Rando au Pic Saint Loup

Pic Saint-Loup

     Le temps n’était pas vraiment de la partie ce samedi 12 octobre pour la première rando sous les couleurs de la Ligue du Midi, avec un ciel assez couvert et un petit vent… rafraichissant! Mis à part cela, la bonne humeur était au rendez vous pour la troupe partie se mesurer au seul sommet conséquent de la région: le pic St Loup. Ce n’était pas un hasard pour nous autres identitaires de démarrer par ce haut lieu du Languedoc: ses deux châteaux (Viviourès et Montferrand), ses deux sommets (St Loup et Hortus), sa République (de Montferrand), son ermite et son AOC, en font un site cher à nos cœurs.

  Délaissant les sentiers trop bien balisés, nous avons décidé d’emprunter le chemin des crêtes à partir du Pas de la Pousterle. Itinéraire bien plus digne d’intérêt que le GR, mais également un rien plus aléatoire… Rapidement, la troupe prit une allure adaptée au terrain et une cohésion naturelle se mit en place de fait. Les plus aguerris prenant en charge les plus jeunes car à 4 ans, monter au Pic St Loup par la crête avec quelques centaines de mètres de vide peut -à certains passages- s’avérer difficile! Saluons ici le courage et l’opiniâtreté de nos jeunes compagnons qui ont réalisé une très belle performance en franchissant des passages où plus d’un adulte se serait détourné. L’arrivée au sommet tant attendue fut accueilli avec un grand soulagement tout de même et les crêpes au chocolat judicieusement préparées par une des mamans de la troupe satisfirent même les plus grands!

   Dominant la vallée de toute la majesté du Pic St Loup, ce fut l’occasion de faire un point historique en écoutant la légende des 3 ermites dont le pic St Loup tira son nom.

   Il y a un millénaire environ, trois nobles frères demandèrent la main d’une jeune et belle noble qui ne pouvant se résoudre à en choisir un leur demanda de partir combattre le Maure en Croisade et de s’y couvrir de gloire. En promettant d’épouser à leur retour, le plus valeureux. Ce qu’ils firent vaillamment raconte t’on encore. Malheureusement à leur retour, chacun se croyant le plus valeureux et le futur époux, l’élue de leur cœur s’en vint à mourir… Fous de chagrin, chacun des frères décida d’abandonner tout lien avec le monde matériel et se retira en ermite au haut d’une montagne avec la promesse d’allumer chaque année à date fixe un grand feu pour se signaler aux deux autres. Ce qu’ils firent de longues années jusqu’à ce qu’un des feux s’éteigne puis plus tard un autre et enfin le dernier, Loup était son nom, s’éteignit à son tour. C’est en hommage à cet acte de pur amour et de grande noblesse que l’on donna le nom des frères aux trois sommets dont ils avaient fait leur retraite…

    Transmise de générations en générations, cette légende est arrivée jusqu’à nous sous de multiples variantes. Guiral est toujours l’un des trois frères. Mais le nom de ses frères varie selon le territoire où l’on se trouve : Alban et Sulpice pour les Aveyronnais, Alban et Loup (Pic Saint Loup) pour les Gardois, Loup et Clair pour les Héraultais (Mont Saint Clair), etc. De même pour leur origine familiale : pour beaucoup ils appartiennent à la puissante famille de ROQUEFEUIL. Pour d’autres, ce sont les fils de la famille d’ESPARON.
L’élue de leur cœur s’appelle tour à tour Irène de Rogues, Berthe de Cantobre, Maguelone de Londres.
La date choisie pour l’allumage des feux également varie entre Noël, la St Jean et Pentecôte.

    Ces distorsions dans la transmission du fait historique font de cette histoire un véritable thème propre au peuple du Languedoc qui lui confère ainsi un caractère quasi mythique.

    Le retour (par le sentier balisé cette fois) s’effectua sans encombre et chacun regagna ses pénates non sans se donner rendez vous pour la prochaine session!

Faites connaître notre site, partagez !

Richard Roudier sur la question des libertés publiques

 

   Lors de l’université de rentrée de la Ligue du Midi le 7 septembre 2013, Richard Roudier revient sur la défense des libertés publiques. Thème central de la manifestation prévue le 14 septembre et organisée par le Collectif de Défense des Libertés Publiques.

   Cette manifestation fût, ironiquement, interdite par la préfecture de police de Paris en raison de risques de troubles à l’ordre public de la part de membres de l’extrême gauche antifasciste. 9 de ces derniers ont d’ailleurs été interpellés pour avoir attaqué des militants de la Manif Pour Tous en terrasse d’un café parisien. Sans doute pour leur expliquer les bienfaits de la démocratie et de la liberté de pensée…

Faites connaître notre site, partagez !

Université de rentrée de la Ligue du Midi

Université de rentrée de la Ligue du Midi

   Ce samedi 7 septembre se tenait en région nîmoise l’université de rentrée de la Ligue du Midi. Une quarantaine de militants et de sympathisants dont quelques nouveaux, se sont retrouvés afin de préparer une année qui s’annonce riche en événements. Cette université de rentrée placée sous le thème de la préparation aux combats de demain, se voulait être une véritable journée de formation au militantisme politique.

   Cyrille, étudiant et jeune cadre identitaire a ouvert la séance par une présentation, des nombreuses actions qui ont eu lieu cette année tant dans le Languedoc qu’au niveau national. Cette rétrospective a été suivie par un exposé sur la nécessité pour un militant de se former continuellement.

   Après cette présentation, les participants ont pu assister à deux conférences sur le thème de la connaissance de l’histoire pour forger le futur. Le premier exposé, présenté par Erick Cavaglia, professeur d’histoire, porté sur la maîtrise de l’Histoire, comment celle-ci pouvait se forger par l’éducation, le cinéma ou encore les jeux vidéos. Le second exposé, présenté cette fois par Antoine Carceller, diplômé d’un master d’histoire contemporaine, aborda les liens complexes entre l’Histoire et la Mémoire à travers, notamment, l’exemple de la commémoration du 11 novembre. Ces deux conférences ont permis de dégager des pistes afin de ne pas laisser notre Histoire être manipulée dans le but de légitimer le nouvel ordre moral qui tente aujourd’hui de s’imposer.

   Après une série de questions, ce fut au tour de Philippe Gibelin, président de l’association Nationalité, Citoyenneté, Identité, de prendre la parole afin de présenter dans une première partie, les concepts de Nation, de Patrie et de Peuple. Permettant ainsi de faire le point sur des notions trop souvent mal employées. En deuxième partie, c’est le concept de l’Empire qui a été abordé avant de déborder au fil des débats, sur la question de l’Europe. Permettant d’expliquer pourquoi nous étions attaché à l’Europe, la vraie et non celle de Bruxelles.

   Pendant le repas, les participants ont eu le loisir de regarder autour du verre de l’amitié, une série de vidéos présentant des moments de la vie militante des membres de la Ligue du Midi.

  L’après midi fût ouverte par Rodolphe Crevelle, journaliste et rédacteur du Lys Noir, qui présenta une critique positive de l’écologie en appuyant sa réflexion sur les travaux de bon nombre de grands penseurs tels Gilbert Chesterton ou encore Jacques Ellul. Il ne s’agit pas de défendre la pseudo-écologie moderne revendiqué par nos « amis » d’Europe Écologie-Les Verts, mais au contraire, de se tourner vers l’Homme ancien, celui qui n’avait pas recours à la technique en permanence.

   Après ce brillant exposé, la journée se termina par une conférence de Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, dont le sujet porté sur le décryptage et l’importance du langage et du vocabulaire en politique. Cette analyse sémantique avait pour but d’analyser par une série d’exemples, la manière dont nos pseudo-élites parvenaient à imposer à la population une novlangue tout droit sortie de l’œuvre de George Orwell.

  A la fin de cette université de rentrée, tous les militants et sympathisants se sont donné rendez-vous très prochainement sur le terrain car le combat pour la défense de nos identités n’est qu’à son commencement et l’avenir que nous souhaitons ne se fera pas sans nous.

Faites connaître notre site, partagez !

Sumène en “Transes” : la racaille agresse les pompiers et assiège la gendarmerie

PiedDeVille

   Le M.A.R (Mouvement Anti-Rabas) nous prie de communiquer

   Officiels et « rabas » (blaireaux puants) se sont félicités un peu vite quand des milliers de bobos, gauchos et punks à chiens ont, comme chaque été, investi le village de Sumène dans la plus grande anarchie… Evidemment, il fallait bien que les Suménois, cèdent un peu la place !!! C’est le prix à payer pour la Culture… enfin, une partie du prix…

   Culture de la subvention et de la violence …

Ce qui devait se passer s’est passé : le dimanche matin à partir de 10 h, malgré de nombreux contrôles positifs pour conduite en état d’ivresse, ce fut l’anarchie dans la ville: jets de bouteilles, pompiers, garde municipal et policiers agressés, ambulance bloquée, gendarmerie assiégée par des encagoulés…

Rien de plus normal puisque le maire encourage, attire et subventionne la racaille et les pouilleux. Lorsqu’un groupe de « rap » d’un fils de « réfugiés » Togolais entend qualifier notre pays, la France, de « grosse pute de république », revendiquer le fait « de prendre ce pays de fachos pour une vache à traire », affirmer que tout immigré ou ses descendants cherchant à s’intégrer sont des « salopes », et regretter que « les blancs vivent comme des pachas sans se manger de crachats« … doit on s’étonner dans ses conditions que certains “allumés” décident de passer à l’acte.

   Le maire Ghislain Paillier garde un silence assourdissant et s’évertue à étouffer l’affaire, lui qui se flattait il y a quelques jours de soutenir les « Transes », après avoir passé une convention de trois ans avec les organisateurs; il devra s’expliquer sur l’autorisation qu’il a donnée à ces groupes subversifs et racistes et sur les subventions qu’il déverse sur ses petits copains… Tout cela sur fond de discrimination, puisqu’il prenait dans le même temps un arrêté interdisant aux commerçants locaux d’installer des terrasses sur la rue…

Depuis dimanche soir, le maire est aux “abonnés absents” et une chape de plomb entoure “l’affaire”. Les patriotes suménois, en soutien aux pompiers locaux –qui ont reçu crachats et jets de bouteilles- et aux commerçants, ont déployé dans l’après-Midi une banderole portant l’inscription “Maîtres chez nous” à l’entrée sud de Sumène et distribué plusieurs centaines de tracts à la population et aux touristes médusés.

Halte à la violence, non à l’anarchie !

Téléphonez votre exaspération :

Cabinet du Préfet de Nimes : 08 20 09 11 72
Organisateurs:
Les Elvis platinées: 04.67.81.57.90
Co-organisateur:
Mairie de Sumène: 04.67.81.30.05 / Ghislain Paillier : 06 07 29 82 98

 

Faites connaître notre site, partagez !

Courrier d’un partisan !

C’est avec un profond respect que nous publions ce courrier.

 

« Ami, entends tu le pays que le PS enchaîne?
Nous sommes en train d’être enchaîné par la dictature de F. Hollande, ce fromage rouge.
J’ai 90 ans, j’ai été aux chantiers de jeunesse et Laval nous a donné aux boches. J’ai réussi après 6 mois à m’évader et à entrer en résistance, mon frère Henri était dans l’aviation et a été tué le 3-07-1944.
J’ai très peu d’argent, à 90 ans il y a longtemps que l’on est fauché mais je vous adresse une très petite somme, 15 euros.
Il faut démolir le PS et ce fumier de ministre de l’intérieur »

Faites connaître notre site, partagez !

Manif pour tous: fin de la saison 1

   L’appel à la mobilisation lancé sur les différents sites du Réseau et relayé par des groupes amis a porté ses fruits puisque, en ce dimanche 26 mai, ce sont une centaine de patriotes militants ou sympathisants qui formaient le cercle à proximité du jardin des plantes autour du Réseau Identités : solidaristes, identitaires, royalistes etc… venus de toutes nos provinces: du Nord, de Normandie, de Bretagne, d’Aquitaine, de Provence, des Alpes, d’Auvergne avec une délégation occitane, forte quant à elle, de plus de 30 membres, adhérents de la Ligue du Midi.

   Richard Roudier et les autres dirigeants du Réseau défilaient, encadrés par le drapeau de la Ligue et par un portait de Dominique Venner sur un velours noir. Celui qui s’était donné la mort il y a quelques jours dans la Cathédrale Notre Dame de Paris, avait écrit dans sa dernière lettre : “Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable. J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation”. Il est évident qu’une telle grandeur d’âme ne pouvait convenir aux petits Kapos du service d’ordre de cloportes de la “Manif Pour Tous” qui intervenaient sournoisement pour tenter d’arracher le portrait tant haï.

   Quelques horions plus tard, qui ont permis à nos amis –même les vétérans- de démontrer leurs vertus pugilistiques, l’ordre des choses pouvait reprendre son cours avec une série de slogans radicaux : “un père, une mère, c’est identitaire”, “Hollande cass’toi, ta loi on n’en veut pas”, et le désormais incontournable: “Taubira démission”.

   L’attitude des organisateurs et de leurs valets, démontre, s’il en était besoin, que le rideau doit tomber sur cette première saison de la “Manif Pour Tous”. Les palinodies de “la Frigide”, la connivence entre les organisateurs et la préfecture de police –les cortèges ne doivent pas faire la jonction!-, les flics déguisés en gentils organisateurs, les rafles de militants… tout cela entretient un profond malaise et fait le lit du pouvoir via Manuel Valls pour décimer, à coup de Garde à Vue et de comparutions immédiates, les organisations patriotes. La cerise sur le gâteau étant la place donnée sur le podium aux islamistes et leurs voilées.

   Nonobstant, malgré ces tentatives de découragement, les familles, les femmes, les enfants étaient présents. C’est un signe : quand les mères, malgré la crainte qu’elles pourraient avoir pour leur progéniture, décident malgré tout de manifester, c’est que la colère est profonde et la détermination forte. Cette formidable mobilisation ne doit pas être un point d’orgue, mais le socle, le début d’une reconquête de notre histoire, de notre mémoire et d’un nouveau départ vers l’avenir. En route pour la saison 2 !

Faites connaître notre site, partagez !