Montpellier. Jules Panetier joue le « Social Justice Warrior »

Le constat est clair, la délation est très à la mode de nos jours. Surtout chez ceux qui se prétendent défenseurs de la liberté. Empêtrés dans une vision du monde manichéenne, où eux sont les Bons et les autres les méchants, ils se revendiquent comme étant des redresseurs de tort face à des injustices globales ou particulières, bien souvent fantasmées. Suivant ainsi l’idéologie en place et instaurant un climat de défiance et de paranoïa dans la population, peu préparée à subir les conséquences de ces dénonciations.

Du maccarthysme inversé

Le dernier exemple en date a suivi l’affaire de Charlottesville. Evidemment on oublie tout le déroulement des événements pour se focaliser sur la tragique conclusion avec la mort d’une militante pour les « droits humains ». Mort largement utilisée pour justifier les violences de l’extrême gauche contre la manifestation d’extrême droite (on schématise) pourtant légalement déposée. Bref… Vint alors le déferlement de haine des Bons envers les méchants. Une véritable chasse à l’homme s’est alors organisée pour dénoncer les participants à la manifestation organisée par l’Alt Right. Etude des photos et des vidéos, capture d’écran, espionnage des comptes facebook… Tout est bon pour dénicher les participants pour ensuite les jeter en pâture sur les réseaux sociaux de manière anonyme. Puis l’émotion et le calcul politique aidant, la viralité fera le reste et mettra sous les feux des gens dont le tort est d’avoir des opinions différentes… Etrange paradoxe dans un pays qui a soi-disant souffert du maccarthysme…

Pas de liberté pour les ennemis de la liberté…

Franchissons l’atlantique et regardons la situation dans notre doux pays épris de liberté, d’égalité et de fraternité. L’organisation de la mort sociale est également bien aboutie et les spécialistes sont à chercher encore une fois dans les rangs des « Social Justice Warriors ». Aux premiers rangs desquels, la mouvance libertaire-antifa qui s’est fait une spécialité de la dénonciation des soi-disant fachos/racistes/nazis. Le fichage des militants politiques est poussé à son extrême et nous assistons à un véritable travail de journaliste. Certains journalistes sont d’ailleurs rétribués par leur rédaction pour constituer ces fameuses fiches. Bien souvent on tombe sur un travail où l’amateurisme frôle le ridicule avec l’utilisation abusive d’amalgames.  » Untel a été vu à une réunion où il y avait untel qui, il y a des années, a collaboré à une revue dont le fondateur a un jour été invité par « X » « . X étant au choix Jean Marie Le Pen, Bachar El Assad ou le diable. La « reductio ad hitlerum » étant de rigueur…

A Montpellier avec Jules Panetier

Sur Montpellier, ces méthodes sont employées par les antifas locaux avec des captures d’écran de nos publications. Effectivement nous agissons à visage découvert, ce qui semble gêner certains, camouflant leur laideur physique et morale derrière des bandanas et capuches…

Mais tant que ça concerne les militants identitaires ou des flics, tout le monde s’en fout! Mais c’est au tour de journalistes locaux d’être dénoncés par l’agité gauchiste de la ville. Dans sa revue (sympathique au demeurant) intitulée le Poing, Jules Panetier joue son « Social Justice Warrior » en pointant du doigt le journaliste Jean-Marc Aubert (avec capture d’écran de son visage évidemment) au prétexte que ce dernier « s’en est injustement tiré dans cette affaire » . Quelle affaire? Mais l’action de la Ligue du Midi contre les subventions accordées par le conseil départemental à l’association RAIH, pardi! Et tout de suite le mot est lâché dans un titre sans appel!  « Jean-Marc Aubert, le journaliste d’e-Metropolitain spécialisé dans les faits divers, tient des propos racistes » . Ça y est c’est plié, lâchez les chiens!

Le contenu de l’article résulte en une analyse des publications du journaliste à qui il est reproché de relayer les agressions commises par des étrangers ainsi que d’avoir des contacts dans la police. Un journaliste du Midi Libre, Jean-François Codomié, est également épinglé par Jules Panetier pour des articles sur le même thème. Ce dernier concluant par ces propos surréalistes « Ces journalistes sont aussi dangereux que les militants de la Ligue du Midi » … « avant d’être des journalistes, ce sont d’abord des gens qui contribuent, par leurs écrits réguliers contre les jeunes migrants, à l’instauration d’un climat politique raciste » .

On ne saurait dès lors que trop recommander à Jules Panetier de consulter un psychiatre avant le burn-out…

 

Lettre ouverte de Richard Roudier président de la Ligue du Midi à Kleber Mesquida, président du Conseil Départemental de l’Hérault

Monsieur le Président,

Lors de sa séance du 17 septembre, l’assemblée que vous présidez a consacré pratiquement 25 minutes à débattre d’une motion, bassement politicienne, visant à faire pression sur la Justice pour faire condamner le président de la LIGUE du MIDI. La visite que j’ai effectuée dans les locaux de l’association R.A.I.H, avait pour unique but de dénoncer la gabegie des subventions aux mineurs migrants et aux autres clandestins versées avec l’argent des contribuables héraultais dont je fais partie. A aucun moment la question de fond, du bien fondé de ces subventions n’a été abordée, pas plus que le coût global pour la collectivité Héraultaise, que la véracité du salaire du porteur de projet qui serait d’après nos sources de 7.800 €/mois ; aussi, je m’autorise à vous adresser la présente réponse à laquelle j’espère que vous voudrez bien consacrer quelques minutes de votre temps.

Je relève que la motion que vous avez défendue est apparue en séance sans avoir été préalablement communiquée aux participants. Ainsi, votre opposition n’a pas eu le temps ni de l’analyser ni de préparer ses réponses. Elle n’a pu que réagir sur le fait, prise de court et dans l’impréparation. Je m’autorise à relever le caractère déloyal de cette pratique qui visait à museler votre opposition. Très petit jeu qui n’est pas à porter à votre crédit.


J’ai été très surpris de votre silence absolu sur les vraies violences commises en France et sur leurs auteurs : 240 morts, 964 blessés suite aux attentats commis par des islamistes depuis 2015. Sans compter les tentatives d’assassinats, exactions et actes de violence commis quotidiennement contre les militaires, les forces de police, la gendarmerie et la population civile ; en plein état d’urgence pourtant. Pas un mot…

Dans notre département et en particulier à Montpellier, on eut apprécié que vous fassiez preuve de la même vigilance en ce qui concerne les occupations illégales, les campements sauvages, viols, vols, exactions et autres violences commises par les ‘’réfugiés’’ dont vous encouragez la venue et le maintien illégal sur notre sol. De même que les exactions commises par le public de jeunes (il paraît qu’ayant vieilli prématurément, le Conseil de l’Europe a été obligé de créer une présomption de mineur pour les migrants). Pas de motion pour les femmes violées, les montpelliérains attaqués, dépouillés, ni les militaires de « Sentinelle » dont un blessé à coup de poignard -ces faits se sont étalés tout l’été dans les médias-…

Cela fait bien des sujets tous orientés vers le même but qui est celui de la destruction de la cohésion sociale de notre pays. Aucun risque que vous y consacriez quelque débat. Bien au contraire, votre vertueuse majorité ne trouve aucun motif de s’exprimer sur aucun de ces sujets. Pire, elle les tait et vous tentez “ d’embrouiller “ vos opposants élus qui voudraient en parler.

De l’autre côté, rien ou quasiment rien de réellement sérieux de la part des organisations ou mouvements patriotes que vous qualifiez “d’extrême droite”. Malgré vos angoisses obsessionnelles et vos fantasmes, rien dans notre camp, rien de la part de la LIGUE du MIDI qui pourrait justifier votre ire et que vous clouez pourtant publiquement au pilori.

À ce point d’iniquité, la classe politique a perdu tout crédit dans l’opinion. On vient d’en voir la manifestation par l’abstention d’ampleur lors des deux dernières élections pourtant majeures pour notre pays. Incapable de comprendre cette leçon historique, votre caste politicienne persiste dans son aveuglement et dans son attitude que le peuple de France ne supporte plus. Les tentatives de répression de vos opposants n’y feront rien. Vos politiques successives ont fait entrer l’Histoire dans un cycle tragique. C’est irréversible. vous abandonnerez le pays dans le chaos que, socialistes et libéraux collusés, aurez vous même créé. Aux mêmes causes les mêmes effets. En effet, vous avez tout à fait raison d’être inquiets. Ce qui vient va vous submerger.

La visite que j’ai rendue à l’association R.A.I.H, que vous protégez, n’avait rien de violente, d’ailleurs je ne suis pas poursuivi pour des violences mais pour des jets de papiers. Elle s’est simplement voulue spectaculaire. Pas de séquestration, pas de destruction de biens, seulement une mise en scène que nous assumons parfaitement puisque nous l’avons signée et rendue publique. L’amalgame que vous faites et la qualification de violence extrémiste que vous attribuez à notre action relève de la malhonnêteté ou du fantasme. Une de vos conseillères allant jusqu’à me reprocher d’avoir agi à visage découvert et d’en être fier. Vous le savez très bien, la violence dans le pays ne vient pas de notre camp, bien au contraire et il suffit de comparer avec l’attitude des “ brûleurs de flics du Quai de Valmy “, abondamment cagoulés et murés dans des dénégations insoutenables.

En cela nous appliquons des méthodes strictement inverses des vôtres qui encouragent la violence d’ extrême-gauche. Là où vous jetez de l’huile sur le feu, nous agissons avec mesure et retenue. Nous sommes des lanceurs d’alerte que l’exclusion des grands médias relègue dans l’expression et l’action symbolique et spectaculaire telle celle du bateau “C-Star Defend Europe” empêcheur de migrer en rond. Nous agissons, là où vous nous avez placés et avec les seuls moyens que vous nous laissez. Vous êtes bien les derniers à pouvoir nous en faire le reproche. La seule vraie violence dans l’affaire qui a tant occupé vos débats est la violence policière extrême qui s’est exercée sur ma personne dans les geôles du Tribunal de Montpellier. Mais là dessus pas un mot, pas une motion. Qu’un citoyen entre dans un commissariat de la République pour une audition libre en bonne santé le lundi matin à 10h00, et ressorte le mardi à 14h00 du dépôt du palais de justice dans l’ambulance des pompiers avec 2 fractures ouvertes, une artère sectionnée et 21 jours d’ITT ne semble pas interpeller le démocrate que vous n’êtes pas –ceci avec plainte pour violences policières déposée par mon avocat auprès du procureur de la République-. Que le pouvoir moleste et blesse vos opposants vous paraît tout à fait normal et sans doute très sain. L’état policier qui est en train de devenir totalitaire n’hésite plus à brutaliser les opposants réels pour les condamner au silence. Vous et votre assemblée parachevez ce triste travail.

Kleber Mesquida jette le journal d’Anne Frank en pleine séance du Conseil départemental

Vos positions sont minoritaires dans l’opinion publique : plus de 80 % des français sont pour le rétablissement du contrôle aux frontières, plus de 60 % sont opposés à l’accueil des réfugiés. Sur ce terrain comme sur tous les autres d’ailleurs, vous êtes désavoués par l’opinion publique qui vous conteste désormais tout magistère moral.

Votre discours et vos méthodes sont totalitaires. Lors des débats, vous avez raréfié la violence politique à celle exercée par les seuls syndicats, faisant volontairement abstraction de celles exercées par tous ceux qui concourent à la destruction de la cohésion nationale : islamistes, groupes ultra violents d’extrême -gauche, réfugiés et groupes ethniques ouvertement racistes. Vous feriez bien de vous revoir dans cette séquence à la tribune, peut-être votre conscience se réveillerait-elle. Comme si la violence politique s’arrêtait à celle des syndicalistes que pour notre part nous ne condamnons pas forcément. Qui croyez vous duper avec ce piètre raccourci, sinon vos affidés transparents ou incapables de lire correctement un texte comme la malheureuse conseillère porteuse de cette motion? Un brin de nostalgie dans ce débat : l’intervention de Claude Barral, qui comme d’habitude a parlé pour ne rien dire ; on se souvient qu’avant d’être dégagé de la mairie de Lunel,  il vendit ses “compétences d’entomologiste” en se  faisant grassement rémunérer un rapport de 16 pages sur la “vie du moustique dans la vallée du Vidourle” (battant ainsi le record des Tibéri), alors que son responsable de la Police municipale organisait au vu et au su de la mairie une filière marocaine dans le sens Maroc-France sans retour avec papiers garantis. On a toujours besoin de gens compétents…

Aveuglé par la peur de perdre le pouvoir, vous versez dans la confusion et prétendez exercer une pression sur la Justice. Comment une assemblée comme la vôtre peut-elle s’autoriser à faire pression de cette manière en demandant une condamnation exemplaire? Votre motion est anticonstitutionnelle malgré la modification de forme que vous avez été obligé d’introduire à la demande du conseiller BEC, ancien procureur de la République, contraint de vous ramener à la raison en vous administrant un cours de droit constitutionnel en pleine assemblée. La séparation des pouvoirs vous interdit de faire pression sur la justice. Comment le président d’une assemblée républicaine comme la vôtre s’autorise t’il un tel dépassement de son pouvoir et de sa fonction ? Sérieusement, êtes-vous en état d’exercer le pouvoir qui vous est confié, ou bien l’aveuglement, l’enragement vous ont-ils fait perdre toute lucidité ? Pourquoi un homme de votre âge et dans votre position sociale est-il encore à ce point enragé ? Le pouvoir que vous représentez n’a pas à se mêler de la Justice qui est indépendante. Non seulement votre motion était nulle et non avenue, mais en plus elle est anticonstitutionnelle.

Vos imputations sont fallacieuses et perverses. Vous imputez à la LIGUE du MIDI de se revendiquer ouvertement d’appartenir à “l’extrême droite”. Où avez-vous vu cela ? Vous pouvez relire tous nos textes, ils sont publics. Jamais la Ligue ne s’est revendiquée de cette mouvance. Pourtant, vous vous autorisez à lui imputer cette qualification que des décennies de propagande ont rendue infamante. Il s’agit là de méthodes totalitaires inspirées des pires procès staliniens. Alors oui, avec la LIGUE du MIDI, je revendique des positions totalement opposées aux vôtres sur l’identité, l’immigration, l’enracinement, la submersion migratoire.

Pour conclure, observons le nervosisme et la perte de mesure de votre pouvoir et de votre personne. Vous vous autorisez à appliquer des méthodes totalitaires et perverses dans l’assemblée que vous présidez : pression anticonstitutionnelle sur la justice, déni de vérité, muselage de vos opposants en séance, attaque infondée et mensongère contre la LIGUE du MIDI.

Plutôt que d’occuper votre assemblée de manière aussi stérile, vous feriez mieux d’infléchir votre politique dans le sens des attentes majoritaires des 77% de la population qui n’a pas voté pour vous, celui de l’identité, du refus de l’immigration massive, du besoin de sécurité.

Enfin, je vous invite à mesurer que tant que la partie la plus exaspérée du peuple de France sera canalisée par des organisations responsables comme la LIGUE du MIDI, contrairement aux fantasmes et aux obsessions qui occultent votre lucidité, le désastre qui s’annonce ne viendra pas du camp des patriotes. Vous ne pourrez pas lui en imputer la responsabilité. La catastrophe, pour l’instant encore à basse intensité, est en train de prendre corps et de gonfler. Elle le fait sous l’action subversive de ceux que vous protégez et dont l’objet est clairement la destruction de la cohésion sociale de la France.

Soyez assuré que l’Histoire ne manquera pas d’imputer les vraies responsabilités dans ce qui s’annonce et qui est maintenant irréversible.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations patriotiques.

Richard ROUDIER

Président de la LIGUE du MIDI

Saccage du centre-ville de Montpellier par l’extrême gauche, il est temps d’agir !

Une fois de plus le centre-ville de Montpellier a été le théâtre de dégradations multiples et de violences de la part de l’extrême gauche. Depuis plusieurs mois, des groupuscules antifas saccagent notre ville en toute impunité. Ce mardi 28 février, une nouvelle manifestation nocturne a causé la dégradation de dizaines de commerces du centre-ville. La police, bien que présente en grand nombre ( 300 policiers pour 400 manifestants) n’a procédé à l’interpellation que de quelques individus.

Le préfet de l’Hérault et le maire de Montpellier semblent aujourd’hui découvrir que des bandes violentes d’extrême gauche considèrent désormais le centre-ville comme leur aire de jeu. Pourtant la Ligue du Midi a régulièrement alerté les autorités sur une situation qui est devenue aujourd’hui insoutenable pour les commerçants et usagers montpelliérains.

Les autorités ont une responsabilité importante dans cette affaire. Pour rappel, le 8 octobre 2016, la préfecture avait préféré interdire à la Ligue du Midi de manifester, comme elle en avait l’habitude, en centre-ville de Montpellier, laissant ainsi une totale liberté d’action aux casseurs. Philippe Saurel avait lui même dénoncé notre manifestation et plusieurs élus de gauche avaient même pris part au rassemblement de l’extrême gauche. En faisant ce choix, les autorités et élus locaux ont fait naître un sentiment d’impunité chez ces groupuscules qui ne semblent connaître aucune limite dans la violence.

Face à cette situation et afin que le centre-ville de Montpellier retrouve un peu de tranquillité, la Ligue du Midi appelle les autorités à prendre les mesures qui s’imposent :

– Interdiction effective des manifestations non déclarées.

– Fermeture immédiate des squats politiques de Montpellier (Le Royal, Luttopia, le Kalaj, etc), véritables bases arrière des casseurs.

– Interpellation et mise en place de poursuites judiciaires à l’encontre des leaders de ces manifestations, dont certains sont d’ailleurs déjà connus de la Justice.

Si les autorités refusent de prendre ce problème à bras le corps, la Ligue du Midi se réserve le droit de se mettre à disposition des citoyens de Montpellier qui souhaiteraient sécuriser leurs commerces et leurs biens. Nous refusons de rester spectateurs alors que nos concitoyens souffrent chaque jour de l’inaction des pouvoirs publics.

Casseur casse toi, ici tu n’es pas chez toi !!!

“Les patries sont toujours défendues par les gueux et livrées par les riches”

Le discours intégral d’Olivier Roudier au meeting de Palavas

        Mes chers camarades, mes chers amis,

        Porte-parole de la Ligue du Midi, au nom de notre président Richard Roudier et de l’ensemble de nos militants, laissez-moi vous souhaiter, Monsieur le Président Le Pen, la bienvenue chez nous, en Occitanie !

        Vous le savez, mouvement identitaire, la Ligue du Midi a récemment mené campagne dans le choix du nom de notre région, et le peuple d’Oc nous a largement suivis en s’exprimant en faveur d’une dénomination identitaire. Je vous rappelle que la victoire était loin d’être acquise puisque « Occitanie » ne figurait même pas parmi la liste que les technocrates entendaient nous soumettre pour votation.

        Leurs esprits comptables n’avaient accouché que d’appellations fonctionnelles mort-nées, faisant la part belle à la seule géographie économique. A l’inverse, l’affirmation identitaire exigeait une dénomination faisant référence à l’histoire, à un peuple, dans sa triple dimension passée, présente et à venir. Nous voulions que le nom reflète notre patrie charnelle, nous nous sommes battus et nous avons gagné !!! Alors oui, Président Le Pen, ben vengut en co nostra, ben vengut en occitania !!!

(suite…)