Faux Mineurs Isolés (FMI) mais vrais parasites

mineurs isolésLes actualités de ces derniers jours indiquent qu’en France, 7 travailleurs salariés sur 10 se dopent pour tenir le coup. Pendant ce temps, chez les policiers, les gendarmes ou les agriculteurs, le taux de suicide va croissant.

Et en même temps, l’invasion migratoire de vrais ou faux mineurs isolés se poursuit. Ces derniers mois, les faits divers montpelliérains regorgent des activités délictueuses de cette population. Midi Libre du 5 avril 2017 indiquait que le département de l’Hérault en comptait 300 et consacrait aux mineurs étrangers 13 Millions d’Euros par an. Le 6 novembre 2017, la somme se montait à 24 millions d’Euros (repris par Lenguadoc Info), soit 80.000 Euros par mineur et par an, non comptés les aides de la Municipalité, de l’État et de l’Union Européenne etc.… et pour quel résultat ?

Ce sont des MNA (Mineurs Non Accompagnés) terme qui remplace MEI comme Mineurs Étrangers Isolés (trop connoté). Toujours en avril, la presse titrant « piétons tabassés par 10 ados » voyait un « lien évident entre immigration et délinquance ». Il convient de noter que pour une remarque de ce type, Eric Zemmour a été condamné car, comme pour les effets secondaires des médicaments, le lien de cause à effet ne saurait être prouvé, ce qui est discriminant.

Il y aurait du fait de ces MNA, des agressions nocturnes (vols de sacs à main, de Cartes Bancaires, de mobiles), jusqu’à des rixes mortelles. A Montpellier les quartiers de l’Écusson, Gambetta, l’Esplanade, les arrêts de trams deviennent de véritables coupe-gorges, ce que certains appellent « zones sensibles ». Ce 13 novembre, des Albanais du « Centre Protestant » de Gambetta ont joué du couteau. Qui ne les a pas vus vers Saint Denis, dépouiller des téléphones portables, en jeter les parties compromettantes  avec leurs gobelets de boisson, divers sacs et autres ordures dans les escaliers du parking proche ?

Le 10 novembre, Midi Libre contait les aventures de ce faux mineur algérien, en vacances en France depuis 2015, muni de faux papiers achetés 60 Euros et interpellé Cour Gambetta pour un trafic de cigarettes. Le 8 du même mois, il avait écopé de 3 mois « ferme », de 5 ans d’interdiction de séjour qui ont peu de chances d’être appliqués et de 83.132 euros à rembourser au Conseil Départemental pour avoir été logé à son Foyer de l’Enfance depuis décembre 2016. Vous conviendrez que cette somme prise dans nos poches, transformée en fonds publics, a été jetée aux ordures…

Gaspillage des fonds publics

C’est bien ce qu’a voulu dénoncer la Ligue du Midi par la bouche de son président Richard ROUDIER, le 30 juin 2017, juché sur une table, dans les locaux de l’association R.A.I.H (Réseau Accueil Insertion Hérault – rue Castilhon à Montpellier). Pour avoir été un lanceur d’alertes, stigmatisant la gabegie des aides incontrôlées aux associations immigrationistes qui concourent à développer l’insécurité dans nos villes par leur action prétendument d’intérêt général, Il passera au tribunal correctionnel le 5 décembre, tant il est mal vu en France de mettre le doigt sur ce qui fâche.

Il faut savoir que la protection globale de l’enfance a coûté, d’après le Midi Libre du 5 avril 2017, au contribuable héraultais la bagatelle de 135 millions d’Euros, rectifiée à 162 millions d’Euros le 6 novembre. Sous le titre « ces mineurs isolés qui sèment la terreur en ville », le quotidien reconnaissait qu’ils étaient livrés à eux-mêmes, « non chaperonnés », les structures étant insuffisantes. Le faux mineur algérien, condamné le 8 novembre était pourtant pris en charge par le Conseil Départemental, ce qui n’a pas empêché la délinquance.

Notre région serait très attractive indique le Midi Libre, l’accueil se faisant souvent à l’hôtel, parfois en appartement. Combien de nos compatriotes en souhaiteraient autant… et au même prix !!! La journaliste Hélène AMIRAUX suppose même que « l’aspiration à un hôtel avec piscine » pourrait faciliter le passage à l’acte délictueux, tant paraît lâche et laxiste notre pauvre pays aux yeux des envahisseurs, mêmes en culotte courtes.

A suivre prochainement : une étude de cas, le RAIH

Elisabeth Amigue

Faux mineurs isolés mais vrais racailles immigrées !

Faux mineurs isolés mais vraies racailles immigrées !Les militants de la Ligue du Midi étaient hier soir sur l'Esplanade Charles de Gaulle à Montpellier, théâtre de multiples agressions de la part de bandes de clandestins ces dernières semaines. Montpellierain, face à la racaille tu n'es plus seul !

Publié par Ligue du Midi sur mercredi 7 juin 2017

Une communication de Rémy Gration (Suite et fin)

Renaud Camus à la Fête de la Ligue du Midi

… “De toutes les fondamentales remises en question de partis, c’est celle du Front national évidemment, qui nous concerne de plus près. J’y vois personnellement une chance. Le Front national, c’est à mes yeux une hypothèque levée. Il est temps désormais de passer outre. À cause du divorce en son sein entre les militants et les sympathisants, d’une part, sa direction d’autre part, ce parti a constitué plus qu’autre chose, ses dernières années, un obstacle et un frein à la prise de conscience de notre peuple. La résistance à l’invasion, le refus de l’occupation, la lutte pour la décolonisation, il ne veut pas les assumer. Dont acte, grand bien lui fasse. Comme c’est pour nous tout ce qui compte vraiment, il va falloir désormais nous passer de lui. Au moins c’est clair. Ne perdons pas plus de temps, il nous en a déjà fait perdre assez, à tâcher de louvoyer entre acceptation du statu quo (qui nous fait horreur) et espérances électorales, dont nous savons désormais qu’elles sont vaines, et qu’elles le seront de plus en plus.

Deux modèles s’offrent à nous. L’un est tout naturel, il vient de notre propre histoire, il est emprunté à la précédente occupation, c’est celui de la résistance. L’autre vous surprendra sans doute davantage, et risque même de vous choquer. C’est la lutte anticoloniale. Souvenez-vous que les indigènes, cette fois, et malgré les usurpations de titre par l’occupant, c’est nous. Et nous sommes bien plus colonisés, cent fois plus, que nous n’avons jamais colonisé. Si je devais être plus précis, au risque de vous choquer encore davantage, et, plus grave, éventuellement de vous peiner, je donnerais comme exemple l’Algérie, dont nous aurions tout intérêt à imiter l’attitude, aujourd’hui ou au siècle dernier.

Aujourd’hui l’Algérie qui nous impose tant de ses fils, oppose une ferme résistance à l’invasion de son territoire par les migrants sub-sahariens, qui sont très mal accueillis chez elle, car le peuple et les gouvernants, là-bas, sont parfaitement conscients des enjeux véritables de l’immigration de masse : ils ne veulent pas être conquis comme ils sont en train de nous conquérir. D’autre part, il y a plus d’un demi-siècle, quand l’Algérie a conquis son indépendance, elle a considéré, et le monde entier a considéré avec elle, qu’elle ne serait jamais vraiment libre tant que demeurerait sur son sol un dixième de sa population qui était étranger à sa culture et à ses traditions ; et cela même si ces colons étaient installés là-bas depuis bien plus longtemps que ne le sont en France nos actuels colonisateurs. Cette remigration auquel je dois mon nom, c’est l’Algérie qui nous en donné l’exemple le plus clair et le plus retentissant. Souvenez-vous : la valise ou le cercueil, et ces massacres dont on ne parle jamais parce que l’histoire remplaciste est une poule qui picore les seuls grains qui lui siéent. Je ne recommande certes pas d’imiter ces violences et cette brutalité : excellente occasion, au contraire, de montrer la différence entre les civilisations. Il reste qu’aucune décolonisation ne s’est jamais opérée sans le départ du colonisateur.

Aucune libération n’est jamais survenue sans le retrait de l’occupant. Et si l’on me demande qui est l’occupant je réponds que c’est celui qui se considère comme tel, et qui se comporte comme tel. Il devra partir. Nous devons être parfaitement clairs sur ce point.

Nous devons d’ailleurs être clairs sur tous les points, affirmatifs et résolus. On ne s’oppose pas à des conquérants déterminés et sûrs d’eux par des tergiversations, des finasseries et des accommodements en retrait : sinon se multiplieront les trahisons et les conversions auxquelles on assiste déjà. Les peuples, et surtout leurs individus les plus faibles, préfèrent appartenir au camp des envahisseurs convaincus qu’à celui des envahis ratiocineurs, et qui prétendent pour gagner du temps qu’ils ne le sont pas — envahis, je veux dire : or nous le sommes, et nous ne voulons pas le rester.

Je ne comprends pas ceux qui parlent de guerre civile. Il n’a jamais été question de guerre civile. Un combat de libération coloniale, ou de libération tout court, n’a jamais été une guerre civile. Pour qu’il y ait guerre civile il faut qu’il n’y ait qu’un seul peuple. Or il y en a au moins deux si ce n’est davantage, malgré les illusions entretenues par les uns et les autres, y compris, à mon grand regret, par la direction du Front national : il y a les envahisseurs et les envahis, les conquérants et les conquis, les colonisateurs et les colonisés. De tous les mots menteurs, et ils le sont tous, il n’y en pas de plus menteur que “français”. Il n’y a pas de djihadistes français. S’ils sont djihadistes, ils ne sont pas français. Il n’y a pas de terroristes français. D’ailleurs il n’y a pas de terrorisme. Il y a un occupant, qui de temps en temps exécute des otages, comme l’ont toujours fait tous les occupants. Il n’y a pas là matière à guerre civile, même s’il y a aussi les collaborateurs et les traîtres et s’ils sont, cette fois, particulièrement nombreux : c’est le parti des remplacistes, et il est au pouvoir depuis des lustres, avec ses journalistes et ses juges.

Je conteste “civile”, donc, et je ne tiens pas non plus à “guerre”, il va sans dire. J’aimerais mieux mille fois l’éviter, même, quoique je la préfère à la soumission. La seule chance de se la voir épargner c’est de constituer en se rassemblant une force telle que nous n’ayons pas besoin de nous en servir. Il y a des années que Renaud Camus s’y emploie, sans grand succès semble-t-il trouver. Je ne peux que reprendre ses initiatives dans un contexte à présent plus favorable, maintenant que deux hypothèses encombrantes sont dépassées, et ont été dépassées ensemble, les élections et le Front national. Il ne faut pas un nouveau parti, il faut un Conseil National de la Résistance. Je suis bien sûr à sa disposition, Renaud Camus l’est aussi je le sais, mais il doit être aussi large que possible. Même le concept d’Union des droites n’est pas suffisant. La lutte pour la libération du territoire n’est ni de droite ni de gauche. Le combat antiremplaciste non plus, et même il serait plus de gauche que de droite, il me semble. De toute façon, encore une fois, l’enjeu n’est pas politique, ce serait beaucoup trop, peu dire. Il s’agit du salut de la patrie, et de la survie de notre peuple. Et comme dirait Renaud Camus, que je remercie de m’avoir prêté sa voix : Unissez-vous ! Révoltez-vous ! Pour ma part je suis déjà dans la subversion, et même dans la clandestinité. Ma déradicalisation a lamentablement échoué : j’ai découragé tous les hamsters”.

Une communication de Rémy Gration (1ère partie)

Renaud Camus à la Fête de la Ligue du Midi

“ Mes Chers Amis, vous imaginez bien mon regret très vif de ne pouvoir être parmi vous. Vous connaissez la situation, vous comprenez mes raisons. Je ne peux jamais être là où l’on m’attendrait, ni même montrer mon visage. Ayez confiance en moi, je suis avec vous, je suis vous. Mais nous allons devoir désormais procéder par l’absence, le silence, la disparition, l’invisibilité ; et quelquefois aussi l’évidence, le coup d’éclat, le geste emblématique, le mystère en pleine lumière. De toute façon, le temps de la politique est fini.

Notre ami Renaud Camus a bien voulu se charger de vous lire ce message de ma part, et je l’en remercie chaleureusement. Il avait intitulé un livre d’entretiens, il y a six mois, il y a des lustres, “2017, Dernière chance avant le Grand Remplacement”. Je crois qu’il voulait dire dernière chance politique, justement. Il faisait allusion à l’élection présidentielle. Et en effet, maintenant, c’est fini. Cette chance ultime, nous l’avons laissée passer, bien bêtement, à mon avis, et elle ne se représentera pas. Il serait totalement vain de placer notre espérance en 2022 : d’abord parce que c’est trop loin ; deuxièmement parce que le résultat serait le même, en pire ; troisièmement parce qu’il est absurde d’espérer gagner à un jeu où l’adversaire a pris la précaution de s’assurer toutes les cartes et d’établir toutes les règles à son seul profit.

Le peuple de rechange, les remplaçants, pour parler comme Camus puisque c’est lui qui vous parle pour moi, est désormais assez nombreux pour arbitrer toutes les élections : peut-être pas tout à fait encore pour s’assurer directement le pouvoir, mais assez, bien assez, pour choisir ceux qui vont l’exercer et qui, de ce fait, lui devront tout. D’autre part, les remplacistes, ceux qui veulent le changement de peuple et surtout qui promeuvent l’homme remplaçable, la matière humaine indifférenciée, parce qu’elle est seule conforme à leurs intérêts, ceux-là exercent une dictature telle qu’on n’en a jamais vu depuis que le monde est monde. Elle ne contraint pas seulement les corps mais s’exerce directement sur les âmes et sur les esprits, qu’elle modèle à sa volonté grâce à l’école, grâce aux sinistres industries culturelles, grâce à la presse, grâce à la drogue — mais tout est drogue. Nous avons affaire à un peuple hébété, saoulé, imbécilisé, qui voit bien ce qui lui arrive mais qui croit que ce n’est pas pour de vrai, que c’est une espèce de jeu vidéo. Le triomphe de Big Brother, c’est qu’il est arrivé à faire croire que 1984 était un roman : ce qui lui permet de le donner à lire en toute quiétude. Les gens n’y croient pas. Ils croient plutôt les statistiques, la sociologie, la démographie, les prétendues “sciences humaines”, tout ce qui leur a le plus menti depuis cinquante ans. Entendons-nous bien : je ne reproche pas aux sciences humaines contemporaines d’être des sciences, je leur reproche  de n’en être pas assez, de n’être pas assez scientifique, et de récuser l’essentiel, l’expérience sensible, l’expérimentation par les faits, le regard, la douleur, le réel. Moyennant quoi nous sommes, vous et moi, comme des gens qui essaieraient désespérément de sauver d’un incendie les pensionnaires d’une salle de shoot. Ces toxicomanes en plein trip prennent les flammes pour leurs hallucinations chéries et ne voient pas pourquoi ils se laisseraient tirer de leur rêve. Quel petit Grand Remplacement à guidon chromé au fond de la cour ? Ou bien nous aurions affaire à des suicidés par désespoir, qui trouveraient très mauvais qu’on essaie de les sauver de la noyade et qui nous traiteraient, nous, leurs sauveteurs volontaires, de tous les noms d’oiseaux.

Curieusement il y a un point où nous sommes pleinement en accord avec nos adversaires, et c’est justement celui-ci, la sortie de la politique. Disons qu’il y a là une coïncidence de nos vues, tout à fait par accident. Eux veulent sortir de la politique parce qu’ils pensent en termes d’économie pure, ou plus exactement en termes d’activités bancaires, de finance. Nous, nous voulons sortir de la politique parce que nous voulons rentrer dans l’histoire, dans cette histoire que la politique a oblitérée par unique souci de l’économie, ou du bien-être, des champs où elle n’a guère brillé, pourtant.

Renaud Camus voudra bien m’excuser, je continue de lui emprunter les termes de son analyse, qui nous est utile dans notre combat. Il a défini le macronisme comme la Section Française du Remplacisme Global, et estimé qu’Emmanuel Macron était l’incarnation la plus parfaite, à travers le monde, de cette idéologie totalitaire. Camus a jugé, même, que vingt-six mille euros de frais de maquillage à l’Élysée, même si la somme a paru astronomique et fait scandale, en juillet dernier, c’était tout à fait raisonnable, au fond, pour transformer George Soros en Emmanuel Macron. Et il a désigné comme mode de gouvernement de ce régime — macronisme ou remplacisme global, sorosisme, si l’on veut — ce qu’il a nommé, en symétrie avec la démocratie directe, la davocratie directe, le gouvernement par Davos, par la finance, par les banques, par l’hyper-classe hors-sol, sans intermédiaire. Davos, Wall Street, Bruxelles et les Bahamas en ont assez des gouvernants, désormais inutiles : ils gèrent directement le parc humain.

Je dois dire que les événements confirment en tout point cette analyse. Le macronisme, depuis qu’il est en place, et même avant, s’est acharné à éliminer, comme le portait son nom, le fameux microcosme de feu Raymond Barre, la caste politique et politicienne, les partis politiques, tous les corps intermédiaires entre le pouvoir et le peuple. Depuis quelques mois, combien de supposés ténors de la vie politique ont-ils disparu, sans doute à jamais ? Presque tous les premiers rôles ont quitté la scène, voyez Fillon ou Sarkozy retournant aux affaires, qu’ils n’avaient à la vérité jamais vraiment quittées ; et ceux qui restent ne paraissent guère connaître les jours les plus brillants de leur carrière. La prétendue loi sur la moralisation de la vie politique ne fait que renforcer l’exclusion des opposants, proclamer leur mort civile, tandis qu’elle ôte à la carrière d’élus tout attrait et toute dignité pour les ambitieux. Le pouvoir remplaciste dispose d’un parlement à sa solde, et de députés pour lesquels le terme de godillots paraît encore un peu faible : flasque agglomérat de représentants du peuple de hasard, oscillant entre l’hébétude des remplacés et la sauvagerie des remplaçants, tout juste bons à amuser la galerie par leurs attaques à dents armées sur les chauffeurs de taxi, leurs jobarderies de cas sociaux ou leurs défonces de crâne à coups de casque : tous hauts-faits qui valent aussitôt à leurs auteurs, tant leurs collègues ne sont pas plus présentables qu’eux, il faut croire, et tant il s’agit toujours d’humilier davantage la fonction politique, des places de commission, des sièges dans des instances internationales comme on dit, demain des ambassades, qui sait, ou des ministères. Pour ces obligés du maître il ne s’agit jamais que de n’être rien, et de ne lui faire pas d’ombre. Naturellement, le peuple, même s’il est un peu surpris par les remplaçants qu’on donne à l’ancienne caste politicienne, applaudit à cette humiliation et à l’éradication de celle-ci, qu’il en était venu à détester presque autant que la caste médiatique, et d’ailleurs elles sont de plus en plus difficiles à distinguer. Ce dont il ne se rend pas bien compte, le peuple, abruti et drogué qu’il est par l’école, par les instillations quotidiennes de haine de soi, par la télévision, les jeux vidéos, les divertissements de masse et la sonorisation forcée, c’est qu’il sera le prochain à être mangé, ou a tout le moins remplacé : d’ailleurs il l’est déjà, c’est en cours et c’est même bien avance.

Mais c’est peut-être à propos des partis politiques que l’action du remplacisme global, c’est-à-dire, en France, du macronisme triomphant, sa section française on l’a vu, a été le plus spectaculaire. Les anciens partis, si on les considère, on croit voir l’école, ou la culture, ou encore la langue, ou bien le paysage, ou encore Paris : mélange de champ de ruines, de chantier de démolition et de poubelle renversée. Les trois grands partis qu’on croyait maîtres du jeu il y un an, et tenir entre leurs mains le destin de la patrie, ne sont plus que des palais déserts, où les derniers courtisans hagards se disputent sous les plâtras, en balançant entre suicide, assassinat et trahison, et en envisageant la possibilité d’une combinaison des trois.

C’est là qu’intervient la bizarre coïncidence d’intérêts que j’évoquais plus haut, entre le remplacisme et nous. Ou, pour parler plus clair, c’est là que se situe notre chance, à mon avis. Le remplacisme a détruit les partis, or, justement, nous disions que le temps n’était plus à la politique, mais à l’histoire. Il ne s’agit plus de savoir quels partis, quelles classes, quels hommes vont gouverner, quels intérêts vont l’emporter. Il s’agit de savoir si la France va survivre, si notre civilisation va perdurer, si notre peuple va conserver une patrie qu’il puisse encore appeler sienne, comme la plupart des peuples du monde. Ce n’est pas de la politique, cela. Ça n’a plus rien à voir avec la politique. Même s’il en entrait nécessairement dans la combinaison, hélas, de Gaulle à Londres ou Jean Moulin à Lyon ce n’était pas de la politique. Gandhi à Calcutta non plus. C’était de l’histoire, et cela d’emblée. C’est à l’histoire et au sort de notre nation, de notre continent, de notre civilisation, que nous sommes confrontés. Et telle est la raison pour laquelle les propos des hommes et des femmes politiques nous paraissent si vains, si dérisoires, si coupés du réel et du destin”.

(Fin de la 1ère partie)

De la tectonique des plaques… à la tectonique des peuples

tectonique

Le billet de l’Helvien en colère

        Depuis le 20ème siècle nous savons, grâce au géo dynamicien français Xavier Le Pichon, que la plaque africaine monte à l’ assaut de la plaque eurasienne à raison de 2,15 centimètres par an en direction du nord est.

        Tout le monde s’est déjà aperçu des conséquences de cette avancée au fil des millénaires: volcanisme, tremblements de terre, orogénèse en cas de convergence et de collision entre ces plaques; les Alpes en sont la plus parfaite illustration! Malheureusement, nous ne pouvons rien faire pour enrayer ce phénomène naturel si ce n’ est d’ anticiper la disparition de la Méditerranée… à l’échéance de millions d’années.

        En transposant ces déplacements à l’échelle temporelle d’une vie, nous assistons en ce moment, hélas, non pas à une avancée, mais à une ruée des peuples africains sur les peuples européens au travers de justifications économiques, sociales ou autres.

        Il est vrai que chez nous, les grandes industries dévoreuses de main d’ œuvre abondante et bon marché ont favorisé l’immigration de masse. Songez à la création en 1924  de la Société Générale d’Immigration sous l’influence des houillères pour favoriser l’immigration des Italiens, Polonais, Espagnols. Dans ce cas là, pas de collision significative entre ces peuples et le nôtre grâce à une compatibilité sociale et religieuse.

(suite…)

Violences policières au Palais de Justice de Montpellier : ne faisons pas d’amalgame !

R. Roudier avant son opération

Le billet de Guido la Meslée

Il fût un temps où l’honneur de la France était d’assurer la liberté d’expression et de cantonner son appareil répressif au maintien de l’ordre républicain… Et non pas de mobiliser ses forces de répression contre les lanceurs d’alertes.

 Il se trouve que Richard Roudier est le Président d’une Association, La Ligue du Midi, légalement enregistrée auprès de la Préfecture, et qui a pour objet de défendre les intérêts des autochtones face à une déferlante migratoire sans précédent qui remet en question l’existence même de notre civilisation dans ce qu’elle a de plus sacré : la condition de la femme, la neutralité de l’espace public, la soumission à des dogmes venus du moyen-âge, la délinquance de rue qui pourrit la vie de nos concitoyens, le refus de partager les valeurs de la République, notamment l’enseignement de son histoire, etc, etc…

Richard Roudier et son fils Olivier ont eu le tort de visiter une association grassement subventionnée par des fonds publics et dont l’objet est de soutenir activement les enfants des clandestins illégalement présents sur notre territoire. C’est vrai aussi que leur visite a été quelque peu traumatisante pour le personnel salarié de cette association, puisque deux tasses à café ont été cassées…

Convoqués par la Justice pour s’expliquer, ce qui semble tout-à-fait normal, Richard Roudier et son fils Olivier ont été placés en Garde à Vue, entendus par le Procureur auprès duquel ils ont répondu courtoisement aux questions (plusieurs griefs contre eux ont été abandonnés). Et c’est au “dépôt”, au sous-sol du Palais de justice, que Richard Roudier a subi une violence inouïe : refus de médicaments, détournement de nourriture, refus de le laisser aller uriner de la part de deux policiers névrosés. Non contents de cela, nos deux “bourreaux”, ont refermé la lourde porte barreaudée d’acier sur ses doigts coincés dans le chambranle. Malgré ses cris de souffrance, il est resté ainsi les doigts écrasés pendant plusieurs minutes, le sol inondé de son sang. Les deux petits chefs refusant d’appeler les pompiers. Richard Roudier est âgé de 70 ans…!

La Juge de la Détention et des Libertés est descendue elle-même avec son équipe pour entendre le Président de la Ligue du Midi dans l’ambulance des pompiers et lui signifier sa remise en liberté avant d’être dirigé vers l’hôpital de La Peyronie.

Que nous dit cette sauvagerie sur l’état de la France ? Qu’une forme de soft-totalitarisme se met peu à peu en place au pays des Lumières et qu’il devient pratiquement impossible de dénoncer ce que pourtant tout le monde constate jour après jour sur notre territoire : le Grand RemplacementEt ce ne sont pas les commémorations de l’assassinat de masse de Nice et de l’égorgement du Père Jacques Hamel qui vont changer quoique que se soit à cette politique suicidaire qui menace l’existence même de notre civilisation.

On peut, certes, contester la forme que prennent certaines manifestations de la Ligue du Midi. Nous sommes désolés que les associations de type RAIH qui vivent de la misère des illégaux pour les mettre au service de la mondialisation qui va les exploiter sans vergogne, aient du procéder au remplacement de deux tasses à café et au rangement de quelques dossiers éparpillés. (Des dossiers d’illégaux qui violent la loi française par leur présence non souhaitée sur le territoire national).

Nous ne ferons ici aucun commentaire sur les suites judiciaires qui seront données à cette bien triste affaire. Nul doute que cette sauvagerie inexcusable fera l’objet de lourdes sanctions dans l’administration de la police et que les deux cadres de la Ligue du Midi en sortiront la tête haute. Richard Roudier qui a assumé en permanence l’action au RAIH (local ouvert au public) déclarait, lors de sa sortie de l’hôpital, qu’il ne fallait pas faire d’amalgame entre quelques brebis galeuses et la grande majorité des fonctionnaires de police et ne regrette pas sa présence lors des manifestations de policiers au printemps.

Lorsque dans quelques années nous constaterons tous et toutes que la situation nous aura définitivement échappée et que l’Europe sera sous contrôle étranger, l’avertissement que Churchill lança aux démocraties en apprenant la signature des accords de Munich résonnera bien étrangement.

« Entre le déshonneur et la guerre, vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre »