Montpellier, crime raciste : Joachim, 20 ans, poignardé à mort par l’Algérien « Momo le fou »

Le meurtre du jeune Joachim (étudiant, 20 ans), par un algérien -multirécidiviste, 6 fois condamné, sans activité-, jeudi soir 2 octobre 2017 rue St Guilhem à Montpellier, est une véritable tragédie. Je tiens, au nom de la Ligue du Midi, à apporter, en premier lieu, mon soutien amical aux membres de sa famille.

Simple précision mais d’importance, la rue Saint Guilhem est située en plein quartier historique dans le centre ville, il ne s’agit pas d’une zone de non-droit (pas encore) ou d’une banlieue érigée de tours de béton. Le crime s’est déroulé à 300 mètres de la préfecture, à 22 heures, heure où les terrasses de bistrot sur les placettes et le long des rues, sont bondées.

En tant que président de la Ligue du Midi, je tiens à alerter une fois de plus le danger encouru par les citoyens de Montpellier. La ville est devenu en quelques années un véritable coupe gorge et les appels au « vivre ensemble » entre communautés n’est qu’un rideau de fumée qui occulte la réalité « vraie »….

Sur le boulevard Gambetta où a démarré l’altercation, divers groupes ethniques se partagent ou plutôt se disputent quelques arpents de trottoir et si vous vous arrêtez à un feu rouge, des groupes vous interpellent pour vous proposer toutes sortes de substances autant toxiques qu’interdites (en théorie). La semaine dernière, je faisais remarquer, à des invités des « Assises de l’Enracinement », un petit groupe originaire des Balkans démontant des téléphones portables et jetant les résidus dans les escaliers du parking Gambetta (le petit commerce a du bon).

N’hésitons pas à le proclamer haut et fort, le meurtre barbare de Joachim est un crime raciste! Le climat ambiant qui présente systématiquement les « hommes blancs » comme coupables de tous les maux de la planète, provoque une haine de la part de nombre d’allogènes. Ces derniers n’hésitent plus à passer à l’acte, d’autant que nombre d’entre eux sont atteints de troubles psychiatriques (les fameux « déséquilibrés »). Ceci ajouté à l’inefficacité des services judiciaires qui, cultivant le thème du « bon sauvage » et la culture de l’excuse pour les anciens colonisés, relâchent dans la nature des multirécidivistes. D’après le procureur, l’assassin de Joachim « Momo le fou », comme le surnomment les commerçants du quartier, n’aurait jamais été condamné à 10 ans de prison pour meurtre en 2013 comme cela avait circulé dans la presse et sur le net. Il aurait tout de même été condamné à Montpellier à 1 an d’emprisonnement ferme pour des violences. Ceci étant, il n’empêche que le « petit blanc » est désormais une proie facile puisque dévirilisé dès son plus jeune âge par la propagande de l’Establishment.

La Ligue du Midi a déjà effectué plusieurs tournées citoyennes afin d’alerter la population et les pouvoirs publics sur l’insécurité à Montpellier. Les Mineurs Étrangers Isolés sont coutumiers des faits de vols avec violence. Nous alertons les pouvoirs publics sur l’insécurité et la peur régnant dans le « triangle-ghetto » délimité par le boulevard Gambetta, l’avenue Clémenceau et le boulevard Renouvier auquel il faut rajouter le plan Cabanes et le quartier Figuerolles. Avec en points noirs, le « squat des albanais » au temple protestant et la place Salengro. C’est là qu’un militaire de l’opération Sentinelle a reçu il y a quelques mois des coups de couteau… de la part d’un de ces « bienvenus en France ».

Pour que la paix et la sécurité reviennent à Montpellier, la Ligue du Midi exige :

– une présence permanente de forces de l’ordre au niveau du Plan Cabanes
– le démantèlement des trafics en tous genres qui pourrissent le quartier (téléphones, drogue, cigarettes, faux documents administratifs…)
– l’augmentation des équipages de la Brigade Anti Criminalité la nuit tombée dans l’Écusson
– l’expulsion immédiate du territoire des délinquants étrangers
– la fin de la « culture de l’excuse » et l’application intégrale de la loi.

 

Maîtres chez nous !!!

Lettre ouverte de Richard Roudier président de la Ligue du Midi à Kleber Mesquida, président du Conseil Départemental de l’Hérault

Monsieur le Président,

Lors de sa séance du 17 septembre, l’assemblée que vous présidez a consacré pratiquement 25 minutes à débattre d’une motion, bassement politicienne, visant à faire pression sur la Justice pour faire condamner le président de la LIGUE du MIDI. La visite que j’ai effectuée dans les locaux de l’association R.A.I.H, avait pour unique but de dénoncer la gabegie des subventions aux mineurs migrants et aux autres clandestins versées avec l’argent des contribuables héraultais dont je fais partie. A aucun moment la question de fond, du bien fondé de ces subventions n’a été abordée, pas plus que le coût global pour la collectivité Héraultaise, que la véracité du salaire du porteur de projet qui serait d’après nos sources de 7.800 €/mois ; aussi, je m’autorise à vous adresser la présente réponse à laquelle j’espère que vous voudrez bien consacrer quelques minutes de votre temps.

Je relève que la motion que vous avez défendue est apparue en séance sans avoir été préalablement communiquée aux participants. Ainsi, votre opposition n’a pas eu le temps ni de l’analyser ni de préparer ses réponses. Elle n’a pu que réagir sur le fait, prise de court et dans l’impréparation. Je m’autorise à relever le caractère déloyal de cette pratique qui visait à museler votre opposition. Très petit jeu qui n’est pas à porter à votre crédit.


J’ai été très surpris de votre silence absolu sur les vraies violences commises en France et sur leurs auteurs : 240 morts, 964 blessés suite aux attentats commis par des islamistes depuis 2015. Sans compter les tentatives d’assassinats, exactions et actes de violence commis quotidiennement contre les militaires, les forces de police, la gendarmerie et la population civile ; en plein état d’urgence pourtant. Pas un mot…

Dans notre département et en particulier à Montpellier, on eut apprécié que vous fassiez preuve de la même vigilance en ce qui concerne les occupations illégales, les campements sauvages, viols, vols, exactions et autres violences commises par les ‘’réfugiés’’ dont vous encouragez la venue et le maintien illégal sur notre sol. De même que les exactions commises par le public de jeunes (il paraît qu’ayant vieilli prématurément, le Conseil de l’Europe a été obligé de créer une présomption de mineur pour les migrants). Pas de motion pour les femmes violées, les montpelliérains attaqués, dépouillés, ni les militaires de « Sentinelle » dont un blessé à coup de poignard -ces faits se sont étalés tout l’été dans les médias-…

Cela fait bien des sujets tous orientés vers le même but qui est celui de la destruction de la cohésion sociale de notre pays. Aucun risque que vous y consacriez quelque débat. Bien au contraire, votre vertueuse majorité ne trouve aucun motif de s’exprimer sur aucun de ces sujets. Pire, elle les tait et vous tentez “ d’embrouiller “ vos opposants élus qui voudraient en parler.

De l’autre côté, rien ou quasiment rien de réellement sérieux de la part des organisations ou mouvements patriotes que vous qualifiez “d’extrême droite”. Malgré vos angoisses obsessionnelles et vos fantasmes, rien dans notre camp, rien de la part de la LIGUE du MIDI qui pourrait justifier votre ire et que vous clouez pourtant publiquement au pilori.

À ce point d’iniquité, la classe politique a perdu tout crédit dans l’opinion. On vient d’en voir la manifestation par l’abstention d’ampleur lors des deux dernières élections pourtant majeures pour notre pays. Incapable de comprendre cette leçon historique, votre caste politicienne persiste dans son aveuglement et dans son attitude que le peuple de France ne supporte plus. Les tentatives de répression de vos opposants n’y feront rien. Vos politiques successives ont fait entrer l’Histoire dans un cycle tragique. C’est irréversible. vous abandonnerez le pays dans le chaos que, socialistes et libéraux collusés, aurez vous même créé. Aux mêmes causes les mêmes effets. En effet, vous avez tout à fait raison d’être inquiets. Ce qui vient va vous submerger.

La visite que j’ai rendue à l’association R.A.I.H, que vous protégez, n’avait rien de violente, d’ailleurs je ne suis pas poursuivi pour des violences mais pour des jets de papiers. Elle s’est simplement voulue spectaculaire. Pas de séquestration, pas de destruction de biens, seulement une mise en scène que nous assumons parfaitement puisque nous l’avons signée et rendue publique. L’amalgame que vous faites et la qualification de violence extrémiste que vous attribuez à notre action relève de la malhonnêteté ou du fantasme. Une de vos conseillères allant jusqu’à me reprocher d’avoir agi à visage découvert et d’en être fier. Vous le savez très bien, la violence dans le pays ne vient pas de notre camp, bien au contraire et il suffit de comparer avec l’attitude des “ brûleurs de flics du Quai de Valmy “, abondamment cagoulés et murés dans des dénégations insoutenables.

En cela nous appliquons des méthodes strictement inverses des vôtres qui encouragent la violence d’ extrême-gauche. Là où vous jetez de l’huile sur le feu, nous agissons avec mesure et retenue. Nous sommes des lanceurs d’alerte que l’exclusion des grands médias relègue dans l’expression et l’action symbolique et spectaculaire telle celle du bateau “C-Star Defend Europe” empêcheur de migrer en rond. Nous agissons, là où vous nous avez placés et avec les seuls moyens que vous nous laissez. Vous êtes bien les derniers à pouvoir nous en faire le reproche. La seule vraie violence dans l’affaire qui a tant occupé vos débats est la violence policière extrême qui s’est exercée sur ma personne dans les geôles du Tribunal de Montpellier. Mais là dessus pas un mot, pas une motion. Qu’un citoyen entre dans un commissariat de la République pour une audition libre en bonne santé le lundi matin à 10h00, et ressorte le mardi à 14h00 du dépôt du palais de justice dans l’ambulance des pompiers avec 2 fractures ouvertes, une artère sectionnée et 21 jours d’ITT ne semble pas interpeller le démocrate que vous n’êtes pas –ceci avec plainte pour violences policières déposée par mon avocat auprès du procureur de la République-. Que le pouvoir moleste et blesse vos opposants vous paraît tout à fait normal et sans doute très sain. L’état policier qui est en train de devenir totalitaire n’hésite plus à brutaliser les opposants réels pour les condamner au silence. Vous et votre assemblée parachevez ce triste travail.

Kleber Mesquida jette le journal d’Anne Frank en pleine séance du Conseil départemental

Vos positions sont minoritaires dans l’opinion publique : plus de 80 % des français sont pour le rétablissement du contrôle aux frontières, plus de 60 % sont opposés à l’accueil des réfugiés. Sur ce terrain comme sur tous les autres d’ailleurs, vous êtes désavoués par l’opinion publique qui vous conteste désormais tout magistère moral.

Votre discours et vos méthodes sont totalitaires. Lors des débats, vous avez raréfié la violence politique à celle exercée par les seuls syndicats, faisant volontairement abstraction de celles exercées par tous ceux qui concourent à la destruction de la cohésion nationale : islamistes, groupes ultra violents d’extrême -gauche, réfugiés et groupes ethniques ouvertement racistes. Vous feriez bien de vous revoir dans cette séquence à la tribune, peut-être votre conscience se réveillerait-elle. Comme si la violence politique s’arrêtait à celle des syndicalistes que pour notre part nous ne condamnons pas forcément. Qui croyez vous duper avec ce piètre raccourci, sinon vos affidés transparents ou incapables de lire correctement un texte comme la malheureuse conseillère porteuse de cette motion? Un brin de nostalgie dans ce débat : l’intervention de Claude Barral, qui comme d’habitude a parlé pour ne rien dire ; on se souvient qu’avant d’être dégagé de la mairie de Lunel,  il vendit ses “compétences d’entomologiste” en se  faisant grassement rémunérer un rapport de 16 pages sur la “vie du moustique dans la vallée du Vidourle” (battant ainsi le record des Tibéri), alors que son responsable de la Police municipale organisait au vu et au su de la mairie une filière marocaine dans le sens Maroc-France sans retour avec papiers garantis. On a toujours besoin de gens compétents…

Aveuglé par la peur de perdre le pouvoir, vous versez dans la confusion et prétendez exercer une pression sur la Justice. Comment une assemblée comme la vôtre peut-elle s’autoriser à faire pression de cette manière en demandant une condamnation exemplaire? Votre motion est anticonstitutionnelle malgré la modification de forme que vous avez été obligé d’introduire à la demande du conseiller BEC, ancien procureur de la République, contraint de vous ramener à la raison en vous administrant un cours de droit constitutionnel en pleine assemblée. La séparation des pouvoirs vous interdit de faire pression sur la justice. Comment le président d’une assemblée républicaine comme la vôtre s’autorise t’il un tel dépassement de son pouvoir et de sa fonction ? Sérieusement, êtes-vous en état d’exercer le pouvoir qui vous est confié, ou bien l’aveuglement, l’enragement vous ont-ils fait perdre toute lucidité ? Pourquoi un homme de votre âge et dans votre position sociale est-il encore à ce point enragé ? Le pouvoir que vous représentez n’a pas à se mêler de la Justice qui est indépendante. Non seulement votre motion était nulle et non avenue, mais en plus elle est anticonstitutionnelle.

Vos imputations sont fallacieuses et perverses. Vous imputez à la LIGUE du MIDI de se revendiquer ouvertement d’appartenir à “l’extrême droite”. Où avez-vous vu cela ? Vous pouvez relire tous nos textes, ils sont publics. Jamais la Ligue ne s’est revendiquée de cette mouvance. Pourtant, vous vous autorisez à lui imputer cette qualification que des décennies de propagande ont rendue infamante. Il s’agit là de méthodes totalitaires inspirées des pires procès staliniens. Alors oui, avec la LIGUE du MIDI, je revendique des positions totalement opposées aux vôtres sur l’identité, l’immigration, l’enracinement, la submersion migratoire.

Pour conclure, observons le nervosisme et la perte de mesure de votre pouvoir et de votre personne. Vous vous autorisez à appliquer des méthodes totalitaires et perverses dans l’assemblée que vous présidez : pression anticonstitutionnelle sur la justice, déni de vérité, muselage de vos opposants en séance, attaque infondée et mensongère contre la LIGUE du MIDI.

Plutôt que d’occuper votre assemblée de manière aussi stérile, vous feriez mieux d’infléchir votre politique dans le sens des attentes majoritaires des 77% de la population qui n’a pas voté pour vous, celui de l’identité, du refus de l’immigration massive, du besoin de sécurité.

Enfin, je vous invite à mesurer que tant que la partie la plus exaspérée du peuple de France sera canalisée par des organisations responsables comme la LIGUE du MIDI, contrairement aux fantasmes et aux obsessions qui occultent votre lucidité, le désastre qui s’annonce ne viendra pas du camp des patriotes. Vous ne pourrez pas lui en imputer la responsabilité. La catastrophe, pour l’instant encore à basse intensité, est en train de prendre corps et de gonfler. Elle le fait sous l’action subversive de ceux que vous protégez et dont l’objet est clairement la destruction de la cohésion sociale de la France.

Soyez assuré que l’Histoire ne manquera pas d’imputer les vraies responsabilités dans ce qui s’annonce et qui est maintenant irréversible.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations patriotiques.

Richard ROUDIER

Président de la LIGUE du MIDI

Logements d’urgence des immigrés : gros business pour le groupe ACCOR et les assureurs privés

ACCOR

Le billet de Robert Langlois

        Cela a déjà été évoqué ici, l’arrivée massive de migrants est raisonnée, décidée et organisée au plus haut niveau. Elle est destinée à créer de la croissance et du gros business pour le privé aux frais de l’État; donc à nos frais. Tout cela est financé par de la dette publique qui sera in fine compensée sur le patrimoine financier et foncier de la classe moyenne de souche.

L’affaire du rachat de 62 hôtels F1 du groupe privé ACCOR par le groupe public SNI

        Grâce à BORLOO (et à SARKO), le groupe ACCOR se défausse de 62 cadavres aux frais du contribuable et redéploie son business vers des secteurs plus rentables. Les 62 hôtels F1 rachetés par la SNI bâtaient de l’aile et plombaient l’exploitation du groupe ACCOR. Qu’en faire ? Tout simplement les refourguer à l’État pour y loger des migrants, lever le cash et relancer un business bien plus rentable sur les marchés émergents et dans le secteur du luxe.

        Le principe de ce montage a été promu par « l’idéaliste » BORLOO ministre de SARKOZY dûment conseillé par les bons lobbies. L’idée des RHVS (Résidences Hôtelières à Vocation Sociale) ou ‘’Logis-relais » lancée par BORLOO en 2006 a finalement vu le jour en 2017. Cela faisait déjà 10 ans que le groupe Accor était dans la boucle et prêt à créer une société commune avec la Caisse des Dépôts et le 1 % logement.

(suite…)

Quand Richard Roudier montre la lune, la députée Muriel Ressiguier veut lui couper le doigt

Communiqué de la Ligue du Midi

      Alors que des clandestins poignardent tranquillement des militaires de l’opération Sentinelle à Montpellier, l’extrême gauche veut dissoudre la Ligue du Midi.

        Il aura fallu quelques feuilles en l’air pour que l’extrême gauche montpelliéraine trouve son nouvel exutoire. Après s’être déchirés lors des élections législatives dans l’Hérault, communistes et mélenchonistes sont de nouveau main dans la main pour le combat ultime : la dissolution de la Ligue du Midi !

        Cette extrême gauche nauséabonde, n’a qu’un fantasme, voir notre identité charnelle, historique, pluri-millénaire, remplacée par une « culture » mondialisée, aseptisée, artificielle, sans saveur et sans couleur, une culture au service de l’ultra-libéralisme économique qu’elle prétend pourtant dénoncer.

        Cette extrême gauche qui se moque de voir les Montpelliérains, chaque jour, agressés par des immigrés clandestins, appelés hypocritement « mineurs non accompagnés » , cette extrême gauche pour qui l’attaque au couteau de militaires français par des immigrés albanais, n’est qu’un “petit fait divers” voire “l’expression d’un sentiment d’incompréhension et d’exclusion”, cette extrême gauche, qu’elle soit incarnée par Nicolas Cossange ou bien Muriel Ressiguier, n’a qu’une priorité, détruire ceux qui refusent de voir notre peuple disparaître. Et bien cela n’est pas prêt d’arriver !

        Nous, défenseurs de notre identité, ne craignons ni les menaces ni les coups de cette bande d’hypocrites qui prennent systématiquement la défense de l’étranger et qui n’éprouvent aucune émotion pour les souffrances de notre peuple victime d’une véritable invasion, une invasion qui, comme hier, divise le pays en deux camps, celui des résistants et celui des collabos !

        Quand Richard Roudier, à coup de feuilles de papier, dénonce un danger mortifère pour notre pays, Muriel Réssiguier exige qu’on le prive d’une liberté fondamentale… On sait au moins maintenant à quoi sert un député.

En Italie comme partout en Europe, “grand remplacement égale grand dépouillement”

Le billet de Robert Langlois

        Littéralement submergée, l’Italie ne sait plus où loger les migrants qui ont envahi son sol. Déjà la pénurie de logements touche très durement les Italiens de souche. Nombre d’entre eux sont très mal logés dans des immeubles construits dans l’urgence et de très mauvaise qualité dans les périphéries de toutes les grandes villes du pays. On visite rarement ce genre de quartiers quand on fait du tourisme dans ce merveilleux pays, pourtant, cette réalité existe à très grande échelle. Partout du Nord au Sud du pays les Italiens sont très mal logés.

        La pénurie et les difficultés d’accès au logement sont telles qu’elles interdisent très souvent la cohabitation entre générations. Ainsi, il suffit d’avoir circulé dans le sud de l’Italie, à partir de Rome, pour voir le soir venu, ces files de voitures à l’arrêt les unes derrières les autres sur le côté des tunnels routiers, autour, et dans les grandes villes, et comprendre l’ampleur du problème. Les vitres de ces véhicules sont occultées par du papier journal car elles hébergent les ébats amoureux des jeunes couples qui sont obligés de vivre chez leurs parents la trentaine passée, très souvent dans de petits logements, ce qui ne facilite pas la cohabitation entre générations.

(suite…)