En Languedoc, manifestations populaires contre la loi (pseudo) bio éthique

En Languedoc, manifestations populaires contre la loi (pseudo) bio éthique

Le billet de Thierry Lafronde

 

Samedi 30 novembre 2019 à l’appel du collectif « Marchons Enfants », deux manifestations de sensibilisation ont eu lieu dans le département 34.

 

A Béziers un rassemblement (déclaré) devant la mairie a permis à différents intervenants locaux, dont les responsables de l’antenne LMPT, d’expliquer les dangers et absurdités de la loi « bio éthique » En Marche. Du reste l’académie nationale de médecine avait émis un avis défavorable à la veille du vote « play mobil » en première lecture des députés. Cette académie d’experts soulignait les conséquences néfastes en termes d’équilibre psychiatrique et affectif des enfants privés délibérément de père. Une centaine de sympathisants étaient présents à ce rassemblement parmi lesquels le maire Robert Ménard et la député Emmanuelle Ménard toujours en première ligne pour défendre les valeurs traditionnelles et le bon sens.

A Montpellier une manifestation (là aussi déclarée) originale a eu lieu, sous forme de cortège de véhicules bien décorés de drapeaux avec des mots d’ordre clairs « Liberté, Egalité, Paternité » ainsi que ceux désormais légendaires de La Manif Pour Tous et des panneaux rappelant des principales revendications : « PMA sans père, enfant sans repère », « Non à la PMA », « Un enfant n’est pas un droit » … Parti sous bonne escorte de motards de la police nationale et de la gendarmerie, le cortège comportant plusieurs dizaines de véhicules dont certains de La Ligue du Midi a sillonné les abords très fréquentés des zones Odysseum, Richter, Corum, Près d’Arènes, autoroute A 709, pour finir en beauté par un déploiement de banderole et un tractage au carrefour du Grand M. Deux séquences sont à souligner : une opération spectaculaire escargot sur l’A 709 (voir vidéo) et l’animation nocturne au rond-point du Grand M, fusées éclairantes incluses rouges comme la légitime colère.

Ces actions populaires prouvent la capacité de la France périphérique à contester de façon originale et ferme la volonté de déstructurer du gouvernement En Marche.

Prochain RDV : une grande manifestation nationale « Marchons Enfants » à Paris le dimanche 19 janvier 2020, pour amplifier celle très réussie du 6 octobre 2019 et faire pression sur le premier vote du Sénat fin janvier (voir sur le site LMPT 34 les facilités de transport proposées). Autre RDV : voter résolument contre tous les candidats municipaux « En Marche » (ou acoquinés sans étiquette par calcul et prudence).

Si la loi bio éthique en gestation est adoptée, cela doit sonner le glas de « En Marche » et de Macron, comme la loi Taubira a signifié la fin politique du PS et de Hollande.

Le peuple aura bien le dernier mot !

Miss Goulag Ressiguier : du Capitole à la roche tarpéienne

Miss Goulag Ressiguier : du Capitole à la roche tarpéienne

Le billet d’Elisabeth Amigue

 

La hargne de la pseudo insoumise Ressiguier à l’encontre de la Ligue du Midi n’est un mystère pour personne. Depuis que le mouvement identitaire a touché aux intérêts financiers des lobbies immigrationistes grâce à l’opération R.A.I.H, acronyme du Réseau Accueil Immigration Hérault en alertant sur leurs détournements de fonds, les trois grasses (1) de Montpellier (Fortunato, Mazas, Ressiguier exigeaient la dissolution de la Ligue en Conseil des ministres, accusations mensongères à l’appui, tous les moyens étant bons pour les copines à Mélenchon.

Cependant Fortunato voyant certainement que l’affaire prenait mauvaise tournure, mettait la pédale douce, du moins dans la sphère publique… quand la justice, le Préfet Pouëssel, le ministre de l’intérieur Collomb, le Président de la République refusaient d’accéder à leurs suppliques. En France il y a encore quelques garde-fous pour ce type de censure.

Alors donc, le couple infernal Mazas-Ressiguier intervenait auprès de Méluche, c’est  à dire le pape en personne, lors du colloque AMFIS, à Marseille le 25 aout 2018, pour dénoncer la Ligue du Midi et une dizaine d’autres groupes nationalistes, patriotes ou identitaires sur des actes fantasmés qu’elles leur attribuaient : agressions de lycéens, de cyclistes, ainsi que des activités délictuelles et criminelles etc… le summum étant atteint avec cette assertion : « le président de la Ligue du Midi a été poursuivi, condamné et emprisonné en 2012 pour signes nazis et injures racistes… », propos que Muriel Ressiguier a repris pendant un an avant de se rétracter piteusement lors de la débâcle de la Commission d’enquête… Pourtant elle avait été informée de son mensonge par l’ancien Président de l’Assemblée De Rugy…

On espère donc que c’est en toute bonne foi, que les autorités supérieures de la France Insoumise ont cru les dénonciatrices et ont bombardé la miss à la présidence de cette commission où son sectarisme et sa haine viscérale ont pu rayonner sans limite : ce fut pour elle l’accès au « Capitole ».

On a vu alors défiler devant cette Commission d’enquête la présidente de « l’association escroc » R.A.I.H, Mme Béatrice Hervouet et les plus haineux des immigrationistes qui vivent grassement de la gestion d’une « matière humaine indifférenciée » : Tristan Mendès-France, Arié Halimi, Frédéric Potier etc.

Résultat : la Ligue du Midi, pour laquelle la Commission, avait été créée a attaqué en justice la Présidente Ressiguier pour dénonciation calomnieuse et n’a pu donc de ce fait être entendue pour éviter à la présidente un conflit d’intérêt. Quant aux conclusions du rapporteur LREM Adrien Morénas, ce ne furent qu’anticipation et soutien à la future loi Avia présentée par La République En Marche. Ainsi, La France Insoumise a donc travaillé publiquement Pour… Macron. Si, lors du vote à l’Assemblée nationale, les députés insoumis ont voté contre cette loi liberticide, la Ressiguier, n’osant renier le rôle qu’elle avait joué dans sa préparation, s’est abstenue !!! …

Evidemment, les copains Insoumis et leur pape n’ont guère apprécié. Muriel est tombée en disgrâce et s’engageait inéluctablement vers la « Roche tarpéienne ». D’ailleurs, aux municipales la France Insoumise soutiendra la liste « Nous sommes » alors que la Ressiguier travaillait à une autre entente.

A présent notre ex-déléguée CGT à la Carsat se retrouve trainée devant la juridiction prud’hommales par deux assistantes parlementaires qui l’accusent de licenciement abusif et de harcèlement moral, lui réclamant la bagatelle de 180.000 euros.

Dans un communiqué, la députée a exprimé être « viscéralement attachée aux droits des salariés » (MDR). Elle a expliqué également avoir embauché des collaborateurs dès le lendemain de son élection, afin de constituer son cabinet. A noter son manque de discernement, car il est d’usage d’embaucher des amis ou des familiers comme assistants parlementaires. 

« J’espérais instaurer avec mes collaboratrices des relations basées sur la confiance. (…)  Plusieurs mois s’écoulaient avant que je ne me rende compte à l’évidence que cette confiance était trahie : les missions confiées étaient mal, voire pas exécutées. Des attitudes déloyales et de dénigrement se firent jour. Je subissais également des actes de sabotage, l’une des salariés de mon cabinet supprimant de notre serveur partagé l’intégralité de nos documents de travail ».

Cette pitoyable affaire aura permis d’apprendre que cette « grande » progressiste n’avait même pas le permis de conduire, condition pour une femme d’exercice d’un minimum de liberté. A noter qu’elle faisait coucher ces personnes sur des banquettes dans un bureau exigü et qu’elle les utilisait comme chauffeur, refusant –bien entendu- de payer les heures supplémentaires… gageons que lorsqu’elle aura perdu son mandat de député la Ressiguier pourra se recaser chez les défenseurs du patronat, au Médef ou dans la promotion immobilière chez tonton.

Ça va mal finir chère Muriel, d’ailleurs ta bande de copains te lâche en gardant un silence assourdissant : Plenel, Alliès, Mazas, Panetier, l’équipe du Doc…

Aussi la Ligue du Midi, solidaire dans cette mauvaise passe, propose de t’offrir le tee-shirt du doigt de Roudier, que tu lui as inspiré : « Quand Roudier montre la lune, Ressiguier regarde le doigt ».

En tout cas, on te jure que la Ligue du Midi n’a jamais tiré les ficelles en sous mains de l’équipe de saboteurs que tu dénonces.

 

(1) Les trois Grâces qui trônent sur la Place de la comédie à Montpellier sont un peu l’emblème de la ville

Mahomet, précurseur du féminisme

Mahomet, précurseur du féminisme

 

Par Jean Lacroix

 

Les media évoquent ces temps-ci, les brutalités que quelques idiots infligent à de pauvres femmes.

Avant la chute du mur de Berlin nombre d’entre eux taisaient toutefois les pratiques des Républiques populaires. A coup d’hormones, leur médecine transformait de charmantes sportives, en véritables armoires à glace. Conséquences de cette science débridée : vie raccourcie, anomalies pathologiques et parfois changement de sexe. On ne pouvait à cette époque, dire mal du paradis socialiste. Une certaine presse se serait indignée, peut-être, si des transsexuels de l’Est, avaient brutalisé leurs coéquipières restées femme ?

L’éclairage actuel sur les « féminicides », ne nous semble pas tout à fait neutre. De type européen, l’auteur des délits dénoncés appartient toujours à la culture occidentale. Très présentes sur notre territoire, les ethnies nord-africaines ou subsahariennes, semblent ignorées dans ce genre de pratique. Si l’on tient comme déviance anthropologique universelle, le comportement du mâle châtieur : statistiquement les Occidentaux devraient partager avec d’autres, la une des journaux.

Pour le mal fait aux femmes, le monde culturel montre une attitude contrastée. Il place François Truffaut au Panthéon des cinéastes : mère de famille, Matilde, son héroïne de « La femme d’à côté » tue son amant. Mais paradoxalement, un jury désigna il y a peu Stendhal, comme le plus grand des écrivains français. Type du héros stendhalien, Julien Sorel tente pourtant, heureusement sans succès, d’assassiner sa maîtresse. Des penseurs considèrent Sade comme le sommet de la Liberté ; leur divin Marquis, ne traitait pas avec tendresse ses jeunes partenaires. On vénère Dostoïevski : dans Crime et Châtiment, Raskolnikov, étudiant tourmenté, fend à coup de hache deux vieilles sœurs.   Nous pourrions évoquer Carmen, qui chante le meurtre d’une sulfureuse Gitane par Don José, brigadier de l’armée espagnole cocufié par un toréador ; c’est l’un des opéras les plus joués. (1)

Mais plus grave est l’auto-filtre que les féministes, les intellectuels et le microcosme de l’information mettent sur un livre à grand succès. Cet ouvrage propose d’organiser la cité terrestre, pour l’accès assuré à la cité de Dieu. Considéré par certains comme de paix et de tolérance il dicte, entre autres, la conduite à tenir à l’endroit de son épouse préférée ou de ses trois autres. Nous citons, pour les gens peu coutumiers de cette somme titrée Coran, le Verset 34 de la Sourate IV :

 

« Les hommes ont autorité sur les femmes,

en vertu de la préférence

que Dieu leur a accordé sur elles,

et à cause des dépenses qu’ils font

pour assurer leur entretien.

Les femmes vertueuses sont pieuses,

elles préservent dans le secret ce que Dieu préserve.

Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité ;

reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les.

mais ne leur cherchez plus querelles,

 si elles vous obéissent.

-Dieu est élevé et grand- »  (2)

 

On comprend le succès du fameux adage nord-africain : « Bats ta femme, etc………… »

Bienveillants ou idiots utiles, certains esprits se garderont de prendre le Saint Texte à la lettre. Ils s’emploieront à l’interpréter, voire à contester sa traduction. Or pour les adeptes de cette navrante religion, l’Ange Gabriel dicta le Coran au Prophète, son scribe. Le livre sacré s’en trouve transcendant, incréé et cause de lui-même.  On ne saurait y changer le moindre mot. Par comparaison, des hommes, faillibles par nature, rédigèrent nos Evangiles.

La religion mahométane fournit une excuse divine, à la tyrannie des conjoints et au matriarcat, structure familiale quasiment disparue d’Occident. Rassurons les défenseurs de l’éternel féminin. Le verset agressif cité est le seul à l’adresse des femmes. Les autres injonctions violentes, pourtant très nombreuses à l’endroit des Infidèles, des Israélites et des Chrétiens, ne distinguent pas le sexe.

L’Arabe se réfère au Coran ; sa religion, l’Islam, signifie soumission. Le Français puise dans l’Evangile : catholique, sa religion, vient d’universel, généralisable. Les étymologies portent ici beaucoup de sens. Pour notre cause féminine, dans notre foi référons nous à Jean (8, 1-11). On y pardonne à la femme adultère que la foule, selon la Loi de Moïse en vigueur alors, s’apprêtait à lapider. « Moi non plus je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus » y dit notre Seigneur. Ces profondes paroles de justice, de mansuétude et de vérité contrastent avec la cruelle injonction mahométane évoquée.

En outre, le Christ rend de fait caduque l’injonction de l’ancestrale Loi Mosaïque à punir corporellement les femmes. Les Français israélites, un peu aidés il est vrai par Napoléon, gommèrent les excès de cette Loi de Dieu voici déjà plus de deux siècles.

Les Arabes, eux, n’ont encore rien aboli de leurs fatras archaïques de normes transcendantes. Médias, Féministes et monde du « penser correct », seraient bien inspirés de demander la censure à l’égard d’un livre incitant à la violence conjugale qu’ils dénoncent. Comme pour les nageuses soviétiques à l’époque, ils feignent de ne pas en être instruits.

Imaginons Charles Martel défait à Poitiers : les Naïades russes en burkini ; pour les libertaires, Makach walou le Marquis de Sade ; héros stendhalien et Brigadier espagnol absous, mais littérature et opéra en panne d’inspiration ; Truffaut sous les verrous. Pour conclure : Julien Sorel acquitté, Philippe Saurel Caïd de Montpellier.

 

 

Notes :

  • Pour ne pas alourdir le texte, nous n’évoquons pas la probable perplexité des cérébraux à la mode, devant Tolstoï et Gustave Flaubert ; do it your self, Anna Karénine et madame Bovary se tuent sans l’assistance d’un mâle.
  • Le Coran, traduction de D. Masson, Folio Classique, 10 juin 2002. Une autre traduction, celle de Mohammed Arkoun chez Flammarion, 1980, dit la même chose en style plus poétique.
Une italienne dit la vérité aux français à propos de l’immigration africaine…

Une italienne dit la vérité aux français à propos de l’immigration africaine…

Le néocolonialisme est un système de domination économique et culturelle sur les anciennes colonies.

Bien que le Niger soit l’un des plus importants producteurs d’uranium au monde, il figure dans les derniers de la planète en matière de développement humain (source ONU). L’oignon nigérien alimente mieux le budget que l’uranium, qui, au surplus, contamine la population par la fréquence de plusieurs maladies.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Niger

« L’OTAN aurait dû disparaître avec le bloc soviétique »

« L’OTAN aurait dû disparaître avec le bloc soviétique »

Interview de Gabriel Galice, économiste et politologue, Berne (https://www.zeit-fragen.ch)

Créée pour combattre le communisme, l’OTAN aurait dû disparaître en même temps que l’URSS, estime Gabriel Galice, président de l’« Institut international de recherches pour la paix» (GIPRI) à Genève. Au lieu de cela, déplore-t-il, l’organisation militaire est devenue le bras armé des Etats-Unis.

  

Echo Magazine : Selon vous, l’« Organisation du traité de l’Atlantique nord» (OTAN) aurait dû être dissoute il y a longtemps. Pourquoi ?

Gabriel Galice : Parce que l’ennemi qu’elle était censée combattre n’existe plus.

Comment cela ?

Le traité de l’Atlantique nord a été signé en 1949. Son organisation politico-militaire, nommée OTAN, a été constituée l’année suivante par une douzaine d’Etats dont les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Italie et la France, pour parer à une attaque de l’Union soviétique. Or, cette menace a disparu avec l’effondrement de l’Empire soviétique en 1991.

Concrètement, qui était l’ennemi de l’OTAN ?

Le pacte de Varsovie. Cette alliance militaire fut créée en 1955 en réaction à l’agrandissement de l’OTAN qui avait incorporé la Turquie, la Grèce et l’Allemagne de l’Ouest. Fondée sous la houlette de Nikita Khrouchtchev, alors premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique, elle réunissait l’URSS, les républiques populaires d’Europe de l’Est et la RDA (cf. encadré). Elle a été dissoute six mois avant l’effondrement effectif de l’URSS, le 1er juillet 1991.

Pourquoi, alors, l’OTAN n’a-t-elle pas été dissoute ?

Il y a eu un moment de flottement résumé par cette déclaration d’un ancien amiral de l’OTAN en poste à l’époque : « On a essayé de remplacer l’OTAN par quelque chose, mais on n’a rien trouvé ». La Russie avait tenté de se rapprocher de ses voisins en proposant, entre autres, avant la chute du mur en 1988, la « Maison commune européenne ». Certains ont songé à refondre l’alliance en incluant l’ancienne puissance soviétique. Un comité Russie-OTAN a même vu le jour. Bref, on a bricolé. Jusqu’à ce que les tendances lourdes reprennent le dessus.

C’est-à-dire ?

Les pressions des lobbys du pétrole et de l’industrie de la guerre, la lutte pour le contrôle des ressources naturelles, etc. A la fin des années 1990, les dirigeants de l’alliance militaire, poussés par le gouvernement des Etats-Unis, ont décidé de s’étendre vers l’Europe orientale, rapprochant ainsi dangereusement les troupes atlantistes de la frontière russe. L’ancien président de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev, décrit cette décision dans un livre paru il y a quelques jours, comme «la plus grande erreur stratégique de l’Occident ».

Qu’y a-t-il de si dérangeant à voir l’OTAN s’agrandir si son but est de garantir la paix et la stabilité mondiales ?

On confie la paix aux diplomates, pas aux soldats ! Je doute que les populations afghane, irakienne et serbe considèrent l’OTAN comme un facteur de stabilité. Dans toutes les régions où ses troupes sont intervenues, les morts se comptent par milliers.
Et pourtant, l’organisation militaire ne cesse de grandir. Elle s’étend aux pays baltes et de l’Est et compte désormais 29 membres…
Si l’on voit l’OTAN, qui vient de fêter ses 70 ans, comme un bouclier contre le communisme, son extension constante à partir de la chute de l’Empire soviétique est incompréhensible. En revanche, si l’on considère cette superpuissance militaire pour ce qu’elle est devenue, un instrument de l’hégémonie américaine, tout devient clair.

OTAN

Un instrument de l’hégémonie américaine ?

Le siège de l’OTAN est à Bruxelles, d’accord. Mais les Américains financent 70% du budget de cette armée de 3 millions d’hommes en service actif. Viennent ensuite l’Angleterre (6,2%), la France (5%), l’Italie (2,5%), le Canada (2,1%) … Ce n’est un secret pour personne : les Etats-Unis contrôlent cette armée, qui est la plus puissante du monde.
Or que disent les têtes pensantes de la première puissance mondiale, tel l’influent analyste américain Thomas Friedman, chantre de la mondialisation ? « La main invisible du marché ne fonctionne pas sans un poing caché qui s’appelle l’armée, la force aérienne, la force navale et les Marines des Etats-Unis ». C’est limpide : la mondialisation va de pair avec un mouvement militaire de conquête des populations et des territoires.

Trente ans après la chute du mur, ce poing caché se tourne à nouveau vers la Russie…

Oui. L’OTAN assiège désormais la Russie. Ce n’est pas bon pour la paix – on l’a vu en Géorgie, en Ukraine, en Crimée, mais également en Syrie. La défense commune et solidaire (du monde libre, des démocraties) a été remplacée par le concept de sécurité. Beaucoup plus flou, celui-ci autorise les troupes américaines à intervenir partout et en tout temps, bien au-delà de l’Atlantique nord. Le seul fait de menacer une source d’approvisionnement d’un membre de l’alliance peut justifier une attaque. Si la Chine convoite du pétrole au Nigeria, cela peut être un motif d’intervention. Cette alliance non plus défensive, mais offensive, est une menace pour la paix.

L’OTAN a-t-elle un contrepoids aujourd’hui ?

Oui. L’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), créée en réaction à son extension. Signée en 2001 entre Vladimir Poutine et l’ancien président chinois Jiang Zemin, cette alliance militaire et économique comprend également quatre pays d’Asie centrale (cf. encadré ). Elle est passée à dix membres en 2016 avec l’arrivée du géant indien et de son voisin pakistanais. Deux puissances nucléaires de plus, auxquelles il faut ajouter une dizaine d’Etats partenaires et observateurs dont la Turquie (également membre de l’OTAN !) et l’Iran. A travers l’OCS, la Chine et la Russie font front commun contre les Etats-Unis et l’OTAN.

Entre l’OCS et l’OTAN, quelle marge de manœuvre pour l’Europe ?

Nous devons tout faire pour échapper à cette double emprise – pour garder notre indépendance, mais aussi parce que les Chinois et les Américains pourraient s’entendre à nos dépens. Il faut se rapprocher des Russes qui ne cessent de nous tendre la main et qui, même s’ils sont alliés aux Chinois, se sentent européens. Alors soyons raisonnables, profitons-en pour nous rapprocher de Moscou. Ce serait préférable pour l’Europe et l’équilibre mondial.

(Propos recueillis par Cédric Reichenbach)

Source :

Echo Magazine no 45 du 7/11/19. www.echomagazine.ch

Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN):
Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Italie, France, Belgique, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Luxembourg, Islande (1949). Grèce et Turquie (1952). Allemagne (1955), Espagne (1982), République tchèque, Hongrie et Pologne (1999), Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie (2004), Albanie et Croatie (2009), Monténégro (2017).
Organisation de coopération de Shanghai (OCS) :
Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan (2001), Inde et Pakistan (2016) et une dizaine d’Etats partenaires et observateurs dont la Turquie et l’Iran.

 

Le nouvel album des brigandes, « là-haut », est enfin disponible !

Le nouvel album des brigandes, « là-haut », est enfin disponible !

Communiqué des Brigandes

 

Malgré la censure subie cette année, les Brigandes continuent leur production musicale et sortent aujourd’hui leur 9ième album : « Là-Haut ». La plupart des titres de cet album sont inédits car ils ne se trouvent pas sur internet !

Vous voulez soutenir leur action, vous voulez que les Brigandes continuent ?

 

Procurez-vous leur nouvel album ici : www.lesbrigandes.com/albums