Archives de catégorie : Non classé

Actualité de la Potion magique

astérix

Le billet de Thierry Lafronde

        Qui  n’a pas souri aux aventures de l’intrépide Astérix et de son copain costaud « bas de poitrine » Obélix ? Qui ne s’est pas interrogé sur la recette de cette fameuse potion magique qui leur donnait tant de force et de confiance ? Recette détenue jalousement et secrètement par le barde Panoramix et donnée avec parcimonie et uniquement en cas de péril extrême afin de protéger l’irréductible village gaulois face à la l’invasion romaine. Rappelez-vous : nous étions en 52 avant Jésus Christ …

        Nous avons trouvé cette recette dans une malle perdue dans le grenier d’une ferme abandonnée:
« Mettre dans une grande marmite, si possible en terre cuite, 5 litres d’eau de source, rajouter en petits morceaux tous les légumes de saison en privilégiant ceux de votre région. Couper en jolis morceaux toutes les viandes de pays, en privilégiant celles de cochon élevé au grand air. Saler, poivrer, pimenter généreusement. Épicer avec des aromates de pays, ceux de Provence ou du Languedoc étant plus parfumés et bénéfiques. Mettre à feu doux la marmite et remuer avec patience et attention.

Continuer la lecture de Actualité de la Potion magique

Goliath versus David

Le billet de Thierry Lafronde

        A ma gauche, Goliath, poids lourd, 2 mètres 10, 120 kgs, sponsorisé par tout le Système, les oligarques, banquiers, multinationales, médias conventionnels, ONG, ONU, UE, OTAN, FMI et tutti quanti, cercles secrets d’initiés cooptés inclus. Nourri aux amphétamines, gonflé aux hormones, entraîné dans des centres spécialisés High Tech. Maillot vert synthétique, fluo pailleté doré, comportant les logos des marques sportives les plus tape à l’œil. Aucunes attaches ni mémoire, adepte du multiculturalisme, formé selon les dogmes et idéologies de l’éducation nationale post soixante-huitarde,  s’offre au plus offrant. Entraîné par des équipes multinationales d’experts dans tous les domaines, « com » incluse. Ne sait toujours pas pourquoi il se bat. Le Système le donne gagnant à tous les coups, le combat sera une formalité puisque les dès sont pipés, le public acquis et l’arbitre acheté.

        A ma droite, David, poids plumes, 1 mètre 70, 70 kgs, financé par sa famille, son village, sa région et sa petite Patrie. Nourri bio et local, entraîné à la rude dans la nature, les champs et les bois, rivières et mers de chez nous. Maillot bleu en coton naturel, cousu main avec un petit coq hardi brodé. Soutenu par ses proches, amis et parents. Bien formé de façon traditionnelle, connaissant ses humanités, amoureux de sa propre histoire. Convaincu que la loi naturelle dépasse celle à la mode du moment. Entraîné par un vieux de la vieille, adepte des adages «à entrainement difficile, guerre facile » et «  la sueur épargne le sang ». Sait donc pourquoi il se bat. Le Système a bien voulu de lui pour donner une illusion de combat et gagner quelques euros et dollars supplémentaires. Il faut bien faire tourner la machine, maintenir la société en marche, amuser la galerie et le petit peuple des sans dents (qui ne sont rien, comme chacun sait depuis peu).

Continuer la lecture de Goliath versus David

France : l’intenable grand écart

france

Le billet de Robert Langlois

 

L’électeur faiseur de rois

        Sous l’ancien régime, le monarque tenait son pouvoir de droit divin. Les français, seul peuple régicide, ont décapité leur monarchie millénaire pour finalement remplacer le droit divin par le suffrage universel. L’électeur se trouve donc tout puissant, investi du pouvoir divin de sacrer son monarque.

        Telle est la vraie raison et la dimension prométhéenne du vote et de la sacralisation du suffrage universel. Toute critique raisonnée les concernant était jusqu’ici inaudible.

Le peuple mineur devant le monarque républicain

        Se prenant pour Dieu donnant son onction, l’électeur sacralise son vote, ce qui ne tient plus de la raison mais du sentiment. Les foules sentimentales (cf. Souchon) votent, non pas par raison, mais bien par sentiment. Or, le sentiment est la faiblesse des peuples, celle qui permet leur manipulation par des joueurs de flûte bien plus cyniques que celui de Hamelin.

Continuer la lecture de France : l’intenable grand écart

Emmanuel Macron : la politique réduite au management

management

Le billet de Guido La Meslée

        « Les jeunes français doivent avoir envie de devenir milliardaires ». Par cette formule, Emmanuel Macron exprime une véritable fascination pour les valeurs issues du monde de l’entreprise et ce, malgré sa culture classique et son apparente compréhension de la spécificité du politique.

        Avec cette petite phrase, c’est en réalité toute la présidence Macron, ce qu’elle représente et signifie comme rupture, qui est définie. Gouvernement des classes dominantes, gouvernement du fossé qui se creuse dans les classes populaires qui sont en sécession au sein de la République.

        Jamais cette rupture n’a été aussi grande. Même Adolphe Thiers, le grand persécuteur de la Commune, avait le soutien d’une partie du monde paysan. Macron, lui, n’a ni le monde rural, ni le monde ouvrier, ni le monde des petits employés. Ceux qui, selon les termes du Président, « ne sont rien » n’ont, aujourd’hui, aucun représentant capable de peser politiquement sur le cours des choses.

        Ils sont à la merci, par exemple, d’une Ministre du Travail, ancienne directrice des ressources humaines d’une multinationale de l’agroalimentaire, qui déclarait récemment: « Le Code du Travail n’est fait que pour embêter 95 % des entreprises », d’un Premier Ministre qui est l’ancien lobbyiste d’un géant français de l’énergie, d’un Secrétaire d’État à l’économie qui est l’ancien directeur des affaires publiques d’un leader mondial de l’immobilier commercial. Quelle place reste-il pour la politique dans un tel contexte ? Comment ne pas s’inquiéter d’une soumission totale ou partielle du monde politique au monde économique, là où c’est du contraire dont nous avons besoin ?

Continuer la lecture de Emmanuel Macron : la politique réduite au management

A contre courant

Le billet de Thierry Lafronde

        “Achetez l’I pod 7, c’est cool, plein de nouveautés et de potentialités, soyez connectés ! “; “Simone Veil était LA figure féminine politique française du XXème siècle, elle a osé affronter le tabou de l’avortement, défendu la loi IVG, libéré les femmes … “ ; “ Accueillir les migrants est l’honneur et la tradition française “…

        Que de mots d’ordre qui conditionnent nos esprits et comportements ! Distillés au goutte à goutte, tels le supplice chinois, ils finissent par formater notre jugement et nous manipuler comme des automates.

        Il en va de même des journées dites événementielles. Un jour pour les LGBTQ (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans, etc), un jour pour la musique, un jour pour les migrants (très en vogue actuellement) … où on est sommé de suivre les mots d’ordre compatissants adaptés, verser une obole à la cause et avoir l’attitude empathique de mise.

        On nage en plein dans le « meilleur des mondes » et « le Big Brother » du livre « 1984 », imaginés après la seconde guerre mondiale par les prophétiques et géniaux Aldous Huxley et  George Orwell.

Continuer la lecture de A contre courant

Occitanie : enclaves ethniques et quartiers sensibles

sensibles

Le billet de Robert Langlois

 

        À part la Lozère, le Lot et l’Ariège, déserts qui y échappent encore, tous les départements d’Occitanie sont touchés. Même le Gers, pourtant quasiment vide de population, a lui aussi son quartier ‘’sensible’’. Sont particulièrement affectés : l’arc méditerranéen et les grandes agglomérations que sont Toulouse et Montpellier, dont la vie sociale est globalement affectée par les nuisances collatérales.

        L’inventaire est éloquent, on ne sait plus où se mettre. Et encore, ici ne sont listés que les quartiers ayant fait l’objet d’une politique d’exception, c’est à dire d’un déversement colossal de fonds publics pour tenter d’y acheter la paix sociale, mais aussi les voix des communautés ethniques et religieuses qui s’y sont concentrées. En vain. Le désordre, les trafics, l’insécurité règnent dans ces quartiers où personne n’ose plus aller, pas même les services de police ou de gendarmerie. Ils sont devenus le repère des pires djihadistes qui nous font la guerre soigneusement dissimulés au milieu de populations qui les protègent.

        Enfin et c’est inédit à un tel niveau, ces populations se sont très massivement abstenues lors des dernières élections (jusqu’à 70% dans certaines zones). Elles ont ainsi définitivement marqué leur rejet du pacte républicain et des partis ‘’généralistes’’ pour les représenter. Leur abstention marque définitivement leur attente de partis ethno-religieux pour les représenter, ce qui ouvre un triomphe aux islamistes. Cette question est fondamentale et urgentissime. Pourtant, aucun commentateur n’en a sérieusement parlé dans la presse main stream. Le problème est étouffé. Le pouvoir, comme les commentateurs, est tétanisé. Pourtant tout le monde comprend bien que ces gens ne rentreront plus dans le cadre conventionnel de la démocratie représentative. Le poids politique des populations allogènes qu’on a massivement faites entrer dans la pays s’est cristallisé, l’ethno-mathématique va peser de manière insupportable sur la population vernaculaire ou Européenne (blanche) d’origine.

Continuer la lecture de Occitanie : enclaves ethniques et quartiers sensibles