Je n’ai pas pour habitude de répondre aux articles des médias tellement les mensonges et manipulations y sont légion. Il me faudrait m’y employer à plein temps! Je fais pourtant une exception aujourd’hui à propos de l’article de Baptiste Giraud paru dans les colonnes de Rue 89 relatant, déformant serait plus approprié, ma venue à Bordeaux pour intervenir à un rassemblement qui avait pour but de dénoncer les persécutions judiciaires subies par le camp des patriotes. Ce rassemblement se tenait symboliquement devant l’Ecole Nationale de la Magistrature sensée être la garante des droits des citoyens.

Votre serviteur

Rien que le titre annonce la suite avec une volonté accrocheuse et accusatoire qui place le jeune Baptiste Giraud dans le rôle du procureur. « La crème des islamophobes de France s’octroie une tribune en plein Bordeaux » outre le fait que le rassemblement était dûment déclaré en préfecture et autorisé par celle-ci, il convient de préciser que je n’ai personnellement pas évoqué une seule fois l’Islam lors de mon intervention. D’autres intervenants en ont bien évidemment parlé, comme Pierre Cassen ou Renaud Camus, c’est d’ailleurs à ce titre qu’il sont régulièrement traînés devant les tribunaux et lourdement condamnés.

 

 

 

 

Renaud Camus

Baptiste Giraud dénonce carrément des « Discours islamophobes devant le palais de justice ». Sa vision binaire de la société apparaît au grand jour : en bon dhimmi, critiquer l’Islam revient forcément à être islamophobe… S’ensuit une énumération des intervenants complétée par une très brève biographie. Nous apprenons par ailleurs que Thomas Joly du Parti de la France aurait prononcé une allocution… bien qu’il n’ait pas été présent à Bordeaux ce jour là !

La partialité de Baptiste Giraud devient encore plus flagrante quand il s’agit de traiter des opposants à notre rassemblement. Une soixantaine de militants antifascistes participant encagoulés à une manifestation non déclarée et où des appels au meurtre de policiers ont été proférés (voir cette vidéo à 32’45 et 32’50). Pour Baptiste Giraud « ils n’ont fait qu’entonner des slogans antifascistes. »

Les antifas…

Vient ensuite l’épisode de la vingtaine de gamins au comportement de racailles passés par la manifestation antifasciste et qui, chauffés à blanc par les antifas, sont venus au contact pour provoquer des incidents. A tel point qu’une personne âgée s’est servie de sa canne pour faire déguerpir le plus excité d’entre eux. C’est ce jeune mineur qui est présenté par Baptiste Giraud comme victime de violences policières. Ce provocateur, outre le fait d’avoir tenu des propos insultants envers les participants, a asséné par deux fois un coup de skate au service d’ordre de la manifestation ainsi qu’un coup de pied au commandant de police qui tentait de calmer la troupe des excités. Nous ne sommes pas tombés dans la provocation idiote de ces jeunes en déshérence et les forces de police, nullement débordées contrairement aux dires de Baptiste Giraud, ont finalement évacué tout ce petit monde. Le jeune excité partira bien en direction d’un fourgon de police, menottes aux poignets mais nullement le visage en sang comme indiqué.

Baptiste Giraud invente en outre des insultes racistes et affirme que nous serions allés au contact du groupe de jeunes ce qui est absolument faux puisque nous étions parqués derrière des barrières. Cet incident mineur est parfaitement visible sur la vidéo ci-dessous…

Le « gang des skateurs » 🙂

Sans commentaires…

Visage ensanglanté?

Le clou est enfoncé par un « membre de la Ligue des Droits de l’Homme Aquitaine » qui, comme à Montpellier avec Me Sophie Mazas, se range du coté des agresseurs. Confirmant ainsi le parti pris idéologique de cette institution grassement subventionnée qui n’est que l’un des rouages du totalitarisme intellectuel qui règne en France.

Un article à charge et mensonger donc, de la part d’un pigiste en mal de talent et de reconnaissance…

Baptiste Giraud

Faites connaître notre site, partagez !