Pourquoi écrire ?

Pourquoi écrire ?

Le billet d’Alexandre d’Alteyrac A_dAlteyrac@pm.me

 

Vous êtes des centaines, des milliers et beaucoup plus encore à lire les articles publiés par la « Presse Nationale » comme il est d’usage de l’appeler désormais par opposition à la « Presse Aux Ordres ».

Vous avez raison. Quelle que soit la sensibilité de l’auteur, la pertinence de ses propos ou les contraintes de la ligne éditoriale, les papiers publiés par « Breizh », « Dreuz », « La Ligue du Midi », « Minurne-Résistance », « Nous Sommes Partout », « Résistance Républicaine », « Riposte Laïque », « Synthèse Nationale », « Terre & Peuple », etc., etc. (ordre alphabétique) et par tant d’autres médias tout aussi estimables, entretiennent ce vivier identitaire sans lequel nous n’existerions pas. En outre, ils vous apportent un éclairage souvent fort pertinent. Bien. Ne relâchons pas la pression ([1]).

Seulement voilà… Une fois informé du danger à votre porte et des menaces de mort précises sur chacun d’entre nous, que faites-vous ? Que faites-vous, VOUS ? « VOUS » à titre personnel. Que faites-vous concrètement pour protéger les vôtres, puisque manifestement vous ne tenez pas à la vie ? – RIEN ! Rien, si ce n’est botter en touche, voulant vous persuader que le mal s’abattra sur votre voisin…

Les « Services » de la Fédération de Russie (FSB, BND), des États-Unis d’Amérique (FBI, CIA), ceux de tous les pays d’Europe, les français évidemment (DGSI, DGSE, sans compter le ministère de l’Intérieur et celui de la Défense) et même certains de nos homologues outre-méditerranée comme le DSS algérien, publient journellement en interne des notes qui corroborent les thèses de Guillaume Faye, Christophe Guilluy ([2]), Michel Houellebecq, Laurent Obertone, Michel Onfray, Jean Raspail ([3]), Dominique Venner, Éric Zemmour, etc., pour ne nommer que ceux dont le nom me vient à l’esprit. Parallèlement et a contrario les médias officiels du Propagandastaffel mondialiste manipulent 24 heures sur 24 l’opinion publique pour lui inculquer des certitudes contraires ([4]). Cette dichotomie – pour ne pas dire cette antinomie – entre l’intime conviction des gouvernants et la « reddition des comptes » qu’ils sont censés rendre à leurs électeurs est un phénomène inédit. Cette singularité est très intéressante à étudier. Étymologiquement parlant, c’est… DIABOLIQUE.

Acculturée à l’extrême, anesthésiée par l’érosion pluri-décennale des programmes scolaires (un bachelier de 2019 serait recalé aux épreuves du Certificat d’Études Primaires des années 60’), la population d’aujourd’hui, atteinte d’un SIDA intellectuel et moral en phase terminale, est privée de ses défenses immunitaires. Sans rejet-réflexe, elle avale le « 20 Heures » comme le bétail élevé en batterie ingurgite ses compléments alimentaires avant d’être conduit à l’abattoir. Au mieux, ELLE NE RÉAGIT PAS.

À la PP, la Police Nationale s’est fait « harponner » par un musulman trop zélé. L’Armée de Terre ? N’en parlons pas ! Depuis ces dernières 48 heures, Béziers s’enflamme. Chanteloup-les-Vignes s’embrase. Votre fille se fait traiter de pute parce qu’elle a acheté un jean à sa taille. Et à vous – VOUS, LECTEUR – on vous crache à la gueule parce que vous êtes Blanc non encore islamisé ou islamo-bienveillant.

Pendant ce temps-là, des males dévirilisés, des femelles ménopausées et autres gouinasses d’une Bobosphère hors-sol organisent pour ce prochain dimanche 10 novembre, une « marche contre l’islamophobie » ! Je rêve !!! Eh bien, Chers Amis et Camarades, je vous invite à considérer la recherche médicale : quand un patient présente un symptôme pathologique, le médecin s’empresse d’en soigner les EFFETS, mais s’attache surtout à déterminer ses CAUSES pour les éliminer. Vous voulez lutter contre l’ISLAMISME (effet induit) ? – Interdisez déjà les manifestations publiques de l’ISLAM (cause pathogène) et le problème sera réglé. Sans islam, point d’islamisme. CQFD.

Eh bien oui, Messieurs les Censeurs ! Devant les cadavres éviscérés à coups de machette, devant les jeunes gens égorgés au nom d’Allah au Bataclan, devant les fantasmes morbides de ceux qui nous ont déclaré la guerre et rêvent de nous asservir ou de nous exterminer, JE REVENDIQUE LE DROIT À LA HAINE. Et les meuglements d’une Porte-parole gouvernementale, aussi bête soit-elle, n’y pourront rien changer. J’ai dit !

Alors se pose la question qui sert de titre à ce papier : « POURQUOI ÉCRIRE ? »

Pourquoi écrire, expliquer, démontrer… Pourquoi démontrer de la façon la plus claire, la plus évidente et la plus irréfragable le processus en marche qui va provoquer notre perte ? VOTRE perte. C’est-à-dire, fort possiblement votre mort (et non des plus douces) ou a minima votre asservissement ?

Quand je faisais allusion plus haut, aux notes officiellement confidentielles (!) des « Services » français et étrangers, une fourchette commune se dégage : tous donnent à ce qui reste de notre société entre 18 mois et 3 ans de quiétude très relative, émaillée d’incivilités de plus en plus violentes et fréquentes pour reprendre la logorrhée du Propagandastaffel. On ne peut évidemment pas prévoir quel sera « l’élément déclenchant » ni la date de sa survenance comme ce fut le cas le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois avec deux sombres racailles (Zyed et Bouna – désolé : ce n’était pas Gérard et Jean-Philippe…) qui s’étaient électrocutées dans un transformateur pour échapper à la Police.

Aussi, Chers Amis Lecteurs, comme tout ce qu’on peut vous raconter vous passe au-dessus de la tête, ai-je décidé de NE PLUS ÉCRIRE pour commenter des sujets d’actualité. D’autres le feront mieux que moi. Avouez qu’on peut éprouver quelque lassitude à prêcher dans le désert…

Pour autant, je prends la liberté, une fois de plus, de vous convier à vous imprégner bien de la philosophie des RÉSEAUX, vous reportant au texte publié par Minurne-Résistance en avril 2016 : https://www.minurne.org/billets/7225. Rien n’a changé.

Un DT (Document Technique) précis et documenté sera mis à votre disposition sur la nature protéiforme et le maniement de tous les aspects d’un RÉSEAU au plus tard en janvier 2020.

Je vous souhaite tout de bon et vous prie de recevoir la marque de mes amitiés.

[1] Je me permets toutefois de bien écouter le « Journal de 20 Heures » ou équivalent pour bien analyser CE QUE L’ON VEUT QUE VOUS PENSIEZ, pourquoi et comment.

[2] À lire absolument : No society, La fin de la classe moyenne occidentale.

[3] Ne pas avoir lu Le Camp des Saints n’est pas un oubli. C’est une faute.

[4] Les « journalistes » dignes de ce nom ont presque tous disparu, remplacés par des journaleux qui vont à la gamelle sans chercher à comprendre ce qu’on leur a ordonné de dire, ignorant et ne voulant surtout pas savoir « pour qui » ils travaillent. C’est leur règle absolue pour durer.

L’invasion de l’Europe est avant tout une guerre civile

L’invasion de l’Europe est avant tout une guerre civile

Chronique de Paysan Savoyard

La France et l’Europe sont en train d’être envahies. Les immigrés amènent avec eux le chaos : le communautarisme, l’islam, la délinquance, la haine des Blancs, le désir de prendre une revanche définitive sur les occidentaux qui les ont toujours dominés. On ne peut dès lors qu’éprouver à leur égard détestation et crainte et ressentir l’évidence de ce constat : soit ils repartent, soit nous disparaissons.

Cette vision des choses est pourtant faussée. Les immigrés, certes, viennent nous envahir, nous coloniser, nous dominer, nous remplacer : ils en ont pleinement conscience et ils en jubilent. Mais s’ils viennent en Europe, c’est bien parce que les dirigeants des pays européens ont souhaité et organisé leur venue. Là est le point fondamental : s’ils sont là, c’est qu’on les a fait venir.

Les motifs de l’immigrationnisme sont le mondialisme économique et le mondialisme idéologique.

Depuis cinquante ans en effet, la classe dirigeante européenne mène une politique immigrationniste systématique et déterminée. Lois, décrets, décisions diverses, tout est conçu et mis en œuvre pour susciter, encourager et organiser une immigration massive. Les motifs de cette politique sont de deux ordres, qui se rencontrent et se conjuguent : l’appât du gain et l’idéologie mondialiste. Les détenteurs du capital veulent organiser un monde ouvert afin d’accroître à la fois leur pouvoir et leurs profits. Les citoyens du monde veulent abattre les frontières au nom de l’utopie d’un monde pacifique et égalitaire, d’où le racisme aurait disparu. Certains de ces mondialistes sont cosmopolites par haine de l’Europe et des Européens.

Les partisans de l’immigration, cependant, ne sont pas seulement les membres du CAC 40 et les militants no border : les immigrationnistes les plus nombreux se résignent à l’immigration, qui leur paraît inéluctable. Ils apportent sans enthousiasme au Système un soutien plus ou moins actif, par souci de maintenir une stabilité relative et d’éviter les affrontements généralisés.

La mondialisation et l’immigration s’inscrivent dans la guerre séculaire que mènent les progressistes contre la tradition.

Il faut relever que la classe dirigeante et ses divers soutiens ne sont pas seulement mondialistes et immigrationnistes. Ils ont également pour objectif de bousculer et de détruire tous les cadres sociaux établis. Au nom du progrès, ils sont féministes, favorables aux revendications des LGBT et envisagent avec faveur les révolutions sociétales en chantier : PMA, GPA, révolution des rapports hommes-femmes, suicide assisté, euthanasie active, manipulations génétiques, transhumanisme… : rien de ce qui peut déconstruire les coutumes et mœurs traditionnelles ne les effraie.

C’est là une conséquence de la révolution française. La révolution a marqué l’accession au pouvoir d’une classe sociale, la bourgeoisie, dont l’objectif a été dès l’origine de mettre en pièces la société traditionnelle, au profit d’une conception nouvelle : « l’humanisme », ou « esprit des Lumières », ou « progressisme », ou « modernité », tous ces termes étant à peu près synonymes. La société traditionnelle avait les caractéristiques suivantes. Elle était structurée par des cadres collectifs. Elle était fondée sur les devoirs de l’individu envers les groupes auxquels il appartenait. Elle était hiérarchique et inégalitaire. Elle était ancrée à la tradition. Elle était avant tout chrétienne. La société issue des Lumières est, tout à l’inverse, centrée sur l’individu. Cet individu est égal en droits à tous les autres. Il est libre de toute appartenance et de tout devoir envers le passé et les règles traditionnelles. Il est tourné vers le progrès. Aucune frontière ne peut venir entraver sa liberté. Il est libre avant tout à l’égard de Dieu, qui lui est indifférent.  Tout oppose donc ces deux modèles de société, la société traditionnelle, « collectiviste » en quelque sorte, et la société moderne, individualiste.

La guerre civile française et européenne a commencé avec les guerres de religion : la Réforme est venue contester l’ordre établi et l’obligation faite à tous de confesser la même religion. Dans un deuxième temps, la révolution française a permis l’accession au pouvoir de la bourgeoisie et par là-même la victoire du camp du progrès. L’idéologie progressiste s’est ensuite imposée en Europe, grâce notamment aux guerres révolutionnaires et napoléoniennes. Le dix-neuvième siècle voit s’affronter en France les deux conceptions de la société, avec une succession de restaurations et de révolutions. Le vingtième siècle enregistre à son tour de nouveaux épisodes de cette lutte entre tradition et modernité : loi de 1905, 6 février 1934, suivi du Front populaire, Vichy, guerres de décolonisation : à chaque fois, sur des sujets qui se renouvellent, ce sont deux France qui s’affrontent, la France du progrès et celle de la tradition. La révolution libertaire de mai 1968 marque une victoire importante des progressistes, qui parviennent à modifier les mœurs radicalement et en profondeur.

Les progressistes sont au pouvoir depuis deux cents et leurs adversaires « réactionnaires » tenants de la tradition ont aujourd’hui pratiquement disparu. Cependant malgré deux cents ans de modernité militante, certains aspects de la société traditionnelle subsistent toujours. La famille traditionnelle, bien que très affaiblie, reste un cadre reconnu. Hommes et femmes conservent des rôles différenciés. Les nations sont encore là, ainsi que leurs frontières. La morale traditionnelle continue d’inspirer les comportements et reste la référence du plus grand nombre. C’est pourquoi, les progressistes continuent la lutte pour éradiquer ce qui reste de la société traditionnelle, et pour achever de « libérer l’individu » de ce qui peut encore l’entraver. Au nom des « valeurs républicaines » d’égalité, de liberté, de laïcité, de progrès et de fraternité universelle, « idées chrétiennes devenues folles », les Modernes poursuivent leur guerre contre ce qui peut subsister d’obscures traditions.

L’immigration est pour les progressistes le moyen radical et définitif de gagner la guerre civile française.

Dans cette guerre civile de plus de deux siècles, l’immigration est désormais le cheval de bataille des progressistes. Ceux-ci ont bien conscience qu’ils tiennent là le moyen radical d’éliminer définitivement la société traditionnelle. En détruisant les frontières de facto, avant de les supprimer le moment venu de jure, les progressistes tout à la fois feront disparaître les Etats et dilueront les peuples et la civilisation européenne elle-même : ils remplaceront les antiques nations charnelles par un monde nouveau, sans frontières, fondé sur les « valeurs universelles ».

C’est pourquoi les gouvernements poussent les feux et multiplient les mesures immigrationnistes. L’immigration de travail, commencée à la fin des années cinquante, était devenue considérable à partir du milieu des années soixante-dix, début de l’immigration familiale : le prétexte de l’accueil des réfugiés est, depuis le début des années deux-mille, le moyen d’amplifier encore les flux.

Cette politique immigrationniste vient compléter la politique de mondialisation, conduite elle aussi depuis le milieu du vingtième siècle. Afin d’augmenter leurs profits et leur pouvoir, les détenteurs du capital et du pouvoir économique poursuivent leur objectif d’effacement des frontières économiques. Mondialisme économique et mondialisme idéologique continuent de converger, s’additionnent et se renforcent mutuellement.

Le président français Macron est aujourd’hui l’un des leaders du Système mondialiste, immigrationniste et libéral-libertaire. Avec ses collègues européens, il s’apprête à mettre en œuvre Mercosur et CETA. Il va faire adopter la PMA. Il est aussi l’un des principaux porte-voix du camp immigrationniste et universaliste. Rappelons à cet égard quelques-unes de ses déclarations significatives, à la fois immigrationnistes et anti-françaises : « Les réfugiés sont une opportunité économique » (07/09/15) ;  « Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse, elle est multiple » (05/02/17) ; « Il n’y a pas de culture française… L’art français je ne l’ai jamais vu » (21/02/17) ; « La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime. Un crime contre l’humanité. C’est une vraie barbarie ». (Alger, 14/02/17) ; « L’immigration se révèle une chance d’un point de vue économique, social, culturel » (02/03/17). « L’accueil et l’hébergement (des migrants clandestins) sont inconditionnels, c’est un vrai investissement de l’Etat, il a encore augmenté, c’est environ 2 milliards d’euros, mais il faut s’en féliciter…» (18/01/19) ; « les entreprises privées qui discriminent les femmes voilées à l’embauche seront sanctionnées » (28/02/19).

***

Il serait encore tout à fait possible de mettre fin à l’invasion et de procéder à une remigration massive. Nous pourrions modifier les lois. Mettre fin aux multiples dispositifs sociaux qui encouragent l’immigration. Mettre en place des dispositifs incitant les immigrés à se rapatrier. Expulser sans délai, pour commencer, les délinquants étrangers et les clandestins. Si nous voulions arrêter l’immigration et redevenir maîtres chez nous, nous possédons encore – pour combien de temps ? – tous les moyens financiers, techniques, militaires et policiers d’imposer notre volonté. C’est délibérément qu’aucune de ces solutions n’est mise en œuvre.

Les immigrés sont l’instrument de la destruction de l’Europe, de ses peuples et de sa civilisation : mais les responsables sont bien ceux qui ont ouvert les frontières et encouragé les immigrés à les franchir. Il faut donc ne pas se tromper d’analyse : la classe dirigeante des pays européens n’est ni impuissante, ni dépassée, ni incompétente, ni inefficace, ni faible, ni pusillanime, ni timorée. Elle n’est pas impuissante à arrêter l’invasion, elle veut l’accroître au contraire, et mener à son terme son projet mondialiste : diluer l’Europe et les Européens dans un ensemble sans frontières, peuplé d’individus atomisés, consommateurs et travailleurs, interchangeables et sans identité.

L’invasion est donc d’abord une question interne aux sociétés européennes et, pour ce qui est de la France, un problème entre Français. La classe dirigeante et ceux qui la soutiennent ne servent pas les intérêts du peuple français, qu’au demeurant ils méprisent : au nom d’intérêts et d’idéaux mondialistes, ils le trahissent.

 

C’est là l’un des rares points de divergence que j’aurais avec Renaud Camus. Avant d’être le résultat d’une invasion étrangère, la submersion de la France et de l’Europe constitue avant tout l’un des épisodes, sans doute le dernier, de la guerre civile commencée il y a deux cents ans.

 

Les Français ne les supportent plus : je vais vous expliquer pourquoi…

Les Français ne les supportent plus : je vais vous expliquer pourquoi…

Le billet de Patrick Jardin

C’est marrant, un islamiste rentre à la préfecture, tue 4 personnes. On en parle deux-trois jours. Mais heureusement pour les bienpensants, un vieillard a voulu incendier une mosquée et là bien sûr c’est le tollé général dans les merdias ! On nous en sert matin midi et soir en insistant bien sur le fait que cet homme âgé de 84 ans a été encarté RN ; si on voulait détruire l’image du RN l’occasion est bien trop belle. Loin d’approuver ce genre d’action, il faut quand même remettre l’église au milieu du village. Depuis 2012, ce sont 263 morts dans des attentats islamistes en France, alors que de l’autre côté, pas un seul mort. Faudrait quand même pas inverser les rôles ! 

Comment en est-on arrivé là ? Et bien c’est très simple et cela va s’accentuer. Cela est dû à la passivité de nos politiques et de notre pseudo justice vis à vis des islamistes, qui poussent à bout le peuple Français, et qui les poussent à faire des exactions. Et à en croire ce que j’entends dans la rue, ce n’est pas près de diminuer. Pire, cela va s’accentuer et cela finira par un bain de sang, dans une guerre civile ethnique, alors bien sûr des décérébrés du style Belattar vous diront que c’est de la faute du RN et des fachos. Que nenni c’est entièrement de leur faute. Quand j’entends les propos de ce clown triste qui ne fait rire que lui ! Belattar, proche de Macron, ose déclarer : « J’ENMERDE LE Front National ». Cela veut dire qu’il emmerde 25% des Français ! 

Eh bien moi je suis désormais certain que 61% des Français emmerdent Belattar, car ils en ont marre de subir ces islamistes, et qu’ils n’en ont rien à foutre de ces menaces… Comme quoi leurs enfants seront médecins, avocats, notaires etc. etc. Mes parents ont vécu 8 ans à Casablanca, jusqu’à la fin du concordat, et ils m’ont toujours vanté la beauté de la ville et la douceur de vie qui y régnait… 40 ans plus tard, ils y sont retournés et leur constat a été catastrophique, car les Marocains n’ont jamais rien entretenu. La ville est devenue une décharge publique. C’est d’ailleurs ce qu’ils font à Paris dans le quartier de Barbès ou à Saint Denis, dans le 93, si cher à ce Belattar, bien entendu franco-marocain comme beaucoup (encore une chose à supprimer la double nationalité). Car la vérité est que les musulmans, dans leur grande majorité, sont incapables de créer de la richesse. 

Alors plutôt que de vilipender le RN, ce qui est bien trop facile puisque tout le monde lui tombe sur le dos, les musulmans feraient bien de balayer devant leurs portes et se demander pourquoi les Français ne les supportent plus. La première des raisons, et on le comprendra, ce sont les attentats. Comment accepter que chaque jour un Français au moins tombe sous les coups de couteaux de ces islamistes ? Comment supporter que ces couards salopards rentrent dans une salle de spectacle et mitraillent des jeunes sans défense parfois à bouts touchants ? Comment supporter qu’un salopard prenne un camion et écrase tous les enfants partis regarder un feu d’artifice ? Alors oui M. Belattar TOUS les musulmans ne sont pas des terroristes je vous l’accorde. Mais d’une part tous les terroristes sont des musulmans et comme vous le déclarez haut et fort, vous n’êtes pas responsables des exactions de ces cinglés.

Mais deux choses me dérangent. La première, c’est que vous soyez et que vous restiez bien silencieux lors de ces attentats alors qu’habituellement vous n’hésitez pas à prendre la parole et vous avez le verbe haut et fort. Et la deuxième ce sont lors de ces attentats dont l’un a coûté la vie de ma fille Nathalie, ce sont les applaudissements qui ont retenti dans les banlieues, et dans les prisons, où 75% de la population est musulmane. Croyez-moi, ça je ne l’oublierai jamais, et si vous avez des enfants j’espère que vous le comprendrez ! 

La seconde raison est très certainement les provocations que vos congénères font envers le peuple Français. Voyez-vous, moi j’ai grandi dans ce que l’on appelait « un quartier arabe » à l’époque. Il y avait une sorte de respect. Il n’y avait pas de délinquance, il n’y avait pas de voile, pas de djellabas. Il n’y avait pas de prières de rue. Est-ce que les arabes de l’époque étaient moins pratiquants ou moins croyants que maintenant ? Non je ne le crois pas, mais à l’époque, les arabes savaient remercier le pays qui les accueillaient et qui les nourrissaient. Ils avaient le respect de la nation et ne cherchaient pas à provoquer. Maintenant, c’est tout l’inverse. Alors cela fait bien longtemps, sûrement bien trop longtemps, que les Français se taisent, ne disent rien, et subissent en silence. Maintenant, ils arrivent, suite aux nombreux morts qu’ils ont eu à subir, à un point de non-retour. Et ce n’est pas vos menaces qui vont les arrêter maintenant.

Il va falloir que ces gens apprennent à vivre en France comme de vrais Français, sinon ce sera une guerre civile ethnique à laquelle nous ne pourrons pas échapper !

La guerre civile a commencé le 3 octobre 2019

La guerre civile a commencé le 3 octobre 2019

 

L’éditorial de la Ligue du Midi

 

Le 19 août 1944, la Police Nationale, à partir de la Préfecture de Police, se soulevait à Paris contre l’occupant.
75 ans après, l’occupant se soulève contre la Police Nationale.

 

Nous ne nous étendrons pas sur le film de la journée du jeudi 3 octobre que chacun a vu et revu sur les chaînes de télévisions dont la pluralité kaléidoscopique n’est qu’illusion : toutes vous raconteront la même histoire.

Et pourtant… C’est sur cette vérité OFFICIELLE ET PARTIELLE qu’il convient de se pencher avec attention. L’auteur de l’attaque « n’a jamais présenté de difficultés comportementales, ni le moindre signe d’alerte » a déclaré le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. « C’est un homme sans histoire, il ne s’est jamais montré violent » dira l’un de ses collègues. À Gonesse (dans le Val-d’Oise) une voisine du couple interrogée déclare au Parisien : « Pour moi, c’est des gens normaux ». Tous les témoignages concordent : depuis 16 ans, Mikaël était un « fonctionnaire-modèle ». Circulez, il n’y a rien à voir. Seulement voilà… la Magie Verte a opéré : il y a trois ans, Mikaël Harpon s’est converti à l’Islam… nom prédestiné pour l’assassin au couteau en céramique (humour noir…).

Officiellement, personne n’avait remarqué le moindre signe de radicalisation. La Direction du Personnel de la PP ([1]) serait prise en défaut de ne pas avoir limogé un tel fonctionnaire. Un bémol pourtant, commençait à troubler le ronron administratif : notre pieux Mikaël venait d’être convoqué par sa Chef de service (horreur : une femme !) au motif que son comportement devenait « inadapté ». En effet, depuis sa conversion à la « religion de Paix et d’Amour », notre informaticien-modèle refusait de serrer la main aux dames. Pardi ! Il avait lu l’Coran, c’te brav’hom’ !

La situation était quand même délicate. Mickaël était affecté à la DRPP ([2]) -le Saint des Saints du Rens’- comme CHARGÉ DU TRAITEMENT DES DONNÉES INFORMATIQUES. Je vous laisse imaginer le nombre de fiches confidentielles, ultraconfidentielles et top-secret que maniait au quotidien notre ex nouveau-converti. Mais rassurez-vous : « employé-modèle », jamais feu Mickaël n’aurait pensé un instant transférer le moindre dossier à ses collègues informaticiens d’organisations « concurrentes » comme DAESCH, Al-Qaïda ou autre étoile de la Galaxie Verte ! Même pas celui de son OT ([3]), le Barbu qui l’a si majestueusement accompagné dans sa conversion à l’Islam le plus pur. Ce dernier a dû gagner une bonne pelleté de Vierges au Paradis d’Allah, hier vers midi ! ([4])

Mais quand même… un Antillais comme Mickaël n’avait pas le profil-type du musulman « radicalisé » ! – Détrompez-vous. Pas plus que le Mondialisme, l’Islam n’a de frontières. Depuis une décennie, les Caraïbes se métastasent dangereusement. Au plein sud de la Martinique, Trinidad-et-Tobago particulièrement, offre toutes les facilités imaginables (financières et structurelles) à des organisations comme DAESCH et le Hezbollah, en relation étroite avec les cartels de la drogue du Mexique. Leur visée principale est la déstabilisation des USA mais aussi de l’Europe occidentale. De nombreux rapports de l’IEEE ([5]) en font état.

Aujourd’hui, sous peine d’embastillement immédiat ordonné par le 17ème Peloton d’exécution (la XVIIème Chambre), vous devez distinguer le musulman modéré du musulman radicalisé. Et ne vous y trompez pas ! Tout musulman qui se tient tranquille est un « musulman modéré ». La farce est habilement concoctée pour faire rire les vieux croutons barbus, secs et puants des déserts arabiques, ceux qui vous expliquent que la Terre est plate et autres joyeusetés scientifiques.

Des témoignages dignes de foi, recueillis dans l’entourage de son domicile de Gonesse où sont logés plusieurs familles de fonctionnaires de police en activité ou en retraite, établissent formellement que le criminel Mikaël Harpon, antillais néo-converti à l’islam comme de nombreux caribéens aujourd’hui (lui-même fonctionnaire de Police de catégorie C) aurait, la nuit précédant la tuerie, hurlé « Allah Ouakbar » vers 3 ou 4 heures. Tôt le matin, il a été souvent aperçu vêtu d’une robe de chambre djellaba pour se rendre à la mosquée de La Fauconnière à Gonesse où il avait ses habitudes religieuses. Professionnellement au fait des mesures de sécurité contreterroristes, Mikaël Harpon s’était muni d’un couteau en céramique, indétectable par les portiques de sécurité utilisés à la PP.

Ceci démontre au besoin que LA TUERIE ÉTAIT BIEN L’ACTE PRÉMÉDITÉ D’UN INDIVIDU SAIN D’ESPRIT MAIS CONTAMINÉ PAR « UN POISON NOMMÉ ISLAM ».

OUI, Monsieur le Président de la République, l’islam tue. Et les petits-bourgeois imbéciles et boboïsants des « beaux quartiers » qui boivent vos paroles prédigérées pour pallier leur inculture-crasse masquée par l’emplâtre grossier du snobisme le plus vulgaire, ces petits-bourgeois qui ne comprennent rien à pas grand-chose, tomberont les premiers sous le couteau de l’égorgeur. Nous ne les pleurerons pas.

Mais vous, Monsieur le Président, vous portez la responsabilité historique de la survie du Peuple de France aujourd’hui désappointé, ce Peuple héritier légitime d’une civilisation et d’une culture que le Monde entier nous envie.

OUI, Monsieur le Président de la République, les BRAVES GENS, vos pères et vos aïeux, tremblent aujourd’hui de se voir contraints par la faute de vos sbires à la proximité physique quotidienne de personnes contaminées par une idéologie mortifère dont le but est de les convertir à une philosophie stérile qui va se perdre dans les sables arides du désert, ou de se faire trancher la gorge par le premier venu des cafards convertis.

Un jour, Monsieur le Président, un jour proche, le sang français va rougir le pavé de Paris et les chemins de Province. Rapidement, il recouvrira le « bleu » et le « blanc » de notre Drapeau.

Alors, l’âme des Celtes, des Gaulois et des Francs viendra soutenir et armer le bras des Français qui n’épargneront nul ennemi. Et je vous jure, Monsieur le Président, quels que soient les puissants remparts qui abritent votre retraite caribéenne, pacifique ou néozélandaise, que le Diable en personne vous interdira le repos.

La guerre civile a déjà commencé.

  

[1] Préfecture de Police.

[2] La Direction du RENSEIGNEMENT de la Préfecture de Police.

[3] Officier Traitant.

[4] Qu’il les rejoigne au plus vite…

[5] Instituto Español de Estudios Estratégicos (Institut Espagnol d’Études Stratégiques, du Ministère de la Défense espagnol).