Allons Enfants, marchons !

Allons Enfants, marchons !

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

Ainsi le gouvernement cynique En Marche vient de franchir le Rubicon, profitant comme souvent de la léthargie estivale pour pousser les dossiers sensibles. Il vient de proposer une loi autorisant la procréation médicale assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules leur offrant ce que la nature interdit à leurs choix de vie sans homme : un enfant. Et gratuit par-dessus le marché puisque ce délire sociétal serait remboursé par la sécurité sociale alors que bon nombre de vraies pathologies le sont de moins en moins.

 

Il s’agit là d’un nouvel effet cliquet vers la décadence : l’enfant ne sera plus le fruit de l’amour d’un homme et d’une femme comme le voulait jusque-là la loi naturelle mais bien l’objet d’une volonté humaine égoïste voire orgueilleuse puisque pouvant techniquement choisir les critères et les options du bébé convoité. Telle la voiture achetée sur catalogue avec les options de peinture métallisée, phares antibrouillards et autre gadgets électroniques sophistiqués, l’enfant convoité sera caucasien ou négroïde, blond ou roux, yeux bleus ou marrons, QI de cadre supérieur ou pas, mâle ou femelle (quoique le genre ne soit que le fruit de l’éducation et des clichés de la société selon certains illuminés) … tout dépendra du prix versé. Des sociétés basées aux USA pour l’instant proposent dans des catalogues luxueux tout ce petit business. Le « pire des mondes » est déjà là techniquement et Macron et ses sinistres sbires se chargent de lui ouvrir la porte en France.

Evidemment le gouvernement En Marche prétend cyniquement que cette loi n’ôtera aucun droit à personne tout en permettant aux femmes privées d’enfants jusque-là (puisque lesbiennes ou seules) d’en avoir. Il omet de dire que le principal intéressé, l’enfant, sera, lui, bien privé du droit de connaitre et d’avoir un père, faisant de lui délibérément un bâtard et un orphelin. Tous les pédopsychiatres et spécialistes de la petite enfance attestent que cela est un traumatisme difficilement surmontable. Beaucoup d’adultes nés de père inconnu passent leur vie à le rechercher.

Qu’un président qui n’a pas eu d’enfant et n’est donc pas père, fasse voter une loi tuant définitivement le père n’est pas surprenant. Comme son prédécesseur lamentable Flanby a fait voter la loi du mariage pour tous lui qui n’avait jamais été marié. Deux imposteurs qui sévissent pour saper les bases de la société.

Ne nous trompons pas d’enjeu : il s’agit bien d’une révolution de la société. La famille traditionnelle sera balayée et l’État fixera à terme les quotas et les caractéristiques des enfants à naitre comme dans le roman prémonitoire d’Aldous Huxley (« le Meilleur des mondes », 1932).

Que faire ? Tout est contre nous : l’État, les médias serviles, la justice gangrenée par l’idéologie du syndicat (rouge) de la magistrature, les bobos aux manettes, les forces de sécurité aux ordres, l’opposition de la droite molle atone, le politiquement correct progressiste dominant, la pensée unique gauchiste bien diffuse …

Mais s’opposer à ce nouveau délire sociétal reste un devoir pour tout patriote, amoureux des traditions, respectueux de la famille et de l’ordre naturel. Comme tout combat il ne sera perdu d’avance que s’il n’est pas livré. Chacun a le devoir de s’armer intellectuellement et moralement afin de s’opposer fermement à ce projet délétère. Puis convaincre ses proches et les réveiller. Enfin participer activement aux actions d’opposition qui ne manquent déjà pas.

Concrètement en Occitanie, contacter La Manif Pour Tous Occitanie qui est très active depuis 2012, ayant prévu et anticipé les suites logiques de la loi Taubira de sinistre mémoire. Au niveau national, un nouveau collectif vient d’être créé, « Marchons Enfants », regroupant une vingtaine d’associations et d’organisations (LMPT, VITA, AFC, Juristes pour l’enfance, Veilleurs, Sentinelles, etc) qui appelle à une grande manifestation nationale à Paris le dimanche 6 octobre 2019. « Battre le pavé parisien », faire une démonstration de force sera un premier pas. Voter contre tout candidat En Marche aux prochaines élections, notamment celles municipales de 2020 sera le second pas. D’autres pas suivront …

 

Allons Enfants, patriotes et identitaires, marchons !

Ils sont là !!!

Ils sont là !!!

 

Le billet de Thierry Lafronde

Les scènes hallucinantes des supporters algériens en France, minimisées et détournées par le système « En Marche » et les merdias serviles aux ordres qui évoquent pudiquement des scènes de liesse là où toute personne de bon sens voit de la provocation, du pillage et de la violence (assassinat inclus comme à Rouen d’un passant africain) révèlent l’inquiétante première réalité de ce peuplement allogène massif sur notre territoire français.

Peu importe qu’une majorité soit française de papier, c’est si simple de l’être aujourd’hui par naissance sur le sol, obtention de la nationalité, mariage blanc, etc…

La deuxième réalité est que la plupart ne sont pas français ni de cœur ni de mœurs, vu leurs codes coutumiers et leurs usages, leur empressement à brandir des drapeaux algériens (marocains, turcs, palestiniens, etc) et à piétiner voire brûler celui français.

La troisième réalité est qu’ils sont jeunes, très jeunes et habitués à la castagne surtout en meute. Ils n’ont aucun complexe, aiment provoquer, sont conquérants et n’hésitent pas à s’imposer par la force, jeu, plaisir, avec la certitude que le système politique, judiciaire et médiatique « En Marche » leur trouvera mille excuses pour ne pas les condamner.

La quatrième réalité est qu’ils seront de plus en plus nombreux vu leur vitalité démographique, le triple de celle native, et que le problème de la cohabitation va devenir insoluble désormais à court terme.

En face les Français de souche et de cœur paraissent résignés, sidérés, ou, déjà, soumis.

Que faire ?

Ne plus accepter à titre individuel cette mort programmée de la France. Développer sa lucidité, son esprit critique, son courage intellectuel. Sortir de l’endormissement politico médiatique « bien-pensant », politiquement correct, qui conditionne pour faire accepter cette colonisation intérieure de fait.

Redresser la tête, faire face avec courage, selon les circonstances et ses moyens, au quotidien pour réagir à chaque provocation avec à propos et lucidité.

Chercher autour de soi des Français de souche ou de cœur prêts à faire face aussi, créer des groupes de partisans, adhérer à des mouvements patriotiques et identitaires de proximité, quels que soient les étendards. En Occitanie, la Ligue du Midi est bien implantée, vaillante, crédible.

S’entrainer à des sports de combat, développant la force et la confiance en soi, le courage physique, voire adhérer à des clubs spécialisés.

Interpeller vigoureusement les élus et les candidats aux prochaines élections sur leurs programmes, notamment en matière de préférence nationale, d’allocations sociales et familiales, d’aides aux constructions de mosquées (2.500 déjà en France c’est déjà beaucoup trop). La gauche caresse dans le sens du poil cet électorat allogène, la droite, dite de gouvernement, agit peu ou prou de même.

Réserver son vote exclusivement aux candidats s’engageant fermement à appliquer des mesures restrictives en matière d’immigration et à mettre en place une préférence nationale effective bien comprise.

 

A défaut, ce sera très vite kébab et voile pour tous et toutes.

Mon papa est une éprouvette

Mon papa est une éprouvette

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

J’ai deux mamans, Lili et Lulu. En fait Lili est plus ma maman que Lulu car elle m’a porté 9 mois dans son ventre m’a-t-elle confié il y a peu mais, pour ne pas faire de jalouses, je n’en appelle aucune maman et utilise leurs prénoms. Lili et Lulu donc.

Mon papa est une éprouvette. Cela a été possible grâce au progrès En Marche fin 2019. C’est Lulu qui me l’a dit il y a peu aussi.

Pour moi, c’est un peu compliqué car autant je sens bien ce qui en moi descend un peu de Lili, ma maman qui m’a porté dans son ventre durant 9 mois, autant je n’arrive pas à savoir de qui je tiens mes autres caractères et traits physiques. C’est un peu déroutant. L’éprouvette n’est pas causante et le liquide qui m’a donné la vie, tout aussi muet.

 

Alors je m’invente une filiation selon mes humeurs.

Tantôt mon vrai papa, car Lulu n’est qu’une maman n° 2 et non un papa, est un pirate des Caraïbes, aventureux, sportif, casse-cou et téméraire. Surtout lorsque je visionne un film musclé avec de l’action et des baffes, j’aimerai que mon vrai papa soit de ce métal dont on forge de belles épées de combat et avec lesquelles on monte à l’assaut des donjons ou bien l’on terrasse les dragons.

Tantôt mon vrai papa est un sage savant qui connait tout ou presque tout et m’explique la voie lactée, la loi de la jungle, la topographie en mer et l’histoire des Gaulois. Lili et Lulu sont plutôt branchées sur la littérature romanesque, les fringues, les parfums, la cuisine bio et les voyages éco responsables. C’est bien aussi mais cela me fait nettement moins rêver.

Souvent mon vrai papa est un confident disponible et prévenant qui comprend que mon corps change, que du poil pousse sur mes jambes, que ma voix devient grave et que la petite Elise me donne de sacrés tourments avec ses beaux yeux bleus et sa blondeur affriolante. Dans mon imagination, ce vrai papa trouve les mots et les gestes qui me calment, me rassurent et m’inspirent confiance quant à mon avenir. Lili et Lulu sont bien gentilles mais elles restent deux femmes et seul un homme peut causer de certaines choses à un petit homme de façon crédible.

Je crois que la petite Elise a aussi un papa éprouvette, toujours grâce au progrès En Marche fin 2019. Il faudra s’assurer que l’on n’a pas eu la même éprouvette plus tard avant d’aller plus loin, trop loin, de pouvoir se marier comme dans les vieux films et d’avoir des enfants sans éprouvette, juste avec nos corps devenus adultes et nos cœurs aimants. Je pense que nos enfants nés sans éprouvette seront très heureux d’avoir, de connaître et de sentir un vrai papa et une vraie maman tout le long de leur vie comme cela se faisait avant les progrès En Marche fin 2019.

 

On a un Gouvernement En Marche de tarés !

Cadeaux pour un jeune homme majeur

Cadeaux pour un jeune homme majeur

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

  

Deux de mes jeunes neveux, des jumeaux, viennent d’être majeurs selon la loi. A cette occasion, une gentille fête familiale a été organisée par leurs parents car toute occasion symbolique est bonne à prendre pour parfaire l’éducation de nos jeunes plantes. En tant qu’oncle j’ai tenu à apporter ma contribution et leur ai offert à chacun une sacoche avec 5 objets symboliques pour bien démarrer dans le monde des hommes.

 

En premier, un chapelet, afin que la force spirituelle soit toujours avec eux et afin qu’ils sachent mettre les bonnes priorités dans leurs existences.

En second un grand drapeau tricolore pour qu’ils vénèrent comme il se doit leur Patrie, la terre de leurs pères, où leurs racines se sont ancrées.

En troisième un couteau Laguiole de qualité pour qu’ils sachent se débrouiller de façon pratique, bricoler, réparer, survivre en milieu hostile et se défendre si besoin. Un jeu vidéo virtuel n’aurait pas ses vertus.

En quatrième un joli nœud papillon pour être élégants et savoir séduire les demoiselles voire à un moment l’élue de leurs cœurs. Un jean troué ou un tee shirt de rappeur dits « de marque » ne seraient pas aussi efficaces, du moins pour une jeune fille qui en vaille la peine.

Enfin un livre digne de ce nom pour nourrir l’esprit et le cerveau. Auteur choisi : Jean Raspail, titre « Sire » pour l’un des jumeaux et « 7 cavaliers » pour l’autre. Ils pourront rêver d’aventures, s’évader de la grisaille ambiante et enfourcher un cheval pour s’élancer à l’assaut de leurs adversaires qui ne manquent déjà pas.

En leur remettant leurs sacoches cadeaux avec ses 5 présents symboliques et utiles, avec quelques mots d’encouragement de circonstance, le les ai secrètement envié d’avoir 18 ans et cette page blanche devant eux pour écrire leurs vies qui démarrent.

Mais, à l’automne ou l’hiver de sa vie, on reste toujours dans sa tête le jeune homme de 18 ans d’hier. Le solde de toutes les autres années n’étant que de l’expérience et du temps donné pour se battre pour ses convictions.

Et vous, quels cadeaux pensez-vous utiles à offrir à vos proches devenus majeurs ?

Mémento pour un « gilet jaune » tendance Gaulois réfractaire

Mémento pour un « gilet jaune » tendance Gaulois réfractaire

Mémento gilet jaune

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

Tout d’abord, les Gilets jaunes ont raison d’affronter le pouvoir bobo En Marche.

Ce pouvoir est insensible à leur sort et méconnaît visiblement les conditions de vie de la majorité des citoyens français. Forcément, lorsque l’on vit dans des bulles dorées, très sécurisées et dans l’entre soi, que l’on augmente de 20% son salaire et primes en une année de règne, frôlant les 10.000 € mensuels en moyenne (voir les chiffres publiés par le député socialiste René Dosière récemment), sans compter la multitude d’autres avantages matériels, on ne peut mesurer objectivement la difficulté à boucler les fins de mois pour un smicard (fins de mois qui démarrent dès le 15 pour la plupart).

Ce pouvoir ne remplit pas bien les fonctions principales de l’État : les domaines de la santé, de l’éducation nationale, de la sécurité et de l’économie générale sont sinistrés. « Que faites-vous de tout le pognon que vous nous prenez ? » demandait avec pertinence sur « YouTube » Jacline Mouraud (vidéo vue plus de 6 millions de fois avant le désormais célèbre 17/11). Or la France est le second pays le plus imposé et taxé au monde (45% du PIB) battue par le Danemark.

Ce pouvoir décide de favoriser des politiques sans consensus ni mandat populaire, notamment d’accueillir un flot de populations allogènes qu’il fait loger, nourrir, soigner et entretenir aux frais du contribuable. Il n’oublie pas au passage de servir ses intérêts à tous les étages (train de vie, avantages divers, augmentations pour les élus et leurs cabinets des salaires et des primes, etc).

Il n’y a donc plus de consensus populaire sur l’emploi abusif de ces prélèvements publics et la révolte des Gilets jaunes est compréhensible et légitime.

 

Pour s’inscrire dans la durée que doivent faire les Gilets jaunes ?

 

  • Afficher leur détermination, arborer le gilet jaune sur le tableau de bord de leur véhicule mais aussi sur une de leurs fenêtres de lieu d’habitat, de travail, voire par-dessus leur vêtement du moment (du reste bon nombre de métiers l’exigent déjà).
  • Convaincre leurs proches, parents et amis, de la nécessité de soutenir voire de rejoindre cette saine révolte. Le nombre doit grossir car tout le monde est concerné par la gabegie du gouvernement, ses choix et priorités funestes, son incompétence dans les domaines essentiels.
  • Interpeller les élus, de tout bord, pour demander des comptes sur leurs actions et exiger qu’ils soient à l’écoute du peuple et non de leurs intérêts partisans. Cela tombe bien il y aura en mai 2019 de nouvelles élections européennes, matière à renverser la table pour de bon.
  • Participer à une ou des actions Gilets jaunes de proximité, en s’informant sur internet, ou en y allant directement pour grossir les manifestants présents. Un Gilet jaune endossé sur soi suffit au départ.
  • Privilégier les dépenses en liquide au lieu de celles par carte bancaire. L’idée est que l’État ait le moins de traçabilité sur votre mode de vie. Cela aide aussi les petites entreprises, artisans et autres restaurateurs, qui vous feront parfois des réductions, y trouvant leur compte aussi.
  • Ne pas hésiter à bâcher (et plus si affinité et opportunité) les radars de plus en plus sophistiqués qui flashent désormais plus vite que l’ombre de Lucky Lucke. Les parcmètres et autres engins à alimenter les caisses de l’État peuvent aussi connaître quelques mésaventures malencontreuses …
  • Rejoindre les manifestations majeures organisées tant locales que nationales en ayant un petit sac de survie (alimentation, boisson, vêtement chaud et de pluie, etc). Un RDV a été donné sur internet pour le 2ème round : Place de la Concorde à Paris, le samedi 24/11 et dans les préfectures…
  • Ne pas écouter les chaines de TV et de radios officielles, toutes dans la main du gouvernement « En Marche » qui manipulent et mentent effrontément sur la réalité du mouvement Gilets jaunes. Se rabattre sur internet, les réseaux sociaux et les médias dits de ré information.
  • Être solidaire des Gilets jaunes, le manifester par des signaux, klaxons, voire des dons de cafés, boissons et autres attentions délicates.
  • Proposer des actions, sachant que les plus efficaces seront celles qui pénalisent le fonctionnement de l’État (blocage des centres des impôts, Préfectures …), des médias aux ordres (TV, radios). Autre action efficace : l’accueil des ministres en province avec un comité d’accueil en Gilets jaunes et bien sonore (sifflets, cornes de brume) à chaque étape. Comité particulièrement renforcé en cas des visites du ministre de l’Intérieur (dur avec les Gilets jaunes, faible avec les racailles et les islamistes), du Premier ministre (qui garde le même cap dans la tempête alors que tout marin averti fait le contraire pour s’en sortir) et, bien sûr, Jupiter junior (qui dit comprendre le mouvement mais qui persiste dans ses choix désastreux).
  • Ne pas entraver la vie des Citoyens, privilégier des barrages filtrants plutôt que bloquants, laisser les gens aller travailler et évidemment faciliter les passages des services publics (ambulances, pompiers, médecins, infirmiers, policiers …).
  • En cas d’intervention des forces de l’ordre, éviter l’affrontement, privilégier l’esquive puis le retour ou le déplacement ailleurs, jouer au jeu des souris face au chat Voir les vidéos de Lengadoc-info.com de ce mercredi 21/11.
  • Tenir dans la durée. Cela peut être long, mais la date des élections européennes de mai 2019 est déjà un bel objectif.
  • Autre date (si d’ici là, « En Marche » a gardé son cap obtus actuel) : être au 14 juillet sur les Champs Élysées… en Gilets jaunes !