Manif Taqqiya : les dindons de la farce

Manif Taqqiya : les dindons de la farce

Le billet d’Alexandre d’Alteyrac

 

La manif contre « l’islamophobie » organisée ce dimanche 10 novembre par Mélenchon, Yassine Belattar (le Frère Musulman de Macron), le CCIF (tête chercheuse de l’UOIF et face émergée de l’iceberg islamiste) et des comités gauchistes divers mélangeant Adama et autres Traoré, valait-elle la peine qu’on se déplace ? – OUI. Car, à lire et écouter les commentaires bienveillants et laudatifs (!) de LCI, du journal Le Monde évidemment et de BFM TV (les Trois Grâces de la Presse officielle) on pourrait se prendre à penser que la France entière avait tenu à marquer son soutien aux « pauvres muz’ stigmatisés » par les méchants fachos, de l’Extrême-Droite au PS inclus en passant par ce qui nous sert de gouvernement. Ça en fait du monde, tout ça, Ma Brav’Dame ! 

Qui pouvait-on croiser dans ce cortège hétéroclite ? – Du muz’ en veux-tu en voilà bien sûr, mais trié sur le volet. Celui que la Pensée Unique appelle depuis longtemps « les musulmans modérés ». De la pseudo-intello-activiste-mais-pas-trop à la bonniche enturbannée qui balaye les cages d’escaliers et vide les poubelles. Du gaucho évidemment, mais là aussi du genre étudiant en lettres ou en socio, du moins en apparence. Plus les incontournables femelles blanches et néanmoins ménopausées remuant du croupion devant leurs amants, bien sombres ceux-là, venus de pays exotiques pour échanger quelques câlineries (morpions compris) contre des attestations de toutes sortes qui ouvrent les portes de la CAF, des ASSEDIC et autres cavernes d’Ali Baba puisant leurs trésors dans votre poche.

Il manquait trois catégories d’individus :

  • chez les souchiens : les bobos-incultes des Beaux Quartiers qui ont trouvé que « décidément, ça faisait trop peuple »;
  • chez les gauchos : les black-blocks à qui on avait prié de laisser leurs tenues de combat noires au vestiaire ;
  • chez les muz’ : les « djeunes » de nos chères cités portant capuches et casquettes à l’envers. Les organisateurs avaient quand même réussi à en faire venir une bonne centaine pour une bonne et simple raison : sous le ciel maussade de novembre la température était assez clémente. Mais quand il fait froid, le rat caille.

Pour venir à pied de la Gare du Nord à la place de la Nation, il eut été logique d’emprunter le boulevard Voltaire, n’est-ce pas ? Eh bien non ! La Préfecture de Police a préféré leur faire faire un léger détour par l’avenue de la République. Avouez qu’à trois jours du 13 novembre, il eut été singulier de voir les muz’ manifester leur attachement aux valeurs de la République en passant… devant le Bataclan, haut-lieu où fut célébré il y a quatre ans cette religion de paix et d’amour. 

À la Taqqiya qui enjoint au muz’ de baisser les oreilles et de faire semblant de se conformer aux lois des pays à conquérir, l’islam a ajouté une corde à son arc dont il use et abuse ces temps-ci : la Victimisation. 

In fine, les idiots, ce sont les dindons de la farce, c’est-à-dire NOUS, qui faisons semblant de les croire et finissons par prendre en pitié ceux qui nous soumettront par la force ou nous égorgerons. 

À moins que…

Pourquoi écrire ?

Pourquoi écrire ?

Le billet d’Alexandre d’Alteyrac A_dAlteyrac@pm.me

 

Vous êtes des centaines, des milliers et beaucoup plus encore à lire les articles publiés par la « Presse Nationale » comme il est d’usage de l’appeler désormais par opposition à la « Presse Aux Ordres ».

Vous avez raison. Quelle que soit la sensibilité de l’auteur, la pertinence de ses propos ou les contraintes de la ligne éditoriale, les papiers publiés par « Breizh », « Dreuz », « La Ligue du Midi », « Minurne-Résistance », « Nous Sommes Partout », « Résistance Républicaine », « Riposte Laïque », « Synthèse Nationale », « Terre & Peuple », etc., etc. (ordre alphabétique) et par tant d’autres médias tout aussi estimables, entretiennent ce vivier identitaire sans lequel nous n’existerions pas. En outre, ils vous apportent un éclairage souvent fort pertinent. Bien. Ne relâchons pas la pression ([1]).

Seulement voilà… Une fois informé du danger à votre porte et des menaces de mort précises sur chacun d’entre nous, que faites-vous ? Que faites-vous, VOUS ? « VOUS » à titre personnel. Que faites-vous concrètement pour protéger les vôtres, puisque manifestement vous ne tenez pas à la vie ? – RIEN ! Rien, si ce n’est botter en touche, voulant vous persuader que le mal s’abattra sur votre voisin…

Les « Services » de la Fédération de Russie (FSB, BND), des États-Unis d’Amérique (FBI, CIA), ceux de tous les pays d’Europe, les français évidemment (DGSI, DGSE, sans compter le ministère de l’Intérieur et celui de la Défense) et même certains de nos homologues outre-méditerranée comme le DSS algérien, publient journellement en interne des notes qui corroborent les thèses de Guillaume Faye, Christophe Guilluy ([2]), Michel Houellebecq, Laurent Obertone, Michel Onfray, Jean Raspail ([3]), Dominique Venner, Éric Zemmour, etc., pour ne nommer que ceux dont le nom me vient à l’esprit. Parallèlement et a contrario les médias officiels du Propagandastaffel mondialiste manipulent 24 heures sur 24 l’opinion publique pour lui inculquer des certitudes contraires ([4]). Cette dichotomie – pour ne pas dire cette antinomie – entre l’intime conviction des gouvernants et la « reddition des comptes » qu’ils sont censés rendre à leurs électeurs est un phénomène inédit. Cette singularité est très intéressante à étudier. Étymologiquement parlant, c’est… DIABOLIQUE.

Acculturée à l’extrême, anesthésiée par l’érosion pluri-décennale des programmes scolaires (un bachelier de 2019 serait recalé aux épreuves du Certificat d’Études Primaires des années 60’), la population d’aujourd’hui, atteinte d’un SIDA intellectuel et moral en phase terminale, est privée de ses défenses immunitaires. Sans rejet-réflexe, elle avale le « 20 Heures » comme le bétail élevé en batterie ingurgite ses compléments alimentaires avant d’être conduit à l’abattoir. Au mieux, ELLE NE RÉAGIT PAS.

À la PP, la Police Nationale s’est fait « harponner » par un musulman trop zélé. L’Armée de Terre ? N’en parlons pas ! Depuis ces dernières 48 heures, Béziers s’enflamme. Chanteloup-les-Vignes s’embrase. Votre fille se fait traiter de pute parce qu’elle a acheté un jean à sa taille. Et à vous – VOUS, LECTEUR – on vous crache à la gueule parce que vous êtes Blanc non encore islamisé ou islamo-bienveillant.

Pendant ce temps-là, des males dévirilisés, des femelles ménopausées et autres gouinasses d’une Bobosphère hors-sol organisent pour ce prochain dimanche 10 novembre, une « marche contre l’islamophobie » ! Je rêve !!! Eh bien, Chers Amis et Camarades, je vous invite à considérer la recherche médicale : quand un patient présente un symptôme pathologique, le médecin s’empresse d’en soigner les EFFETS, mais s’attache surtout à déterminer ses CAUSES pour les éliminer. Vous voulez lutter contre l’ISLAMISME (effet induit) ? – Interdisez déjà les manifestations publiques de l’ISLAM (cause pathogène) et le problème sera réglé. Sans islam, point d’islamisme. CQFD.

Eh bien oui, Messieurs les Censeurs ! Devant les cadavres éviscérés à coups de machette, devant les jeunes gens égorgés au nom d’Allah au Bataclan, devant les fantasmes morbides de ceux qui nous ont déclaré la guerre et rêvent de nous asservir ou de nous exterminer, JE REVENDIQUE LE DROIT À LA HAINE. Et les meuglements d’une Porte-parole gouvernementale, aussi bête soit-elle, n’y pourront rien changer. J’ai dit !

Alors se pose la question qui sert de titre à ce papier : « POURQUOI ÉCRIRE ? »

Pourquoi écrire, expliquer, démontrer… Pourquoi démontrer de la façon la plus claire, la plus évidente et la plus irréfragable le processus en marche qui va provoquer notre perte ? VOTRE perte. C’est-à-dire, fort possiblement votre mort (et non des plus douces) ou a minima votre asservissement ?

Quand je faisais allusion plus haut, aux notes officiellement confidentielles (!) des « Services » français et étrangers, une fourchette commune se dégage : tous donnent à ce qui reste de notre société entre 18 mois et 3 ans de quiétude très relative, émaillée d’incivilités de plus en plus violentes et fréquentes pour reprendre la logorrhée du Propagandastaffel. On ne peut évidemment pas prévoir quel sera « l’élément déclenchant » ni la date de sa survenance comme ce fut le cas le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois avec deux sombres racailles (Zyed et Bouna – désolé : ce n’était pas Gérard et Jean-Philippe…) qui s’étaient électrocutées dans un transformateur pour échapper à la Police.

Aussi, Chers Amis Lecteurs, comme tout ce qu’on peut vous raconter vous passe au-dessus de la tête, ai-je décidé de NE PLUS ÉCRIRE pour commenter des sujets d’actualité. D’autres le feront mieux que moi. Avouez qu’on peut éprouver quelque lassitude à prêcher dans le désert…

Pour autant, je prends la liberté, une fois de plus, de vous convier à vous imprégner bien de la philosophie des RÉSEAUX, vous reportant au texte publié par Minurne-Résistance en avril 2016 : https://www.minurne.org/billets/7225. Rien n’a changé.

Un DT (Document Technique) précis et documenté sera mis à votre disposition sur la nature protéiforme et le maniement de tous les aspects d’un RÉSEAU au plus tard en janvier 2020.

Je vous souhaite tout de bon et vous prie de recevoir la marque de mes amitiés.

[1] Je me permets toutefois de bien écouter le « Journal de 20 Heures » ou équivalent pour bien analyser CE QUE L’ON VEUT QUE VOUS PENSIEZ, pourquoi et comment.

[2] À lire absolument : No society, La fin de la classe moyenne occidentale.

[3] Ne pas avoir lu Le Camp des Saints n’est pas un oubli. C’est une faute.

[4] Les « journalistes » dignes de ce nom ont presque tous disparu, remplacés par des journaleux qui vont à la gamelle sans chercher à comprendre ce qu’on leur a ordonné de dire, ignorant et ne voulant surtout pas savoir « pour qui » ils travaillent. C’est leur règle absolue pour durer.

Dehors les cons !!!

Dehors les cons !!!

Le billet de Patrick Jardin

Des cons, on en rencontre partout. J’en ai côtoyé et j’en côtoierai encore mais des comme cet idiot complètement inutile qu’est Attali, là c’est vraiment du lourd. Comme disait Audiard « lorsque les cons marcheront au plafond… » et bien Attali aura la tête en bas. Le pire, comme il disait, c’est que les cons ça ose tout, et là encore s’il fallait une confirmation concernant Attali, nous l’avons trouvée. Imaginez-vous que durant de nombreuses années, il a vanté le multiculturalisme, allant même jusqu’à déclarer que l’invasion migratoire allait sauver l’Europe. Maintenant, il a l’air, je dis bien a l’air, car avec ce genre de personnage, les retournements de veste sont quasi quotidiens, de se rendre compte qu’en fait l’immigration massive va nous mener à la guerre civile. Mieux, il déclare maintenant que la France est plus exposée que les autres pays. C’est un miracle, il vient de comprendre que la voie sur laquelle il a essayé de nous mener durant tant d’années, en fait, nous amène à la guerre civile. À croire que cet abruti se bonifie avec l’âge, contrairement à ses principes, comme quoi les vieux coûtaient trop cher à la société et qu’il fallait les euthanasier. Bien entendu, en s’excluant de ce processus atroce, lui qui a 76 ans…

En ce qui le concerne, cela aurait été dommage, vu qu’en vieillissant il attrape une once de lucidité, tout comme Giscard qui admet dorénavant que le regroupement familial était une erreur !

J’ai toujours eu une aversion pour ce type mielleux, coiffé comme un dessous de bras, et qui a un regard sournois démontrant que ce type est franc comme une planche pourrie. Ce n’est pas pour rien qu’il s’entendait bien avec « Tonton ».

Hier j’ai assisté au débat de notre ami Éric Zemmour avec Bernard-Henri Lévy. Zemmour l’a emporté 10 à 0. Notre philosophe raté et efféminé, à la chemise blanche immaculée, socialiste à souhait, est à la tête d’une petite fortune de 150 millions d’euros. Il essaie de démontrer à Zemmour que la France n’est pas envahie, n’est pas occupée et donc n’est pas en danger. Il affirme qu’en fait c’est Zemmour et le RN le danger pour la France, et bien entendu, il faudrait croire ce clown triste qui habite dans un luxueux riad à Marrakech et qui voudrait donner des leçons aux Français qui vivent tous les jours avec les attentats, les vexations et les humiliations !

Ce BHL a tous les culots. Il affirme qu’il est pour l’islam des Lumières et l’islam républicain. Comme si cela existait ! L’islam est tyrannique, totalitaire et soumission, mais force est de constater que par où passe Bernard-Henri Lévy s’installent la guerre et la charia. Il suffit de se souvenir de ce qui s’est passé en Serbie et surtout en Libye. BHL aime les peuples mais pas le peuple français !

Tant qu’à parler des cons, on ne peut pas en parler sans citer Yassine Bellatar, ce soi- disant humoriste, qui ne fait rire que lui et ses congénères, et a été nommé par Emmanuel Macron au conseil présidentiel des villes. Encore un truc inutile qui ne sert qu’à payer et à faire plaisir aux copains de Macron. Et bien ce clown triste, après avoir lâché son mentor, a le toupet de menacer le ministre Blanquer de ne pas se rendre dans le 93 ! Comme si en France il y avait des zones de non-droit ! M. Bellatar, chaque citoyen peut se rendre où il veut et a fortiori un ministre. Les musulmans n’ont AUCUN droit supplémentaire, bien au contraire ! Jusqu’à présent ils sont encore inférieurs en nombre et n’ont droit qu’à la fermer. Ce n’est pas un pseudo-humoriste musulman qui va faire la loi chez nous. Si cela ne vous convient pas, DEHORS !

Quant au voile que vous défendez si bien, sachez qu’en France il ne fait pas partie de nos coutumes et qu’il existe 58 pays dans le monde où vos femmes pourront le porter sans être inquiétées. Les Français en ont marre de toutes ces provocations, de ces brimades et de ces soumissions. Maintenant c’est STOP. TERMINÉ ! Nous n’en pouvons plus ! Alors soit vous vous intégrez et c’est avec plaisir que vous pourrez vivre dans notre pays et profiter de tous les bienfaits de la France qui vous nourris.

SINON RETOUR AU BLED !

Notre destin est entre nos mains

Notre destin est entre nos mains

 

Sera présente à la Fête de la Ligue du Midi 2019

  

Nicole MINA

 

Conseillère régionale d’Occitanie,

prendra la parole lors de la fête de la Ligue du Midi,

le 8 septembre 2019 en petite Camargue.

 

Déjà 150 inscrits !

Nicole MINA

Nicole MINA

La légitime torpeur des vacances de la majorité des Français (pour ceux qui peuvent se le permettre) ne doit pas nous faire oublier notre prochaine échéance : une rentrée qui ne s’annonce pas comme les autres.

L’année 2018 s’est achevée sur une révolte populaire, issue principalement des forces vives mais méprisées de la nation. Je veux parler bien sûr des premiers Gilets Jaunes dont le problème essentiel venait de leur place dans une société maltraitée par ses dirigeants. Retraités surtaxés, travailleurs voyant leur carrière détruite leur échapper, diplômés contraints à l’expatriation, chômeurs français dont les emplois étaient distribués aux « migrants ».

2019 a vu ce mouvement confisqué par les antifas-Insoumis, courroie de transmission et roue de secours de Macron et ses sbires.

En parallèle, de nombreuses « affaires » ont surgi, vite étouffées par un gouvernement inique et cynique dont certains membres gavés de nourritures bien terrestres ont osé conseiller au peuple de « moins manger » et même de se supprimer un repas ! A côté d’une telle forfaiture humaine, la phrase faussement attribuée à Marie-Antoinette « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche » apparaît bien anodine ! Savent-ils ces obsédés de pouvoir et d’argent que pour certains de leurs concitoyens la fin du mois commence le 10, que les épiceries solidaires sont leurs seules ressources et que le potage bouillon-vermicelle remplace les homards et le foie gras ?

Mais voilà, pour ces collabos de la décadence sorosienne, nous ne sommes plus leurs concitoyens, nous sommes « le peuple », c’est-à-dire une masse informe dont il faut se méfier, et donc écraser. Ecraser d’impôts, écraser par la force violente en cas de manifestation de souffrance ! Du haut de leur Olympe, nous ne valons pas plus qu’une colonie de fourmis à canaliser…

Avec la prévision d’un écrasement définitif : son éradication par un remplacement de hordes d’esclaves venues d’ailleurs pour un métissage programmé. Et peu importe aux remplacistes que notre civilisation plurimillénaire disparaisse. Seule compte la perspective d’un mondialisme où la spéculation effrénée dominera la planète. Tout cela sous prétexte d’humanisme bien entendu !

Revenons en parallèle à l’action de nos leaders de l’opposition… Qui avons-nous vus sur les ronds-points ? Mélenchon et ses journalistes suiveurs, pour un coup de récup’ peu efficace, les résultats des élections européennes nous l’ont prouvé. Dupont-Aignan aussi, pour exprimer sa solidarité, mais brièvement. ET C’EST TOUT ! Notons que Marine le Pen, populiste proclamée, est restée dans ses pénates, sachant que, active ou pas, elle en récupèrerait des voix.

Car il faut l’admettre, pendant que la France et l’Europe exprimaient la souffrance d’une crise grave nos leaders d’opposition faisaient des comptes d’apothicaire pour supputer du nombre d’élus qu’ils auraient à l’Europe ! Les résultats sont là : chacun a peaufiné les arguments pour se vanter de sa victoire tandis que le peuple continuait à s’enfoncer dans le désarroi.

Autres faits marquants de l’actualité de ces dernières années : les attentats islamistes régulièrement qualifiés « d’œuvres de déséquilibrés » et qui nous ont endeuillés. Plus les dégradations et profanations quotidiennes dont ont été victimes nos lieux de culte et cimetières. Là aussi, réactions convenues de la part des leaders censés nous défendre âprement.

Il faut aussi rappeler l’incendie de Notre-Dame à propos duquel Marine Le Pen a simplement félicité les pompiers, évitant d’évoquer la dimension culturelle, symbolique et religieuse de l’édifice, ainsi que les causes discutables du feu.

L’été terminé, nous allons aborder la rentrée. Et il ne faut pas être grand clerc pour augurer que les mouvements de protestations vont reprendre.

On entend de ci de là des personnalités parler de solutions politiques. En particulier « d’union des droites ». Et d’autres de contredire cette éventualité par le slogan « ni droite ni gauche ».

Arrêtons-nous un instant sur cette formule somme toute séduisante. Elle a été initiée en son temps par le visionnaire Jean-Marie Le Pen.

Avant la révolution de 1789, les dénominations « droite » et « gauche » n’existaient pas. Le roi, représentant de Dieu dans son royaume, se devait de conserver celui-ci en bon état économique, social et religieux. Si cela n’a pas été le cas de certains souverains, d’autres ont laissé leur empreinte par leur action décisive pour le bien-être du peuple. L’exemple le plus connu étant Henri IV et sa fameuse poule-au-pot.

A la révolution, être « à droite » ou « à gauche » signifiait où l’on siégeait à l’assemblée révolutionnaire. A droite les conservateurs et royalistes libéraux, à gauche les républicains futurs régicides. Et le Centre direz-vous ? Eh bien il était formé des indécis, siégeait en bas de l’hémicycle et pour cela était surnommé « la Plaine » ou « le Marais ».

Ce rappel historique n’est pas vain, car de nos jours la confusion peut aller à penser que «ni droite ni gauche » peut signifier centrisme.

Or rien n’est plus faux ! Centrisme signifie être fluctuant entra la gauche et la droite, ce qui semble de plus en plus être la position électoraliste de Marine Le Pen, héritière de l’expression mais la maîtrisant mal. Un peu de social et de modernisme (IVG, GPA) pour attirer l’électeur de gauche, arguments de droite pour conforter l’électorat conservateur.

Or, le « ni droite ni gauche » ne doit en aucun cas être considéré comme « un peu de droite, un peu de gauche » à proportions variables mais comme une notion qui TRANSCENDE la droite ET la gauche !

Et pour transcender ces deux tendances dont la frontière de plus en plus floue est surtout politique, il n’y a qu’une seule réponse : le bon sens dans l’intérêt du peuple ! Et l’intérêt du peuple, c’est-à-dire NOTRE intérêt majeur, où est-il dans la crise que nous vivons ?

Eh bien il est dans la lutte pour la sauvegarde de notre culture, de nos racines, et pour la transmission de nos valeurs à nos enfants. Et peu importe que nos moyens de lutte soient analysés de gauche ou de droite par nos politiques dont trop souvent la préoccupation essentielle est leur carrière !

Parce que de cette lutte découlent les solutions aux maux qui nous accablent : le problème économique avec la nécessité de nourrir et héberger les faux « migrants », le problème de l’emploi avec la préférence étrangère, le problème de l’insécurité dont chacun connaît les causes.

À nous de nous prendre en main, pour notre région, pour la France, pour une reconquête légitime de notre destin !

 

Lettre à la presse mainstream sur le « sauvetage des migrants »

Lettre à la presse mainstream sur le « sauvetage des migrants »

 

Georges COLLÉTERBreizh-info.com

 

Georges COLLÉTER, 76 ans, retraité de l’agriculture et de l’industrie lourde et lecteur de Breizh-info.com, nous adresse une tribune au sujet du traitement médiatique de l’information concernant le sauvetage en mer des migrants. Nous la reproduisons ci-dessous.

 

Bonjour,

 

On apprend sur votre radio de France-info, répété en boucle à longueur de journée le 11 août 2019 que le navire l’Ocean Viking, affrété par SOS Méditerranée, vient de « porter secours à 85 naufragés en mer au large de la Libye, et de les récupérer à son bord ».

Tel qu’énoncé et rabâché, c’est admirable …, mais …

Mais dans la compréhension maritime de la « sauvegarde de la vie humaine en mer », on réalise vite que c’est un simple « transbordement » de personnes (voir définition de ce terme dans un Larousse), car ce n’étaient pas des vrais « naufragés », suite à un navire croisé ou dans les parages, coulé ou très proche de l’être …

On comprend aussi que le navire ainsi « assisté » n’avait pas du tout les capacités techniques de naviguer en haute mer…, et surtout surchargé hors de raison (les photos diffusées de grands « pneumatiques » sont édifiantes, voir honteuses pour tout marin connaissant les titres de « navire » ou « d’embarcation », quelle que soit sa taille, car ce ne sont pas ici des « canots pneumatiques de survie » après vrais naufrage…).

On sait de plus que le navire dit « sauveteur » dans les médias (dont le vôtre), comme le navire précédent dédié, l’Aquarius, ne passait pas à proximité de la côte de Libye lors d’une navigation entre deux ports …, mais que c’était son objectif officiel « d’aller chercher des migrants » devant cette côte. (Les médias disent « sauver des migrants » : menteurs !).

On sait encore que ce navire Ocean Viking, comme le navire précédent …, est souvent guidé par « un appelant » ou un futur « naufragé » … vers un point bien défini en latitude et longitude …, ou autres repères, juste au large des côtes de Libye et un peu au-delà de la limite de ses eaux territoriales…, (il y a quelques années, j’avais trouvé et noté plusieurs n° de téléphone …, que le lecteur qui veut vérifier trouvera…).

On sait aussi que, dans de nombreux pays, des navires sauveteurs de naufragés en mer sont dédiés à cette mission de sauvetage en mer, (en France la SNSM), et sont prêts à appareiller de leurs ports, pour cela dans les minutes qui suivent un appel de détresse, et quelle que soit la saison, l’heure et la météo …, (le « Mayday » …, utilisé et pratiqué en toutes langues et mers, vous connaissez ?).

On constate, de plus, que ces navires dits « sauveteurs » de « naufragés » ne se préoccupent pas de les amener et de les déposer au port ou à l’abri le plus proche, (à une, deux ou trois dizaines de milles ici), soit ici en Libye voire Tunisie, pour leur sécurité, mais leur font parcourir et les transportent ensuite sur au moins 100 milles (Italie) jusqu’à plus de 500 milles (France, Espagne) pour les mettre soi-disant en sécurité de la mer.

En France nous n’avons pas connaissance que les canots de sauvetage d’une station de la SNSM amènent des naufragés « récupérés » à des ports très, voire très, très…, éloignés de leur base… (Au sens terrestre, en France, on connait mal aussi … le nombre d’accidentés qui seraient conduits par ambulances au service des urgences d’hôpitaux situés à plusieurs centaines de kilomètres de leur point de recueil, ou de « sauvetage » …).

Le constat de cette « anomalie » de comportement de ces dits « sauveteurs » a été effectué sur plusieurs années par un suivi cartographique de ces navires…, en particulier par le New York Times :

périodes pré-révolutionnaires

Curieux et instructif, chaque année le lieu de transbordement de migrants est plus proche de la côte de Libye. Et en 2018 et 2019, où en est-on ? (Facile à vérifier par des sites de localisation permanente des navires par AIS (NDLR : Automatic Identification System), etc.).

Tout ceci permet de constater que ces soi-disant, et médiatiquement, « navires sauveteurs de migrants » sont en réalité des « passeurs » ou des « exploitants de traite de chair humaine », avec bien sûr la mise en avant des quelques femmes et enfants « sauvés » pour entraîner la compassion générale… et votre soutien, de la part de ces autoproclamés « sauveteurs » … Complicité de divers médias, au sens « de connivence », avec ces passeurs ?

Ces comportements (passeurs et médias) dégradent l’image des sauveteurs en mer de la SNSM, de plus bénévoles, eux, qui risquent souvent leur vie pour secourir les navires et équipages en difficulté. (Sables d’Olonne:  trois sauveteurs SNSM morts récemment, et un vrai navire de sauvetage cassé).

Il vous appartient aussi d’en tenir compte …

Il serait intéressant dorénavant que vous ayez l’honnêteté intellectuelle d’éviter de travestir les réalités et d’adopter le vocabulaire exact correspondant à celles-ci, pour ne plus choquer ni agacer nombre de vos auditeurs (ou téléspectateurs).

La déformation des faits peut aussi susciter des réactions qui pourraient être prises en compte par la Loi Avia, votée récemment …

Je vous remercie de prendre en compte ces quelques réflexions d’un plaisancier, adhérent SNSM depuis plus de 35 ans, et je vous prie de m’excuser de mon ton un tantinet agacé, voire courroucé.

Néanmoins, cordialement,

Georges COLLÉTER

(76 ans, retraité de l’agriculture et de l’industrie lourde).

 

 

P.S. : quant aux causes de cette situation et de ces faits, c’est un autre débat …