberculose résistante aux anti-bios a contaminé 50 enfants d’une garderie à partir d’un yéménite hébergé dans une église de Bündorf. Or, il faut savoir que cette maladie peut incuber, des mois ou des années, avant de se déclarer. Combien de malades en puissance, de personnes à dépister, pour un seul migrant accueilli ?

scienceLe 12 juillet 2017, un rapport sur les 50 maladies infectieuses recensées en 2016, toujours en Allemagne, met quelques chiffres en évidence. On y apprend que les cas d’hépatite B ont augmenté de 300 % en 3 ans, en provenance d’Afghanistan, Irak et Syrie. La rougeole a augmenté de 400 % et s’étend dans tout le pays sauf pour le land MECKLEMBOURG-POMERANIE-OCCIDENTALE exempt de migrants, venant de Roumanie. La varicelle, la méningite, les oreillons, la rubéole et la coqueluche connaissent un taux record d’augmentation. Le VIH SIDA progresse de 40 %, la tuberculose de 320 % en 2 ans, mais les résultats sont minorés. Or, les agents pathogènes de la tuberculose sont ultra-résistants à l’antibiothérapie. La gale progresse de 3.000 % en RHÉNANIE DU NORD-WESTPHALIE.

L’immigration de masse a aussi enrichi l’Allemagne en important des maladies jusque-là inconnues sur son sol. On compte 30 % d’augmentation de cas de ténia avec échinococcose en provenance d’Afghanistan, Bulgarie, Grèce, Kosovo, Irak, Macédoine, Maroc, Syrie, Turquie.  Des cas de FRAP (5) venus d’Afrique de l’est apparaissent et peuvent, sans traitement antibiotique entraîner un taux de mortalité de 40 %. Les signes d’atteinte ressemblent à ceux du paludisme, lequel est importé d’Afrique via le Cameroun, Ghana, Nigeria et Togo.

Venue du Togo, la « fièvre de Lassa », a contaminé un soignant alors que le premier porteur était décédé. La dengue, maladie tropicale, connaît 25 % d’augmentation en 2 ans. Un millier de patients a été contaminé. La diphtérie fait son retour, importée d’Éthiopie, Érythrée, Libye, Sri Lanka et Thaïlande. L’Arabie Saoudite diffuse l’infection à haemophilus influenza, le mers-coronavirus pour lequel 35 % des cas sont mortels car il n’existe ni vaccin, ni traitement spécifique. A titre de comparaison, le SARS (6) n’entraîne que 10 à 15 % de mortalité et Ebola, 50 %. Le pèlerinage de la Mecque qui rassemble entre 2 et 4 millions d’individus « augmente les risques de propagation des maladies telles que la dengue, la fièvre jaune, le virus Zika, la méningite et le choléra » a estimé l’OMS.

Alors, faut-il se réjouir de l’opportunité d’observation offerte aux scientifiques ou déplorer la mise en danger de la vie des autochtones qui pourrait déboucher sur une pandémie ? Éternelle question du verre à moitié vide ou à moitié plein…

 

(à suivre)

 

(1) Maladies Infectieuses et Tropicales

(2) Le SRAS est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus en provenance des pèlerinages d’Arabie Saoudite -35 % de cas mortels-

(3) Maladies Sexuellement Transmissibles.

(4) Institut Robert Koch

(5) Fièvre Récurrente à Poux

(6) Syndrome Respiratoire Aigu Sévère

Vintimille-Calais, un mensonge d’État

Communiqué de la Ligue du Midi

 

CALAIS, des émeutes barbares, « un degré de violence jamais connu »

C’est le ministre de l’Intérieur Gérard COLOMB venu en grande délégation sur place qui le dit.

« De violents affrontements entre migrants afghans et africains ont éclaté en début d’après-midi jeudi, tirs d’armes à feu, rixe généralisée à coups de barre de fer, 22 personnes hospitalisées, cinq érythréens touchés par balle, dont quatre hospitalisés dans un état grave ».  Avec, pour témoins en danger de mort, des Calaisiens excédés livrés aux barbares. Cette situation n’est plus supportable. C’est un scandale d’État !

 

Le rôle des associations et des « No borders » encouragés par l’Etat

Les associations immigrationnistes et les activistes altermondialistes No Border favorables à l’abolition des frontières agissent depuis des années en totale impunité, sans aucune réaction des gouvernements successifs. Ces malfaisants bafouent les lois en favorisant, organisant et instrumentalisant l’entrée, le séjour et l’incrustation des immigrants illégaux sur notre sol (faits réprimés par la loi). C’est insupportable ! Le pouvoir laisse faire, ces associations ne sont jamais condamnées. Elles sont subventionnées, la Justice les protège, l’État les encourage. C’est un véritable scandale.

 

Calais, porte de sortie bouclée

Par les accords honteux qu’il a acceptés avec la Grande Bretagne, l’État français s’est obligé à garantir sur notre sol l’étanchéité de la frontière britannique, alors que dans le même temps, rien n’est fait pour réguler le flot au sortir de l’Italie à Vintimille. C’est comme si tu laisses les robinets de la baignoire ouverts sans retirer la bonde. De fait la France est une nasse où se concentrent toute cette pègre et les problèmes qui vont avec. À ce point on ne peut plus parler d’incurie mais d’une volonté constante de faire entrer et de conserver dans le pays ces envahisseurs qui n’ont rien à y faire et que le peuple de France ne veut pas, quoiqu’en dise la propagande d’État. C’est un scandale !

 

Le mensonge et l’imposture d’État

Non seulement l’État ne fait rien pour régler la situation, mais bien au contraire, il fait tout pour la favoriser et l’envenimer. A titre d’exemple, voici la définition de poste pour le recrutement d’un « intervenant social » par l’ADOMA (filiale de la SNI, elle-même filiale de la Caisse des Dépôts et Consignation chargée de la gestion des Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile).

 

 La duplicité de nos gouvernants

Il n’y a pas d’argent pour s’occuper de nos personnes âgées dans les EPADH (maisons de retraite), en revanche l’argent coule à flot pour favoriser l’entrée des migrants illégaux. L’État français ment, il ne fait strictement rien pour endiguer le flot. Au contraire, il emploi l’argent du contribuable et recrute du personnel spécialisé pour l’accentuer.

Plus fort : les récentes condamnations des identitaires de Poitiers et d’Olivier ROUDIER après la visite, sans aucun violence, à l’association immigrationniste subventionnée RAIH d’Occitanie en sont la preuve. Non seulement l’état ment, mais il réprime durement par des moyens totalitaires tous les lanceurs d’alerte, ceux qui disent la vérité…

 

La LIGUE du MIDI dénonce la trahison de l’État central, elle se propose de fédérer les révoltes et d’organiser la riposte à l’échelle de l’Occitanie.

À quand « les dragonnades ? »(1) : en Occitanie, les maires doivent recenser les logements vacants pour loger des migrants

D’après Nicole Mina dans Lengadoc Info

 

Les maires d’Occitanie ont eu l’insigne honneur d’être destinataires d’un courrier en date du 16 janvier dernier, émanant du Préfet de la Région Occitanie. Pas pour leur présenter ses vœux, c’était déjà fait… Mais pour leur demander, questionnaire à l’appui, de recenser les logements vacants de leur commune, en vue de loger… des migrants.

Vous penserez benoîtement que les communes destinataires sont des villes importantes, et qu’il s’agirait de faire le point sur les logements sociaux non attribués. Cela paraîtrait quelque part déjà bizarre car de nombreux Français sont, depuis des années, en attente de logement à loyer abordable et ont subi des fins de non-recevoir à chaque demande auprès des offices idoines. Mais détrompez-vous ! Les maires des petites communes ont reçu aussi cette demande tout près de ressembler à une réquisition du temps de l’occupation.

Que signifie donc, dans un village, le recensement des « logements vacants » ? Certainement pas des logements sociaux, le nombre de leurs habitants n’étant pas suffisant pour justifier pareille construction. Il pourrait s’agir cependant, par exemple, d’anciens logements de fonction d’instituteurs vidés de leurs habitants pour cause de disparition d’une école victime de la désertification rurale. Ou bien de locaux communaux inutilisés.

Cela reste une bien maigre perspective. Pour ma part, je pense que, clairement, le gouvernement, par le truchement de ses sbires régionaux dénommés préfets, va réquisitionner des maisons privées inoccupées. Qui n’a vu, en traversant un village, une maison aux volets visiblement clos depuis longtemps ? Peu importe qu’elle appartienne aux descendants d’une famille locale qui veulent la conserver pour leur future retraite et renouer ainsi avec leurs racines. Le maire, complaisant ou contraint, n’aura pas grand mal à dénombrer ces foyers désertés.

L’essentiel sera de pouvoir y caser des migrants dont la déception sera aisée à deviner, dans un endroit isolé et n’offrant aucune des perspectives promises par le passeur qui les aura amenés sur nos côtes. Quant aux désordres engendrés par cette situation, circulez, il n’y aura rien à voir !

Autres villes, autres cas de figure envisageables, sans esprit d’utopie. Par exemple, les stations balnéaires où certains studios restent obstinément vides à longueur d’année. Un tour de reconnaissance des boîtes aux lettres jamais vidées par les policiers municipaux, et voilà une moisson de points de chute pour des « chances pour la France » … Et si le premier magistrat de la commune renâcle pour protéger ses revenus touristiques, « on » saura bien lui faire entendre raison.

En un mot, braves gens, pendant que les commanditaires de l’islamo-mondialisme bétonnent leur tranquillité, leurs valets locaux organisent votre submersion par l’invasion migratoire de tous nos territoires, urbains ou retirés…

Le grand remplacement est en marche, à deux pas de chez vous !

(1) Les dragonnades sont les persécutions dirigées sous Louis XIV contre les protestants, en Cévennes, en raison de leur culte. Les Dragons, utilisés pour obtenir par la force ces conversions, étaient logés chez l’habitant.

 

Nicole Mina, Conseiller Régional d’Occitanie. Conseiller Municipal de Marsillargues.

RAIH/Ligue du Midi, pour avoir lancé des papiers en l’air, Olivier Roudier condamné à 1 mois ferme

RAIH

Communiqué Ligue du Midi 13/12/17

 

Le délibéré du jugement suite aux poursuites du parquet et constitution de partie civile du RAIH (Réseau Accueil Insertion Hérault Migrants) semble avoir tourné à la confusion de tous nos adversaires. Richard Roudier a été relaxé purement et simplement par le tribunal, ce qui est une belle victoire pour lui mais également pour la Ligue du Midi -il faut dire qu’il a été démontré qu’il n’avait rien fait, à part de prendre la parole-. Soulignons qu’à l’occasion de sa retenue au dépôt du Palais de Justice le 25 juillet 2017, Richard Roudier, avait été gravement blessé par 2 policiers indignes, affaire actuellement au point mort…

Le Conseil départemental, dirigé par « Don Mesquida », s’était retiré piteusement de la poursuite; le RAIH retoqué sur la question du droit à l’image et de la diffamation, se montrait très déçu de la relaxe du président de la Ligue ; les antifas et autres « tartarins » de l’extrême-gauche ne s’en sortent pas mieux puisqu’ils n’ont pu empêcher les identitaires d’entrer au Palais de Justice par la grande porte ni imposer les demandes de poursuite en incitation à la violence, à la haine raciale balayées par le parquet. Ne parlons même pas des demandes en dissolution de la Ligue réclamées par la « députée-dépitée » de la France Insoumise Muriel Ressiguier puis par Cécile Fortunato (syndicat FSU-PJJ) laquelle, outre avoir mouillé son T-shirt lors d’une manifestation le 11 juillet avait essayé d’impliquer la préfecture.

Fortunato Cécile SNPES-PJJ-FSU

Toutefois, le petit peuple de la Ligue n’est pas pour autant satisfait… Pour Olivier Roudier, même si sa condamnation de 1 mois ferme est inférieure aux réquisitions du parquet, il n’en demeure pas moins que suivant ce que nous avions déclaré dans la semaine, nous ne pouvons-nous accommoder d’une condamnation à un seul jour d’emprisonnement ferme ou avec sursis pour avoir défendu le peuple. Et ce d’autant plus que les questions de procédures que nous avions soulevées n’ont été qu’effleurées et que la situation judiciaire d’Olivier par rapport à une « mise à l’épreuve » antérieure nous semblait non avérée, mais permettait au procureur de demander du « ferme ».

Moralement une grande majorité de la population ne considère pas nos militants comme des délinquants mais comme des lanceurs d’alerte. Nous ne laisserons pas Olivier avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête devant les menaces physiques et racistes lancées par l’extrême gauche contre lui et ses enfants ; de plus les tags haineux dans le canton de Sumène n’incitent pas à la retenue.

Menaces de mort à Sumène près de l’école des enfants d’Olivier

A l’audience, le procureur indiquait naïvement qu’il existait d’autres moyens -il faisait allusion aux médias- pour exprimer son point de vue sans passer par la case « désordre ». La réponse est NON, et elle a été confirmée, en particulier, par les médias de propagande (Midi Libre, France 3, France Bleu et autres) qui n’ont pas laissé un seul espace, lors de leur compte rendu, à la Ligue du Midi. Par contre, le RAIH, victimisé et pleurnicheur a fait l’objet d’une belle promotion sur France 3.

Préparons-nous à faire triompher la Justice et nos idées dans un grand rassemblement à Montpellier lors du procès en appel !!!

Subventions des migrants, la Ligue du Midi injustement poursuivie !

 

poursuivis

Accueil des migrants mineurs isolés

 

On se souvient de la visite du Président de la Ligue du Midi et de quelques supporteurs dans les locaux du RAIH (Réseau Accueil Insertion Hérault), à Montpellier, afin de demander aux responsables de cette association subventionnée, un bilan d’activité sur l’insertion des jeunes migrants isolés, ce type d’association percevant, via le Conseil Départemental, d’importantes subventions issues de la poche des contribuables Héraultais. C’est à titre de « lanceur d’alerte » que Richard Roudier se trouvait le matin du 30 juin dans les locaux du RAIH au N°3 de la rue Castilhon pour une visite de quelques minutes.

Bref rappel : le 26 juin le Conseil Départemental, avait voté pour un montant de 1,5 millions d’euros de subvention aux mineurs étrangers isolés, l’opposition étant restée sur sa faim quant à l’utilisation précise de cette somme et en particulier en ce qui concernait la demande de justification du salaire d’un « chargé de projet » lequel devait émarger à 7.800 euros par mois. On apprendra à la fin de l’été, qu’en fait, la prise en charge des 300 mineurs isolés dans le département atteindrait la somme de 24 millions, soit 80.000 € par mineur et par an, sans compter les subsides venant des autres collectivités.

Richard Roudier après avoir interrogé le personnel, incapable de répondre (en l’absence du directeur), juché sur une table, faisait une brève allocution au cours de laquelle il dénonçait les agressions commises dans le quartier Gambetta (et en particulier l’agression au couteau par de jeunes migrants d’un militaire de l’opération sentinelle). Interpellant le Conseil Départemental, bailleur de fonds de l’association RAIH, il exigeait que les contribuables héraultais soient informés du coût réel de cette mise de fonds ainsi qu’un Compte-rendu d’activités.

L’intervention intégralement filmée ne durait pas plus de 5 minutes, l’opération menée s’était effectuée sans violence et sans haine, à visage découvert (attestée par les PV de police et les sites gauchistes), se limitant à quelques jets de tracts et de papiers multicolores trouvés sur les tables. Certains idiots utiles pourraient penser que cette opération était négative, mais comme toute opération d’agit-prop, elle ne peut s’évaluer qu’à l’aune des résultats.

1°) Le coût humain

Deux cadres, Richard et Olivier Roudier sont convoqués au Tribunal de Montpellier le 5 décembre 2017. En outre, à l’issue de sa garde à vue, Richard a subi une violente agression accompagnée d’actes de barbarie et de non-assistance à personne en danger de la part de deux policiers de garde au dépôt du Palais de Justice, ce dont il gardera les séquelles. Ces deux militants bénévoles ont payé de leur personne pour défendre l’intérêt général en alertant sur le gaspillage de l’argent public.

2°) Retombées médiatiques

La presse de propagande, que le système qualifie « d’information », ignore les activités de la Ligue sauf lorsqu’elle peut en tirer parti pour lui nuire. Les communiqués ne passent jamais, les conférences n’ont aucun écho, mais pour la visite au RAIH, quel festival ! En fait, l’action a consisté à visiter un local ouvert au public, aux heures d’ouverture, sans menace ni violence afin d’obtenir un compte-rendu d’activité. Côté médias, on s’est donné le mot… tous ont utilisé le terme impropre de « saccage » pour décrire quelques tracts et feuilles lancés en l’air.

Citons de manière non-exhaustive : Midi Libre du 27/07, France-Soir du 08/07, 20 minutes du 25/07, E-Métropolitain le 11/07, Mediaterranéa le 11/07, LCI-ICI le 07/07.  Anti K (NPA) s’y est joint avec un appel au rassemblement de soutien à RAIH, le 11 juillet, pour dénoncer cette « agression fasciste ». France bleu, présent au rassemblement le 11/07, a retransmis les prises de parole dont celle de Daniel Martin, directeur du RAIH, lequel dans sa plainte -non retenue- s’est estimé diffamé par des anti-démocrates. S’il y a eu appel à la haine, c’est bien de la part de ces sbires.

3°) Un succès pour la vidéo de la Ligue

La presse de propagande a pris acte de l’existence de la Ligue du Midi et, pour la desservir, a diffusé la vidéo de l’évènement publiée sur son compte Facebook, la démultipliant ainsi… Merci à elle. Ce faisant, elle a conforté le public dans l’impression qui se généralise, que l’immigration n’est pas un bienfait, que les jeunes migrants isolés ne sont pas encadrés, que l’argent du contribuable est jeté par les fenêtres, que le Conseil Départemental de l’Hérault, qui distribue les subventions, n’en contrôle pas l’utilisation ou bien « laisse pisser » sciemment !

Cette vidéo a obtenu 140.000 vues (FB + Youtube). Faut-il voir dans le succès de la Fête de la Ligue en septembre et des Assises de l’Enracinement en Octobre un effet de cette promotion médiatique ?

4°) Une action qui permet d’identifier et faire « sortir les loups du bois »

La collusion des lobbies pro-immigration avec les anarcho-gauchistes et la presse de propagande est patente. Les militants de la Ligue du Midi, par messages internet et commentaires, ont reçu insultes, menaces d’un niveau au-dessous de la ceinture de la part de débiles de type analphabète. Il n’y a pas eu un seul message de ces individus permettant d’instaurer un débat ou d’expliciter la démarche de la Ligue. De plus ces sinistres personnages se cachent derrière leurs sites internet pour établir et diffuser des fiches quasiment de police (NPA 34, la Horde, Le Poing). Et poursuivant leur rôle d’indics, ils les envoient aux autorités judiciaires (photos et identification à l’appui)… On a les noms…

Le site NPA 34, en poisson-pilote, a publié un appel à manifester en soutien « après l’attaque raciste contre le RAIH » et donné la très intéressante liste des signataires. On y retrouve la Cimade qui invitait tantôt la raciste-antisémite Bouteldja, le Syndicat des Avocats de France, le Syndicat de la Magistrature (celui des Cons du Mur), quelques syndicats de salariés et un communiqué de Daniel Martin le directeur, du RAIH lequel se prétend apolitique . Tous ces gugusses qui n’ont rien de bénévoles, en profitent pour demander davantage de subventions au Conseil Départemental. On apprend donc ainsi, qu’il y a des magistrats et des avocats qui se torchent avec les libertés publiques en l’occurrence la liberté d’expression…

Syndicat des Avocats de France et Cécile Fortunato SNPES-PJJ-FSU

Il apparaît ainsi aux yeux de tous que l’intérêt, pour ces gens, de voir augmenter le nombre de migrants -leur gagne-pain- est purement financier. Ces charognards se nourrissent des miettes de la traite humaine et négrière et, vue la disparition du prolétariat d’Europe, se repaissent de la misère du tiers-monde.

5°) Mise en évidence des atteintes à la séparation des pouvoirs

La députée Muriel Ressiguier (mélenchoniste) en mal de notoriété, publiait le 06/07 un communiqué demandant la dissolution de la Ligue du Midi. Plus grave, le Président élu du Conseil Départemental, Kléber Mesquida, s’est vanté d’avoir demandé au Procureur « la plus grande fermeté à l’égard de ces actes de violence et de vandalisme », se faisant retoquer par son opposition en Assemblée départementale, le 18 septembre, pour non-respect du principe de la séparation des pouvoirs, alors qu’il présentait une motion contre la Ligue du Midi. Sa plainte pour incitation à la haine, à la discrimination et à la violence n’a pas été retenue par le Parquet. Sur NPA 34 on peut même lire dans l’appel au Rassemblement du 11 juillet « une procédure soutenue par la préfecture a été lancée »… On espère qu’il s’agit d’un bobard, mais à ce jour, la Préfecture n’a toujours pas démenti. Cependant, force est de constater qu’après ce rassemblement (près de 40 personnes -quel triomphe !), tout ce joli monde s’est retrouvé autour d’un verre sous les lambris et les ors de la préfecture. Il ne faut dès lors pas s’étonner que la procédure déclenchée contre la Ligue, après être restée au point mort pendant 18 jours se soit trouvée relancée dare-dare…

A ce jour, le télescopage de faits divers violents, quasi quotidiens, de la part de migrants livrés à eux-mêmes, dresse un mur de la honte face aux mensonges des gauchistes et des médias de propagande du système et valide l’alerte que l’action de la Ligue du Midi a voulu introduire dans le débat public avec le succès qu’on connaît. La Ligue du Midi a confiance : la roue tourne… et l’ « affaire du doigt » est toujours au point mort depuis 130 jours. Richard Roudier, n’étant pas un migrant, ses tortionnaires sont toujours à l’abri alors que le policier qui a giflé un migrant hystérique a, lui, écopé de 6 mois de prison ferme plus mise à pied et tout un lot de mesures administratives. Voilà un nouvel exemple, si besoin était, de l’évolution du concept d’égalité dans notre pays…