Propagande pro-islam de l’État, délire totalitaire et inversion de la pensée

Propagande pro-islam de l’État, délire totalitaire et inversion de la pensée

Le billet de Martin Moisan

 

CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme), vous vous demandez ce que c’est encore que cette usine à gaz.

C’est un organisme indépendant, mais néanmoins directement rattaché à Matignon. Le bureau à lui seul est composé de 64 membres permanents. Aux plans international et national, la CNCDH est reliée à d’autres organismes du même réseau : GANRHI, ENNHRI, AFCNDH, IFDL. Les droits de l’Homme sont une affaire sérieuse, il faut ce qu’il faut.

 

Dans le même genre et pour faire bonne mesure, sont également rattachées à Matignon, la DILCRAH et tout dernièrement la BADI pour traquer les déviants sur internet conformément aux exigences du pacte de Marrakech. Bref, un empilement d’usines à gaz et de bouffe budgets pour la défense des droits de l’Homme et la lutte contre la ‘’haine’’, dont ils font tout par ailleurs pour créer les conditions en accélérant le grand remplacement et la submersion migratoire.

Si comme moi vous aimeriez connaître le budget de fonctionnement de la CNCDH, je vous le dis tout de suite, ça ne va pas être facile. Ça sera même un véritable jeu de piste.

Premier appel téléphonique le 29 avril, je finis par tomber sur Margot qui s’occupe de communication, qui vient d’arriver et qui ne sait pas bien quoi répondre. Margot est toute seule dans le service, ses collègues sont en congés, elle va elle-même partir en congé. Elle me conseille donc de rappeler vers le 10 mai, là au moins tout le monde sera rentré. Ainsi va la France.

Elle a l’air de s’ennuyer Margot, je la fais parler pour la distraire un peu, elle a fait histoire et science PO et plein d’autres trucs me dit-elle. Avant ça, elle a été chargée de sensibilisation par le bureau extérieur de la cour pénale internationale (CPI) en RDC (République démocratique du Congo). Oui, comme moi, vous vous demandez à quoi ça sert, et pourquoi on envoie des fonctionnaires français dans ces pays aux frais du contribuable. Qu’est-ce que la France a à voir avec les procès de criminels de guerre en RDC ?

Eh bien, Margot était là en notre nom pour donner des leçons de droits de l’Homme, de savoir-vivre judiciaire et de maintien démocratique aux congolais. Vous remarquerez la patience de la journaliste congolaise et l’agacement qu’elle peine parfois à dissimuler. Il est vrai que la lourde langue de bois façon sciences Po peut irriter les auditeurs non avertis.

Bon il est vrai que dans ces pays les mœurs en matière pénale sont plutôt expéditives, quoiqu’empreintes d’une pédagogie sommaire mais sans doute adaptée au contexte. On laisse au condamné le temps de réfléchir, mais ce sont surtout les observateurs qui auront le temps de réfléchir et c’est sans doute là que se situe toute l’efficacité de la méthode.

À un moment dans la conversation, Margot me demande pourquoi je m’intéresse au budget du CNCDH ; ce à quoi je lui réponds que je suis le payeur, que je suis un martyr fiscal, et que cette information est publique ; dernier point qu’elle consent à confirmer.

Alors pour l’occuper encore un peu en cette fin d’après-midi où elle n’a manifestement rien à faire, je lui donne lecture de la partie intéressante du rapport annuel de la CNCDH en lui disant que je voudrais bien savoir ce que coûte annuellement un organisme aussi pléthorique pour raconter de telles conneries. Car comme vous allez le voir, au niveau de la connerie, c’est très, très copieux. Science Po, Matignon, une véritable synthèse de la pensée politique islamophile en France, nous sommes là au creuset des idées de ceux qui nous gouvernent. Attention, c’est du lourd, du très lourd.

Je ne vous ai pas choquée au moins Margot ? Non, non, chacun est libre de penser ce qu’il veut. Une belle carrière s’ouvre à Margot, elle a déjà toutes les qualifications requises, comme les autres on l’a sélectionnée sur sa capacité à manier la langue de bois.

Trêve de plaisanteries, venons-en au fond. Voici le compte rendu fait par le CCIF (collectif contre l’islamophobie en France, encore un bouffe budget payé par le contribuable) lors de la publication du rapport annuel du CNCDH par son président accompagné de Nonna Meyer membre de la commission, directrice de recherche émérite au CNRS rattachée au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po.

Eh bien, lisez et relisez lentement les déclarations de Nonna Meyer membre du bureau de la CNCDH, reprenez vos esprits, relisez encore. Si quelqu’un est à côté de vous, ne restez pas seul en dissonance cognitive, faites-vous aider.

Non, vous ne déraillez pas, vous avez bien lu.

Première assertion :

« Plus on a d’aversion à l’égard de l’islam et plus on a d’aversion à l’égard de la laïcité ». 

Voilà un beau bouquet spirituel à l’attention de Pierre Cassen, immédiatement suivi d’un autre, stratosphérique :

« plus la personne est hostile à l’islam, moins elle est attachée au principe de laïcité,

moins elle est encline à défendre les droits des femmes à s’habiller comme elles l’entendent ou à refuser le statut de femme au foyer,

moins elle tend à trouver l’homosexualité acceptable.

Autrement dit, ces arguments, souvent avancés pour justifier le rejet des pratiques de l’islam, ne résistent pas à l’analyse,

le ressort de ce rejet n’est ni un attachement plus marqué aux valeurs républicaines,

ni une défense de l’émancipation des femmes ou des minorités sexuelles » .

 

Voilà où en est la caste islamophile au pouvoir dans son délire orwellien : le mensonge c’est la vérité. À un tel degré d’inversion de tout, il n’y a même plus à chercher de logique, il n’y en a plus. Il n’y a même plus à argumenter pour tenter de répondre, nous sommes directement dans le meilleur des mondes. Ces gens sont devenus fous, ils ont perdu le contrôle d’eux-mêmes, plus rien de raisonné ne peut les arrêter dans leur construction délirante.

L’inversion de la pensée et le mensonge institué en vérité sont les outils des dictatures contraires à la nature humaine qui veulent la tordre à toute force. Ici, ce qui est contraire à la nature humaine c’est de vouloir à tout prix faire vivre ensemble des peuples qui ne partagent ni la même culture ni la même religion, qui se sont affrontés pendant des siècles ; en même temps que l’on conforte les uns à croire qu’ils ont été les victimes des autres. Folie furieuse qui ne peut que conduire à la catastrophe. Ce qui est totalitaire, c’est de vouloir nous l’imposer contre notre volonté.

Comme tous les tenants des idéologies totalitaires, plus ils sont démentis par la réalité, plus ils accélèrent, plus ils s’enferrent dans le déni de réalité et dans le mensonge. Il fallait toujours plus de communisme, il faut toujours plus de mondialisation, toujours plus d’ouverture des frontières et de submersion migratoire. Si les choses vont mal c’est qu’il n’y a pas encore assez d’étrangers, pas encore assez de musulmans en France. Pour eux, c’est aussi simple que ça.

70 ans de totalitarisme communiste en ont apporté la preuve, rien ne peut venir à bout ni de la nature humaine, ni de la Vérité. Comme l’avait annoncé Soljenitsyne, la Vérité a surgi, le système communiste s’est effondré et la nature humaine a resurgi intacte malgré 70 de totalitarisme et des millions de morts.

Les libéraux en sont aujourd’hui exactement où en étaient les communistes quelques années avant l’effondrement du mur : leurs mensonges pour masquer leur échec ne passent plus, la Vérité surgit, ils sont en butée face à la réalité qu’ils ne peuvent plus travestir. Dans leur société multiculturelle personne ne veut plus vivre avec personne, tout le monde pense être victime de tout le monde, il ne peut plus y avoir ni union nationale, ni destin commun, ni peuple commun et pourtant ils accélèrent.

Malgré la gabegie de moyens qu’ils mettent en œuvre, les faits sont têtus et les conséquences de leurs délires nous sautent aux yeux et deviennent insupportables.

Comme le communisme en son temps, le libéralisme global va s’effondrer sous le poids de ses propres contradictions. Son échec dans tous les domaines, politique, économique, social, culturel … est tel qu’il ne peut plus que recourir à la manipulation, au mensonge et aux moyens du totalitarisme pour tenter de le masquer.

Aux mêmes causes les mêmes effets, c’est la Vérité qui viendra à bout du libéralisme global comme elle était venue à bout du communisme et pour exactement les mêmes raisons.

L’espoir est dans notre camp, les temps viennent. La question sera celle de la reprise du pouvoir et de la gestion du chaos. Cela ne se fera pas dans le consensus électoral mais par un pouvoir fort qui, le temps de remettre le pays en ordre et de régler la question migratoire et celle des traités internationaux, devra se libérer des contraintes démocratiques et des droits de l’homme.

 

À un moment on aura le choix entre l’application du droit international ou une adaptation supportable de méthodes plus sommaires qui apporteront des simplifications et, comme en Afrique, laisseront à tous les traitres le temps de réfléchir.

Faites connaitre notre site, partagez !
Ce sont eux qui le disent : Macron assume la partition de la France

Ce sont eux qui le disent : Macron assume la partition de la France

 

Le billet de Martin Moisan

 

Ah bon ?

 

MACRON : « il y a un islam politique qui veut faire sécession ».

 

« Nous ne devons pas nous masquer quand on parle de laïcité, on ne parle pas vraiment de laïcité, on parle du communautarisme qui s’est installée dans certains quartiers de la République ». « On parle d’une sécession qui s’est parfois sournoisement installée … on parle de gens qui, au nom d’une religion poursuivent un projet politique, celui d’un islam politique qui veut faire sécession avec notre République ».

 

 

COLLOMB : « je crains que demain on vive face à face ».

 

Déjà lors de son départ du ministère de l’intérieur de Gérard Colomb nous avait mis en garde :

« je suis allé dans tous ces quartiers, la situation est TRÈS dégradée … parce qu’aujourd’ hui on vit côte à côte. Et je le dis toujours, moi je crains que demain on vive face à face. »

 

 

HOLLANDE : « Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition ».

 

Miscellanées de ses déclarations aux journalistes Davet et Lhomme ne laissant aucun doute :

« Il y a à la fois des choses qui marchent très bien et l’accumulation de bombes potentielles liées à une immigration qui continue. Parce que ça continue. »

« Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là. »

« C’est Sisyphe ! On les fait parler français, et puis arrive un autre groupe, et il faut tout recommencer. Ça ne s’arrête jamais (…). Donc, il faut à un moment que ça s’arrête. »

« Qu’il y ait un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute. »

« On ne peut pas continuer à avoir des migrants qui arrivent sans contrôle, dans le contexte en plus des attentats ».

« Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition. »

 

 

What else ? Que disent-ils que nous ne disons pas ?

 

Oui, il y a trop d’immigrés en France.

Oui l’islam est une bombe potentielle.

Oui il y a trop d’arrivées.

Oui, il y a trop de gens qui ne devraient pas être là.

Oui, il va falloir que ça s’arrête.

Oui, il y a un vrai problème avec l’islam, nul n’en doute, et surtout pas les gens au pouvoir.

Oui, la laïcité a été dévoyée dans le communautarisme.

Oui, le communautarisme s’est installé dans la république.

Non, nous ne vivons plus côte à côte mais bien face à face.

Oui, la situation est TRÈS dégradée.

Oui, il y a des gens qui poursuivent un projet politique au nom de l’islam.

Oui, l’islam politique veut faire sécession.

Oui, la partition est en train de se produire.

Et que disons nous qu’ils ne disent pas ?

 

Oui, il y a bien des menées convergentes et raisonnées pour livrer le pays à la conquête musulmane.

Oui, le pouvoir s’est couché devant l’Islam et nous contraint à faire allégeance.

Oui, le pays est au bord du gouffre.

Oui, la guerre est déjà engagée sur notre territoire.

 

 

Et que font-ils ?

 

Non seulement ils ne font strictement rien pour que cela cesse, mais ils ont fait allégeance et accélèrent à fond le processus pour rendre la submersion irréversible et pour interdire toute opposition.

-Signature en catimini du pacte de Marrakech qui rend obligatoire la submersion migratoire et pénalise toute opposition.

-Commission RESSIGUIER qui vise à faire évoluer la législation conformément au pacte de Marrakech et aux désirs forcenés de la LICRA afin de museler toute opposition à l’invasion.

-Dissolution des groupes de patriotes qui s’opposent à la submersion migratoire.

-Adoption de résolutions européennes visant à créer une obligation des peuples du Nord vis à vis des peuples d’Afrique.

-Action perverse combinée des mondialistes immigrationnistes : libéraux au pouvoir et extrême gauche dans la rue pour stériliser la révolte des gilets jaunes et évacuer la question migratoire pourtant au centre des préoccupations de la France périphérique, victime de l’écrasement de son identité, de la spoliation au profit des nouveaux venus et de la paupérisation des classes moyennes directement liée au coût des migrants.

-Poursuite forcenée de l’ouverture des frontières et de la politique de maintien des envahisseurs sur le territoire.

 

 

Ces gens sont des escrocs et des pervers.

 

Ces gens au pouvoir et leurs acolytes dans la fausse opposition (LFI, PC, NPA, écolos, LR …), tout comme leurs nervis dans la rue (anars, black blocks, no border, antifas) savent parfaitement ce qu’ils font et quelles sont les conséquences de leur politique et de leurs actes. Ils le déclarent, ils l’avouent sans équivoque. Ces gens sont clairement des escrocs, car ils créent une culpabilité et des obligations que nous n’avons pas à assumer. Ce gens sont des manipulateurs pervers car ils nous narguent en nous déclarant qu’ils sont parfaitement conscients des conséquences dramatiques de leur politique et confirment par leurs actes qu’ils n’ont aucune intention d’en changer.

 

 

La dérive totalitaire du pouvoir confirme son impuissance et son illégitimité.

 

Ce pouvoir est illégitime parce que sa politique assumée de destruction de notre peuple et de partition de notre territoire et de notre société est illégitime.

Face à la monté de la rébellion du peuple de France, face à sa prise de conscience du lien direct entre l’immigration et sa paupérisation galopante, face à sa légitime revendication identitaire, ce pouvoir est aux abois. Il sent qu’il est désavoué et qu’il a totalement perdu la confiance des français qui désertent les urnes et le rejettent en bloc ainsi que tous ses relais de propagande.

Il durcit les mesures répressives et interdit la parole, alors que dans le même temps il ne peut plus que se barricader derrière sa police qui éborgne, qui mutile, qui gaze.

Poursuivant de manière forcenée sa politique de submersion et impuissant à régler quoi que ce soit de ses conséquences désormais inévitables, il n’a plus d’autre recours que de basculer dans le totalitarisme pour tenter de se maintenir contre des oppositions qu’il ne peut plus contenir autrement que par la violence.

 

 

Le pacte républicain rompu, tous les moyens deviennent légitimes.

 

Lorsque ceux qui détiennent le pouvoir déclarent que la partition du pays est inévitable, que l’islam politique poursuit un projet de sécession, lorsque dans le même temps ils accélèrent par tous la moyens l’entrée en masses de populations islamistes porteuses de l’inévitable confrontation qu’eux-mêmes déclarent ne plus savoir comment éviter, et qu’ils répriment le peuple qui se rebelle ; il ne peut plus y avoir ni pacte républicain, ni union nationale derrière ce pouvoir.

Le discours de la préservation des institutions ou de la république contre des menées révolutionnaires ne tient plus car les institutions de la république ont été dévoyées par une caste qui vise à la destruction de la Nation et du peuple de France. Ceux qui s’en sont emparés trahissent notre peuple en parfaite conscience, les yeux ouverts.

Par conséquent, tous les moyens sont légitimes pour procéder à l’éviction de ceux qui œuvrent délibérément à créer les conditions de la prochaine guerre de France.

 

 

Les forces de l’ordre partagées.

 

Dès le début du mouvement des gilets jaunes, la base et parfois certains gradés nous ont fait comprendre qu’ils soutenaient le mouvement et que leur position par rapport au pouvoir dépendrait de l’évolution du mouvement. Allez-y on est avec vous. Autrement dit, les exécutants approuvaient un mouvement de fond populaire clairement positionné contre l’immigration. En revanche, dès que LFI et les casseurs se sont emparés de la rue et ont vidé le mouvement des gilets jaunes opposés à l’immigration, ils sont restés aux ordres du pouvoir car ils ne se reconnaissaient pas dans cette chienlit de gauche.

 

 

La solution n’est plus dans les urnes mais dans la rue.

 

La solution n’est pas dans les urnes, le système électoral est cadenassé de l’intérieur, ils en ont la parfaite maîtrise. Les institutions qu’ils ont dévoyées les protègent de tout aléa électoral ; même et y compris par le déni du vote.

Lors des premiers actes, le mouvement des gilets jaunes nous a donné un aperçu de ce que pourrait être la solution. Il a été stérilisé par LFI et l’extrême gauche mondialiste favorable à la submersion migratoire et alliées objectives du pouvoir. D’autre part la base des forces de l’ordre est restée loyale au pouvoir pour na pas cautionner un mouvement d’extrême gauche. Nous devons en faire le retour d’expérience et nous préparer à tenir la rue.

 

L’extrême gauche l’a fait au service du pouvoir, nous allons devoir le faire au service du peuple de France. Le ralliement des forces de l’ordre dépendra de notre capacité à monter notre engagement.

Faites connaitre notre site, partagez !
Victoire judiciaire totale pour Vigilance halal

Victoire judiciaire totale pour Vigilance halal

vigilance halal

 

Communiqué de Vigilance Halal

 

Madame, Monsieur,

Après plus de 5 ans de procédure, nous venons de connaître une victoire totale devant la Cour Administrative d’Appel de Paris.

Dès la création de Vigilance Halal en 2012, nous avions défini un axe d’action judiciaire car le halal s’affranchit allégrement des lois et règlements, avec la bienveillance des autorités.

Un des points clés que nous soulevions est basé sur le fait que l’abattage halal, pourtant illégal pour raison sanitaire et de protection animale, peut se pratiquer sous forme de dérogation préfectorale. Cette dérogation est accordée par les préfectures suite à un dossier administratif. Comme toute littérature administrative, tout semble être maîtrisé, tout est sous contrôle ! Et pourtant…

S’il est difficile pour nous de contrôler tous les éléments, l’un d’entre eux est à notre portée : c’est la tenue d’un registre des commandes spécifiques. Sachant par des témoignages que la plupart des abattoirs qui ont demandé une dérogation ont largement outrepassé cette règle nous avons lancé une dizaine de procédures devant les tribunaux administratifs demandant communication de ce registre des commandes.

Notamment pour les abattoirs d’Île de France, dont Marine Le Pen avait dénoncé l’hallalitude en 2012. Nous avons systématiquement perdu tous nos procès, au motif spécieux que ce registre des commandes est un document commercial, donc non communicable… Nous n’avions pas les moyens d’aller en appel pour tous ces dossiers, nous avons donc concentré le tir sur l’abattoir de Meaux et ceux de Seine et Marne car nous avions en main une vidéo de France 2, la viande dans tous ses états (à partir de 21′) montrant en caméra cachée que TOUS les abattages y étaient halal.

Cet appel a connu son épilogue le 18 Décembre au terme de plus de 5 ans de procédure avec une victoire totale, le tribunal confirmant le bien fondé de notre action, condamnant l’État à nous verser 1.500 € au titre des frais.

Le considérant n°3 rappelle que le préfet doit retirer la dérogation en cas de manquement aux obligations (dont la tenue d’un registre des commandes) et il a 2 mois pour redonner une autre dérogation sur présentation d’un nouveau dossier. Il va de soi que nous allons particulièrement veiller à l’application de ce point éventuellement par l’envoi d’huissiers.

Dans le considérant n°4 de ce jugement il est fait état des documents fournis en tant que registre des commandes : ce sont des bilans annuels communiqués à l’administration sous forme de feuilles volantes manuscrites ou de réponses à des mails « au mieux accompagnés de tableaux ». « De tels documents ne sauraient suffire à justifier la mise en place du dispositif » (la dérogation NDLR).

Ce n’est quand même pas très sérieux de la part de l’Administration d’avoir accepté cela depuis 6 ans au moins. Complicité, incompétence, négligence ?

Dans ce même considérant n°4, les établissements se justifient par une remise « directe » au consommateur, ce qui pose un autre problème à savoir des flux financiers potentiellement hors fisc facilités par cette pratique.

Notre stratégie de recherche des voies de droit, basée sur des arguments scientifiques et de simple bon sens, loin de toute polémique, mais affrontant le réel sur un sujet quasiment tabou, se trouve validée et nous remercions tous ceux qui ont œuvré pour cette victoire et notamment notre avocat Me Yon.

Alain de Peretti
Président de Vigilance Halal

 

Faites connaitre notre site, partagez !
Hypothèse d’un effondrement de régime : la question de la reprise du pouvoir

Hypothèse d’un effondrement de régime : la question de la reprise du pouvoir

effondrement de régime

 

Le point de vue de J-M Darqué

 

 

Quand une partie de la vérité sort enfin de la bouche de l’un des tenants du système : c’est bien le Ministre de l’Intérieur démissionnaire, socialiste et maçon, qui après avoir « vu et visité » est enfin publiquement convenu de ce que nous disons tous :

« Le terme de reconquête républicaine prend, dans ces quartiers, tout son sens. Parce que oui aujourd’hui, c’est plutôt la loi du plus fort qui s’impose, [celle] des narcotrafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République »

« Je crains que demain, on ne vive plus côte à côte mais face à face »

 

Globalement l’analyse historique nous indique que le libéralisme global est sur ses fins

 

Quelle meilleure contribution pour nous conforter et introduire ce qui suit ?

En effet, nous savons, nous, que la situation est déjà bien pire et que nous sommes déjà face à face dans une guerre ethnique et religieuse ouverte ; pour le moment encore de basse intensité, mais dont il est inéluctable qu’elle empire.

Comme le communisme en son temps, le libéralisme global est sur ses fins et l’analyse historique nous autorise à envisager un collapsus général. Si le communisme s’est effondré dans un souffle sans pratiquement de violences, le capitalisme en revanche comme il l’a toujours fait, purgera sa crise majeure dans la guerre et la destruction de valeurs.

C’est donc très probablement ce à quoi il va falloir faire face. En effet, comme il l’a toujours fait, le libéralisme global précipitera les peuples dans la guerre, les abandonnant dans le chaos afin de masquer sa responsabilité et créer les conditions de son rebond. C’est ce qui est d’ores et déjà engagé et que nous voyons se déployer sous nos yeux.

 

C’est dans cette perspective historique que nous considérerons ici le cas particulier de la France

 

Le régime actuel porte les raisons de sa faillite, il en sécrète lui-même les facteurs.

  • Perte de légitimité du pouvoir.
  • Pourrissement de la classe politique et de la haute administration.
  • Faillite des partis politiques incapables de produire des idées et pire d’attirer et de sélectionner des personnalités de valeur, alors que ce sont leurs seules raisons d’être. On n’y retrouve plus que des escrocs, des délinquants sexuels, des arrivistes, des saltimbanques, des aventuriers ou des insuffisants. Il n’y a plus aucune vertu dans ces milieux.
  • Abandons de souveraineté à des instances incontrôlables (commission européenne, BCE)
  • Délocalisation des activités industrielles, désindustrialisation, délabrement du tissu productif local.
  • Ruine de l’agriculture.
  • Ruine des classes moyennes.
  • Hyper concentration et toute puissance de la finance laissée sans contrôle, mais contrôlant l’État.
  • Abandon des frontières.
  • Volonté de détruire la culture et la nation françaises.
  • Submersion migratoire organisée.

 

Convergence des crises

 

Tous ces éléments se combinent et s’enveniment et nous conduisent vers une crise majeure qui laissera le pays dans l’affrontement civil et très probablement face à l’insurrection des multiples micro califats qui se développent en peau de léopard partout sur le territoire national.

L’État central est déjà totalement impuissant à rétablir la paix civile dans le contexte actuel pourtant encore de basse intensité. Il sera totalement incapable de réagir en cas d’aggravation tragique. Or les choses ne peuvent qu’empirer. Il semble bien que ce soit désormais irréversible.

La question n’est plus de savoir si cela se produira, mais quand. En effet, le scénario de crise prévu par les mondialistes pour la France est la guerre inter-ethnique et la relégation finale de notre peuple, historiquement trop porteur de volonté, de résistance et de liberté – relégation après partition territoriale.

 

Le temps des actions partielles de réforme ou de retardement est révolu

 

Face à de tels périls, face à une telle tragédie, toute action de réforme partielle est insuffisante et condamnée à l’échec. Cependant, si l’État central se délite, il tient encore toutes les commandes intérieures du pays et donc toute sa capacité de nuisance.

Le système a déjà digéré toutes les oppositions conventionnelles dans le champ électoral.

Concentrant tous les pouvoirs et produisant des lois de plus en plus liberticides, il opprime les dissidents et pourchasse toutes les oppositions réelles. Nous sommes entrés dans un totalitarisme de moins en moins mou, de plus en plus dur. La psychiatrisation des opposants, nous fait penser aux pires heures de l’ère BREJNIEV, tout comme le contrôle de la parole et la répression féroce des expressions déviantes. Totalement inédite jusqu’ici, la psychiatrisation à décharge des jihadistes est une des preuves de l’impuissance et du déni de la part d’un pouvoir condamné au mensonge, incapable d’assumer les conséquences de ses actes. Donc en réalité très faible, mais néanmoins toujours nuisible.

 

Réformisme et électoralisme sont des culs de sac

 

Tout ce qui a pu être tenté dans le cadre d’une gestion consensuelle l’a été, en vain. Il n’y a qu’à voir le résultat des politiques réformistes du passé, elles ont toutes convergé vers le renoncement, le compromis, acceptable devenu inacceptable, la soumission. Oui, le réformisme est bel bien un cul de sac.

Il semble bien qu’il en soit de même de l’électoralisme. Le pays est maintenant trop divisé, trop communautarisé et les fractures qui le parcourent sont irréconciliables. Surtout, les électeurs écœurés ne se rendent plus aux urnes. Enfin, le système électoral est complètement verrouillé de l’intérieur. Il est impossible de prendre le pouvoir par les élections sans s’allier avec des libéraux et donc sans s’édulcorer. Ainsi, il n’y aura jamais d’union des droites électoralistes sur un programme orienté vers la remigration, ni vers ce qu’il va falloir réellement faire.

 

La remigration seule solution

 

Pourtant, la seule solution pour empêcher notre disparition (relégation) est la remigration, consentie et négociée si on le peut, imposée s’il le faut. Il n’y a pas d’alternative. La partition du territoire envisagée en secret par les commanditaires du pouvoir actuel (mais finalement fuitée par HOLLANDE) n’est pas envisageable pour nous. Il est hors de question que nous finissions dans des bantoustans de blancs cernés par des masses allogènes sur notre propre sol, avec casques bleus interposés. S’il y a bien un droit du sol, c’est celui du peuple autochtone et celui-là seul.

Or il ne se trouvera probablement plus de majorité électorale pour faire ce qu’il va falloir faire c’est à dire :

  • Conduire la remigration de manière négociée ou imposée,
  • Purger les élites,
  • Rouvrir le champ démocratique.

 

Il s’agit là d’une tâche d’ampleur historique qui ne pourra pas s’accomplir dans le cadre d’un mandat de gestion courante. En effet, l’Histoire est entrée dans le tragique et ce qu’il va falloir faire sera exceptionnel. Ce qu’il va falloir assumer est trop radical pour recueillir un consensus électoral en l’état de division de l’opinion et surtout en l’état de la destruction des mentalités. C’est définitivement terminé. Se laisser aller à croire que les choses vont s’arranger d’elles-mêmes est une faiblesse. Il n’y a plus de solution facile ou sans douleur. Inutile de se bercer d’illusions. Seul un choc historique rouvrira le jeu.

 

Les partis électoralistes de droite : cimetière des énergies

 

On peut reprocher aux partis de droite et d’extrême droite d’avoir stérilisé les énergies dans l’électoralisme. Ils portent une responsabilité historique dans la situation actuelle ; en particulier le père Le PEN qui par ses dérapages irresponsables a rendu infréquentables des idées pourtant justes. La diabolisation est irréversible, la dédiabolisation impossible ; sauf à se dissoudre dans le libéralisme global. Certes une immense attente existe mais elle ne trouvera pas de réponse à temps et ceux qui placent encore leurs espoirs dans un succès du RN ou dans l’émergence d’une droite dure en seront encore pour leurs frais et la France avec. En attendant, d’échéance en échéance les compteurs tournent et la submersion avance à un rythme dramatique. Bientôt nous ne pourrons plus réagir sous le poids du nombre. Il n’y a plus d’échappatoire, plus d’atermoiement possible.

 

Solution électorale vs solution de reprise du pouvoir à l’occasion d’un événement favorable

 

Dès lors que l’on se fixe comme objectif la remigration, on doit se demander quelle est la solution la mieux à même pour y parvenir. Attendre de trouver un improbable consensus électoral majoritaire ou bien spéculer sur un événement historique et sur une reprise du pouvoir en situation de crise extrême ?

Qui peut encore sérieusement croire dans une solution électorale ? Dès lors ne faut-il pas envisager un autre scénario ?

Personnellement, je pense qu’il faut sortir de l’illusion électorale et au moins préparer un « plan B ».

 

L’analyse historique nous assure du collapsus final du régime actuel

 

Cependant, l’analyse historique nous ouvre de très grands espoirs. Ainsi, on peut se fonder sur le retour d’expérience de la fin du communisme et des crises précédentes du capitalisme. Pour ceux qui s’en souviennent, le communisme c’était la fin de l’Histoire, les choses étaient définitives. Pourtant, le communisme s’est effondré dans un souffle et pratiquement sans violence sous le poids de ses propres contradictions et sous l’émergence irréfragable de la Vérité. Soljenitsyne l’avait annoncé, le grand pape polonais a dit ‘’n’ayez pas peur’’ et le mur est tombé.

De la même manière, le libéralisme global va s’effondrer, et exactement pour les mêmes raisons ; s’agissant de deux idéologies matérialistes contraire à la nature humaine et donc obligées de la tordre pour la soumettre. Or, la nature humaine ne peut pas être soumise par l’idéologie, elle va resurgir, elle va se rebeller. Elle se relèvera du libéralisme global comme elle s’est libérée du communisme. La nature profonde du peuple de France ne peut pas être soumise, toute notre Histoire l’a démontré.

 

L’échéance historique approche

 

Nul ne peut écrire la date avec certitude, mais la convergence des crises nous rapproche de l’échéance finale. Comme il a été dit en introduction, cette fois-ci, la différence historique sera la guerre et le chaos.

Comme en 39 ou en 58 et même en 68, le scénario le plus probables est que dans le chaos qu’elles auront provoqué, les élites abandonneront le peuple laissant le pouvoir dans le ruisseau.

Y a t’il ici quelqu’un qui imagine MACRON (son successeur issu du suffrage universel ou n’importe lequel de ses prédécesseurs récents) tenir plus d’une semaine en cas de crise intérieure grave ?

Par conséquent, dans cette perspective, la seule question qui se pose est celle de la reprise immédiate du pouvoir quand il sera tombé dans le ruisseau.

 

La question de la reprise du pouvoir

 

Dans ces circonstances, les éléments les plus déterminés doivent se préparer à surgir et à s’emparer des commandes lorsque le pouvoir central s’effondrera et que la crise majeure le submergera.

Face à l’impossibilité d’y arriver à temps par la voie électorale et face à la très grande probabilité d’une crise majeure, nous devons concevoir un plan B et nous préparer à la reprise du pouvoir hors élections et à la faveur d’un collapsus du pouvoir central.

En effet, l’expérience historique démontre que les élites ont toujours fui et abandonné le pays quand les choses allaient vraiment mal. Ainsi, c’est bien une majorité de socialistes et de libéraux qui s’est empressée de remettre le pouvoir au maréchal PÉTAIN dans la débâcle, c’est bien la IVème république socialiste et libérale qui a abandonné le pouvoir permettant l’arrivée du Général De GAULLE par un coup d’état en creux. C’est bien le même De GAULLE qui s’est enfui à Baden Baden en 68 et que MASSU a dû remettre dans l’hélicoptère direction Paris.

 

Incidence historique

 

En 68 il s’en est fallu d’un rien que le pouvoir ne bascule. La Vème république ne s’est maintenue que parce que les communistes conscients du risque pour leur idéologie que représentait le triomphe de la révolution libérale libertaire ont refusé de faire la jonction avec les étudiants. Paradoxalement, ce sont les communistes antilibéraux qui ont sauvé le pouvoir de la révolution libérale libertaire ; leur disparition ultérieure ouvrant finalement le cycle du triomphe du libéralisme global devenu sans contre-pouvoir.

Ce cycle s’achève, nous sommes en train de le voir.

 

Appel à l’unité et à une doctrine d’action commune

 

Conscients d’un danger de crise majeure, de nombreux groupes de résistants et de patriotes se créent partout dans le pays hors champ électoral. Pour le moment en ordre dispersé et sans doctrine d’action commune. En particulier sans doctrine de reprise du pouvoir dans le chaos ; le suffrage universel et le légalisme républicain restant toujours pour beaucoup l’horizon indépassable de l’action politique.

Ces groupes sont en train d’apprendre à se connaître. Il leur reste à découvrir les ressorts de l’action politique en dehors du champ électoral. Ils doivent savoir que le succès de l’action politique hors champ électoral (c’est à dire subversive et/ou révolutionnaire puisqu’il n’y a pas d’autre alternative) ne dépend pas nécessairement du volume, mais de la densité et de la vitesse de l’action.

 

L’affaire Médine une preuve de notre force, une preuve de leur faiblesse

 

Le succès qui nous a permis de faire reculer le pouvoir lors de l’affaire MÉDINE en est la preuve. Ce premier succès d’une minorité activiste très déterminée, appuyée sur un mouvement d’opinion qu’elle a su incarner, doit nous donner confiance et nous faire comprendre que ceux d’en face ne sont pas des surhommes, qu’ils ont des fragilités énormes et que surtout ils ne tiennent que parce qu’ils ne sont pas encore soumis à une très forte pression.

 

Appel à la convergence de la doctrine d’action

 

Ces groupes doivent se reconnaître, se fédérer, s’organiser, unifier leur doctrine d’action et converger vers le même objectif politique :

  • La reprise du pouvoir en situation de crise extrême.
  • L’arrêt du bain de sang déjà largement engagé sur notre sol. (Déjà des centaines de morts, encore plus de blessés et la valse quotidienne des poignards.)
  • La mise en place d’un pouvoir fort en période d’exception.
  • Le rétablissement de la paix civile.
  • La purge des élites.
  • La mise en œuvre de la remigration.
  • La réforme profonde des institutions
  • À terme une fois la crise purgée, la réouverture du jeu démocratique dans une autre perspective que celle de la démocratie participative. (Plus d’exclusivité des seuls partis politiques dans la médiation vers l’universel)

Nous devons oublier toutes les divisions du passé, dépasser les clivages doctrinaux ou religieux qui sont désormais du second ordre, abandonner les querelles d’égo qui nous ont toujours divisés.

Nous devons prendre la convergence des crises comme une chance historique. Nous devons considérer que l’Histoire est de nouveau entrée dans le tragique, et qu’elle va nous livrer un événement historique favorable. C’est alors que dans le chaos, les résistants devront surgir en bloc pour canaliser la pression finale, s’emparer du pouvoir et faire le nécessaire.

Pour les plus craintifs, on rappellera que Boris ELTSINE a arrêté un bain de sang en ex URSS en montant sur un char T72, en costume cravate et simplement armée d’un mégaphone.

 

Le peuple en attente d’ordre

 

Le peuple de France est en attente d’ordre et de cohérence, de sécurité et de remise en marche de la société.

Nos concitoyens ne seront pas tous des acteurs de l’événement historique qui s’annonce. En revanche, ils ne s’opposeront pas majoritairement au mouvement, seulement peut-être à la marge et de manière anecdotique. Leur attentisme nous laissera le champ libre. Lorsque nous lui aurons expliqué ce que nous serons venus faire, le peuple de France ne nous barrera pas la route.

 

 

Nombreuses sont les incertitudes et rares sont les garanties. Il va falloir que nous sortions tous de nos zones de confort et que nous unifions notre doctrine d’action. Il n’y a plus d’autre choix.

Faites connaitre notre site, partagez !
Quand on lit : « piste terroriste écartée», alors c’est bien un attentat islamiste !

Quand on lit : « piste terroriste écartée», alors c’est bien un attentat islamiste !

piste terroriste

 

Le billet de Colette Mercier

 

NÎMES – En pleine féria, dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 septembre, un véhicule fonce volontairement dans la foule en direction d’une terrasse de café où se trouvent une cinquantaine de personnes : 2 blessés, le conducteur s’enfuit à pied en criant « Allah akbar ». Rattrapé par la foule des jeunes fêtards, le tueur ne devra son salut qu’à l’intervention de la BAC. Il a été mis en examen pour « tentative de meurtre » -la piste terroriste ayant été écartée-.

 

« La piste terroriste écartée »

 

Alors, maintenant c’est très simple. Quand vous lisez ou que vous entendez la locution : « la piste terroriste est écartée », vous avez immédiatement la certitude de quoi il retourne et vous pouvez être assuré qu’il s’agit d’un attentat terroriste islamiste. Désormais, tout le monde est averti, tout le monde sait, plus personne n’est dupe, tout le monde a les clés du décodage.

De même, quand vous entendez ou lisez la locution : « acte d’un déséquilibré », vous pouvez être absolument certain qu’il s’agit également d’un acte terroriste.

Avec un tel travestissement de la réalité, c’est à se demander qui, le pouvoir, la justice aux ordres et la presse collaborationnistes croient encore pouvoir duper. Sur ce point, il est tout à fait significatif de constater que ce pouvoir, en fin de cycle, utilise les moyens ultimes des régimes totalitaires et qu’il se trouve exactement dans la position où se trouvait le régime communiste quand il était sur sa fin. Il est tout à fait judicieux de faire le parallèle.  À l’un comme à l’autre, le mensonge, le travestissement de la vérité, le déni ne servent plus à rien. Comme le communisme en son temps, le libéralisme global est en perdition et il ne s’en rend même pas compte.

Ce pouvoir perd les pédales, il ne sait plus où il en est. Au lieu de freiner tant qu’il en est encore temps, au contraire il accélère à fond et fonce à toute allure vers le vide qui va l’engloutir.

 

Pas un jour ne se passe sans chauffeur déséquilibré, couteau ou marteau frappeur…

 

En attendant, pas un jour ne se passe sans que ça écrase, que ça poignarde, que ça égorge, que ça viole, que ça profane des lieux de cultes catholiques… plusieurs fois par jour, partout en France, même dans les coins le plus improbables, les plus reculés du pays.

C’est aveuglant, malgré les efforts pour dissimiler le fait, pas un centimètre carré du pays n’échappe aux consignes données par les chefs de l’état islamistes. Les incroyants doivent être égorgés, écrasés, massacrés à coups de parpaings, jetés du haut d’une falaise, violés, détruits par tous les moyens et par les croyants d’une religion qui pousse au déséquilibre … par excès de paix et d’amour ???

Le jihad de masse est conduit en France de manière unipersonnelle et en express par n’importe quel musulman qui décide de se susciter spontanément, sans aucun préparatif, sans aucune autre directive. Nul besoin d’autres consignes, chacun sait ce qu’il a à faire, sait comment il doit agir. Pas besoin d’armes sophistiquées, pas besoin de camps d’entraînement, pas besoin d’état-major, pas besoin d’encadrement, pas besoin de structure, pas besoin d’organisation. Chacun est un combattant potentiel, un couteau de cuisine, une pierre, un véhicule suffisent. L’effet d’entraînement joue à plein, chacun peut se sentir autorisé à faire comme il voit faire.

L’épidémie se propage d’autant plus vite qu’aucune réaction visible du pouvoir n’intervient. En l’absence de peine de mort, et avec la complicité de la justice les peines sont insignifiantes, le tueur est un héros aux yeux de la communauté. Des centaines de jihadistes retour de Syrie circulent en toute liberté, d’autres (450) sont en cours de libération et sortent des prisons.

Comble du comble, SALAH ABDESLAM le tueur du BATACLAN héros de toute une génération de « candidats au jihad » menace et insulte ses gardiens et ses propos sont repris en boucle sur tous les réseaux sociaux dans les banlieues ethniques sans que le pouvoir y fasse quoi que ce soit.

 

Cela se passe en France, maintenant

 

Pendant ce temps-là MACRON ouvre le pays aux quatre vents, MACRON régularise à tours de bras, MACRON s’occupe d’organiser l’Islam de FRANCE.

Pendant ce temps-là MACRON se propose d’enseigner l’ARABE dans toutes les écoles de FRANCE alors que le français correct n’y est même plus correctement enseigné.

Pendant ce même temps, MACRON téléphone au sénat pour protéger la crapule BENALLA.

Pendant ce temps, MACRON réhabilite le porteur de valise communiste AUDIN qui n’a eu que le sort qu’il méritait pour avoir pris le parti des ennemis de la FRANCE alors en guerre.

Pendant ce temps-là MACRON se prosterne devant les porteurs de babouches. MACRON nous soumet.

Pendant ce temps-là, le concert profanatoire du salafiste Médine intitulé « JIHAD » reste programmé pour se tenir les pieds dans le sang des victimes du BATACLAN.

Plus aucun doute n’est permis, ce pouvoir est l’allié objectif de la conquête islamiste et de la submersion migratoire voulue par ses commanditaires. Nous sommes à un moment charnière de notre histoire. Nous aurons le dernier mot car le libéralisme global va s’effondrer comme le communisme s’est effondré et pour exactement les mêmes raisons.

Ce sont deux régimes matérialistes fondamentalement contraires à la nature de l’Homme qu’ils sont obligés de soumettre par des moyens totalitaires pour pouvoir tenter de perdurer.

 

La Vérité aura le dernier mot, le vent de l’Histoire nous porte.

 

 

La réponse du gouvernement à la menace terroriste…

Faites connaitre notre site, partagez !