Tous à nos Gilets jaunes !

Tous à nos Gilets jaunes !

gilets jaunes

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

La flambée des prix du carburant a sans doute allumé la mèche d’une grande colère populaire.

Contrairement à ce que nous ânonne le gouvernement « En Marche », et que défend bec et ongle, tel un gamin obstiné, le président « burnouté », la principale cause de ces augmentations est bien due aux taxes de l’État français : plus de 60% du prix, payé par le cochon saigné d’utilisateur (vous et moi).

Il suffit d’ailleurs de traverser la frontière et d’aller, par exemple, chez nos amis Ibères pour payer presque 50% de moins. Chose dont ne se privent pas les frontaliers français chanceux, tant Basques que Catalans.

Alors trop c’est trop et, une fois encore, les réseaux sociaux ont lancé quelques mots d’ordre, de saine et juste colère, pour exprimer et manifester l’opposition à ces augmentations abusives qui plombent le pouvoir d’achat de tout Français.

Un peu partout des comités se montent pour organiser différentes actions le 17 novembre 2018 ; Il est question d’opérations escargots à l’entrée des villes et villages, autour des ronds-points, sans violence mais avec détermination.

Il est question de faire de cette journée du 17/11, une journée « zéro consommation ». On reste chez soi ou entre amis, on se ballade, on fait des randonnées puisque ce sera un samedi, on fait un gentil repas familial chez soi avec ou sans invités mais on boycotte tout ce qui est commercial et mercantile. Bref, rien ne doit rentrer dans les caisses de l’État ce jour-là.

Pour exprimer sa solidarité avec le mouvement de contestation il est demandé d’arborer dès à présent un gilet jaune, vous savez celui qui est obligatoire dans chaque véhicule en cas de pépin sur la route, en l’étalant, bien visible, sur la guérite avant du tableau de bord, voire aussi sur le hayon arrière si vous en disposez de deux.

Cela permet de se compter et de faire tache d’huile d’ici le 17/11. Cela a aussi le mérite d’agacer et d’inquiéter le gouvernement « En Marche ».

D’aucuns diront que c’est dérisoire et qu’il faut monter d’un cran. En tout cas ce mouvement de contestation populaire inquiète bien le gouvernement vu que le directeur de la gendarmerie nationale s’est fendu d’une intervention rappelant l’obligation à ne pas bloquer les routes et que des mesures de compensations financières bancales seraient à l’étude.

Une fois de plus les grands partis et syndicats, qui ne représentent plus grand monde brillent par leur prudence et servilité envers le pouvoir. Une augmentation récente des subsides reçus expliquant sans doute cela.

Notons que le Rassemblement National, Debout la France et le député Jean Lasalle demandent à leurs élus et sympathisants de participer à ce mouvement. Il serait question que les Insoumis suivent aussi… En clair, l’opposition.

Alors, en bons Gaulois réfractaires, et puisqu’il faut bien commencer par quelque chose de concret, arborons dès à présent nos gilets jaunes dans nos véhicules, parlons-en autour de nous et participons activement à ce qui sera organisé le 17/11 dans nos différents lieux de résidence. Parfois l’Histoire démarre par des anecdotes comme l’ont prouvé les Bonnets rouges bretons il y a peu … tous à nos Gilets jaunes !

Faites connaitre notre site, partagez !
Trois décalages et un enterrement

Trois décalages et un enterrement

Trois décalages

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

Ces derniers jours ont a eu droit à une accélération édifiante des événements. Les pseudos élites qui nous dirigent, si mal, ont essayé de redorer leur blason. Cependant le décalage entre leurs propos et leurs attitudes étaient révélateurs de leurs impuissances et insuffisances. Nous avons noté trois décalages… et un enterrement !

 

Premier décalage : le premier ministre qui est parti à tire d’aile montrer sa présence rassurante aux sinistrés de l’Aude. Dans une salle communale aménagée à la fortune du pot, accueillant des personnes de tout âge, hagardes, très éprouvées et remontées, il était le seul impeccable dans son costume trois pièces gris clair, tiré à quatre épingles, chemise violine et cravate soignée. Un peu souriant, du haut de sa stature, gêné devant les quelques invectives mais voulant donner le change. Une tenue plus rustique, genre « parka et bottes de pluie » auraient été mieux adaptée à la situation afin de montrer la solidarité et la volonté de reconstruire suite à cette terrible catastrophe. Mais les communicants bobos à son service ont surtout soigné le côté glamour. A côté de la plaque donc… !

Second décalage : la logorrhée de deux semaines pour nous faire patienter et admettre la nécessité de prendre le temps, en « professionnels », afin de trouver le bon profil pour le prochain ministre de l’intérieur. Le passé devait être fouillé, les compétences et expériences avérées, l’honnêteté établie, etc. Trouver le mouton à cinq pattes n’est pas évident, on en convient. A fortiori trouver le chien de berger idoine. Et au bout de deux semaines on nous présente, tel un magicien sortant un lapin de son chapeau… Castaner ! L’ancien jeune voyou marseillais, proche du caïd « le grand blond », bachelier poussif au rattrapage, bon militant socialiste au grand bagou, profil type du vendeur de cravates et de pastis, mais sans aucune qualification pour être le premier flic de France. On nous rejoue la suite du film de Belmondo « flic ou voyou » en inversant les rôles. Quinze jours pour trouver un tel profil, ce n’est ni professionnel ni sérieux.

Troisième décalage : l’intervention télévisée de Jupiter junior pour commenter le remaniement ministériel. Sur le fond, sans doute les mots devaient-ils y être (dans l’ordre ou le désordre peu importe). Ayant coupé le son pour ne pas être énervé, je me suis contenté de regarder la forme. Une fenêtre élyséenne en mauvais état en arrière-plan donnant sur le crépuscule déjà bien sombre, un bout de tableau contemporain à gauche avec une vague devise taguée, les deux drapeaux à droite, France et Europe, bien serrés, un bout de bureau élyséen, vide mais avec quelques feuillets tapés mais couverts de gros gribouillis, un éclairage au rabais, derrière… le Président. Propre sur lui, tiré à quatre épingles (voir le premier décalage) mais le regard fuyant, la mâchoire crispée et l’impression de ne pas croire ce qu’il disait, voire un peu de panique. « Intervention crépusculaire » a commenté un journaliste bien vu du Système, pourtant servile jusque-là.

Trois décalages donc et la nette impression d’assister à l’enterrement de ce pouvoir bobo En Marche qui est en train d’imploser. Comme les maux de la France ne vont pas diminuer et comme l’équipe de bras cassés à la tête du pays s’est renforcée en incompétents et soumis, il s’agira de faire en sorte que l’enterrement définitif de ce pouvoir ait lieu au plus vite afin d’éviter la mort du pays. Au peuple de gronder et de reprendre son pouvoir comme dû dans toute véritable démocratie !

Faites connaitre notre site, partagez !
En marche vers « le pire des mondes » ?

En marche vers « le pire des mondes » ?

pma sans père

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

C’est donc acté. Le CCNE, Comité consultatif national d’éthique, qui n’a d’éthique que son étiquette, vient de donner l’avis qu’attendait son maître Macron. A savoir que la procréation médicale assistée (PMA) pouvait être ouverte aux couples de femmes lesbiennes et aux femmes seules au nom de leur droit à avoir aussi un enfant malgré leur choix de vivre sans homme.

 

 

Un délire sociétal sans limites

 

Pourtant les Etats généraux de la bioéthique, présidés par le même CCNE, qui ont eu lieu de février à mai 2018, ont donné une toute autre conclusion notamment dans les questions PMA et Gestation pour autrui (GPA) où plus de 80% des personnes consultées ont clairement exprimé leur refus au nom du droit des enfants à connaître et à avoir un père et une mère.

Pour les libéraux-libertaires il n’y a donc jamais de limites à leurs délires sociétaux, les droits des gens à satisfaire leurs désirs, mêmes ceux les plus égoïstes, doivent être satisfaits surtout si de considérables intérêts financiers sont à la clé. Ne nous y trompons pas : la PMA sans père « pour toutes » demain et sa suite logique la GPA « pour tous » après demain, c’est aussi une affaire bien juteuse. Ainsi un enfant se monnaye autour de 100.000 $ aux USA, acheté sur catalogue comme tout autre produit de luxe. Selon les options voulues (type caucasien, sexe, yeux bleus, niveau intellectuel, absence de maladies héréditaires …) le prix sera plus élevé. Un peu comme les options d’une voiture (climatisation, peinture métallique, vitres teintées …). L’éthique on vous dit, l’éthique !

Notons aussi que pour la GPA, les mères porteuses sont majoritairement pauvres dans des pays pauvres (Thaïlande, Laos, Inde, Mexique …) même si les sociétés qui dirigent ces affaires sont plutôt implantées aux USA et captent l’essentiel des versements financiers. Aux mères porteuses restent les miettes et la souffrance de voir l’enfant porté pendant 9 mois arraché pour être donné à un couple étranger (homo ou pas du reste). Cela s’apparente de facto à une forme d’esclavage contemporain. L’éthique encore elle…

 

Où est le consensus promis par macron ?

 

Le CCNE a quand même dû admettre qu’il n’y avait pas de consensus en la matière. Comme tout cela est dit en termes sucrés… Les autres avis sont à l’unisson, Conseil d’État et autres comités de pseudos sages et d’experts auto-proclamés, tous couchés devant le pouvoir libéral-libertaire en marche.

Oui, un enfant a droit à avoir un père et une mère, gage de véritable filiation, de meilleure stabilité et complémentarité affective.

Oui, un enfant est un être complet à qui il ne faut pas mentir et lui dire que « deux papas » ou « deux mamans » c’est du pareil au même qu’un papa et une maman. Le fait que les livrets de famille et autres formulaires administratifs inscrivent désormais les mentions « parent 1 » et « parent 2 » en lieu et place de « père » et « mère » est une hérésie et une manipulation idéologique.

Dans un monde où le moindre steak a désormais une étiquette de provenance rigoureuse afin de connaître la traçabilité et l’origine de l’animal, celle du « bébé homme » serait gommée et manipulée pour complaire aux délires d’une certaine minorité LGBT et aux intérêts bien compris de puissantes sociétés capitalistes ?

 

Que faire ?

 

Pour les identitaires et amoureux du pays réel, bien ancrés dans la vie et respectueux de la nature, il s’agit de faire bloc et de mener cette bataille sociétale avec pugnacité et détermination :

 

Résister au matraquage médiatique (type la dernière « une » de Paris Match avec la famille heureuse de Marc Olivier Fogiel, son mari et ses 2 filles achetées par GPA aux USA, (ce qui est du reste encore illégal en France).

 

Émettre des avis sensés et argumentés (le bon sens suffit) sur les réseaux sociaux, les diverses tribunes et autres médias où l’on peut encore s’exprimer.

 

Interpeller les élus et les candidats aux futures élections sur ces sujets cruciaux, bien plus importants pour la société que nous voulons laisser à nos enfants. Ne pas hésiter à les bousculer et les acculer oralement afin de débusquer les mous, les tièdes et les parjures. Ils sont légion, même à droite. Bien leur faire sentir qu’une loi « PMA pour toutes » ne passera pas et aura des conséquences sur vos votes à venir.

 

En ordre de bataille en Occitanie et partout dans le pays

 

La Manif Pour Tous vient de clore sa 6ème université d’été près de Paris. Elle est en ordre de bataille et prête à redescendre dans la rue dès que le gouvernement bougera un doigt vers la PMA sans père.

Rejoignez les réseaux de La Manif Pour Tous, particulièrement bien structurés depuis les batailles de 2012 contre la loi Taubira et son funeste « mariage pour tous » qui a ouvert la boite de Pandore prévisible en matière de filiation. En Occitanie ces réseaux sont particulièrement actifs et influents. N’hésitez pas à les contacter pour participer à leurs nombreuses et diverses actions. Il y en a pour tous les goûts, disponibilités et talents. L’important est de participer à cette noble opposition.

Dans ce combat sociétal, pour une fois, la totalité des évêques de France vient de se prononcer récemment contre la PMA sans père. Le nouvel archevêque de Paris, Mgr Aupetit, est en pointe dans ce positionnement. Sa crédibilité sur ce sujet est double car il a été médecin avant d’être appelé à servir Dieu.

Le PS et l’ex-président, plus connu sous le sobriquet de Flamby pour la postérité, y ont laissé leurs peaux politiques en 2017 après avoir imposé aux forceps la loi Taubira en 2013.

Gageons qu’il en sera de même avec le tout jeune parti En Marche et son non moins jeune président, dont les sobriquets ne manquent déjà pas, s’ils s’aventuraient à imposer la PMA sans père « pour toutes ».

 

 

La parole est au peuple. Et maintenant action : pour bloquer la marche vers « le pire des mondes » !

Faites connaitre notre site, partagez !
« Aide toi, le Ciel t’aidera ! »

« Aide toi, le Ciel t’aidera ! »

aide toi

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

Le récent « fait divers » survenu à Lyon, où un père de famille a vengé son fils dépouillé par deux jeunes migrants en les tabassant et les livrant naïvement à la police où il sera mis en garde à vue ainsi qu’un ami venu l’aider, puis mis en examen et placé en détention provisoire, dans sa tâche légitime est symptomatique de l’état de déliquescence de la société française actuelle.

Officiellement on ne doit donc pas se faire justice, les administrations régaliennes de l’État (police, gendarmerie et justice) étant là pour cela. Seulement, voilà, force est de constater qu’elles sont largement peu performantes en la matière, voire complices avec les malfaisants et racailles qui polluent la vie des honnêtes citoyens. La nature ayant horreur du vide, le citoyen normal et encore équipé d’attributs en bon état de fonctionnement se doit d’agir seul, comme un grand.

Autre « fait divers » éclairant : 400 radars auraient subi les foudres de citoyens exaspérés depuis début juillet 2018, date d’entrée en vigueur de la nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires. C’est 4 fois plus que les dégradations recensées d’avant cette décision arbitraire. En clair, le citoyen se fait là aussi justice directement en s’attaquant à la racine du problème.

Gageons qu’avec les prélèvements à la source (un coup oui, un coup non, finalement mis en application dès janvier 2019), les méfaits et dysfonctionnements déjà pointés du doigt vont générer des réactions salutaires citoyennes tout aussi spectaculaires. Les déboires du système Louvois (paiement informatisé et automatisé des soldes des militaires mis en place dès 2011 et occasionnant toujours près de 10% de victimes) attestant que les certitudes affichées des décideurs politiques du départ n’engagent que les gogos qui veulent bien les croire. Aucun coupable désigné depuis, et le système n’est toujours pas fiable en 2018. Mr Darmanin, l’homme récemment blanchi, sortira probablement indemne dudit prélèvement, en vertu de la jurisprudence « responsable mais pas coupable » chère aux politicards de tous bords.

 

Quand l’État n’est plus là pour faciliter la vie des citoyens, qu’il impose pléthore de normes et de règles pour asservir et museler le peuple (loi « fake news » en gestation, lois mémorielles bien en place), que les médias officiels aux ordres font régner une terreur intellectuelle et désignent à l’opprobre publique les déviants (procès de l’antifa Clément Méric décédé au cours d’une rixe qu’il avait provoqué alors que le principal mis en cause n’avait fait que se défendre d’une attaque dans le dos), il est un devoir supérieur pour tout citoyen digne de ce nom : se prendre en main et agir.

Encore faut-il le faire siouxement, sans tambour ni trompette, en appliquant la devise d’une compagnie de parachutistes baptisée « les fantômes » d’un régiment réputé, « discrets, efficaces ».

 

Si les réactions salutaires se multipliaient, gageons que l’État serait impuissant pour les contrer et que le climat général changerait pour le plus grand bénéfice des citoyens normaux. Que cessent les marches blanches stériles, les pétitions vaines et les demandes implorantes auprès d’élus « en marche » ou à l’arrêt, vivant hors sol dans des bulles dorées bien sécurisées, complètement déconnectés des réalités des souffrances du peuple de France au quotidien.

Que les citoyens se prennent résolument en main, en bons et fiers descendants des Gaulois irréductibles et frondeurs, et des Francs qui signifiaient « hommes libres ». Le conseil d’État a validé récemment les actions illégales des pro-migrants au nom du principe de « fraternité ». Il est un autre principe tout aussi important dans la Constitution française : celui de « liberté ». En son nom, « aide toi et le Ciel t’aidera ». Le Ciel peut-être, l’État probablement pas …

Faites connaitre notre site, partagez !
Se ressourcer au « Puy du Fou »

Se ressourcer au « Puy du Fou »

puy du fou

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

« Dis Papy, comment c’était avant ? » demande le bambin à son grand père avec de grands yeux curieux et un ton implorant.

« Comment te dire, mon petit ? Et bien avant, c’était plus tranquille, plus simple, plus lent, plus naturel, plus doux, plus beau, plus vrai » répond, pédagogue et doucement, le grand père attentif.

« En fait, Je crois qu’il est grand temps de t’amener au Puy du Fou. »

 

En effet, pour plonger et remonter le temps, retrouver la France d’avant, rien de tel que d’offrir une escapade au Puy du Fou. Plus de 40 ans que cette aventure sortie du cerveau éclairé et visionnaire du génial Philippe de Villiers a pris corps et s’est développée au-delà de toutes les espérances.

 

1,5 millions de visiteurs chaque année, premier parc de France et d’Europe, troisième au monde, selon le classement international piloté par les USA, le Puy du Fou séduit petits et grands amoureux de l’histoire, de la géographie, des valeurs traditionnelles et de tout ce qui a fait le renom de la France, « mère des arts, des armes et des lois ».

 

Quelle différence avec les autres parcs d’attractions type Disney ou Astérix ?

La culture. On baigne dans un parc où le projet est d’élever l’esprit et d’ancrer les connaissances. On plonge dans le passé, l’Antiquité, le Moyen Age, la Renaissance, la révolution française -évidement avec le génocide vendéen enfin révélé- les temps modernes. Les parcours ombragés se font avec un fond musical classique apaisant, truffés de clins d’œil tels des parterres floraux, des animaux authentiques mais désormais rares venus de tous les terroirs français, des animations bon enfant. Les spectacles sont d’une très grande qualité, véritables sons et lumières, avec de nombreux figurants dynamiques épris par leurs rôles. Philippe de Villiers a eu un mot juste : « zéro aide de l’État pour le Puy du Fou, contrairement au parc Disney Land. Il a une petite souris comme symbole, nous avons Jeanne d’Arc ! ».

 

Une journée au Puy du Fou, c’est remettre les pendules à l’heure. Du reste la nouvelle attraction, « le grand carillon », enchantera petits et grands.

 

Une journée au Puy du Fou, c’est mettre du baume sur les blessures subies à longueur de temps par le politiquement correct et la mondialisation imposée à marche forcée. On réalise que du temps de la société d’avant la révolution, on vivait au rythme des saisons et des contrées. Les coutumes étaient vivantes et populaires, la parole donnée avait un sens. Le goût du travail bien fait, l’entraide, le courage, l’honneur, le panache étaient des valeurs estimées, recherchées, adulées. Le spectacle « le dernier Panache » retrace l’épopée du chevalier de Charrette qui avait su s’opposer avec force et fougue aux délires génocidaires des révolutionnaires. Un peuple de géants vendéens était né et a survécu depuis. Il avait su dire « non » au pouvoir totalitaire de l’époque.

 

Une journée au Puy du Fou, c’est remettre le clocher au milieu du village et la famille au centre de la société. Les familles déambulent avec plaisir et gentillesse, quelques refrains fusent, des attentions polies s’observent, tout est propre, respecté. On est dans une bulle préservée des gangs des racailles et des islamistes. Cela existe donc encore. Libre à nous de généraliser ce modèle un peu partout en France.

« Merci Papy, c’était vraiment bien au Puy du Fou. Quand je serai grand je ferai tout pour que la France redevienne comme avant ! »

 

Se ressourcer au Puy du Fou pour transmettre la flamme de la France éternelle…

Faites connaitre notre site, partagez !