Pas de subventions pour financer l’invasion !!!

Pas de subventions pour financer l’invasion !!!

Discours d’Olivier Roudier lors de la Manifestation contre l’insécurité devant la Préfecture de Montpellier

Chers camarades, chers amis,

La Ligue du Midi vous a rassemblés aujourd’hui devant la préfecture de Montpellier pour dénoncer, devant les pouvoirs publics, une situation sécuritaire qui est devenue insupportable.

Sachez qu’en l’espace de 20 ans, le nombre de victimes de violences a quintuplé à Montpellier, si bien que l’insécurité dans les rues du centre-ville est désormais devenue un sujet de préoccupation central.

Mes amis vous le savez, les échéances municipales se précisent et certains, élus comme médias, cherchent à occulter la question sécuritaire. Leur quotidien de privilégiés n’est pas le nôtre… Ils ont beau nier le réel, il n’empêche qu’un récent sondage BVA plaçait l’insécurité en tête des préoccupations des montpelliérains pour les prochaines élections.

Voilà pourquoi la Ligue du Midi vous a rassemblés !!! Nous voulons que les questions de sécurité figurent au centre de cette campagne électorale… Il est temps que les pouvoirs publics et les élus prennent enfin leurs responsabilités ! Il est temps de régler le problème des mineurs isolés… de régler les problèmes liés aux mafias de migrants et aux associations qui les font venir chez nous !

Car, vous le savez, à Montpellier s’est développé depuis plusieurs années une délinquance spécifique liée à l’arrivée de mineurs isolés étrangers ou encore de migrants albanais. Des migrants généralement accueillis par des associations subventionnées et soutenus par des militants d’extrême gauche qui les hébergent dans leurs squats.

Sous la double pression de l’insécurité et de la spéculation immobilière, les montpelliérains sont désormais obligés de fuir le Clapas. Mes amis, cela fait mille ans que nos ancêtres ont fondé cette cité… Ce n’est pas à nous de fuir, ce n’est pas à nous d’avoir peur… Parce que Montpellier c’est chez nous et que nous entendons bien rester les maîtres chez nous !!!

Il n’y a pas de fatalité à l’implantation de clandestins et à leurs nuisances… Il n’y aurait pas d’invasion sans les éternels collabos qui préparent le lit de l’occupant… Les clandestins s’installent là où associations subventionnées et militants d’extrême gauche les installent.

Et je n’invente rien… En 2017 déjà, un rapport confidentiel des renseignements territoriaux avait fuité dans la presse. Ce rapport révélait comment la mafia albanaise s’était implantée sur le Cour Gambetta grâce à une association d’aide aux migrants, l’association GAMMES, dont le président n’est autre que l’ancien préfet de l’Hérault Daniel Constantin ; et nous n’oublions pas que c’est dans les locaux de Gammes que la police a interpellé des migrants albanais recherchés pour une attaque à l’arme blanche.

Cette association, située au 6 rue Saint-Barthélemy, reçoit non seulement des financements privés mais aussi des subventions du Département, de l’Europe, de la région Occitanie, de la Métropole et encore de la mairie de Montpellier.

Elle est donc bien connue des autorités, d’autant plus qu’en mars dernier le personnel de l’association lui-même manifestait pour dénoncer les violences récurrentes dont ils faisaient l’objet, à savoir 56 agressions en 2018, soit plus d’une par semaine.

Nous n’oublierons pas non plus que c’est au squat Bonnard, Centre Social Autogéré par les antifas, que les membres d’un réseau de cambrioleurs albanais ont été interpellés.

Et jusqu’à présent aucune réponse des pouvoirs publics… A la mairie, Saurel en appelle au préfet mais continue de subventionner… Au Département, Kléber Mesquida indique ne pas pouvoir peser sur la question mais continue de subventionner… Quant à la préfecture, il semblerait qu’elle n’était pas non plus en mesure d’agir dans un dossier impliquant l’ancien préfet Daniel Constantin…

             

Monsieur le préfet, vous qui venez de prendre vos fonctions, agissez !!!

La place d’un albanais délinquant, n’est pas en ville… Sa place, c’est en prison puis à Tirana !!!

Et les associatifs immigrationistes qui se gavent de fonds publics pour lui venir en aide doivent être considérés comme ses complices et, à ce titre, privés de tous financements. Pas de subventions pour financer l’invasion !!!

             

A ce propos, Monsieur le préfet, auriez-vous des nouvelles de Béatrice Hervouet ??? Vous vous souvenez l’ancienne présidente de l’association RAIH d’aide aux mineurs étrangers qui a été mise en faillite et fermée suite au carnaval impromptu que nous avions organisé dans ses locaux.

Je vous rappelle que c’est grâce à l’alerte que la Ligue du Midi a lancée, c’est grâce à la campagne que nous avons menée que le Conseil départemental de l’Hérault a diligenté des investigations qui ont permis de découvrir que cette association crapuleuse et sa présidente trichaient sur l’âge des migrants afin de toucher davantage de subventions.

Monsieur le préfet, nous nous inquiétons des suites judiciaires données à l’affaire… Béatrice Hervouet a-t-elle été placée en garde-à-vue avant d’être entendue ? Quand sera-t-elle convoquée devant un tribunal pour escroquerie ? Kleber Mesquida président du Conseil départemental s’est-il porté partie civile ?

             

Monsieur le préfet, nous sommes des lanceurs d’alertes et la Ligue du Midi n’intervient que là où l’État est défaillant…

Monsieur le Préfet, votre mission première est d’assurer notre sécurité qui est le premier des droits.

Acquittez-vous-en, ou il se pourrait bien que dans un esprit de subsidiarité les Montpelliérains finissent par s’en charger eux-mêmes.

Olivier Roudier

Olivier Roudier

Dehors les cons !!!

Dehors les cons !!!

Le billet de Patrick Jardin

Des cons, on en rencontre partout. J’en ai côtoyé et j’en côtoierai encore mais des comme cet idiot complètement inutile qu’est Attali, là c’est vraiment du lourd. Comme disait Audiard « lorsque les cons marcheront au plafond… » et bien Attali aura la tête en bas. Le pire, comme il disait, c’est que les cons ça ose tout, et là encore s’il fallait une confirmation concernant Attali, nous l’avons trouvée. Imaginez-vous que durant de nombreuses années, il a vanté le multiculturalisme, allant même jusqu’à déclarer que l’invasion migratoire allait sauver l’Europe. Maintenant, il a l’air, je dis bien a l’air, car avec ce genre de personnage, les retournements de veste sont quasi quotidiens, de se rendre compte qu’en fait l’immigration massive va nous mener à la guerre civile. Mieux, il déclare maintenant que la France est plus exposée que les autres pays. C’est un miracle, il vient de comprendre que la voie sur laquelle il a essayé de nous mener durant tant d’années, en fait, nous amène à la guerre civile. À croire que cet abruti se bonifie avec l’âge, contrairement à ses principes, comme quoi les vieux coûtaient trop cher à la société et qu’il fallait les euthanasier. Bien entendu, en s’excluant de ce processus atroce, lui qui a 76 ans…

En ce qui le concerne, cela aurait été dommage, vu qu’en vieillissant il attrape une once de lucidité, tout comme Giscard qui admet dorénavant que le regroupement familial était une erreur !

J’ai toujours eu une aversion pour ce type mielleux, coiffé comme un dessous de bras, et qui a un regard sournois démontrant que ce type est franc comme une planche pourrie. Ce n’est pas pour rien qu’il s’entendait bien avec « Tonton ».

Hier j’ai assisté au débat de notre ami Éric Zemmour avec Bernard-Henri Lévy. Zemmour l’a emporté 10 à 0. Notre philosophe raté et efféminé, à la chemise blanche immaculée, socialiste à souhait, est à la tête d’une petite fortune de 150 millions d’euros. Il essaie de démontrer à Zemmour que la France n’est pas envahie, n’est pas occupée et donc n’est pas en danger. Il affirme qu’en fait c’est Zemmour et le RN le danger pour la France, et bien entendu, il faudrait croire ce clown triste qui habite dans un luxueux riad à Marrakech et qui voudrait donner des leçons aux Français qui vivent tous les jours avec les attentats, les vexations et les humiliations !

Ce BHL a tous les culots. Il affirme qu’il est pour l’islam des Lumières et l’islam républicain. Comme si cela existait ! L’islam est tyrannique, totalitaire et soumission, mais force est de constater que par où passe Bernard-Henri Lévy s’installent la guerre et la charia. Il suffit de se souvenir de ce qui s’est passé en Serbie et surtout en Libye. BHL aime les peuples mais pas le peuple français !

Tant qu’à parler des cons, on ne peut pas en parler sans citer Yassine Bellatar, ce soi- disant humoriste, qui ne fait rire que lui et ses congénères, et a été nommé par Emmanuel Macron au conseil présidentiel des villes. Encore un truc inutile qui ne sert qu’à payer et à faire plaisir aux copains de Macron. Et bien ce clown triste, après avoir lâché son mentor, a le toupet de menacer le ministre Blanquer de ne pas se rendre dans le 93 ! Comme si en France il y avait des zones de non-droit ! M. Bellatar, chaque citoyen peut se rendre où il veut et a fortiori un ministre. Les musulmans n’ont AUCUN droit supplémentaire, bien au contraire ! Jusqu’à présent ils sont encore inférieurs en nombre et n’ont droit qu’à la fermer. Ce n’est pas un pseudo-humoriste musulman qui va faire la loi chez nous. Si cela ne vous convient pas, DEHORS !

Quant au voile que vous défendez si bien, sachez qu’en France il ne fait pas partie de nos coutumes et qu’il existe 58 pays dans le monde où vos femmes pourront le porter sans être inquiétées. Les Français en ont marre de toutes ces provocations, de ces brimades et de ces soumissions. Maintenant c’est STOP. TERMINÉ ! Nous n’en pouvons plus ! Alors soit vous vous intégrez et c’est avec plaisir que vous pourrez vivre dans notre pays et profiter de tous les bienfaits de la France qui vous nourris.

SINON RETOUR AU BLED !

Pan ! Dans la gueule pour les kollabos progressistes au parlement européen

Pan ! Dans la gueule pour les kollabos progressistes au parlement européen

Communiqué de la Ligue du Midi

Chacun sait que la Ligue du midi défend la stratégie des petites victoires qui permet de remettre en confiance nos militants et le peuple souvent décoiffés par la hargne et l’outrecuidance, sans limites, de l’intelligentsia. Et pour le coup nous avons toutes raisons de nous réjouir, après cette victoire au parlement européen réuni en session plénière à Strasbourg ce jeudi 24 octobre qui a vu un texte favorisant les ONG pro-migrants en Méditerranée, rejeté !

Toute victoire, impliquant forcément une défaite pour l’autre camp, c’est une défaite d’autant plus amère pour les progressistes que cette résolution repoussée sur le score de 288 eurodéputés pour et 290 contre.

Cette résolution arrivait donc à la suite de l’effacement de Matteo Salvini en Italie et devait relancer avec force la « pêche aux migrants » en Méditerranée orientale : « mise en place de corridors humanitaires, affirmation du droit inconditionnel de sauver, interdiction du délit de solidarité et de la criminalisation des humanitaires sur tout le continent, répartition obligatoire des migrants dans les pays européens ».

Le texte dénommé « Opérations de recherche et sauvetage en Méditerranée », porté principalement par les socialistes (2ème groupe par importance au parlement européen) a donc été rejeté. On se souvient que la gauche et les libéraux avaient pourtant reçu en grande pompe, début octobre à Bruxelles, la capitaine du Sea Watch, Carola Rackete -au nom prédestiné, quand on sait que le sauvetage des migrants est un business des plus lucratifs- qui avait forcé en juin dernier le blocus des ports italiens mis en place par Matteo Salvini, dans le but de débarquer toujours plus de migrants en Europe.

Le vote semblait d’avance bouclé, car approuvé par plusieurs forces politiques allant des centristes de Renew (Macron) à l’alliance progressiste des socialistes et démocrates en passant par les écologistes et l’extrême gauche. Mais l’alliance de « la droite des valeurs », mêlant le PPE (droite républicaine), les eurosceptiques du CRE et le groupe Identité et démocratie (auquel appartiennent les élus RN) a réuni la majorité des votants.

Comme l’a souligné fort justement Nicolas Bay, Euro-Député français RN, Vice-Président du groupe Identité et démocratie : « Aujourd’hui, le Parlement européen a mis Mlle Rackete et ses amis en garde. En agissant au plus près des côtes libyennes, parfois jusque dans les eaux territoriales, ces ONG font le jeu des trafiquants d’êtres humains. Leur agenda n’est pas humanitaire, mais politique : ils veulent imposer l’immigration massive à l’Europe ! L’unique façon de stopper l’immigration illégale et de mettre fin aux morts en mer est d’empêcher les bateaux de quitter les côtes africaines ».

Cerise sur le gâteau, à quelques jours d’intervalle de l’affaire Goulard, « Macron Jupiter » vient de voir s’éloigner ses fantasmes de super monarque européen. Notre donneur perpétuel de leçons, a fini par agacer et révulser durablement les euro-députés de droite qui votent dorénavant en bloc contre lui quel que soit le sujet traité.

Victoire dans les urnes suite à plusieurs actions des identitaires sur le terrain… que demande le peuple ?

Nouvelle ruée vers l’or : Bordeaux accueille les migrants avec « tapis rouge »

Nouvelle ruée vers l’or : Bordeaux accueille les migrants avec « tapis rouge »

Le billet de François Jay

Bordeaux n’échappe pas aux squats, épidémie nationale. Ce sont en majorité des migrants qui occupent illégalement terrains, parkings, hangars, immeubles de bureaux, logements individuels ou collectifs.

Le phénomène, bien que concentré sur la Métropole bordelaise, touche aussi toute la Gironde. Les occupations illégales sont en progression, + 13% en 8 mois… mais les chiffres ne sont pas fiables. Ils sous estiment à la fois le nombre de squatters -plus de 1100 sur Bordeaux- et le nombre de sites. Ce qui semble sûr, c’est que la Gironde est le quatrième département le plus squatté de France, et Bordeaux se trouve sur la troisième marche du podium derrière Nantes et Marseille… Plus de 100 sites squattés sur le territoire de la Métropole.

 

Surtout des ressortissants des pays de l’Est

Les squatters sont en majorité des ressortissants d’Europe de l’Est, seulement 20% sont des non européens. A part leurs accompagnateurs d’extrême gauche, ils sont en majorité Roms, originaire de Roumanie ou de Bulgarie. Ils font partie de populations qui ont été victimes de discriminations, même d’esclavage, depuis le Moyen Age. Ils arrivent jusqu’à Bordeaux assez facilement, par la route. Ils bénéficient de la libre circulation dans l’espace Schengen. Ce sont des familles entières qui arrivent, quelque fois tout le village, mais aussi des enfants sans leurs parents. 25% des habitants des squats sont des mineurs.

 

Encadrés et conseillés par des gauchistes

Les squats ne sont pas tout à fait spontanés. Les associations gauchistes conseillent, encadrent et exploitent les migrants. La méthode pour réussir un squat est synthétisée dans un guide (disponible en ligne), que ces populations, souvent illettrées, ne pourraient pas utiliser sans secours de militants dévoués et… intéressés. Comme des maquereaux, les gauchistes prélèvent une obole, souvent sous forme de loyer… C’est un véritable business organisé au niveau européen ! Un des conseils de ce guide est d’occuper de préférence des bâtiments publics non utilisés. Le temps de réaction est plus long, la vigueur de la protestation plus réduite… et des bâtiments publics vides cela ne manque pas… Gestion publique oblige.

 

Généreux avec notre argent

Les squats ont tendance à troubler l’ordre public : Suroccupation, bruits, vols agressions… Les autorités, bien que lentes à la détente, sont bien obligée d’intervenir. Et cet été, sur consigne de Macron, la Préfète a procédé à un grand nombre d’expulsions, rappelant brusquement qu’il y a, à Bordeaux, des problèmes cruciaux de logement. La population augmente de 1,5% par an, malgré le taux particulièrement faible de natalité de la population autochtone. Mais les élus ont trouvé la solution, si le privé ne peut répondre, ils logeront les squatters. Ne vous inquiétez pas, ils n’ont pas été touchés par la grâce, ce n’est pas chez eux qu’ils comptent le faire, ils vont tout simplement utiliser notre argent.

 

Bordeaux Métropole vote des crédits pour les squatters

A l’unanimité des élus, sauf une voix, celle du RN-SIEL, les élus se sont montrés généreux et ont voté le principe de l’ouverture d’ETI et de la mise à disposition de LTI. En clair les ETI, Espace Temporaires d’Insertion, des camps pour ROM, mais officiels ceux-là, et des LTI des Logements Temporaires d’accueil. Tout cela pour des coûts énormes, comme sait si bien le faire l’administration. Pas de limite en nombre, ni en durée. Nous voilà rassurés, nos migrants seront bien traités. Il est prévu un budget de 24.000 € / an et par famille pour l’accompagnement, c’est à dire pour les conseils pour l’accès aux droits : soins, école, santé, formation, alphabétisation… mais tout cela est conditionné à l’engagement des squatters de s’installer en France. Il ne faudrait pas qu’il leur prenne l’idée de rentrer au pays.

 

Des camps de dispersion à 1 250 000 €

L’aménagement de chaque camp, qui recevra ensuite des habitations légères mobiles, comprend parkings, voirie, adduction, espaces verts. Pour environ 1 250 000 € hors prix du foncier… Le coût prévu de la gestion de chaque camp sera de 400 000 € /an. Mais il ne s’agit pas de camps de concentration, mais plutôt de camps de dispersion, puisque le nombre de famille sera limité et les camps seront répartis sur tout le territoire. C’est le nombre de camps qui n’est pas limité.

Ces chiffres donnent le tournis, mais, pas d’inquiétude, rien ne transparaît dans la presse. Le contribuable continue de dormir paisiblement. Par contre c’est l’affolement parmi les bénéficiaires…

 

Le problème ROM en voie d’être réglé

Vis à vis des habitants autochtones, pas un bruit, pas une ligne dans Sud-Ouest. Par contre la nouvelle est bien parvenue jusqu’en Bulgarie, Roumanie, Slovénie, Tchéquie, Serbie, Monténégro etc.… les bénéficiaires ont bien fait passer le message. Pareille générosité ne pouvait pas rester secrète. Des candidats au statut d’allocataires se révèlent chaque jour. L’existence de cet Eldorado de la prestation sociale suscite des vocations de chercheurs de prestations. Nous assistons à une ruée vers l’or vers la CAF.

 

Des villages entiers se mettent en mouvement. Et formidable, le problème ROM des pays de l’est est en voie de résolution. Nos élus ne seront jamais assez remerciés…

A Talence, banlieue chic de Bordeaux, l’État organise le logement indigne

A Talence, banlieue chic de Bordeaux, l’État organise le logement indigne

Une brève de François Jay

 

Grosse inquiétude des habitants de la rue Lamartine, à Talence, au sud de Bordeaux, l’Etat installe un camp pour migrants en pleine banlieue résidentielle. Le maire tente de rassurer les riverains : le camp sera fermé la nuit et un vigile surveillera l’unique entrée, la police passera régulièrement. C’est rassurant, en effet

Le terrain appartient à l’université : un hectare avec un château, une bibliothèque, des bâtiments classés, et aussi des bâtiments universitaires… qui vont être démolis. Le tout n’est plus utilisé et avait été squatté pendant 9 mois par 200 étrangers avec familles, jusqu’en mai dernier. C’est cet été que la préfète a fait évacuer ce petit monde malgré les protestations des gauchistes qui encadrent et exploitent ces étrangers, en majorité illégaux. Business is business.

 

Le squat était violent

Le maire explique que ce nouveau camp ne ressemblera pas à ce squat, dont il admet qu’il était particulièrement violent. Difficile pour lui de convaincre, il y a un nouveau squat dans la même rue, mais cette fois de taille modeste. Il ne loge qu’une quinzaine de Guinéens. Quant à la quiétude du quartier, elle semble toute relative si on en juge par les faits divers. Le 4 septembre, dans cette rue, une tentative de meurtre sur un cycliste. Il a été coincé volontairement par une voiture, contre un mur. Résultat : plusieurs blessures dont une fracture ouverte de la jambe. Nous ne savons pas si le blessé est un bobo, et nous ne connaissons pas le prénom de l’automobiliste.

 

18 mois renouvelables…

Le maire nous assure que le camp sera provisoire. Il durerait 18 mois… mais renouvelables ! Le temps que cet ensemble immobilier soit vendu. Il s’agit juste d’une question humanitaire, d’accueillir 40 migrants dans un habitat temporaire, financé par l’État.

 

Dans d’anciennes remorques frigorifiques

D’anciennes remorques frigorifiques seront transformées en logements. Ils n’ont pas honte. D’une part, de loger des migrants à la place d’étudiants sur un domaine universitaire, alors que des centaines d’étudiants logent dehors ou dans leurs voitures faute de logements disponibles à Bordeaux, et d’autre part d’offrir des logements exigus, en violation du règlement sanitaire départemental. Ces mêmes autorités qui, pour déposséder les propriétaires bordelais, et préempter ou exproprier, s’appuient sur ce règlement girondin plus contraignant que le règlement national, organisent la production d’un habitat indigne ! Nous sommes en plein délire. Ce n’est ni nouveau, ni une surprise, puisque le département dépense à guichet ouvert pour acquérir et utiliser des logements qui ne respectent pas non plus ce règlement, comme l’hôtel rue Eugène Lerou à Bordeaux. Des migrants mineurs dans des chambres exigües, sombres, dont les fenêtres sont à moins de 2 mètres de leurs vis à vis.

 

C’est gratuit.

Combien coûtera cette opération ? Mystère. Comme disent les élus, c’est gratuit, c’est l’État qui paye. Les riverains, eux, payent par la perte de tranquillité et par la dévalorisation de leur patrimoine. Le fait qu’il s’agisse de demandeurs d’asile n’est pas vraiment rassurant. Nous savons que leur nombre a encore explosé cette année. Une augmentation qui ne devrait pas être tarie, par la qualité de l’habitat proposé : même médiocres, ces logements sont beaucoup mieux que ce que ces populations ont au pays.

 

Et, en plus, ici, c’est gratuit !