Archives par mot-clé : mondialisation

1er tour: beaucoup de perdants et un gagnant

perdants

        Passons rapidement sur le PS qui a réussi, enfin, au bout de 40 ans de rafistolage à faire imploser “la gauche de papa”. Félicitations à Benoit -le nain Simplet- et son entrée en campagne sous le signe du “pétard” et du “revenu universel” et Comme l’a dit Montebourg : ‘’quand on fait la campagne des verts, on fait le score des verts’’. La messe est dite, le PS a vécu, bon débarras.

Sens Commun, les tartuffes se sont démasqués

        “Sens Commun le mal nommé”, comme nous le suggère une de nos fidèles lectrice puisqu’ils n’ont démontré aucun bon sens. Tartuffes assurément, car comment qualifier autrement leurs dirigeants qui se sont lamentablement vautrés dans la fange en assurant la promotion de l’escroc FILLION au nom de valeurs morales. Puis une fois déconfits se sont misérablement échappés par la porte dérobée en n’appelant pas à voter MACRON mais sans toutefois donner d’autre consigne et surtout pas celle de voter pour Marine LE PEN.

        Cette pathétique casuistique démontre la hiérarchie des valeurs qui est la leur : l’Europe, l’Euro et leurs petites économies avant tout, quitte à sacrifier la souveraineté de la FRANCE, quitte à ne pas faire obstacle à MACRON promoteur déclaré du grand remplacement, de la mondialisation marchande, du pire matérialisme contraire à la nature de l’Homme et quitte à laisser se poursuivre la submersion migratoire de la FRANCE.

Continuer la lecture de 1er tour: beaucoup de perdants et un gagnant

Mondialisation : le rêve s’est transformé en cauchemar

 

Le billet de Guido La Meslée

        La panique migratoire est devenue le symbole de notre condition. La mondialisation transforme tous les territoires souverains en « vases communicants » entre lesquels s’écoulent continûment leurs contenus. Que nous le voulions ou non, l’hétérogénéité culturelle est en train de devenir – et à grande vitesse- un trait caractéristique définitif, et même endémique, du mode urbain de cohabitation humaine.

        Les pseudos-élites seraient bien inspirées de cesser de pratiquer ce snobisme méprisant pour les peuples qui, face au « Grand Remplacement », proclament leur attachement à l’identité et à la tradition, manifestant leur peur de l’inconnu et la volonté de préserver leur mode de vie.

Continuer la lecture de Mondialisation : le rêve s’est transformé en cauchemar

L’éclatante impuissance du Politique

La fusée Ariane

PLAN

 – Première partie : Les deux conceptions de la souveraineté
– Deuxième partie : L’Europe comme absence de substance politique

– Troisième partie : La subsidiarité européenne, réponse au mondialisme

 

Troisième partie : la subsidiarité européenne, réponse 

au mondialisme

 

        La Subsidiarité exige que l’autorité supérieure intervienne dans les seuls cas où l’autorité inférieure est incapable de le faire. C’est ce que l’on appelle « le principe de compétence suffisante ».

        Chantal Delsol, dans un article du Figaro en date du 31 mars 20005 remarque : « le principe de subsidiarité a été transformé en principe d’efficacité, c’est-à-dire en un principe jacobin, donc retourné en son contraire ». Dans l’Europe de Bruxelles, où une bureaucratie centralisatrice tend à tout réglementer par le moyen de ses directives, l’autorité supérieure intervient chaque fois qu’elle s’estime capable de le faire, avec comme résultat que la Commission décide de tout parce qu’elle se juge omni compétente. Dans ces conditions, l’autorité que conservent les échelons inférieurs n’est jamais qu’une autorité déléguée.

        L’idée de subsidiarité répond à la question : pourquoi l’autorité ? quelle finalité doit-elle servir ? quel rôle doit-elle jouer ?

        Pour les Peuples d’Europe, l’autorité vise à suppléer les manques des communautés ou des personnes libres, mais insuffisantes dans la poursuite de leur plein épanouissement.

Continuer la lecture de L’éclatante impuissance du Politique

L’éclatante impuissance du Politique

PLAN

– Première partie : Les deux conceptions de la souveraineté

– Deuxième partie : L’Europe comme absence de substance politique

– Troisième partie : La subsidiarité européenne, réponse au mondialisme


Deuxième partie : l’Europe comme absence de substance politique.

       Pour nos compatriotes, l’Europe est aujourd’hui synonyme d’impuissance, de paralysie, de déficit démocratique, d’opacité, d’architecture institutionnelle incompréhensible. L’incapacité de l’Europe dans tous les domaines, sauf celui de la réglementation tatillonne et paralysante, est une illustration frappante de cette situation. C’est par exemple la France qui assure presque seule l’engagement dans la bande du Sahel contre le Djihadisme. Autre exemple, l’Europe est incapable de prendre des positions fortes contre le dumping chinois qui ruine nos industries. Sans compter notre inféodation aux intérêts américains soucieux de nous faire bénéficier des « bienfaits » de la société multiculturelle…

        Pendant des décennies, la construction européenne nous a été présentée comme une solution : elle est devenue un problème que personne ne peut plus résoudre. Le Brexit et la montée des mouvements populistes sont là pour en témoigner. Continuer la lecture de L’éclatante impuissance du Politique