Libé perd ses nerfs…

 

 

Sous la plume de la pigiste montpelliéraine Sarah FINGER, LIBÉRATION le journal de propagande du milliardaire surendetté, en quasi faillite, Patrick DRAHI nous consacre un article de deux pages avec photos ce 29 janvier 2018.

« Ligue du Midi : un clan met l’Occitanie à cran ! »

 

L’Occitanie à cran ?

 

Voici donc ce à quoi se résume l’OCCITANIE pour Libération qui ne cite que ces quelques maigres sources, sans aucune représentativité et toutes orientées dans le même sens :

  • RAIH une association d’aide aux mineurs étrangers isolés (qui n’a pas réussi à faire condamner Richard Roudier)
  • Sébastien Etcheverrigaray, avocat de cette association
  • MeSophie Mazas, avocate présidente de la Ligue des droits de l’homme de Montpellier
  • Lucas Faidherbe, maire pseudo écologiste de Saint-Julien-de-la-Nef depuis 2001
  • Geneviève Blanc, conseillère départementale (EE-LV) du Gard
  • le site antifasciste La Horde

Cela fait tout de même très peu de monde pour oser s’exprimer au nom de toute l’OCCITANIE. Mais il est vrai que plus personne ne lit LIBÉ, qui aurait disparu depuis bien longtemps si ce n’étaient les subventions publiques qui le maintiennent encore à flot. Privé de lectorat, LIBÉ ne s’adresse plus qu’à une ultra minorité, celle des derniers bobos urbains, des libéraux libertaires « éduqués » qui peuplent encore l’hyper centre des grandes villes. Ils s’y claquemurent derrière les barrières sociales qu’ils érigent pour se préserver des populations exogènes qu’ils veulent imposer aux autres partout en FRANCE, mais surtout pas là où ils se tiennent, eux. L’immigré d’accord, mais « à la plonge », dans la soute à charbon, dans les emplois pénibles qu’eux n’acceptent plus, mais surtout pas dans les lieux qu’ils fréquentent : pas dans leurs quartiers, pas dans leurs immeubles, pas dans leurs restaurants, pas dans les écoles de leurs enfants. La place qu’ils assignent à l’immigré, c’est la zone, le campement sauvage, les quartiers de relégation et maintenant la FRANCE périphérique, pour y submerger la classe moyenne en cours de paupérisation galopante.

LIBE, journal du microcosme parisien n’a aucune légitimité pour parler au nom de l’OCCITANIE ni en celui des Occitans. LIBÉRATION, journal du grand capital, de la mondialisation libérale et de la bourgeoisie libérale-libertaire n’a aucun magistère moral pour parler au peuple. LIBÉRATION, journal de la macronie mal élue, ne représente rien dans l’opinion.

 

L’OCCITANIE à cran, toute la FRANCE à cran ?

Oui, l’OCCITANIE est à cran. Les Occitans comme tous les FRANÇAIS de la classe moyenne ne supportent plus les souffrances que leur impose le libéralisme global. Ils ne supportent plus les gens comme Patrick Drahi, « supporteur » de la créature MACRON dont il a assuré la campagne. Ils ne supportent plus leurs slogans, leur bien-pensance, leur police de la pensée, leur totalitarisme. Ils ne supportent plus leur harcèlement, leur propagande,  leurs mensonges… Pas plus que le grand remplacement imposé !

 

L’OCCITANIE c’est nous !

Ce que ne sentent pas les gens de LIBÉ, c’est que le peuple se tourne vers nous. Partout où nous allons, les gens se confient, ils nous font part de leur douleur, de leur révolte, de leur demande d’un grand coup de balai dans la classe politique corrompue, dans les médias collaborationnistes, dans l’oligarchie qui n’a plus aucune retenue et dont l’arrogance de classe leur est devenue insupportable.

 

La LIGUE du MIDI agit politiquement au nom l’OCCITANIE

Le pouvoir en place, quel que soit le niveau de ses instances (local ou national), n’a plus aucune légitimité. Les partis et la classe politique sont massivement rejetés dans l’opinion. Plus aucun pouvoir n’a d’assise électorale suffisante ni ne recueille de consensus populaire. Si tous ces pouvoirs restent encore en place ce n’est que parce que le peuple est maintenu en état de sidération par l’oppression permanente dont il fait l’objet : mesures répressives de tous ordres, précarité d’emploi, précarité financière, mal logement, perte de repères, souffrance au travail, matraquage médiatique et surtout préférence étrangère. Mais attention, car émergent des solutions politiques hors légalisme républicain. Les gens ont massivement compris que le légalisme républicain les maintenait à la merci de ceux qui organisent le casting électoral, tel DRAHI, l’oligarque failli, véritable patron de LIBÉ et créateur avec d’autres de la créature MACRON.

 

Collusion transversale de l’ultra-gauche libertaire et de la mondialisation libérale

Nous l’avions déjà pointé dans nos précédents articles, concernant la campagne de presse contre les BRIGANDES. Il existe une collusion de fait entre les milieux anarchistes de l’ultra gauche et le très grand capital. Nous observons une nouvelle fois que le site antifa la horde Sazmidat est la référence d’information reprise par LIBÉ pour sourcer son article. Nous y voyons la preuve de la totale convergence entre tout ce qui se situe sur l’échiquier politique entre l’ultra-gauche et la droite ultra libérale. Leur dénominateur commun : la volonté de détruire les sociétés traditionnelles pour imposer la mondialisation, le nomadisme et le métissage indifférencié.

Comme nous le disions précédemment, le site antifa la horde sazmidat est devenue la référence rédactionnelle de la presse main stream au même titre que l’Agence France Presse.

 

La LIGUE du MIDI seule force politique anti-système hors champ électoral en OCCITANIE

Face à la coalition transversale qui rassemble désormais tous les libéraux depuis l’ultra-gauche libertaire jusqu’aux capitalistes ultralibéraux, la Ligue est la seule force politique d’opposition significative au système libéral global en OCCITANIE. La crispation hargneuse de LIBÉRATION, qui sent venir le vent d’est, pourrait marquer le préambule à une campagne orchestrée, de plus grande ampleur, comme ce fut le cas précédemment pour les BRIGANDES.

Notre montée en puissance, comme le succès que nous rencontrons dans l’opinion leur sont insupportables. Ces « vendus » à bout de nerfs sentent que leur magistère leur échappe, qu’il n’a plus d’effet et que plus personne n’avale leur propagande.

 

Sarah FINGER

Comme nous sommes bien élevés et que le respect humain est pour nous une valeur qui a du sens, nous ne communiquerons ni l’âge ni l’adresse personnelle de Sarah FINGER qui n’a pas eu la même élégance à notre endroit. Nous lui épargnerons de la placer à la merci à la vindicte de tous ceux qui se sont sentis humiliés ou pour le moins fortement agacés par le ton de son article.

 

Nota

Mise au point : la structure clanique nous paraît être une des possibilités d’échappatoire à la société oppressive et consumériste ; elle permet de promouvoir un « entre-soi », garant de la transmission et capable de protéger les générations futures. Elle s’appuie sur une écologie humaine et le localisme …rien d’étonnant à ce que la bande à LIBÉ trouve cette option subversive !

 

Subventions des migrants, la Ligue du Midi injustement poursuivie !

 

poursuivis

Accueil des migrants mineurs isolés

 

On se souvient de la visite du Président de la Ligue du Midi et de quelques supporteurs dans les locaux du RAIH (Réseau Accueil Insertion Hérault), à Montpellier, afin de demander aux responsables de cette association subventionnée, un bilan d’activité sur l’insertion des jeunes migrants isolés, ce type d’association percevant, via le Conseil Départemental, d’importantes subventions issues de la poche des contribuables Héraultais. C’est à titre de « lanceur d’alerte » que Richard Roudier se trouvait le matin du 30 juin dans les locaux du RAIH au N°3 de la rue Castilhon pour une visite de quelques minutes.

Bref rappel : le 26 juin le Conseil Départemental, avait voté pour un montant de 1,5 millions d’euros de subvention aux mineurs étrangers isolés, l’opposition étant restée sur sa faim quant à l’utilisation précise de cette somme et en particulier en ce qui concernait la demande de justification du salaire d’un « chargé de projet » lequel devait émarger à 7.800 euros par mois. On apprendra à la fin de l’été, qu’en fait, la prise en charge des 300 mineurs isolés dans le département atteindrait la somme de 24 millions, soit 80.000 € par mineur et par an, sans compter les subsides venant des autres collectivités.

Richard Roudier après avoir interrogé le personnel, incapable de répondre (en l’absence du directeur), juché sur une table, faisait une brève allocution au cours de laquelle il dénonçait les agressions commises dans le quartier Gambetta (et en particulier l’agression au couteau par de jeunes migrants d’un militaire de l’opération sentinelle). Interpellant le Conseil Départemental, bailleur de fonds de l’association RAIH, il exigeait que les contribuables héraultais soient informés du coût réel de cette mise de fonds ainsi qu’un Compte-rendu d’activités.

L’intervention intégralement filmée ne durait pas plus de 5 minutes, l’opération menée s’était effectuée sans violence et sans haine, à visage découvert (attestée par les PV de police et les sites gauchistes), se limitant à quelques jets de tracts et de papiers multicolores trouvés sur les tables. Certains idiots utiles pourraient penser que cette opération était négative, mais comme toute opération d’agit-prop, elle ne peut s’évaluer qu’à l’aune des résultats.

1°) Le coût humain

Deux cadres, Richard et Olivier Roudier sont convoqués au Tribunal de Montpellier le 5 décembre 2017. En outre, à l’issue de sa garde à vue, Richard a subi une violente agression accompagnée d’actes de barbarie et de non-assistance à personne en danger de la part de deux policiers de garde au dépôt du Palais de Justice, ce dont il gardera les séquelles. Ces deux militants bénévoles ont payé de leur personne pour défendre l’intérêt général en alertant sur le gaspillage de l’argent public.

2°) Retombées médiatiques

La presse de propagande, que le système qualifie « d’information », ignore les activités de la Ligue sauf lorsqu’elle peut en tirer parti pour lui nuire. Les communiqués ne passent jamais, les conférences n’ont aucun écho, mais pour la visite au RAIH, quel festival ! En fait, l’action a consisté à visiter un local ouvert au public, aux heures d’ouverture, sans menace ni violence afin d’obtenir un compte-rendu d’activité. Côté médias, on s’est donné le mot… tous ont utilisé le terme impropre de « saccage » pour décrire quelques tracts et feuilles lancés en l’air.

Citons de manière non-exhaustive : Midi Libre du 27/07, France-Soir du 08/07, 20 minutes du 25/07, E-Métropolitain le 11/07, Mediaterranéa le 11/07, LCI-ICI le 07/07.  Anti K (NPA) s’y est joint avec un appel au rassemblement de soutien à RAIH, le 11 juillet, pour dénoncer cette « agression fasciste ». France bleu, présent au rassemblement le 11/07, a retransmis les prises de parole dont celle de Daniel Martin, directeur du RAIH, lequel dans sa plainte -non retenue- s’est estimé diffamé par des anti-démocrates. S’il y a eu appel à la haine, c’est bien de la part de ces sbires.

3°) Un succès pour la vidéo de la Ligue

La presse de propagande a pris acte de l’existence de la Ligue du Midi et, pour la desservir, a diffusé la vidéo de l’évènement publiée sur son compte Facebook, la démultipliant ainsi… Merci à elle. Ce faisant, elle a conforté le public dans l’impression qui se généralise, que l’immigration n’est pas un bienfait, que les jeunes migrants isolés ne sont pas encadrés, que l’argent du contribuable est jeté par les fenêtres, que le Conseil Départemental de l’Hérault, qui distribue les subventions, n’en contrôle pas l’utilisation ou bien « laisse pisser » sciemment !

Cette vidéo a obtenu 140.000 vues (FB + Youtube). Faut-il voir dans le succès de la Fête de la Ligue en septembre et des Assises de l’Enracinement en Octobre un effet de cette promotion médiatique ?

4°) Une action qui permet d’identifier et faire « sortir les loups du bois »

La collusion des lobbies pro-immigration avec les anarcho-gauchistes et la presse de propagande est patente. Les militants de la Ligue du Midi, par messages internet et commentaires, ont reçu insultes, menaces d’un niveau au-dessous de la ceinture de la part de débiles de type analphabète. Il n’y a pas eu un seul message de ces individus permettant d’instaurer un débat ou d’expliciter la démarche de la Ligue. De plus ces sinistres personnages se cachent derrière leurs sites internet pour établir et diffuser des fiches quasiment de police (NPA 34, la Horde, Le Poing). Et poursuivant leur rôle d’indics, ils les envoient aux autorités judiciaires (photos et identification à l’appui)… On a les noms…

Le site NPA 34, en poisson-pilote, a publié un appel à manifester en soutien « après l’attaque raciste contre le RAIH » et donné la très intéressante liste des signataires. On y retrouve la Cimade qui invitait tantôt la raciste-antisémite Bouteldja, le Syndicat des Avocats de France, le Syndicat de la Magistrature (celui des Cons du Mur), quelques syndicats de salariés et un communiqué de Daniel Martin le directeur, du RAIH lequel se prétend apolitique . Tous ces gugusses qui n’ont rien de bénévoles, en profitent pour demander davantage de subventions au Conseil Départemental. On apprend donc ainsi, qu’il y a des magistrats et des avocats qui se torchent avec les libertés publiques en l’occurrence la liberté d’expression…

Syndicat des Avocats de France et Cécile Fortunato SNPES-PJJ-FSU

Il apparaît ainsi aux yeux de tous que l’intérêt, pour ces gens, de voir augmenter le nombre de migrants -leur gagne-pain- est purement financier. Ces charognards se nourrissent des miettes de la traite humaine et négrière et, vue la disparition du prolétariat d’Europe, se repaissent de la misère du tiers-monde.

5°) Mise en évidence des atteintes à la séparation des pouvoirs

La députée Muriel Ressiguier (mélenchoniste) en mal de notoriété, publiait le 06/07 un communiqué demandant la dissolution de la Ligue du Midi. Plus grave, le Président élu du Conseil Départemental, Kléber Mesquida, s’est vanté d’avoir demandé au Procureur « la plus grande fermeté à l’égard de ces actes de violence et de vandalisme », se faisant retoquer par son opposition en Assemblée départementale, le 18 septembre, pour non-respect du principe de la séparation des pouvoirs, alors qu’il présentait une motion contre la Ligue du Midi. Sa plainte pour incitation à la haine, à la discrimination et à la violence n’a pas été retenue par le Parquet. Sur NPA 34 on peut même lire dans l’appel au Rassemblement du 11 juillet « une procédure soutenue par la préfecture a été lancée »… On espère qu’il s’agit d’un bobard, mais à ce jour, la Préfecture n’a toujours pas démenti. Cependant, force est de constater qu’après ce rassemblement (près de 40 personnes -quel triomphe !), tout ce joli monde s’est retrouvé autour d’un verre sous les lambris et les ors de la préfecture. Il ne faut dès lors pas s’étonner que la procédure déclenchée contre la Ligue, après être restée au point mort pendant 18 jours se soit trouvée relancée dare-dare…

A ce jour, le télescopage de faits divers violents, quasi quotidiens, de la part de migrants livrés à eux-mêmes, dresse un mur de la honte face aux mensonges des gauchistes et des médias de propagande du système et valide l’alerte que l’action de la Ligue du Midi a voulu introduire dans le débat public avec le succès qu’on connaît. La Ligue du Midi a confiance : la roue tourne… et l’ « affaire du doigt » est toujours au point mort depuis 130 jours. Richard Roudier, n’étant pas un migrant, ses tortionnaires sont toujours à l’abri alors que le policier qui a giflé un migrant hystérique a, lui, écopé de 6 mois de prison ferme plus mise à pied et tout un lot de mesures administratives. Voilà un nouvel exemple, si besoin était, de l’évolution du concept d’égalité dans notre pays… 

 

Création de la section d’Alès de la Ligue du Midi : le responsable est une responsable

AlèsTract[6]

La Ligue du Midi tisse sa toile en Languedoc. Après Montpellier, Aigoual-Cévennes, Nîmes-Camargues, les Identitaires s’installent en terre alésienne.

Tout commença sous un beau soleil par une distribution de tracts devant les halles centrales puis dans les boutiques du centre-ville. Les arguments avancés par la Ligue sur la question de l’insécurité et de la paupérisation de la ville ont été particulièrement appréciés des commerçants et plus particulièrement la dénonciation des agressions qui ont défrayé la chronique de ce début d’année. De nombreux alésiens ont souligné l’aberration vécue à Alès où l’on voit les agresseurs sortir libres du poste de police alors que leurs victimes sont encore en train de déposer plainte.

La collation, prise en commun sous une tonnelle de la périphérie, a été suivie d’un examen de la situation locale et des activités futures de la section sous la houlette de Michèle sa nouvelle responsable. Celle-ci inaugurait ses nouvelles prérogatives en exposant un certain nombre de projets placés sous le signe de la proximité autour des trois grands axes de la Ligue du Midi que sont la la Solidarité, l’Identité et la Sécurité.  (suite…)

A Montpellier, la racaille antifasciste appelle au meurtre en toute impunité

On aura ta peau

   Le coté « enfantin » des « revendications » pourrait faire sourire si la moitié des inscriptions qui ont recouvert les alentours de l’université Paul Valéry n’étaient pas des appels au meurtre caractérisés.

on te fume

   Ces comportements n’ont rien d’étonnant et s’inscrivent  dans un climat local inquiétant où quelques individus en quête d’identité (ethnique, familiale, sexuelle…) et en mal de romantisme se complaisent  dans ce qu’il y a de plus stupide (donc de plus confortable) à gauche: l’antifascisme. Vaste escroquerie idéologique qui permet de se conforter dans la position du détenteur du Bien face aux représentants du Mal c’est à dire à peu près tout le monde qui ne partage pas la dite opinion. Moralement assuré de l’immanence de ses idées, le petit militant antifa pourra se lancer dans sa Croisade en toute bonne conscience et employer les méthodes dont il accuse à longueur de blog ses ennemis. Violence physique systématique, fichage des opposants et dénonciation anonyme via internet, chasse aux opposants politiques, menaces de mort…

mort aux faf

   Un petit séjour en psychiatrie serait sans nul doute la solution pour quelques uns d’entre eux.

   Malheureusement, ces nervis se sentent pousser des ailes du fait de l’impunité quasi totale dont ils jouissent localement aussi bien que nationalement. Rappelons-nous de la mise à sac de la ville de Nantes lors d’une manifestation contre l’aéroport par exemple. Localement les concerts antifas sont organisés directement… dans la fac de lettres!

   Les antifas locaux ne prennent même pas la peine de se présenter au tribunal quand il sont convoqués. Comme l’agresseur de Richard Roudier en 2010 Mr Bruno Cifre, agent de sécurité (sic), qui a participé malgré tout le 15 décembre 2013 à la tentative d’agression sur le même Richard Roudier à 20 contre 3. Quel courage!

Courageux défenseurs de la liberté à 20 contre 3. Bruno Cifre en sweat gris, 3ème en partant de la gauche

Courageux défenseurs de la liberté à 20 contre 3. Bruno Cifre en sweat gris, 3ème en partant de la gauche.

   Lorsqu’ils daignent répondre aux convocations, la clémence des juges est tellement flagrante que ça en est pathétique. La condamnation de Jean Sanchez dit Yahyah (Jeunesses Communistes de l’Hérault) pour des violences sur agent des forces de l’ordre à 15 jours de prison avec sursis en est l’illustration.

Jean Sanchez dit Yahyah

Jean Sanchez dit Yahyah

Un faf = 1 balle ! Tout un programme... #Katyn1940

Un faf = 1 balle ! Tout un programme… #Katyn1940

 

Le 68ème Festival d’Avignon a commencé vendredi

   Olivier Py 2

   Fondé en 1947 par Jean Vilar, le Festival d’Avignon est aujourd’hui l’une des plus importantes manifestations internationales du spectacle vivant contemporain. Chaque année, en juillet, Avignon devient une ville-théâtre, transformant son patrimoine architectural en divers lieux de représentation, majestueux ou étonnants, accueillant des dizaines de milliers d’amoureux du théâtre de toutes les générations (plus de 130 000 entrées).

   Le meilleur y côtoie le pire et dans le pire c’est vers Môsieur Olivier Py, son directeur, qu’il faudra se tourner. Souvenez-vous, c’est lui qui « ne voyait pas comment l’évènement culturel pourrait vivre, défendre ses idées, avec une mairie Front national » !

   « Je voulais un festival politique, ouvert à la parole politique Nous y sommes: je suis d’accord avec ces membres du festival lorsqu’ils soulignent qu’il ne s’agit pas d’un combat corporatiste. Le festival d’Avignon aura bien lieu. Nous voulons qu’il ait lieu, (allusion à la grève des intermittents du spectacle) et que le public soit accueilli. Mais dans les bibles remises aux spectateurs, nous avons intégré le carré rouge.» et d’ajouter dans la très grande partialité qu’on lui connait: « Je dis à titre personnel qu’Aurélie Filippetti n’est pas responsable de l’accord du 22 mars. Et il me semble que l’on n’est pas assez attentif à ce qu’a dit Manuel Valls sur le maintien des budgets du spectacle vivant et de la culture en général. C’est très important cette sanctuarisation. »

   Mais ne nous y trompons pas, le festival d’Avignon appartient aux Avignonnais et non pas à cette masse de bobos qui quittent leur tour d’ivoire une fois l’an pour aller répandre leurs in-culture avec condescendance dans leur résidence d’été provençale à 500.000 € le pied à terre… Olivier Py d’ailleurs reconnait que le pourcentage de jeunes spectateurs est seulement de 16%…

   L’allégeance de ce parachuté envers le pouvoir étant sans faille, c’est donc en sa qualité de fayot de premier ordre, que nous vous invitons à boycotter sa comédie (pour ne pas dire son caprice) : en 2013, le Théâtre National de Grèce invitait Olivier Py à mettre en scène la dernière pièce de Yannis Mavritsakis : Vitrioli dans laquelle il exhorte la venue d’un monde nouveau et obscur qui doit correspondre à une nouvelle éthique… Tout un programme… Beurk !!