Montpellier, crime raciste : Joachim, 20 ans, poignardé à mort par l’Algérien « Momo le fou »

Le meurtre du jeune Joachim (étudiant, 20 ans), par un algérien -multirécidiviste, 6 fois condamné, sans activité-, jeudi soir 2 octobre 2017 rue St Guilhem à Montpellier, est une véritable tragédie. Je tiens, au nom de la Ligue du Midi, à apporter, en premier lieu, mon soutien amical aux membres de sa famille.

Simple précision mais d’importance, la rue Saint Guilhem est située en plein quartier historique dans le centre ville, il ne s’agit pas d’une zone de non-droit (pas encore) ou d’une banlieue érigée de tours de béton. Le crime s’est déroulé à 300 mètres de la préfecture, à 22 heures, heure où les terrasses de bistrot sur les placettes et le long des rues, sont bondées.

En tant que président de la Ligue du Midi, je tiens à alerter une fois de plus le danger encouru par les citoyens de Montpellier. La ville est devenu en quelques années un véritable coupe gorge et les appels au « vivre ensemble » entre communautés n’est qu’un rideau de fumée qui occulte la réalité « vraie »….

Sur le boulevard Gambetta où a démarré l’altercation, divers groupes ethniques se partagent ou plutôt se disputent quelques arpents de trottoir et si vous vous arrêtez à un feu rouge, des groupes vous interpellent pour vous proposer toutes sortes de substances autant toxiques qu’interdites (en théorie). La semaine dernière, je faisais remarquer, à des invités des « Assises de l’Enracinement », un petit groupe originaire des Balkans démontant des téléphones portables et jetant les résidus dans les escaliers du parking Gambetta (le petit commerce a du bon).

N’hésitons pas à le proclamer haut et fort, le meurtre barbare de Joachim est un crime raciste! Le climat ambiant qui présente systématiquement les « hommes blancs » comme coupables de tous les maux de la planète, provoque une haine de la part de nombre d’allogènes. Ces derniers n’hésitent plus à passer à l’acte, d’autant que nombre d’entre eux sont atteints de troubles psychiatriques (les fameux « déséquilibrés »). Ceci ajouté à l’inefficacité des services judiciaires qui, cultivant le thème du « bon sauvage » et la culture de l’excuse pour les anciens colonisés, relâchent dans la nature des multirécidivistes. D’après le procureur, l’assassin de Joachim « Momo le fou », comme le surnomment les commerçants du quartier, n’aurait jamais été condamné à 10 ans de prison pour meurtre en 2013 comme cela avait circulé dans la presse et sur le net. Il aurait tout de même été condamné à Montpellier à 1 an d’emprisonnement ferme pour des violences. Ceci étant, il n’empêche que le « petit blanc » est désormais une proie facile puisque dévirilisé dès son plus jeune âge par la propagande de l’Establishment.

La Ligue du Midi a déjà effectué plusieurs tournées citoyennes afin d’alerter la population et les pouvoirs publics sur l’insécurité à Montpellier. Les Mineurs Étrangers Isolés sont coutumiers des faits de vols avec violence. Nous alertons les pouvoirs publics sur l’insécurité et la peur régnant dans le « triangle-ghetto » délimité par le boulevard Gambetta, l’avenue Clémenceau et le boulevard Renouvier auquel il faut rajouter le plan Cabanes et le quartier Figuerolles. Avec en points noirs, le « squat des albanais » au temple protestant et la place Salengro. C’est là qu’un militaire de l’opération Sentinelle a reçu il y a quelques mois des coups de couteau… de la part d’un de ces « bienvenus en France ».

Pour que la paix et la sécurité reviennent à Montpellier, la Ligue du Midi exige :

– une présence permanente de forces de l’ordre au niveau du Plan Cabanes
– le démantèlement des trafics en tous genres qui pourrissent le quartier (téléphones, drogue, cigarettes, faux documents administratifs…)
– l’augmentation des équipages de la Brigade Anti Criminalité la nuit tombée dans l’Écusson
– l’expulsion immédiate du territoire des délinquants étrangers
– la fin de la « culture de l’excuse » et l’application intégrale de la loi.

 

Maîtres chez nous !!!

Montpellier. Jules Panetier joue le « Social Justice Warrior »

Le constat est clair, la délation est très à la mode de nos jours. Surtout chez ceux qui se prétendent défenseurs de la liberté. Empêtrés dans une vision du monde manichéenne, où eux sont les Bons et les autres les méchants, ils se revendiquent comme étant des redresseurs de tort face à des injustices globales ou particulières, bien souvent fantasmées. Suivant ainsi l’idéologie en place et instaurant un climat de défiance et de paranoïa dans la population, peu préparée à subir les conséquences de ces dénonciations.

Du maccarthysme inversé

Le dernier exemple en date a suivi l’affaire de Charlottesville. Evidemment on oublie tout le déroulement des événements pour se focaliser sur la tragique conclusion avec la mort d’une militante pour les « droits humains ». Mort largement utilisée pour justifier les violences de l’extrême gauche contre la manifestation d’extrême droite (on schématise) pourtant légalement déposée. Bref… Vint alors le déferlement de haine des Bons envers les méchants. Une véritable chasse à l’homme s’est alors organisée pour dénoncer les participants à la manifestation organisée par l’Alt Right. Etude des photos et des vidéos, capture d’écran, espionnage des comptes facebook… Tout est bon pour dénicher les participants pour ensuite les jeter en pâture sur les réseaux sociaux de manière anonyme. Puis l’émotion et le calcul politique aidant, la viralité fera le reste et mettra sous les feux des gens dont le tort est d’avoir des opinions différentes… Etrange paradoxe dans un pays qui a soi-disant souffert du maccarthysme…

Pas de liberté pour les ennemis de la liberté…

Franchissons l’atlantique et regardons la situation dans notre doux pays épris de liberté, d’égalité et de fraternité. L’organisation de la mort sociale est également bien aboutie et les spécialistes sont à chercher encore une fois dans les rangs des « Social Justice Warriors ». Aux premiers rangs desquels, la mouvance libertaire-antifa qui s’est fait une spécialité de la dénonciation des soi-disant fachos/racistes/nazis. Le fichage des militants politiques est poussé à son extrême et nous assistons à un véritable travail de journaliste. Certains journalistes sont d’ailleurs rétribués par leur rédaction pour constituer ces fameuses fiches. Bien souvent on tombe sur un travail où l’amateurisme frôle le ridicule avec l’utilisation abusive d’amalgames.  » Untel a été vu à une réunion où il y avait untel qui, il y a des années, a collaboré à une revue dont le fondateur a un jour été invité par « X » « . X étant au choix Jean Marie Le Pen, Bachar El Assad ou le diable. La « reductio ad hitlerum » étant de rigueur…

A Montpellier avec Jules Panetier

Sur Montpellier, ces méthodes sont employées par les antifas locaux avec des captures d’écran de nos publications. Effectivement nous agissons à visage découvert, ce qui semble gêner certains, camouflant leur laideur physique et morale derrière des bandanas et capuches…

Mais tant que ça concerne les militants identitaires ou des flics, tout le monde s’en fout! Mais c’est au tour de journalistes locaux d’être dénoncés par l’agité gauchiste de la ville. Dans sa revue (sympathique au demeurant) intitulée le Poing, Jules Panetier joue son « Social Justice Warrior » en pointant du doigt le journaliste Jean-Marc Aubert (avec capture d’écran de son visage évidemment) au prétexte que ce dernier « s’en est injustement tiré dans cette affaire » . Quelle affaire? Mais l’action de la Ligue du Midi contre les subventions accordées par le conseil départemental à l’association RAIH, pardi! Et tout de suite le mot est lâché dans un titre sans appel!  « Jean-Marc Aubert, le journaliste d’e-Metropolitain spécialisé dans les faits divers, tient des propos racistes » . Ça y est c’est plié, lâchez les chiens!

Le contenu de l’article résulte en une analyse des publications du journaliste à qui il est reproché de relayer les agressions commises par des étrangers ainsi que d’avoir des contacts dans la police. Un journaliste du Midi Libre, Jean-François Codomié, est également épinglé par Jules Panetier pour des articles sur le même thème. Ce dernier concluant par ces propos surréalistes « Ces journalistes sont aussi dangereux que les militants de la Ligue du Midi » … « avant d’être des journalistes, ce sont d’abord des gens qui contribuent, par leurs écrits réguliers contre les jeunes migrants, à l’instauration d’un climat politique raciste » .

On ne saurait dès lors que trop recommander à Jules Panetier de consulter un psychiatre avant le burn-out…

 

Catalogne : entre 500.000 et 1.000.000 de manifestants pour l’indépendance

D’après Breizh-Info.com

Ils étaient entre 500 000 et un million de manifestants à battre le pavé, en Catalogne, le lundi 11 septembre, jour de « La Diada », en faveur de l’indépendance. Une marée humaine donc, dans les rues de Barcelone, et une véritable gifle pour le gouvernement espagnol qui cherche à empêcher par tous les moyens la tenue d’un référendum sur l’autodétermination du peuple catalan.

Un référendum qui se tiendra le 1er octobre et qui risque d’être particulièrement tendu. Sous les cris de « Independancia » (indépendance) ou « votarem » (« nous voterons ») ou encore « Adieu l’Espagne »,une foule composée d’hommes, de femmes et d’enfants a parcouru le centre de la capitale catalane.

Cette mobilisation démontre que le mouvement en faveur de l’indépendance de la Catalogne est loin de faiblir, malgré les menaces du gouvernement espagnol, malgré l’illégalité du référendum déclarée par le conseil constitutionnel du pays. La Diada, célébrée chaque 11 septembre, commémore la prise de Barcelone en 1714 par les troupes du roi Felipe V qui supprima l’autonomie de la région.

Les manifestants ont, par ailleurs, en fin de manifestation, respecté une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats islamistes qui ont frappé la Catalogne en août.

La Catalogne, qui compte 7,5 millions d’habitants et qui fournit 20 % du PIB espagnol, semble toutefois assez partagée sur cette question de l’indépendance. Selon le dernier sondage publié en juillet par le Centre d’étude de l’opinion, dépendant du gouvernement catalan, 41,1 % la souhaitent et 49,4 % sont contre.

 

Signe de certaines oppositions, y compris en ce qui concerne la simple organisation du référendum, les villes de Lérida et Tarragone, deux des quatre capitales des provinces catalanes, dirigées par le Parti socialiste catalan, ont refusé de céder les locaux municipaux pour le déroulement du scrutin. Le maire de Barcelone, Ada Colau, proche de Podemos, refuse elle aussi de mettre des urnes et des locaux municipaux à la disposition du peuple catalan pour voter suite aux injonctions judiciaires de Madrid.

Par ailleurs, la Guardia Civil espagnole a perquisitionné récemment des entreprises susceptibles d’avoir imprimé du matériel de vote, tandis que les nationalistes catalans appellent la population à imprimer les bulletins par leurs propres soins.

Depuis 2010 et l’annulation partielle par la Cour constitutionnelle du nouveau « Statut d’autonomie de la Catalogne », à la demande du parti du chef du gouvernement Mariano Rajoy, la crise couve entre l’Espagne et la Catalogne. Le texte avait été adopté en 2006 par le Parlement espagnol et accordait des compétences élargies à cette région et la définissait comme étant une « nation » à l’intérieur de l’Etat espagnol.

Après avoir remporté les élections régionales en septembre 2015, les indépendantistes ont promis de mener la Catalogne vers son indépendance. En cas de victoire du « oui » lors du référendum, la Catalogne exercera le contrôle de ses frontières terrestres, maritimes et aériennes comme des douanes, selon un texte de loi présenté par les partisans de la séparation avec l’Espagne.

Le mois d’octobre s’annonce chaud, très chaud, en Catalogne.

Llorenç Perrié Albanell

 

La position du mouvement régionaliste Resistencia

 

Depuis les tristes attentats de Barcelone, des manifestations ont été organisées en Catalogne, ce qui, au risque de vous choquer, s’apparente à un rituel ethno masochiste.

La foule en deuil communiant dans une « liesse morbide »  récitant dans un réflexe pavlovien le catéchisme de l’antiracisme et de l’évangile anti-islamophobe, laisse perplexe le militant que je suis. Les victimes d’hier se transforment en coupables du jour. Le ver de la culpabilité est dans la pomme. Quelle culpabilité ? Celle bien sûr d’être européen, et de facto, d’être un vilain raciste, puisque, selon le credo actuel, l’un ne va pas sans l’autre.

Cette démonstration de piété moderniste ne diffère guère de ce que l’on peut voir ailleurs en Europe. Cela pourrait même faire sourire un esprit cynique, ce que je ne suis pas, qui pourrait rappeler en se gaussant, la manifestation monstre de Barcelone le 18 février dernier en faveur des migrants. Cette manifestation avait rassemblé 160 000 personnes selon la police municipale.O

r, et c’est là que la réflexion politique intervient. Créer un Etat catalan, oui, mais pourquoi faire ? Pour faire de la Catalogne « un país de tots » comme le répète en boucle l’ANC[1]? Littéralement le pays de tous. La Catalogne est la terre des catalans. A quoi sert donc la création d’un Etat catalan ? Qui dit Etat dit limites, qui dit limites dit frontières, citoyenneté, nationalité patriotisme etc. Or la Catalogne comprend aujourd’hui en son sein une importante communauté extra-européenne d’une confession religieuse totalement étrangère à notre vision du monde, l’Islam.

On sait que  l’Islam ne reconnait qu’une seule communauté, c’est l’Ouma, la communauté des musulmans. Le Coran est le livre sacré de l’Islam, il n’existe pas dans sa doctrine de séparation du pouvoir temporel et spirituel. Ce livre est tout à la fois un livre religieux, et législatif (la Charia est la loi coranique). Cette religion est incompatible avec un Etat qui se veut moderne, démocratique et patriote, voire nationaliste.

Nous noterons que la majorité de l’exécutif catalan ne souhaite plus être qualifié de nationaliste, mais d’indépendantiste, cela laisse perplexe quand on connait la finalité du référendum du 1er octobre 2017 : la création d’un Etat catalan souverain.

La création d’un Etat National qui s’appuie sur la  revendication d’une forte identité, exige « une volonté de puissance », et non pas « une soumission aveugle » envers un totalitarisme religieux incompatible avec notre civilisation. Ce nationalisme “victimiste” qui n’hésite pas à défier l’Espagne d’un côté, et qui se soumet à l’Islam de l’autre, crée un  paradoxe qui fait que bon nombre de patriotes, de nationalistes, d’identitaires français, et d’autres pays européens, se passionnent peu, ou pas, pour la question catalane, qu’ils apparentent généralement à une opposition gauchiste, ce qui est historiquement faux. Cela est bien dommage, car l’Europe a besoin aujourd’hui d’une « internationale identitaire ».

En revanche, les catalans peuvent compter sur le dévouement de nos camarades de SOM Catalans qui luttent pour la construction d’un Etat catalan fort, identitaire et spirituellement européen. Ils luttent également contre l’immigration invasion afin de protéger nos peuples.

En Catalogne, comme en France ou ailleurs en Europe, nous trouvons malheureusement les mêmes collabos qui cherchent à diluer nos peuples dans le marasme du multiculturalisme. Avec toujours la même chansonnette humaniste.

[1] Assemblea Nacional Catalana, association citoyenne qui agit en faveur de l’indépendance de la Catalogne.

 

ASSOCIATION RESISTÈNCIA
BP 10002, 66050 – PERPIGNAN CEDEX

Fête de rentrée de la Ligue du Midi : un formidable succès

Communiqué

Comme chaque année au mois de septembre, la Ligue du Midi a entamé sa rentrée militante par une fête, afin de rassembler et de galvaniser membres et sympathisants dans une ambiance conviviale et chaleureuse. L’affluence des participants a été telle qu’il a fallu pousser les murs et trouver in extremis un nouveau lieu de réunion.

En effet, depuis l’annonce de la tenue de l’événement, plus de deux cents personnes s’étaient inscrites… un record. Cela en dit long sur les aspirations profondes de nos compatriotes qui ont à cœur de défendre leur identité, leur culture et leur système de valeurs menacés de toutes parts.

La partie consacrée à la formation a été marquée par des intervenants de renom et des exposés d’une rare qualité.

Ainsi, Alain de Peretti, vétérinaire et président de l’association Vigilance halal a débuté en rappelant la nocivité sanitaire de l’abattage rituel et son incompatibilité avec le respect dû aux animaux dans notre civilisation. Il a annoncé la mise en place d’une certification qui devrait permettre aux bouchers d’obtenir un label destiné à les démarquer clairement de cette mainmise de l’islam sur notre chaîne alimentaire.

Pierre Vial, figure emblématique du combat identitaire européen, a pris le relais en donnant un salutaire éclairage sur les événements récents qui ont agité le Sud des Etats-Unis, à savoir les heurts qui ont opposé patriotes américains, défenseurs de leur patrimoine historique et de la “mémoire” aux mondialistes acculturés, idiots utiles aux ordres de l’oligarchie mondiale. Ces événements connaissent une résonance sur le continent européen où, pour bâtir une société multiculturelle fantasmée – le sacro-saint « vivre ensemble » – les indigènes de souche européenne sont forcés de renier leurs racines afin de laisser la place aux peuplades allogènes afro-asiatiques.

Après un apéritif convivial, est arrivé le moment des agapes. Les convives ont pu apprécier d’être attablés et de manger chaud malgré le vent mais sous un beau soleil de septembre. Le professionnalisme du service de restauration a été très remarqué et apprécié, ainsi que le vin rouge d’appellation Languedoc.

Après le dessert, cerise sur le gâteau, le groupe des Brigandes s’est produit devant un public conquis. Il a enchanté l’assemblée par le charme et la grâce de ses chanteuses, le style inimitable de ses œuvres ainsi que la pertinence des paroles de ses chansons à texte. Il a suscité des tonnerres d’applaudissements.

Puis, le cycle des conférences a repris, l’intensité des discours allant crescendo : le Général Piquemal a lancé un vibrant appel au peuple français afin qu’il se réveille, entre en Résistance afin d’enrayer sa tragique décadence.

Très radical, Renaud Camus, précurseur du concept du « grand remplacement » de population, a proposé une véritable déclaration d’indépendance des peuples européens colonisés. Dans une intervention tonique et musclée, il a appelé à l’union pour la décolonisation dans le cadre d’un nouveau Conseil National de la Résistance.

Au cours de cette magnifique journée, soulignons le discours incisif de Richard Roudier centré sur la dégradation des libertés publiques. Dénonçant un pouvoir qui lorgne vers une gouvernance de forme dictatoriale, le président de la Ligue du Midi n’hésita pas accuser l’oligarchie de déclencher, sous couvert du “droit à l’ingérence”, guerres et invasions dans un but purement mercantile et matérialiste. Revenant sur l’agression dont il fut l’objet le 25 juillet au “dépôt” du Palais de Justice, par un policier, il concluait son discours par ces mots : « mon doigt a résisté, il me servira, plus que jamais, à montrer le chemin de la rébellion contre les imposteurs ».

Un grand bravo à Erick Cavaglia qui, tout au long de cette journée, a assuré avec maîtrise et brio la présentation des orateurs et des stands, l’animation des pauses et le succès de la tombola, dont, rappelons-le, le premier prix était « la bibliothèque de l’adhérent », composée de 10 ouvrages dont la plupart dédicacés.

Le succès de cette journée a dépassé les espérances de la Ligue et a revigoré des participants écœurés par une longue période électorale nauséabonde et mortifère. Ceci n’empêchant pas la présence, dans la salle, de plusieurs élus, Conseillers régionaux, départementaux, municipaux, communautaires…

Tous regardent à présent vers le prochain rendez-vous donné par la Ligue du Midi pour un événement d’envergure nationale : les assises de l’Enracinement qui se tiendront à la Grande Motte le 29 octobre.

 

Catastrophe !

Le billet de Thierry Lafronde

Le cyclone Irma vient de ravager l’île Saint Martin dans les Caraïbes. On ne rigole pas avec la nature et lorsqu’elle se fâche en cas de catastrophe naturelle (cyclone, tremblement de terre, raz de marée, éruption volcanique…), l’homme reste peu de chose.

 

Ce qui interpelle est la différence des dégâts collatéraux et postérieurs au passage du cyclone entre les deux parties de l’île Saint Martin.

 

Côté Néerlandais, tout avait été anticipé, l’armée pré déployée, les débordements et agissements violents et antisociaux très limités, rapidement sous contrôle.

 

Coté français, tout l’inverse, avec pillage d’un dépôt d’arme et exactions de bandes de pilleurs qui viennent rajouter de la violence au chaos « naturel ».

 

Pas besoin d’être sorti de Saint Cyr pour savoir que, dans certains contextes, l’homme redevient rapidement un loup pour l’homme. Le verni social disparait et la loi de la nature avec le chacun pour soi reprend vite le dessus. Manifestement cela ne s’apprend pas dans les cours feutrés et guindés où nos oligarques énarques ou assimilés apprennent à jongler avec les mots de la finance et de la communication.

 

D’où la panique actuelle élyséenne, l’envoi précipité d’un détachement de légionnaires (sans doute venu de la Guyane assez proche), et l’annonce urbi et orbi du passage de Jupiter junior le mardi 12 septembre. Trop tard, serait-on tenté de dire et surtout assez contre productif, hormis la sacro sainte communication élyséenne qui arrivera à redorer le blason terni, car cette énergie et ces moyens seront axés autour de la sécurité du Président plutôt que celle des victimes sur place.

 

Petit cours accéléré pour dirigeants incompétents et citoyens prévenants en cas de catastrophe. Il s’agit d’appliquer la règle des « 4 A ».

 

A comme Anticipation : Certaines catastrophes, notamment les cyclones, ont des signaux avant coureurs et une montée en puissance chronologique qui permettent de prendre des mesures en amont. Le déploiement de militaires ou leur acheminement préventif en fait partie, comme l’ont fait les Hollandais à Saint Martin. Les Français, bien que se sentant toujours plus forts que la moyenne, ne le feront qu’après le passage du cyclone.
A comme Autonomie : Il convient de disposer, à tous les niveaux, de lots d’autonomie alimentaire et matérielle. Réserve d’eau, conserves, bougies, allumettes, cordes et ficelles, trousse de secours, poste radio et piles, petits outillages, armement dissuasif. Ces lots doivent être adaptés à chaque contexte et entretenu régulièrement. Quand la catastrophe surgit, il est trop tard pour aller faire le plein dans le magasin déjà détruit ou bientôt pillé.
A comme Alerter : Disposer d’un réseau de sympathisants surs et fiables sur lequel on peut compter et de moyens de communications simples pour faire passer les messages d’alerte et d’assistance en cas de besoin. Savoir privilégier les moyens physiques plutôt que ceux techniques car le courant électrique ne passera pas toujours. Entretenir ces réseaux en privilégiant la proximité.

A comme Agir : Les paroles pèsent peu dans ces contextes de chaos. Il faut des actes parfois courageux et déterminés, notamment face aux pilleurs et autres vandales qui font vite surface et profitent de l’absence de forces de sécurité pour s’approprier les biens d’autrui, voire la vie d’autrui.

 

Cette règle des « 4A » devrait être évidente en cas de catastrophe naturelle et appliquée par tous les Citoyens raisonnables, clairvoyants, responsables.

 

Elle est tout aussi valable en cas de catastrophe déclenchée par des humains malveillants, du style terroriste islamiste pour ne citer qu’un cas récurrent, appelé à se reproduire régulièrement, voire à s’amplifier compte tenu du degré d’incompétence et du déni de réalité de nos dirigeants actuels.

Qu’est ce qui ne tourne pas rond chez MACRON ?

macron

Le billet de Robert Langlois

 

ll serait fastidieux de faire la liste de tous les accoutrements dont notre jeune chef de l’état s’est affublé pour tenter d’avoir l’air de quelqu’un et peut-être de quelqu’un d’autre que lui-même. Rappelons tout de même le command car du 14 juillet, la combinaison de Top gun et maintenant le chien après les 26.000 € de frais de maquillage. Toutes ces tenues, tous ces accessoires, tous ces artifices, on se croirait à Medrano.

Et surtout, last but not least, le blouson d’aviateur en cuir par une grosse journée d’été au Touquet où il était en Week-End avec sa dame. Bon maintenant par cette chaleur, perso, j’aurais aussi choisi ‘’cuir’’ plutôt que ‘’latex’’. Quant au boa, jamais pour moi, ça fout de la plume partout !

Alors quoi, l’Élysée c’est pas un music hall, pas ‘’Village People’’ non plus. Qu’est ce qu’il nous fait notre jeune transformiste, pourquoi tous ces déguisements ? Qu’est ce qui ne tourne pas rond chez lui ?

Un conseil Emmanuel, tu vois, là, tout le monde a des doutes sur ta personnalité, sur comment tu es fait. Plus tu vas jouer à te dissimuler derrière tes déguisements, plus le pays va sombrer dans la déprime et plus ta cote de popularité va foutre le camp. Parce que tu vois, nous on a besoin de savoir à qui on a à faire. On a besoin de savoir qui tient les manettes. Tu te fous peut être de ta cote de popularité, mais nous, si on ne te sent pas, on va déprimer et ça va “tourner vinaigre”. Tu comprends ça ? Le pays est fragile, fais gaffe. Faudrait pas que ça dérape.

Tu crois qu’on t’a pas vu faire ta charmante avec le petit TRUDEAU ? On n’est pas distraits à ce point, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, même ma petite nièce qui a 13 ans l’a dit en te voyant faire. On a vu le moment où tu allais lui sauter dessus. Repasse toi les vidéos, tu verras.

Tu comprends, les gens ont besoin de savoir à qui ils ont à faire et à qui il sont confié les clés du camion. Alors si tu en es, ne fais pas ta ‘’honteuse’’, les français ne sont pas aussi réacs ou homophobes qu’on le dit ou qu’on te l’a fait croire. Tu sais, des homos, il y en a dans toutes les familles, on les aime et on les chérit, ce sont nos enfants, nos frères nos nièces nos neveux. Même chez les gros réacs de la LIGUE DU MIDI nous avons les nôtres que nous aimons et que nous protégeons, car il reste quand même encore quelques gros blaireaux. C’est pour te dire.

Tu sais, les orientations sexuelles, c’est comme pour le vin, il y en a qui aiment le Bordeaux, d’autres le Bourgogne, d’autre encore qui boivent de tout. Ça ne se discute pas et il n’y a rien à en dire. Sur ce sujet, il n’y a ni droite ni gauche, ni réacs ni progressistes, ne te laisse pas enfumer par ces vieux clichés. Les français sont cools. Du moins sur cette question et ne vas surtout pas croire qu’on soit cools sur tous les sujets.

Alors, un bon conseil, si tu en es, un bon ‘’comming out’’ et plus personne ne t’emmerdera, tu te sentiras mieux. En plus ça soulagera tout le monde. Si tu en es, tu t’assumes et tu nous fais voir que tu tiens debout tout seul. Les français sont tolérants mais ils n’aiment pas qu’on leur cache les choses.

Et que tu en sois ou que tu n’en sois pas, de grâce arrête avec tes déguisements, tu te décrédibilises. Et nous ça nous fout le trac. En plus tu passes pour un comique aux yeux de la terre entière. Tu as vu les sketches du GROLAND où on te voit en danseur en train de préparer le salon de l’agriculture ? Tu as vu comment la grosse dame Polonaise t’as ressemelé ? Tu crois qu’elle aurait osé le faire si elle n’avait pas eu l’intuition féminine de la fragilité que ton attitude révèle ?

Ressaisis toi, vite. Dernier conseil, tu devrais remiser Brigitte, on a besoin de voir que tu tiens debout tout seul.