Olivier Roudier : « Ce sont les mêmes qui prônent la diversité qui veulent nous imposer l’uniformisation »

Olivier Roudier : « Ce sont les mêmes qui prônent la diversité qui veulent nous imposer l’uniformisation »

Galette des Rois de la Ligue du Midi à Alès

La tournée des popotes de la Ligue du midi suit son cours en ce début d’année 2020 et c’est une fois de plus une ville moyenne de la France périphérique qui a, tout dernièrement, retenu l’attention de l’équipe dirigeante de la Ligue du Midi.  C’est donc à Alès, capitale des Cévennes qu’un public, plus nombreux que prévu, rajeuni –75 % avaient entre 15 et 45 ans– et enthousiaste, a accueilli nos camarades, dans une brasserie du centre-ville, dans une ambiance à la fois sérieuse et amicale.

Richard et Olivier Roudier ont tour à tour pris la parole. Le premier pour présenter aux nouveaux venus, qui composaient la majorité de l’assistance, quels sont les objectifs, les moyens d’action et les ressources du mouvement et surtout comment se situait la Ligue du Midi dans le combat politique. « En effet la prise du pouvoir doit reposer sur deux jambes : le combat électoral, que la Ligue laisse actuellement à d’autres formations et le combat métapolitique : encadrement de la jeunesse, formation de cadres, laboratoire d’idée, agitation, combat culturel ».

Quant à Olivier, durant trois quarts d’heure, revenant sur les « fondamentaux », il définissait la place des identitaires dans le contexte actuel de l’action de terrain et sur les menaces qui pèsent sur le peuple français et sur la civilisation européenne. On retiendra, en particulier, cette évidence qui échappe à la plupart de nos contemporains : « ceux-là même qui ne cessent de prôner la « diversité » militent en fait pour l’uniformité. Plus de racines, de traditions, de culture, de famille, d’histoire, mais des individus standards, interchangeables, au sexe mal défini, et au cerveau grégaire » !

Olivier fustigeait évidemment à la fin de son intervention l’idéologie mondialiste et ses petits roquets que sont les antifas « porteurs de valises des multinationales ».

De nombreuses questions sur l’Union des droites aux élections municipales, sur les méthodes d’action de la Ligue achevèrent de clore le débat.

Richard Roudier concluait cette enrichissante soirée sur la question de l’Europe : « l’Union Européenne et ses institutions sont l’anti-Europe, l’UE n’étant qu’une marche vers le gouvernement mondial ».

Sumène : les rabas(*) antifas se défoulent sur les commerces

Sumène : les rabas(*) antifas se défoulent sur les commerces

Communiqué de la Ligue du Midi

 

Cela faisait quelques mois (depuis l’agression avec armes, en juillet 2019, à 5 contre 1, d’Olivier Roudier) que les antifas de Sumène et de Saint Julien de la nef (Cévennes Gardoises) n’étaient pas sortis de leurs trous à rats pour attiser leur haine par leurs activités putrides.

On sait que ces lâches trouble fêtes ont deux occupations favorites :

1° S’appuyer sur des étrangers à notre région : en juillet profitant des « trans cévenoles » et d’un samedi de mobilisation de « black blocs » à Montpellier, ils firent venir, pour accomplir à leur place leur sinistre besogne de cassage de gueule, un contingent de casseurs lyonnais.

2° Sortir à la nuit tombée pour saccager du matériel ou peindre des tags sur les espaces publics ou privés.

C’est ainsi que dans la nuit de lundi à mardi, vers les 23 heures leurs cibles furent triples :

1° Les forces de l’ordre

2° Les devantures des commerçants

3° La Ligue du Midi et les Roudier (figures emblématiques de la résistance)

Quelques exemples de leur art poétique :

« ACAB » (All Cops Are Bastards – Tous les flics sont des Bâtards)

« Nik la ligue du Midi »

« Roudier en taule » ce qui démontre leurs profonds sentiments libertaires

« J’te saigne » ce qui est une menace de mort qui fleure quand même un peu la haine (il parait qu’il existe des lois)… On attend que les députées Muriel Ressiguier et Laetitia Avia se positionnent sur la question !

Résultats des courses : près d’une dizaine de devantures taguées dont principalement celle du Bureau de tabac (voir photo).

On peut se poser la question de savoir pourquoi ces petits cons s’en prennent à des commerces ruraux car on n’a pas à faire à de gros capitalistes ou des boutiques de luxe ?

On sait que par le passé, ils s’étaient déjà attaqués à une supérette près des Ecoles et plus récemment à une bodega appartenant à une sympathique restauratrice peu soupçonnable d’accointances avec la Ligue…

Il s emblerait que la gendarmerie du Vigan prenne l’affaire au sérieux d’autant qu’à ce jour une dizaine de plaintes ont été déposées. En procédure de flagrant délit (menaces de mort, injures envers la police, dégradations de biens) les gendarmes ont interrogé de nombreux habitants du voisinage et relevé un certain nombre d’indices.

Le maire de la commune, Jérôme Moralli, interpelé par Olivier Roudier sur le perron de la mairie a simplement déclaré qu’il ne se sentait pas concerné par cette affaire n’ayant « aucune capacité pour agir » (Les commerçants électeurs apprécieront). On constatera simplement la célérité dont il a fait preuve pour faire disparaitre les traces des délits alors qu’il laisse proliférer sur le matériel urbain communal de nombreux autocollants antifas incitant à la haine et appelant au meurtre.

Ainsi Ponce Pilate se lavait les mains…

 

(*) Rabas : blaireau puant

La faim justifie les moyens !

La faim justifie les moyens !

Le billet de Pieter KERSTENS

Depuis de très longs mois certains « Gilets Jaunes », ayant une activité professionnelle, crient leur exaspération d’être ignorés par un gouvernement sourd à leurs revendications et au fait que leur « fin de mois » commence le 15.

J’évoque ici une majorité de ceux qui manifestaient leur colère dans les premières semaines d’un mouvement qui concernait bien sûr aussi une grande partie du peuple français, mouvement récupéré par les gauchistes, les anarchistes et les « Black-Blocs » par la suite.

Il convient néanmoins de constater que le tandem du docteur Micron et de son assistant Edouard a lâché plus de 15 milliards d’Euros au début de l’année 2019, résultat que les syndicats « officiels » n’ont JAMAIS obtenu en 30 ans ! Alors oui, la violence paye… Parce que tôt ou tard, la population prend conscience que, gouvernements après gouvernement et sous diverses présidences, la désinformation, les mensonges et la propagande mènent au chaos.

Le devoir de mémoire nous rappelle que les euro-mondialistes nous ont imposé :

  • Une société au rabais où 10% de la population est analphabète, car depuis 1968, l’instruction dispensée dans les écoles, les lycées, les universités de France est tellement mauvaise que certains diplômés ne savent plus compter, ni écrire sans fautes ; quant à la lecture de la presse sur papier ou encore de livres divers, on y assiste à une chute libre des ventes annuelles alors que les moins de 35 ans passent de plus en plus de temps sur Internet…
  • Une société décadente où le droit de grève prime la liberté du travail et dans laquelle l’Etat Providence encourage le parasitisme et la paresse ;
  • Une société débauchée où les politicards et les intellectuels ont poussé les pédérastes et les pédophiles à tenir le haut du pavé tout en niant et masquant leurs délits ;
  • Une société où les pensionnés après 4O ans de labeur touchent moins que l’immigré qui débarquera demain du Bananenland (parce que chez nous il touchera sans travailler 20 fois plus que chez lui en travaillant) ;
  • Une société où les princes qui nous gouvernent avec la complicité des sociaux-chrétiens-démocrates-écolos-réformateurs ont inventé une Europe supranationale dirigée par des technocrates méprisants, arrogants et suffisants, totalement coupés du pays réel. Ces eurocrates incapables et incompétents, responsables du fiasco de l’Union Européenne.
  • Une société où la Commission Européenne règne depuis 30 ans et a imposé des milliers de directives, responsables de la disparition de centaines de milliers d’entreprises et de millions d’emplois ;
  • Une société de consommateurs ignares, qui a ouvert ses frontières à l’invasion de produits étrangers à bas prix et de mauvaise qualité, que nous sommes tout à fait capables de fabriquer ou cultiver nous-mêmes, bien mieux et avec moins de chômeurs ;
  • Une société « d’humanisme et de tolérance », où chacun  trouverait son « bonheur », nous promettaient-ils… FAUX, ARCHI-FAUX !

Constatons ce qui se passe dans les centaines de zones de « non droit » où règnent maintenant la Loi Coranique et une insécurité permanente, à tel point que même ceux dont le travail est de sauver des vies -les pompiers- sont accueillis par une racaille ivre de haine et armée de projectiles divers, aux cris de « Tuez-les! ».

Racailles et crapules, encore et toujours, choyées par une justice aveugle et complaisante.

Depuis fort longtemps, il suffit de regarder les différentes chaînes de télés, d’écouter les radios et de lire la presse écrite, pour bien se rendre compte qu’en France, les libertés fondamentales étaient abolies et que l’on ne votait plus POUR un candidat et un programme, mais TOUS ENSEMBLE dans un lynchage médiatique généralisé, orchestré, planifié et imposé pour condamner, écraser, brûler ou assassiner tous ceux ou celles dont l’avis, les convictions ou les opinions étaient différents de ceux que la démocratie totalitaire voulait imposer.

Malgré l’acharnement de la totalité de la classe politique, des institutions et des médias, la France ne se couchera pas devant les diktats européistes, parce que 4 français sur 10 refusent le front républicain ; citoyens qui, lentement mais sûrement, ouvrent enfin les yeux.

En France, comme ailleurs dans le reste de l’Europe, il faut faire tomber les tabous et dire tout haut ce que la majorité pense tout bas, sans haine, mais fermement, avec détermination et pour un changement radical de Système.

Quand le désespoir succède à l’exaspération, alors la violence devient sans doute légitime, car c’est à ce prix seulement que nous sauverons l’essentiel de nos valeurs, du naufrage dans lequel nous entraînent les régimes corrompus, inféodés aux oligarchies financières et mondialistes.

 

Mais ce qui est très intéressant, et suivant divers témoignages recueillis dans certaines villes de province, c’est le fait que quelques groupes d’autodéfense se constituent dans les Zones de Priorité Sécuritaire, « là où la Police ferme les yeux et la Justice baisse les bras. »

Agression de la crèche vivante de Toulouse : les nihilistes à l’assaut de nos traditions régionales

Agression de la crèche vivante de Toulouse : les nihilistes à l’assaut de nos traditions régionales

Communiqué de la Ligue du Midi

Samedi, vers 16h, en plein centre de Toulouse, la traditionnelle crèche vivante se déroulait sur la place Saint Georges dans le calme et la sérénité comme chaque année depuis 7 ans en pareille période de Noël. Personnages costumés, animaux vivants et chorales d’enfants donnaient un spectacle pittoresque dans la tradition des Noëls occitans ou provençaux. Aucun prosélytisme religieux, aucune démonstration d’agressivité de la part des organisateurs adhérents de l’association culturelle Vivre Noël Autrement qui avait mobilisé pour l’occasion une centaine de bénévoles pacifiques dans le but de  rappeler aux dires des organisateurs le contexte historique des fêtes de Noël.

Mais ce spectacle avait le tort d’être trop enraciné, trop identitaire pour une petite bande de raclures composée d’une cinquantaine d’antifas et de punks à chiens avinés qui ont tenté par tous les moyens d’interrompre ce spectacle, provoquant des bousculades, injuriant le public et crachant sur les participants et organisateurs. Les enfants n’ont pas pu chanter leurs chants de Noël, les animaux ont dû être exfiltrés pour ne pas subir les coups des racailles gauchistes et certains nervis ont même tenté sans succès de prendre d’assaut l’estrade dressée pour la circonstance.

Les insultes sont allées crescendo et afin d’éviter que des enfants ne soient blessés dans l’affrontement les organisateurs ont suspendu le spectacle, vraiment désolés de voir, qu’à Toulouse, il y a des milices, violentes, ouvertement anti-chrétiennes, capables de s’attaquer à des enfants pendant la fête de Noël aux cris de « Stop aux fachos ». Notons que la police n’était pas présente pendant cette manifestation déclarée, et qu’elle n’est pas intervenue -on peut se demander à quoi servent les services de renseignements territoriaux-.

Le choc de cette violence et de cette haine gauchistes se retournera forcément contre ses auteurs et une rapide enquête a pu indiquer que la quasi-totalité des toulousains (croyants ou incroyants) a été extrêmement choquée par cette violence anti-religieuse qui rappelle les heures les plus sombres de la révolution bolchévique en Russie ou au Mexique.

Les organisateurs de ce type de manifestations -pacifiques et familiales- doivent prendre conscience qu’ils ne sont plus à l’abri de ces provocateurs (antifas-gauchistes-blacks blocks…) et qu’ils devront à l’avenir actionner leurs réseaux, faire venir les familles en grand nombre, organiser des services de protection et de sécurité s’ils veulent continuer à pouvoir exercer leur droit fondamental qui est celui de la liberté d’expression et de manifestation.

La Ligue du Midi, cible favorite des nihilistes qui bénéficient de la part du « pouvoir » d’une impunité suspecte, a démontré, encore une fois, lors de sa manifestation du 11 novembre devant la préfecture à Montpellier, qu’une attitude résolue suffisait souvent à mettre ces groupes en déroute.

Nous avons parfois un peu de mal à réveiller le Loup qui est en nous !

Nous avons parfois un peu de mal à réveiller le Loup qui est en nous !

Discours de François Galvaire lors de la Manifestation contre l’insécurité devant la Préfecture de Montpellier

Bonjour les Patriotes !

Bonjour les Gaulois !

Bonjour les Occitans !

Bonjour les Enracinés !

 

Ça fait du bien de vous voir tous ici aujourd’hui à Montpellier !

Par contre je dois vous avouer que je suis un peu déçu…

J’en vois quelques-uns parmi vous qui n’étaient pas hier à la manif contre l’Islamophobie !

Franchement vous n’avez pas honte ?

Ah oui je vois bien vous n’avez pas honte… Ça tombe bien moi non plus !

Enfin si en fait j’ai honte !

J’ai honte des images que j’ai vues à la télévision.

J’ai honte des hommes politiques Français au milieu des barbus et des voilées.

J’ai honte de cette foule imbécile et odieuse toute contente de scander Allah Ouakbar sous l’impulsion de ce porc de Marwan Muhammad qui lui a fait reprendre ce cri en cœur plusieurs fois.

J’ai honte que notre ami Patrick Jardin, ici présent, ait dû entendre ce cri honni des assassins de sa fille au Bataclan scandé dans les rues de Paris.

J’ai honte que les milliers de membres de familles des près de 300 victimes des attentats islamistes aient dû entendre cela.

J’ai honte pour tous ces Français qui ont repris en cœur et sans complexes ce cri mortifère.

J’ai honte pour les hommes politiques qui ont laissé ce climat s’installer en France et qui semblent n’y trouver rien à redire.

J’ai malheureusement aussi un peu honte pour nous qui finalement, en nous débattant plus ou moins courageusement, avons laissé les choses en arriver là !

Et en ce jour où nous commémorons le sacrifice de nos grands anciens, de tous ces hommes de l’âge de nos fils tombés dans la boue, sous les obus ou dans le gaz, transpercés par les balles ou les baïonnettes, pour sauver une patrie qu’ils nous ont transmise en héritage au prix de leur sang, de leurs espoirs et de leur jeunesse, pouvons-nous vraiment dire « j’ai pris soin du trésor que tu m’as laissé » ?

Nous autres mes chers amis, qu’avons-nous sacrifié pour protéger en retour les descendants de ces héros, leurs arrières petites filles, leurs églises, leurs villages, leur culture et leurs traditions ? Combien de jours de notre vie, d’argent, de larmes, de privations avons-nous été capables de mettre dans la balance pour faire en sorte que leur sacrifice n’ait pas été vain ?

Ces hommes se sont battus pour la sécurité de la France et des Français et aujourd’hui nous nous réunissons parce que nous faisons le constat que cette sécurité si chèrement défendue par eux n’existe plus…

Qui parmi nous n’a jamais été agressé ou eu un proche agressé ? Qui parmi nous, qu’il habite une grande ville ou une petite commune rurale, peut encore prétendre avoir l’impression de vivre sereinement en parfaite sécurité ? Qui ne s’inquiète jamais pour sa femme, ses enfants ou ses biens ?

Rien que dans l’Hérault les victimes d’agressions ont augmenté de 375% en 20 ans !

Nous citoyens, face à l’impuissance de la police, le laxisme de la justice et l’incurie des politiques nous sentons abandonnés ! Et quand nous nous permettons de nous défendre face à nos agresseurs nous nous retrouvons bien souvent sur le banc des accusés… Vilains chiens hargneux qui n’avons pas su garder leurs muselières que nous sommes !

Car oui il faut bien le reconnaître 2000 ans de civilisation ont su nous domestiquer et face à ceux qui vivent encore à l’âge de pierre nous avons parfois un peu de mal à réveiller le Loup qui est en nous.

Tant que l’État assumait ses fonctions régaliennes de sécurité publique, cette « domestication » était plutôt une bonne chose qui garantissait la paix civile et empêchait les voisins de s’égorger entre eux pour un oui ou pour un non. Mais puisque l’Etat se montre incapable de nous défendre, face à ces nouveaux Barbares combien de temps allons-nous rester conciliants ? Combien de temps avant que nos anciens Dieux païens ne viennent nous rappeler que le fer des socs des charrues sert aussi à fabriquer des épées ?

La lamentable histoire du papy de la mosquée de Bayonne montre bien que notre vernis craque. Et je crains sincèrement que ce ne soit que les prémices d’une révolte des anciens et des plus faibles qui excédés d’être maltraités, humiliés, bafoués, violentés, décident, dans un mouvement de colère, de faire un carton. Et bien entendu eux n’auront jamais droit à la qualification de « déséquilibrés » ! On trouvera toujours un livre de Zemmour dans leur bibliothèque ou un cousin à La ligue du Midi pour en faire de dangereux terroristes racistes islamophobes…

 

Nous sommes désespérés de l’état de déliquescence de notre pays.

Nous sommes excédés de la faiblesse et de la lâcheté des élites politiques devant la racaille.

Nous sommes ulcérés de la démagogie de la justice gauchiste et franc-maçonne qui pardonne tout pourvu qu’on ne soit pas bon Français, travailleur, catholique et, pire que tout, un peu à droite !

Nous sommes désolés de l’impuissance de notre Police à qui l’on ordonne d’intervenir violemment contre un peuple GJ qui crie ses angoisses mais de ne surtout pas faire de vagues quand il s’agit de déchets de la société qui nous pourrissent la vie.

 

Il est urgent que nos responsables politiques, nationaux ou locaux prennent conscience de notre ras-le-bol et qu’ils changent d’attitude ou bien que nous changions de responsables politiques.

 

Nous sommes venus aujourd’hui à Montpellier pour leur dire que nous en avons plus que marre… Ils feraient bien pour une fois de nous écouter !

François Galvaire

François Galvaire

Dit Batdaf