Quand la France soutient les djihadistes

L’éditorial de la Ligue du Midi

 

 

Syrie, la France a armé les groupes salafistes contre le gouvernement légal

 

C’est lors d’un voyage à BAMAKO en septembre 2013 que le président HOLLANDE a annoncé qu’il livrerait des armes aux rebelles syriens de l’ASL (Armée Syrienne Libre) en contravention à l’embargo européen.

Or l’ASL s’est avérée être une organisation salafiste directement alliée à un groupement ouvertement revendiqué comme tel et dénommé Jaysh al-Mujahedeen (Armée des Moudjahidines).

Quelle république à part une république islamique armerait et soutiendrait des groupes salafistes de combat contre le régime légal d’un pays musulman ?

On va voir ci-dessous quel a pu être le rôle de L. FABIUS, ministre français des affaires étrangères de l’époque et comment il a pu être l’exécutant d’une puissance étrangère.

 

FABIUS ministre des affaires étrangères félicite les salafistes

 

Pour L. FABIUS, Al-Nosra ne pouvait être classée comme une « organisation terroriste », car « sur le terrain, elle fait du bon boulot »

Quel ministre des affaires étrangères, à part celui d’une république islamique et/ou directement inféodé à l’hyper classe mondialiste hors-sol, peut-il féliciter et se réjouir de l’action armée de groupes salafistes contre le gouvernement légitime d’un pays musulman ?

Un fait peut-être sans rapport avec notre sujet, c’est qu’en 2012 le fils FABIUS plante 3,5 millions de dollars dans un Casino à Las Vegas. Thomas FABIUS est le seul homme connu à être sorti vivant de Las Vegas après y avoir laissé 3,5 millions de dollars de chèques en bois pour des dettes de jeu. Rappelons que les faits se sont passés en mai 2012.

Or la coutume locale veut que ‘’ce qui se passe à Vegas reste à Vegas’’ et il est de notoriété qu’avant le fils FABIUS on n’avait jamais retrouvé d’imprudent qui ait pu se laisser aller à planter les casinos du cru. D’ailleurs y en a-t-il jamais eu qui aient essayé à cette hauteur ? Sûrement pas, et il faut être le fils FABIUS pour que les casinos de las Vegas vous laissent vous engager à ce point sans garanties dûment vérifiées au préalable. Essayez donc de perdre 3,5 millions de dollars à Las Vegas sans « faire briller » à un moment ou à un autre. Vous verrez que quelqu’un va vous taper sur l’épaule pour vous faire atterrir, en général plutôt tôt que tard d’ailleurs. Pas le fils FABIUS, étonnant non ?

Ceci explique sans doute cela, tant il est vrai que le ministre des affaires étrangères d’une puissance nucléaire aussi fermement tenu par les oreilles ne peut plus rien refuser à personne et surtout pas à la puissance étrangère sur le territoire de laquelle son fils s’est ainsi fait prendre.

Personne n’a jamais fait le rapprochement, on n’a rien vu d’écrit sur le sujet, le lien aveuglant entre ces deux informations a été occulté. Et pourtant, comment ne pas voir ? Quand il y a un doute pareil, c’est qu’il n’y a pas de doute. FABIUS fermement tenu par les frasques que son fils a été manifestement autorisé à faire à Las VEGAS, a très probablement mis la FRANCE à la merci des services secrets de l’empire et à la merci des salafistes en Syrie.

 

N. BELLOUBET ministre de la justice semble protéger les jihadistes arrêtés les armes à la main au Moyen-Orient

 

Quel ministre de la justice à part celui d’une république islamique s’autorise à faire pression sur des gouvernements ou des entités en pays musulmans pour protéger des tueurs islamistes radicalisés ? On ne rentrera pas dans les détails du quotidien qui attestent de plus en plus que nous sommes dans une république qui surprotège les musulmans et particulièrement ceux qui mènent la conquête islamique de notre pays.

À eux seuls les comportements, à l’international, de la Présidence de la République, de la Diplomatie et de la Justice françaises nous rangent dans le club des républiques islamiques de fait. Particulièrement la protection et le soutien qu’elle fournit aux djihadistes et autres salafistes de combat ; notamment en terre d’Islam.

 

Les trois principales fonctions régaliennes de la FRANCE agissent à la manière des républiques islamiques. Tel est le constat qui résulte des faits.

Notre-Dame-des-Landes : la chienlit totale

L’éditorial de la Ligue du Midi

chienlit

Photo : Reuters/Stephane Mahe

 

D’où qu’on l’aborde, ce dossier est un condensé de tout ce que l’État central jacobin est capable de faire foirer, de ruiner et finalement de faire pourrir dans le marécage de l’impuissance et de la chienlit libérale. La réalité dramatique, c’est qu’il ouvre la séquence finale de la multi partition territoriale du pays.

 

Voici ce qu’il en est de notre point de vue.

 

Sur le fond du dossier

On l’a exprimé par ailleurs, ce projet ne trouvait plus aucune justification ni au plan économique ni au plan du parti d’aménagement du territoire. Il n’y a jamais eu de place pour un hub à cet endroit. Le développement du transport aérien bute sur un palier de réalités économiques pour le moment indépassables. On rappellera que dans sa compagne présidentielle, le candidat MACRON s’était engagé à réaliser ce projet.

 

Au plan écologique

On se demande bien comment, malgré le caractère injustifié d’un tel projet, on s’apprêtait tout de même à lui sacrifier une masse foncière aussi importante, encore vierge de tout développement et donc extrêmement précieuse.

 

Notre point de vue sur le bien-fondé du projet

Pour nous ce projet ne trouvait aucune justification ni au plan économique ni au plan de l’aménagement du territoire. C’était un projet au seul profit de la mondialisation marchande, ruineux, totalement inutile pour les populations locales et destructeur au plan écologique.

 

Sur le colossal investissement politique, public et financier

50 ans de portage, une multiplicité d’agences et d’organismes d’État concernées, des années de travail et d’enquêtes publiques, des frais engagés colossaux, 179 décisions judiciaires favorables, des emprises foncières achetées par l’État, un aménageur désigné, un projet technique finalisé, des contrats signés, une quasi-unanimité des élus locaux, une consultation de l’opinion locale par voie électorale et enfin un candidat à la présidentielle qui en avait fait un engagement de campagne …

Jamais on n’aurait imaginé qu’un projet ayant fait l’objet d’autant de validations par les tribunaux, d’unanimité politique, de validation démocratique, tant au niveau local qu’au sommet de l’état, puisse se voir annulé sous la pression d’une poignée de casseurs et d’occupants illégaux.

 

Sur l’incapacité du pouvoir à réduire la contestation violente et illégale

Depuis 2010 tous les pouvoirs successifs ont laissé s’installer sur le site des occupants illégaux et des contestataires ultras violents. Des « coupeurs de route » ont fermé plusieurs voies de circulation sur la zone dont la départementale 281, sans que l’État ne réagisse ni ne fasse cesser ce trouble à l’ordre public.

On ne cherchera pas ici à départir les bons des mauvais, on constatera simplement que tous les occupants se valent et que pendant que les présentables donnent des interviews, les ultra-violents font régner la terreur et reculer tous les gouvernements. Pour nous, cette masse d’occupants n’est pas séparable, il n’y a pas les bons écolos sympas d’un côté et les affreux casseurs de l’autre. Tous sont solidairement responsables. Il n’y pas de tri à faire. Les seuls légitimes à se maintenir sont les agriculteurs propriétaires exploitants ou fermiers présents depuis toujours. Tous les autres auraient dû être expulsés sans ménagement depuis longtemps. La lâcheté (ou la volonté délibérée ?) de tous les pouvoirs a permis la création d’une situation, de fait exorbitante du droit, pour à la fin plier devant une poignée de casseurs.

 

Notre point de vue sur l’arbitrage final rendu par l’Etat central

Nous observons que le projet avait été largement validé au plan local. Néanmoins, des oppositions sérieuses étaient apparues. Par conséquent, il n’était pas injustifié que l’échelon national arbitre en dernier recours à la condition que le projet fut réellement celui d’un aéroport « national ». On observe cependant qu’on est en train de payer la calamiteuse réforme régionale du quinquennat Hollande qui n’a pas eu le courage de rendre à la Bretagne le département de la Loire-Atlantique, ni de donner aux régions la capacité de s’engager sur des projets que le principe de subsidiarité devrait leur octroyer.

Breizh-info qui suit ce dossier de près, souligne que « pour leur part, les figures politiques favorables au projet de « NDDL » n’ont pas manqué d’utiliser un élément de langage dans leurs déclarations suite à l’abandon : « Grand Ouest ». Un concept dont l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes était la clé de voûte. En clair, le Grand Ouest représentait à terme la fusion des conseils régionaux des Pays de la Loire et de la Bretagne. Une fusion à laquelle souscrivaient plusieurs personnalités. Au premier rang desquelles se trouvait l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault puis sa remplaçante à la mairie de Nantes Johanna Rolland ». Cette proposition soulevant à juste titre l’ire de Christian Troadec, partisan de l’autonomie, qui assénait : «il est plus que temps de penser à un vrai aménagement du territoire de la Bretagne à 5 départements pour réduire la fracture territoriale Est-Ouest. Que de temps perdu » !

L’impuissance sécuritaire – vraie raison de l’abandon

Pendant sa campagne présidentielle, le candidat MACRON s’était solennellement engagé à finaliser la réalisation du projet. Tous les éléments techniques du dossier étaient connus et maîtrisés à ce moment-là et rien n’a changé depuis. Par conséquent ce ne sont pas des novations techniques sur le bien-fondé du dossier qui l’ont fait se raviser, mais bien des considérations politiques. Seules son impuissance, son incapacité à maîtriser l’évacuation et la crainte d’affronter les violences sur le site l’ont fait changer d’avis, rien d’autre. MACRON était un fervent supporter du projet, il nous l’a dit pendant sa campagne. S’il s’est replié, ce n’est que du fait de son incapacité à assumer l’affrontement sur le terrain.

 

‘’ET TOC’’ – Impuissance personnelle de MACRON

chienlit

Photo : Reuters/Stephane Mahe

Si MACRON était l’homme d’État qu’il prétend être, il aurait d’abord fait évacuer la ZAD et formulé sa décision finale ensuite ; une fois l’abcès vidé. Il aurait ainsi rétabli l’autorité de l’Etat et se serait lui-même rétabli dans la fonction régalienne qu’il ne parvient pas à incarner malgré son autoritarisme affiché. Or, c’est strictement l’inverse qu’il a fait. Il s’est empressé de reculer et d’abandonner le projet sans avoir purgé l’infection. Il prétend maintenant faire autorité tout en jouant sur la trêve hivernale pour les expulsions, tout en ouvrant grandes toutes les portes au compromis et à l’accommodement honteux avec les hors la Loi.

MACRON est un personnage insuffisant, les zadistes lui ont sèchement asséné la gifle publique qu’il méritait. Leur slogan ‘’ET TOC’’ immédiatement affiché devant toutes les caméras est un camouflet dont il ne se relèvera pas dans l’opinion. Cette affaire va être son calvaire.

 

Sur les conséquences de cette chienlit

Les reculades de SIVENS et surtout celle de NOTRE-DAME-DES-LANDES créent des précédents inouïs qui bafouent toutes les règles de droit. L’État français est à la rue, il est incapable de faire respecter le droit. Il n’y a plus aucune autorité de l’État en FRANCE

Les grands projets en cours vont tous être violemment attaqués, celui d’agrandissement de Nantes Atlantique en premier. Plus aucun investisseur n’osera prendre de risques maintenant qu’on sait qu’une poignée d’asociaux, de recalés de la vie, de bons à rien, d’assistés, de parasites, peut faire reculer la puissance publique. S’il le fait, ce sera en contrepartie d’indemnités colossales ce qui renchérira encore les projets.

 

NOTRE-DAME-des-LANDES prototype de la zone de non droit concédée par L’État central

L’accommodement honteux de NDDL avec les hors la Loi va se traduire par l’implantation d’une sorte de zone franche de non droit sur le site. On nous explique déjà que ce sera une expérience sociétale. En fait ce sera une première zone de non droit autorisée par l’État central et le prototype d’autres à venir.

 

NOTRE-DAME-des-LANDES ouverture de la séquence finale de partition territoriale du pays

Ce modèle préfigurera l’établissement d’autres zones placées hors droit commun. Il y a fort a parier que nous ne tarderons pas à voir apparaître des revendication pour l’établissement de khalifats, embryonnaires au début, dans les zones de forte concentration ethnique. Des situations de fait sont d’ores et déjà en train de se coaguler partout en France. La reculade du pouvoir donne le signal, tous savent désormais qu’il n’y a plus d’État en FRANCE et que tout, absolument tout, leur est maintenant loisible.

Les radicaux de l’ultra- gauche ont réussi à ouvrir la brèche pour le compte de la mondialisation marchande et de la conquête musulmane. La collusion entre les mondialistes libéraux, l’ultra-gauche et les islamistes prend de plus en plus corps. Les étapes se franchissent, le processus global avance. Notre camp est immobile…

 

La chienlit de l’État, son impuissance et les perspectives de partition du territoire qu’il ouvre sont insupportables. Ce pouvoir ne tient plus rien, il est illégitime. Il va falloir s’en débarrasser.

Privatisation du contrôle routier : pillage organisé

routier

Non seulement l’État nous rackette mais aussi peut surveiller nos déplacements en temps réel grâce à l’horodatage des véhicules (flashés ou non).

Voilà ! Inutile de faire de longs développements, l’abaissement de la vitesse à 80 km heure n’a pas d’autre objet que d’enrichir encore plus les sociétés privées auxquelles a été concédé le contrôle routier.

Tout le reste n’est qu’habillage, enfumage, tromperie.

Tout cela s’intègre dans le très vaste dispositif d’ensemble visant au grand dépouillement de la classe moyenne au profit des marchés, de la finance et des sociétés transnationales de la mondialisation. Tout ce qui peut assurer des revenus récurrents sans investissements et sans risques est systématiquement concédé au privé et bonifié de surcroît. L’abaissement de la vitesse n’est rien d’autre qu’une bonification de la rente concédée au privé.

On observera que ces deux dispositions ont été prises par des gouvernements successifs. Cela prouve la continuité des politiques de pillage. Cela prouve que malgré les alternances, il n’y a qu’une seule politique, toujours la même durablement inscrite dans la continuité. Cela prouve que ces politiques sont décidées ailleurs et que les gouvernements successifs ne font qu’appliquer la feuille de route que leur donnent leurs vrais commanditaires qui ne sont ni les électeurs, ni le peuple de FRANCE.

On observera que l’étalement d’une mandature à l’autre ne vise qu’à diluer la responsabilité des gouvernements successifs et à atténuer la perception globale du phénomène par l’opinion. Il s’agit là de manœuvres dolosives visant à tromper l’opinion.

Toute la communication d’État n’est plus qu’habillage, enfumage, tromperie.

MACRON est le mandataire liquidateur de la FRANCE. Lui et ses commanditaires savent que tout cela va très mal se terminer. Leur seul objectif est de se donner encore le temps de lever les derniers plis. Les dispositions liberticides de censure et de répression brutale des lanceurs d’alerte n’ont pas d’autre objectif que de s’accorder encore un peu plus de temps pour parachever la besogne.

MACRON et ses mandants savent que l’opinion n’avale plus rien et qu’ils n’ont plus d’autre alternative que de basculer dans le totalitarisme pour finir ce qu’ils ont à faire.

MACRON le mal élu, sait qu’il est, politiquement, extrêmement fragile. (moins de 25% des gens en âge de voter l’ont porté au pouvoir). MACRON sait qu’il n’a ni la légitimité, ni le poids personnel pour infliger de telles souffrances au peuple de FRANCE. MACRON sait parfaitement qu’il exerce un couple de torsion au-dessus de ses forces réelles. Il sait très bien qu’il est à la merci d’un violent retour de manivelle. Tant qu’il le peut, il n’a d’autre point de fuite que l’accélération et la fuite en avant, la censure et la répression brutale.

La FRANCE qui ne compte que 66 millions d’habitants a bloqué 38.000 pages Facebook. À titre de comparaison le « dictateur » POUTINE n’en a supprimé que 84.

Notre pays est entré en dictature !

MACRON va accélérer le pillage, la censure et la répression.

2018 sera l’année du durcissement de l’affrontement entre ce pouvoir et sa seule opposition sérieuse : les identitaires, les patriotes et les groupes activistes qui appellent à la résistance hors champ électoral.

Toulouse : Jennifer Courtois-Périssé, une ascension fulgurante en Macronie

Le billet de Robert Langlois :

courtoisInconnue pour la plupart d’entre nous, elle mérite quelques lignes, non comme maire du village de RIEUMES (31370) mais surtout parcequ’elle est une synthèse de la Macronie.

D’abord le nom : c’est celui d’une très riche et très ancienne famille de banquiers toulousains, la famille COURTOIS de VIÇOSE, doyenne des banques Françaises, dont le nom demeure encore au frontispice de l’établissement historique de la rue Rémusat au cœur de la ville.

L’histoire a basculé en 1992, lorsque la banque Courtois en quasi faillite a été absorbée par le Crédit du Nord. Fin courue d’avance pour une banque familiale indépendante qui s’est vue monter en graine et a voulu jouer dans la cour des grands (celle des vrais requins) en se transformant en banque d’affaire et de marché. Fatale décision de gestion qui s’est conclue en déconfiture totale (ce que ne mentionne pas l’article très bienveillant qui suit). Malgré cet épisode, la famille a été épargnée et conserve encore une partie de son prestige dans les vieux milieux d’affaires Toulousains dont les effectifs et la mémoire finissent par se raréfier.

On relèvera les connexions avec la famille BAYLET propriétaire de la DÉPÊCHE du MIDI. Pour mémoire et pour ceux qui nous suivent, nous avions déjà fait le portrait de Jean Michel BAYLET dans ces colonnes. Jennifer est une protégée de la Dépêche qui soutient régulièrement sa carrière politique. Dans ces milieux, les liaisons claniques de pouvoir et d’argent priment sur les options politiques et l’intérêt général.

Dans le civil, la petite Jennifer administre une part des débris de la fortune familiale. Elle est présidente du conseil d’administration de la société COURTOIS SA qui gère le patrimoine foncier de la famille lequel rapporte tout de même près de 700.000 euros de loyers annuels.

Mais ce n’est pas ce qui l’intéresse, Jennifer veut faire de la politique et se voit un destin national. Déjà en 2015 à peine âgée de 30 ans, elle se voyait succéder au cacique socialiste Pierre IZARD à la tête du Conseil Départemental de la Haute Garonne. Rien que ça !

Aujourd’hui, elle est conseillère régionale et maire de RIEUMES, bourgade rurale au Sud de Toulouse, berceau de l’autre partie de la famille. Mais ce n’est pas ce qui l’intéresse.

Ce qui intéresse Jennifer, c’est PARIS, c’est la grande politique.

2011 : elle est candidate aux cantonales à l’âge de 25 ans en se déclarant « sans étiquette » tout en se réclamant d’un stage à BERCY chez WAUQUIEZ. Élue, elle s’est déclarée contre le cumul des mandats et pas intéressée par la mairie de RIEUMES. 

2014 : elle s’est présentée, toujours sans étiquette, à la mairie de RIEUMES où elle a été élue. Et dans la foulée elle s’est présentée aux sénatoriales en 4ème position sur la liste UDI-DVD conduite par Alain CHATILLON… les 3 premiers de liste ont a été élus, pas elle. Raté !

2015 : elle s’est présentée aux élections départementales contre la liste soutenue par Pierre IZARD mais elle a perdu les élections. Elle se voyait lui succéder à la tête du département. Encore raté ! Elle s’est alors immédiatement lancée dans la campagne des régionales sur la liste de droite conduite par Dominique REYNIE qui a aussi perdu les élections. Cependant grâce à sa place de 4ème sur la liste des Républicains validée en haut lieu par les instances parisiennes des Républicains, elle a été élue dans l’opposition.

2016 : elle a soutenu Bruno Le Maire aux primaires de la droite, mais vu son échec, elle a parrainé en sa qualité de maire de RIEUMES François FILLON aux élections présidentielles… Mais comme M. FILLON n’a pas été élu, elle a aussitôt démissionné des Républicains pour rejoindre le parti LRM d’Emmanuel MACRON. La voilà aujourd’hui élue au bureau exécutif national du parti sur la liste gagnante de CASTANER. La DÉPÊCHE du MIDI, journal de la Démocratie de Monsieur BAYLET peut titrer :

La République en marche : l’ascension fulgurante de Jennifer Courtois-Périssé.

De la banlieue toulousaine, nous pouvons juger son action politique à travers l’exercice de son mandat de maire de RIEUMES, commune de 3.500 habitants (Trois mille cinq cents).

Jennifer ne réside évidemment pas à Rieumes, dont elle ne s’occupe que de très loin, c’est à dire en réalité depuis PARIS où elle se voit une carrière nationale. En attendant, la commune part à vau l’eau. Le plus visible, le chantier de réfection de la voirie centrale qui traverse Rieumes et n’est plus géré. Il a plusieurs mois de retard et on ne peut plus passer ni en voiture ni à pieds. Le village est coupé en deux, le commerce se meurt, les habitants n’en peuvent plus. Cela fait maintenant plusieurs mois que cela dure. Pour le moment seule la phase 1 du chantier a été engagée et il reste encore la phase 2. À ce rythme, cela fera 2 ans d’un chantier qui bloque tout le village et rend la vie des riverains impossible. Rieumes est abandonnée à son triste sort, les entreprises titulaires des marchés de travaux l’ont bien compris. Elles en prennent naturellement à leur aise et en profitent pour occuper leurs équipes ailleurs. Rieumes peut bien attendre puisqu’il n’y a personne à la barre. Néanmoins, Jennifer a fait un gros investissement pour les lumières de Noël. On ne circule pas, le village se meurt, mais il faut que ça brille, que ça en jette !

              Mais comme le dit Jennifer :
« Il y a ceux qui s’impliquent au quotidien, ceux qui tractent, ceux qui réfléchissent, chacun vit son engagement comme il le souhaite »

              et Jennifer de conclure :
« c’est fini, on a changé de société, j’ai 32 ans et je ne ferai pas de la politique toute ma vie. Je ne crois pas aux professionnels de la politique. »

 

Ceci dit, depuis son entrée dans la vie active, on ne lui a rien vu faire d’autre … Telle est Jennifer, qui appartient à cette nouvelle race de politiciens parfaitement à l’image de la Macronie : très grande bourgeoise, arriviste, carriériste et, ce qui ne gâche rien, issue de la plus vieille famille de banquiers de France. Jennifer se fout complètement de ses électeurs et des mandats qui lui sont confiés, seules l’intéressent sa personne, sa carrière, son image et la lumière braquée sur son jeune nombril.

courtoisLa banque COURTOIS était une banque enracinée dans le Midi TOULOUSAIN depuis des siècles. Axel COURTOIS a voulu la faire monter à l’étage supérieur, elle s’y est perdue.

Jennifer veut faire comme elle a vu faire. Madame ‘’j’entre en ville’’ veut monter à PARIS, il lui faut la lumière, les micros, les dîners en ville, le frisson du pouvoir.

En attendant, la seule chose dont on soit certain, la concernant, c’est que le village de RIEUMES dont elle est maire se meurt par son incurie et par le mépris hautain qu’elle affiche pour la piétaille électorale. Nous ne manquerons pas de suivre sa carrière pour savoir si à titre personnel elle connaîtra le même sort que la banque familiale. Mais on le sait, en politique comme dans la banque, les faillis trouvent toujours repreneur et les battus trouvent toujours à se recaser à se recaser.

              Dans certaines familles on sait cela depuis la naissance.

Application de la charia en France

charia

Le billet d’Hervé Fenoy

Le parquet de Pontoise (78) n’a pas retenu l’inculpation de viol contre l’homme de 28 ans (dont l’identité demeure cachée) sur Sarah, 11 ans.

Il est vrai que Mahomet avait épousé Aïcha lorsqu’elle avait 6 ans, et ne l’avait déflorée que lorsqu’elle avait atteint ses 9 ans … que l’islam banalise la pédophilie.

Cette décision scandaleuse de nos juges, c’est l’ouverture de la boîte de Pandore. Elle fera jurisprudence. C’est la conséquence de plusieurs dizaines d’années d’aveuglement des électeurs, qui ne comprennent encore apparemment pas leur erreur !

Si les juges de Pontoise sont complices, et mériteraient à ce titre de se voir sanctionnés, ceux qui ont favorisé l’élection de chacun des présidents de la cinquième république le sont tout autant !…

Ils ne tarderont plus à payer chèrement les conséquences de cet aveuglement, puisqu’avec Macron, le coup d’accélérateur à l’islamisation est donné !

Sauf si nous faisons demi-tour d’urgence, ce qui nous attend, c’est l’application intégrale de la charia sur notre sol, y compris l’esclavage ou la lapidation !

Réveillez-vous !