Archives par mot-clé : migrants

En Italie comme partout en Europe, “grand remplacement égale grand dépouillement”

Le billet de Robert Langlois

        Littéralement submergée, l’Italie ne sait plus où loger les migrants qui ont envahi son sol. Déjà la pénurie de logements touche très durement les Italiens de souche. Nombre d’entre eux sont très mal logés dans des immeubles construits dans l’urgence et de très mauvaise qualité dans les périphéries de toutes les grandes villes du pays. On visite rarement ce genre de quartiers quand on fait du tourisme dans ce merveilleux pays, pourtant, cette réalité existe à très grande échelle. Partout du Nord au Sud du pays les Italiens sont très mal logés.

        La pénurie et les difficultés d’accès au logement sont telles qu’elles interdisent très souvent la cohabitation entre générations. Ainsi, il suffit d’avoir circulé dans le sud de l’Italie, à partir de Rome, pour voir le soir venu, ces files de voitures à l’arrêt les unes derrières les autres sur le côté des tunnels routiers, autour, et dans les grandes villes, et comprendre l’ampleur du problème. Les vitres de ces véhicules sont occultées par du papier journal car elles hébergent les ébats amoureux des jeunes couples qui sont obligés de vivre chez leurs parents la trentaine passée, très souvent dans de petits logements, ce qui ne facilite pas la cohabitation entre générations.

Continuer la lecture de En Italie comme partout en Europe, “grand remplacement égale grand dépouillement”

Alger renvoie ses migrants vers le “sud” à grands coups de bottes

Comme quoi, la remigration c’est possible !

        En Algérie, des centaines de migrants subsahariens, hommes femmes et enfants, sont arrêtés dans la capitale depuis le 1er décembre, puis emmenés dans un camp. Dans la soirée de jeudi, des véhicules de gendarmerie et de police accompagnés de bus se sont rendus dans différents quartiers de la capitale. Les policiers sont entrés dans des bâtiments habités par des migrants subsahariens et leur ont demandé de monter dans les bus.

        Jeudi soir, plusieurs centaines de personnes sont regroupées dans un camp à la périphérie ouest d’Alger. Le camp est insalubre, les personnes arrêtées dorment à même le sol. Vendredi matin, les opérations policières recommencent. En fin de journée, plus de 1.400 personnes se trouvent dans le camp, selon les organisations de défense des migrants.

Continuer la lecture de Alger renvoie ses migrants vers le “sud” à grands coups de bottes

Identitaires-Populistes, désormais assumons notre image de marque publique !

ardeche%2012-1
Richard Roudier fait dans la pédagogie face aux “Kollabos”, lors d’une manifestation anti-migrants en Ardèche.

“Vous êtes les porteurs de valises des multinationales
“Vous êtes les marionnettes du mondialiste Soros
“Vous êtes les chiens de garde du système
“En un mot vous êtes les furoncles de notre peuple
“Je vous conchie !!!

L’éditorial de la Ligue du Midi

Suite à l’action exemplaire de nos amis identitaires de Bretagne en réponse à l’agression sexuelle d’une dame de 67 ans dans sur la commune d’Arzon par un réfugié, on a pu voir sur le site du Parisien aujourd’hui en France cet article de désinformation.

        En bref cet article banalise l’agression de la bonne dame et conclut que la population a plus peur des identitaires que des réfugiés. On voit clairement que la presse stipendiée par le pouvoir et à la solde des mondialistes déteste ceux que nous défendons, déteste le peuple de France, prône le métissage, le grand remplacement et le grand dépouillement de notre peuple.

Continuer la lecture de Identitaires-Populistes, désormais assumons notre image de marque publique !

Sabordage, pertes collatérales et grand remplacement

aquarius3

Le billet de Robert Langlois

 

       La vidéo amateur ici a été prise par un homme d’équipage à bord d’un bateau de pêche tunisien au droit des côtes Libyennes. Elle est tellement choquante, que pour la voir, il faut communiquer son adresse mail et confirmer sa majorité légale.
        Les occupants de ce gros pneumatique l’ont dirigé par erreur vers le bateau de ces pêcheurs pas du tout équipés pour les prendre en charge car il l’ont confondu avec l’un des bateaux sauveteurs de l’armada des secouristes : ONG, garde-côtes, navires de l’UE qui encouragent et organisent cette noria de cargaisons humaines. Erreur fatale à un double titre : sur ce bateau se trouvent d’autres musulmans comme eux…, on voit le résultat, ce bateau n’allait pas vers l’Europe. Mauvaise pioche donc, et réelle catastrophe humaine au bout du compte. Combien de noyés, de corps perdus en mer à quelques encablures des côtes Libyennes ?

Continuer la lecture de Sabordage, pertes collatérales et grand remplacement

Migrants : alerte sur la santé publique

En septembre 2016, BFM TV nous apprend que des cas de tuberculose ont été diagnostiqués au lycée professionnel Cantau d’Anglet (64). Début novembre, France Bleu Pays Basque révèle que le premier cas, traité au printemps, concerne un lycéen ayant voyagé en Afrique… et, qu’à la rentrée, six nouveaux cas s’étaient déclarés. Devant l’ampleur du dépistage (1.800 personnes) et la gravité du problème, l’A.R.S (Agence Régionale de la Santé) mettait à disposition un camion (30.000 €) pendant 3 semaines.
        0r, à Saint Bauzille de Putois (34), le maire écrivait le 28/10 que des soudanais étaient bien arrivés et que  la « tradition d’accueil du village » continuait. Par contre, d’autres médias indiquaient qu’avec les soudanais se trouvait un Érythréen et un Pakistanais qui a été immédiatement hospitalisé dés son arrivée. Alors, en tant que mère de famille je me pose quelques questions. Sachant que les cas de tuberculose en vertu du règlement sanitaire international doivent être déclarés, je m’étonne du silence médiatique devant l’affaire d’Anglet. Le ministère de la santé a-t-il été associé à l’évacuation de Calais ? Des mesures prophylactiques ont elles été envisagées puisque l’on sait que les invasions migratoires mettent en danger la santé publique des français.
        Les migrants, dont le gouvernement impuissant à contrôler et à endiguer le flux, dispersent à travers le pays des maladies contagieuses, endémiques dans leurs pays d’origine et les amènent avec eux. Il convient de les dépister, les traiter pour les prévenir:
1°) Ce sont des affections parasitaires qui peuvent provoquer des bilharzioses urinaires et intestinales, des amibiases. Les docteurs Larivière (1) et Rousset (1) signalent que ces pathologies se répandent par voie génitale et contact buccal direct. Quant aux parasites du tube digestif, ils se développent dans le sol, l’eau, les milieux humides et restent infectants une vingtaine de jours. Aussi, il convient de veiller aux eaux de baignades et à la qualité des réseaux d’assainissement. Les moustiques peuvent transmettre le paludisme, la maladie du sommeil, la leishmaniose (les souches importées peuvent se recombiner avec celles présentes en France), la borréliose, la fièvre jaune, la dengue, le chikungunya…
2°) Ce sont aussi des maladies tropicales, lèpre, mycoses, des maladies sexuellement transmissibles comme la syphilis. Le docteur André Basset (1) fait observer que la lèpre, chez un migrant, peut demeurer sous forme latente ou inapparente et rester plusieurs années avant de se déclarer. Il préconise le dépistage aux frontières. Chez un migrant, la sérologie positive, séquelle de l’enfance n’est pas contagieuse, elle l’est en provenance d’un contact récent.
3°) C’est aussi la tuberculose, surtout sous la forme pulmonaire qui est la plus contagieuse. Le docteur Gentilini (1) indique que « chez le noir, elle est caractérisée par son polymorphisme, sa survenue entre le sixième et le vingtième mois de séjour en France ». Le docteur Coudrau (1) souligne lui aussi qu’elle touche surtout les africains noirs.
        Les migrants, le plus souvent africains, que l’on impose dans nos villages constituent donc un groupe à haut risque. Le Docteur Gentilini (1) tout comme l’O.M.S en 2016 préconise un dépistage systématique dés l’arrivée, et, au minimum tous les six mois, sur une durée de 18 à 24 mois. IL déclarait indispensable l’établissement d’un carnet de santé national pour tout immigré ainsi que la vaccination obligatoire par B.C.G bien qu’elle ait une protection limitée en raison de la sur contamination .
        L’Institut Pasteur recommande de surveiller les eaux et les aliments pour éviter d’exposer la population locale à des risques inutiles d’hépatites A, ainsi que diffuser l’information aux populations sur les risques d’hépatites B, laquelle se transmet par le sang et le sexe ;
        L’OMS demande un dépistage systématique des cas de Coronavirus (Mers-Cov) et la prévision de salles d’isolement car il peut engendrer des pneumopathies sévères. De même pour les porteurs de VIH et hépatites virales. Le réseau « sentinelles » avec Fanette Blaizeau, dés 2013 recommande la vaccination des migrants de plus de 16 ans par DT Polio, ROR et Méningo C.
        On impose au cœur de nos villages, comme à Arzon (56) ou à Sainte Marie (66) des populations de clandestins, réservoirs infectieux contaminants et rien n’est prévu pour la prophylaxie. C’est « sacs à maladie » sont de plus en plus difficiles à soigner car tout dépistage ou traitement leur parait discriminant. En l’état actuel de l’autorité de l’État, il semble improbable d’imaginer une quelconque contrainte.
        Or la situation est criminelle car il faut savoir que le crachat d’un homme atteint de tuberculose contient des bacilles pouvant survivre plusieurs mois dans la terre. De plus les animaux, porteurs de souches proches, peuvent les transmettre aux aliments… sans évoquer certaines pratiques avec les animaux… Le 19/03/16, l’ O.M.S signalait le risque très élevé de la tuberculose multi résistante chez les migrants. Il faut savoir que la résistance aux anti-microbiens rend mortelles des maladies devenues incurables telles que pneumonies, V.I.H, tuberculose et paludisme etc, mortelles aussi pour les populations d’accueil.
        Pour rappel, les eaux, la terre, les aliments, peuvent être contaminés même en évitant le contact direct. Alors, est il prévu de décontaminer les locaux, les moyens de transport de ces gens, interdire les baignades en rivière ou en piscine ? C’est une bien cruelle responsabilité qui échoit aux maires des communes d’accueil alors qu’ils n’y ont pas été préparés et ils auront pourtant à rendre des comptes. Ont ils demandé une décharge aux préfets ? Sont ils bien conscients de leurs responsabilités ?
NOTA
(1) In « la santé des migrants », Éditions Droit et Liberté-MRAP (1972) – peu suspect de sympathies identitaires
Une mère de famille (“Femmes en Colère”)

Migrants en mer : d’où proviennent ces gros canots pneumatiques ?

pneumatiques-migrants2

Le billet de Robert Langlois

 

        Tous les soirs que Dieu fait, on nous passe aux informations des images de migrants dérivant au droit des côtes libyennes sur d’énormes canots pneumatiques dépourvus de coque rigide, dépourvus de tableau arrière suffisamment dimensionné pour recevoir une motorisation en rapport avec leur taille.

        La prise au vent de ces bateaux, leur sous-motorisation et leur défaut de rigidité les rend totalement redevables au vent, au courant et donc in-manœuvrables. Ils sont incapables de tenir la mer et donc obligatoirement livrés à la dérive. Ces bateaux ne sont pas conçus pour naviguer ni loin ni longtemps ; juste pour tenir à flot quelques heures le temps d’éloigner leur cargaison d’un mile ou deux de la côte au plus –d’ailleurs, ils n’emportent pas de provision de carburant-.

        Sur la photo ci-dessus, on peut compter au moins une cinquantaine d’individus. Avant la crise des migrants, on n’avait jamais vu de bateaux pneumatiques de cette taille ni de cette capacité d’emport. Avant la crise des migrants, ce type de bateaux n’existait pas pour la simple et bonne raison qu’ils n’y avait aucune application connue qui justifie d’en construire. On n’en avait pas besoin, personne n’en aurait acheté, on n’en fabriquait donc pas.

Continuer la lecture de Migrants en mer : d’où proviennent ces gros canots pneumatiques ?