Archives par mot-clé : racaille

Faux mineurs isolés, mais vraies “racaillles”

mineurs-isolés

Communiqué de la Ligue du Midi (Section Montpellier)

        Depuis bientôt un an, la ville de Montpellier est gangrenée par des bandes d’immigrés clandestins qui, la nuit tombée, agressent les montpelliérains. Vols à l’arraché, passages à tabac, viols… au centre-ville et plus particulièrement sur l’axe Esplanade-Comédie-Saint Roch.
   
        Renommés pudiquement « mineurs isolés » par l’État et les médias, ce sont, en réalité, de véritables prédateurs qui jouissent d’une impunité totale. A peine arrêtés par la police, ils sont immédiatement relâchés par les juges car considérés comme trop jeunes pour être pénalement responsables.
   
        Face à l’absence de réaction et à l’abandon du centre-ville par la préfecture et la mairie, c’est désormais aux citoyens d’assurer leur propre sécurité. C’est pour cela que la Ligue du Midi a voulu  sensibiliser les Montpelliérains à ce problème et dissuader cette « racaille » de commettre ses méfaits.
Vêtus de coupe-vent bleu de France les membres de la Ligue, en nombre, ont distribué des tracts à divers arrêts de tramways  et entamé des discussions avec les usagers. Cette opération s’est déroulée sans incidents.
   
         On pouvait lire en conclusion sur le tract :
Parce que la sécurité est la première des libertés la Ligue du midi exige, 
– L’abandon par la Justice et les médias de la culture de l’excuse
– La fin de l’hébergement gratuit par le Département de l’Hérault des mineurs isolés étrangers et leur internement dans des centres fermés
L’expulsion immédiate des étrangers en situation irrégulière qui commettent des délits
– L’application de sanctions pour tous ceux qui les aident

À CALAIS COMME AILLEURS, LES ORDRES VIENNENT D’EN-HAUT

crs

(par Luc Sommeyre)

De nombreuses personnes s’émeuvent (à juste titre) des actions répressives de la Police et de la Gendarmerie à l’encontre de manifestants pacifiques, comme lors des scandaleux matraquages qui eurent lieu lors des premières démonstrations publiques de “La Manif Pour Tous”.

Cette politique s’explique − malheureusement, mais personne n’y peut rien − par plusieurs facteurs. Tout d’abord par le devoir d’obéissance hiérarchique des Policiers. Ceci vaut aussi pour les Militaires, Gendarmes compris. Il est évident que ni les Fonctionnaires de Police ni les Soldats ne peuvent agir à leur guise, poussés par leur seuls sentiments. Ce serait l’anarchie générale. Ensuite faut-il considérer que les Policiers comme les Soldats exercent leur noble métier qui est aussi leur source de revenus. Comme nous tous ils ont besoin de vivre décemment. Ils ont eux aussi des charges de famille et des obligations qu’ils ne peuvent mettre en péril sur un coup de tête au risque de détruire leur avenir et leur famille. Le Système n’aurait aucun scrupule à les mettre à pied en cas de désobéissance, s’appuyant hypocritement sur la logique de l’organisation sociale (voir l’affaire Sébastien Jallamion en Région Lyonnaise entre autres). Mais la préparation de l’osmose psychologique avec les Civils leur fait comprendre qu’ils ne sont pas seuls face à la racaille. Continuer la lecture de À CALAIS COMME AILLEURS, LES ORDRES VIENNENT D’EN-HAUT

Corse : la mayonnaise au « Padamalgam » ne prend pas !

Basta[2]

Le Billet de Llorenç Perrié Albanell

   Depuis la victoire des nationalistes corses au soir du second tour des élections régionales, les « padamalgamistes » en prennent pour leur grade. La République jacobine prend la claque identitaire en pleine figure. C’est bien le vote communautaire d’un peuple insoumis qui renvoie le « vivre ensemble républicain » là d’où il n’aurait jamais dû sortir, c’est-à-dire dans les poubelles de l’histoire. En effet la Corse ce n’est pas le continent, Ajaccio ce n’est pas Calais. En quelques heures le peuple corse a réussi à faire ce que les continentaux n’osent plus faire, englués qu’ils sont dans les lois antiracistes, lois en réalité anti-gauloises, anti-européennes. La nuit de Noël deux pompiers et un policier ont été blessés à Ajaccio après être tombés dans une embuscade dans une cité.

 

    Les Corses ont très bien reçu le message du président du SDIS de Corse du Sud, Charles Voglimacci, qui a déclaré dans un communiqué à propos des personnes qui ont agressé les pompiers et policiers : « Ici c’est Ajaccio et nous ne laisserons personne dicter ses propres règles, imposer la peur et s’accaparer un quartier de notre ville. Si cela les indispose, ils sont libres de partir. ». Vous connaissez la suite : plus de six cents personnes se sont réunies le lendemain devant la préfecture pour manifester leur colère. Entre 250 et 300 manifestants sont descendus ensuite dans le quartier en question en scandant « Arabi Fora ! » ( Arabes Dehors ) et « On est chez nous ! ». Une mosquée a été attaquée ainsi que la terrasse d’un kebab.

Continuer la lecture de Corse : la mayonnaise au « Padamalgam » ne prend pas !

Salle comble pour la création de la section nîmoise de la Ligue du Midi

15-02-21 Nimes1[2]

Ce samedi, plus de cinquante personnes étaient présentes en région nîmoise pour la création de la nouvelle section de la Ligue du Midi. Une affluence qui prouve notre volonté d’ agir à Nîmes et en Petite Camargue, région fortement identitaire qui plonge ses racines dans la romanité, la vigne, la bouvine etc.

Richard Roudier, président de la Ligue du Midi a ouvert la réunion en présentant le combat pour la défense de nos identités qui est mené  en Languedoc. En effet, alors que les partis traditionnels considèrent les départements comme la structure territoriale maîtresse en terme d’organisation politique et administrative, la Ligue du Midi a choisi de travailler sous la forme d’un réseau, aussi bien sur le plan local que national.  Continuer la lecture de Salle comble pour la création de la section nîmoise de la Ligue du Midi

A Montpellier, la racaille antifasciste appelle au meurtre en toute impunité

On aura ta peau

   Le coté « enfantin » des « revendications » pourrait faire sourire si la moitié des inscriptions qui ont recouvert les alentours de l’université Paul Valéry n’étaient pas des appels au meurtre caractérisés.

on te fume

   Ces comportements n’ont rien d’étonnant et s’inscrivent  dans un climat local inquiétant où quelques individus en quête d’identité (ethnique, familiale, sexuelle…) et en mal de romantisme se complaisent  dans ce qu’il y a de plus stupide (donc de plus confortable) à gauche: l’antifascisme. Vaste escroquerie idéologique qui permet de se conforter dans la position du détenteur du Bien face aux représentants du Mal c’est à dire à peu près tout le monde qui ne partage pas la dite opinion. Moralement assuré de l’immanence de ses idées, le petit militant antifa pourra se lancer dans sa Croisade en toute bonne conscience et employer les méthodes dont il accuse à longueur de blog ses ennemis. Violence physique systématique, fichage des opposants et dénonciation anonyme via internet, chasse aux opposants politiques, menaces de mort…

mort aux faf

   Un petit séjour en psychiatrie serait sans nul doute la solution pour quelques uns d’entre eux.

   Malheureusement, ces nervis se sentent pousser des ailes du fait de l’impunité quasi totale dont ils jouissent localement aussi bien que nationalement. Rappelons-nous de la mise à sac de la ville de Nantes lors d’une manifestation contre l’aéroport par exemple. Localement les concerts antifas sont organisés directement… dans la fac de lettres!

   Les antifas locaux ne prennent même pas la peine de se présenter au tribunal quand il sont convoqués. Comme l’agresseur de Richard Roudier en 2010 Mr Bruno Cifre, agent de sécurité (sic), qui a participé malgré tout le 15 décembre 2013 à la tentative d’agression sur le même Richard Roudier à 20 contre 3. Quel courage!

Courageux défenseurs de la liberté à 20 contre 3. Bruno Cifre en sweat gris, 3ème en partant de la gauche
Courageux défenseurs de la liberté à 20 contre 3. Bruno Cifre en sweat gris, 3ème en partant de la gauche.

   Lorsqu’ils daignent répondre aux convocations, la clémence des juges est tellement flagrante que ça en est pathétique. La condamnation de Jean Sanchez dit Yahyah (Jeunesses Communistes de l’Hérault) pour des violences sur agent des forces de l’ordre à 15 jours de prison avec sursis en est l’illustration.

Jean Sanchez dit Yahyah
Jean Sanchez dit Yahyah
Un faf = 1 balle ! Tout un programme... #Katyn1940
Un faf = 1 balle ! Tout un programme… #Katyn1940

 

Pas de racailles dans nos quartiers, pas de quartier pour la racaille!

téléchargement (1)

   Le double homicide sur fond de trafic de drogue, survenu dans la nuit de samedi à dimanche dans le quartier Lemasson à Montpellier a fortement choqué les habitants de la ville et placé Montpellier au même niveau de délinquance que Marseille. Une affaire similaire survenue à Toulouse la semaine dernière place ainsi notre future région en concurrence directe avec Marseille… Voire avec Chicago comme l’a si bien exprimé Mr Saurel!

   La Ligue du Midi se joint tout naturellement à la demande légitime du maire de Montpellier en faveur d’une amélioration de la sécurité. Cependant, il faut dépasser le cap des bonnes intentions.
Nous demandons l’application de mesures fortes pour balayer le fléau du trafic de drogue à Montpellier et de ses conséquences dans les domaines de la délinquance et de la santé publique. Il ne sert pas à grand chose de mettre 20 enquêteurs sur la résolution de cette affaire de règlement de comptes entre dealers. En revanche, nous demandons l’affectation permanente de policiers en tenue dans les quartiers afin d’éradiquer les zones bien connues de « deal de proximité », ainsi que la mise en place de nouveaux effectifs de BAC dont l’efficacité n’est plus à prouver…

   Nous demandons également l’extension du statut de Zone de Sécurité Prioritaire, mise en place pour les quartiers sensibles de la Paillade et du Petit-Bard en 2013, à toute la ville et son agglomération.
Nous rappelons que la sécurité doit être la priorité principale pour chacun des acteurs politiques, que ce soit localement comme au plus haut sommet du pays.

Pas de racailles dans nos quartiers, pas de quartier pour la racaille !