L’Océan Viking récupère 85 naufragés par hasard ! Ils nous prennent vraiment pour des cons

L’Océan Viking récupère 85 naufragés par hasard ! Ils nous prennent vraiment pour des cons

Une brève de François Jay

 

À peine arrivé au bord des eaux territoriales libyennes, l’Ocean Viking récupère 85 migrants sur un pneumatique surchargé… et ils veulent nous faire croire que c’est le hasard, que ce n’était pas programmé. Que ce n’était pas organisé en collaboration avec les mafias de passeurs. Ils nous prennent vraiment pour des cons.

 

Quelle peut être la probabilité de rencontre entre 2 bateaux en pleine mer ? Infime. Ils se foutent de nous. Tout était organisé d’avance par les affréteurs du bateau Ocean Viking. L’approche mathématique de la question de la probabilité de rencontre en mer de 2 navires est particulièrement complexe. Voir Wikipédia pour l’approche. Mais, croyez-moi, vous avez plus de chance de gagner le gros lot du loto même en jouant plusieurs fois, que l’Ocean Viking de croiser un navire de naufragés à son arrivée au large de la Libye. Pas de rencontre fortuite, ils avaient rendez-vous.  

Les journalistes sont profondément malhonnêtes de ne pas expliquer cette réalité : le trafic est organisé. Cette mascarade prouve, une fois encore, que les « humanitaires » sont des criminels qui n’hésitent pas à mettre en danger de mort des dizaines de personnes pour conduire leur business. Oui, les naufragés volontaires ont bien rendez-vous avec leurs pseudo-sauveteurs. Chacun comprend qu’il peut y avoir des aléas, des retards, comme pour toute navigation. Malgré tous les moyens modernes, la rencontre peut être retardée, et la météo ne pas être celle qui était prévue. Pour un petit bateau c’est le risque de naufrage. 

Les illégaux naviguent sur des embarcations surchargées, absolument pas faites pour la navigation en haute mer. Ils sont mis en danger de mort. Tout cela est honteux, dégueulasse. Cela ne semble pas heurter la conscience des bonnes âmes. Le calcul est cynique. Les noyés sont utilisés pour justifier les opérations de secours… les morts alimentent le moulin de la propagande qui amène les dons qui font vivre le business… 

Merci à Salvini qui, seul, se lève contre ces trafiquants. Traîné dans la boue pour ses positions courageuses par les médias gauchistes et mondialistes, il est compris et soutenu par le peuple italien. Une chance pour l’Italie, et pour nous aussi qui recevons la majorité des clandestins. Sauf que les trafiquants s’intéressent, en remplacement, aux ports espagnols. Ainsi, en juin, le célèbre Aquarius a débarqué, en Espagne, 630 migrants qui, à l’heure actuelle, doivent être arrivés en France.  

Quant aux politiques français, ils ont du sang sur les mains. En particulier ceux qui financent, soutiennent, organisent, comme les élus PS et LR du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui ont voté une grosse subvention à SOS Méditerranée. Ils devront rendre des comptes devant la justice pour tous ces morts en mer, conséquence de leurs mauvaises actions. 

Lettre à la presse mainstream sur le « sauvetage des migrants »

Lettre à la presse mainstream sur le « sauvetage des migrants »

 

Georges COLLÉTERBreizh-info.com

 

Georges COLLÉTER, 76 ans, retraité de l’agriculture et de l’industrie lourde et lecteur de Breizh-info.com, nous adresse une tribune au sujet du traitement médiatique de l’information concernant le sauvetage en mer des migrants. Nous la reproduisons ci-dessous.

 

Bonjour,

 

On apprend sur votre radio de France-info, répété en boucle à longueur de journée le 11 août 2019 que le navire l’Ocean Viking, affrété par SOS Méditerranée, vient de « porter secours à 85 naufragés en mer au large de la Libye, et de les récupérer à son bord ».

Tel qu’énoncé et rabâché, c’est admirable …, mais …

Mais dans la compréhension maritime de la « sauvegarde de la vie humaine en mer », on réalise vite que c’est un simple « transbordement » de personnes (voir définition de ce terme dans un Larousse), car ce n’étaient pas des vrais « naufragés », suite à un navire croisé ou dans les parages, coulé ou très proche de l’être …

On comprend aussi que le navire ainsi « assisté » n’avait pas du tout les capacités techniques de naviguer en haute mer…, et surtout surchargé hors de raison (les photos diffusées de grands « pneumatiques » sont édifiantes, voir honteuses pour tout marin connaissant les titres de « navire » ou « d’embarcation », quelle que soit sa taille, car ce ne sont pas ici des « canots pneumatiques de survie » après vrais naufrage…).

On sait de plus que le navire dit « sauveteur » dans les médias (dont le vôtre), comme le navire précédent dédié, l’Aquarius, ne passait pas à proximité de la côte de Libye lors d’une navigation entre deux ports …, mais que c’était son objectif officiel « d’aller chercher des migrants » devant cette côte. (Les médias disent « sauver des migrants » : menteurs !).

On sait encore que ce navire Ocean Viking, comme le navire précédent …, est souvent guidé par « un appelant » ou un futur « naufragé » … vers un point bien défini en latitude et longitude …, ou autres repères, juste au large des côtes de Libye et un peu au-delà de la limite de ses eaux territoriales…, (il y a quelques années, j’avais trouvé et noté plusieurs n° de téléphone …, que le lecteur qui veut vérifier trouvera…).

On sait aussi que, dans de nombreux pays, des navires sauveteurs de naufragés en mer sont dédiés à cette mission de sauvetage en mer, (en France la SNSM), et sont prêts à appareiller de leurs ports, pour cela dans les minutes qui suivent un appel de détresse, et quelle que soit la saison, l’heure et la météo …, (le « Mayday » …, utilisé et pratiqué en toutes langues et mers, vous connaissez ?).

On constate, de plus, que ces navires dits « sauveteurs » de « naufragés » ne se préoccupent pas de les amener et de les déposer au port ou à l’abri le plus proche, (à une, deux ou trois dizaines de milles ici), soit ici en Libye voire Tunisie, pour leur sécurité, mais leur font parcourir et les transportent ensuite sur au moins 100 milles (Italie) jusqu’à plus de 500 milles (France, Espagne) pour les mettre soi-disant en sécurité de la mer.

En France nous n’avons pas connaissance que les canots de sauvetage d’une station de la SNSM amènent des naufragés « récupérés » à des ports très, voire très, très…, éloignés de leur base… (Au sens terrestre, en France, on connait mal aussi … le nombre d’accidentés qui seraient conduits par ambulances au service des urgences d’hôpitaux situés à plusieurs centaines de kilomètres de leur point de recueil, ou de « sauvetage » …).

Le constat de cette « anomalie » de comportement de ces dits « sauveteurs » a été effectué sur plusieurs années par un suivi cartographique de ces navires…, en particulier par le New York Times :

périodes pré-révolutionnaires

Curieux et instructif, chaque année le lieu de transbordement de migrants est plus proche de la côte de Libye. Et en 2018 et 2019, où en est-on ? (Facile à vérifier par des sites de localisation permanente des navires par AIS (NDLR : Automatic Identification System), etc.).

Tout ceci permet de constater que ces soi-disant, et médiatiquement, « navires sauveteurs de migrants » sont en réalité des « passeurs » ou des « exploitants de traite de chair humaine », avec bien sûr la mise en avant des quelques femmes et enfants « sauvés » pour entraîner la compassion générale… et votre soutien, de la part de ces autoproclamés « sauveteurs » … Complicité de divers médias, au sens « de connivence », avec ces passeurs ?

Ces comportements (passeurs et médias) dégradent l’image des sauveteurs en mer de la SNSM, de plus bénévoles, eux, qui risquent souvent leur vie pour secourir les navires et équipages en difficulté. (Sables d’Olonne:  trois sauveteurs SNSM morts récemment, et un vrai navire de sauvetage cassé).

Il vous appartient aussi d’en tenir compte …

Il serait intéressant dorénavant que vous ayez l’honnêteté intellectuelle d’éviter de travestir les réalités et d’adopter le vocabulaire exact correspondant à celles-ci, pour ne plus choquer ni agacer nombre de vos auditeurs (ou téléspectateurs).

La déformation des faits peut aussi susciter des réactions qui pourraient être prises en compte par la Loi Avia, votée récemment …

Je vous remercie de prendre en compte ces quelques réflexions d’un plaisancier, adhérent SNSM depuis plus de 35 ans, et je vous prie de m’excuser de mon ton un tantinet agacé, voire courroucé.

Néanmoins, cordialement,

Georges COLLÉTER

(76 ans, retraité de l’agriculture et de l’industrie lourde).

 

 

P.S. : quant aux causes de cette situation et de ces faits, c’est un autre débat …

Le navire Ocean Viking (SOS Méditerrannée) fait escale à Marseille : non aux marchands d’esclaves, halte aux collabos !

Le navire Ocean Viking (SOS Méditerrannée) fait escale à Marseille : non aux marchands d’esclaves, halte aux collabos !

 

Communiqué de la Ligue du Midi

 

 

Comme nous l’avions annoncé, l’association immigrationiste SOS Méditerranée, vient de co-affréter avec Médecin sans Frontières, un nouveau navire battant pavillon norvégien dénommé Ocean Viking. Ce bateau est parti de Pologne, il y a une semaine et après avoir contourné l’Espagne, s’est dirigé vers Marseille, siège de l’Association SOS Méditerranée.

On se souvient qu’en 2018, les identitaires et patriotes, à Montpellier, Bordeaux, Marseille, Sète, avaient conduit par leurs actions la totalité des nations à refuser un pavillon au navire Aquarius qui avait été finalement placé sous séquestre par le gouvernement français.

Pour sa nouvelle campagne d’été, SOS Méditerranée, avec l’appui de gros donateurs politisés du type Soros, de l’Union européenne, de multinationales et de collectivités territoriales, a réussi à affréter un nouveau navire, plus beau, plus coûteux de 77 m de long sur 15 m de large, équipé de conteneurs destinés à accueillir des familles. Un personnel pléthorique d’une trentaine de personnes parmi lesquelles une sage-femme et des chargés de communication (sic) assisteront les migrants.

Aux dires de SOS Méditerranée, le bateau se tiendra à la limite des eaux territoriales libyennes, de façon à recueillir les candidats africains sous l’œil attentif et intéressé des maffias et autres passeurs. C’est déjà un aveu sur les méthodes de forbans que nous ne cessons de dénoncer… Sur des vidéos de l’association, on peut voir le personnel des zodiacs de sauvetage, distribuant des gilets de sauvetage aux migrants, puis les canots pneumatiques sont coulés -ça, on ne nous le montre pas- … voilà un beau sauvetage bien réussi sur une mer d’huile… Mesdames, messieurs, passez la monnaie…

Car tout ceci est un business puisque SOS Méditerranée reconnait que la location du navire coute 11.000 € par jour -14.000 € si l’on rajoute les faux frais-, soit 450.000 € par mois et sur la saison d’été, pas loin de 2 millions.

Pas de soucis, c’est vous qui payez (vous, ce sont les classes populaires) … vous engraissez sans le savoir, le trafic par vos impôts, à travers les subventions des collectivités territoriales -Conseils régionaux, départementaux, municipalités-, par les déductions fiscales des dons des particuliers que l’État ne rentrera pas et par les dons des entreprises (idem)…

En conclusion, lors de sa campagne d’été, soit Ocean Viking naviguera entre la Libye et Marseille et alors des envahisseurs seront débarqués directement et régulièrement à Marseille et nous devrons nous mobiliser contre ce trafic.

Soit les envahisseurs seront débarqués à Malte et seront acheminés par avion dans quelques pays dont la France qui se seront partagés ces colons chargés de peupler nos pays….

Dans un cas comme dans l’autre, la pompe aspirante, un instant grippée, va continuer à déverser sur notre sol des hordes de migrants que nous devrons en plus de les accueillir, nourrir et loger, puisqu’on sait pertinemment qu’ils viennent pour consommer et non pour trouver un travail qui n’existe pas.

Et pendant ce temps, nos SDF continuent à crever dans la rue, nos concitoyens de Mayotte et de Guyane d’appeler au secours… en vain. Pour les médias du système, seuls les « migrants » sont à la mode… et surtout si l’on peut annoncer de vrais ou faux naufrages…

 

Français, à vos poches…

Coke en stock : nouvelle campagne de SOS Méditerranée, nouvelle réaction des identitaires

Coke en stock : nouvelle campagne de SOS Méditerranée, nouvelle réaction des identitaires

Copie d’écran YouTube Présentation de l’Ocean Viking

Éditorial de Richard Roudier – Ligue du Midi

 

Frédéric Pénard, directeur des opérations de sauvetage en mer de SOS Méditerranée, -traduire collaborateur du trafic d’africains en mer- a annoncé que l’organisation allait reprendre son activité. Mais « sans entrer dans les eaux territoriales libyennes ». Une précision qui est aussi un aveu : le bateau ira à la limite de ces eaux prendre livraison des africains conduits par les trafiquants internationaux.

 

On sait depuis plusieurs campagnes de « pêche aux migrants » que ces candidats à l’entrée en Europe, nouvel Eldorado, sont entassés sur des pneumatiques incapables de parcourir une distance plus longue que la limite des eaux territoriales libyennes. C’est dire si la présentation de ces « sauvetages en mer » est mensongère. Les éventuels naufrages (noyades) ne gênent pas les différents maillons de la chaîne. Au contraire, c’est une aubaine pour les naufrageurs puisque les africains, lesquels ont déjà payé leur passage avant d’embarquer, et les morts spectaculaires, médiatisées jusqu’à la nausée, permettent de faciliter le débarquement des autres migrants. Les noyés sont « tout bénéfice » pour les ONG.

 

Nous avions réussi à faire mettre « l’Aquarius » sous séquestre en 2018, SOS Méditerranée revient avec « Ocean viking »

 

Rappel de nos actions :

Plus beau, plus coûteux, c’est « Ocean Viking »

 

L’ « Ocean Viking » est un navire plus récent que l’antique rafiot « Aquarius », enregistré, aux dires de SOS Méditerranée, comme cargo auprès du Registre international norvégien (NIS) et qui bat pavillon norvégien. « Il a servi de navire d’approvisionnement et de sauvetage pour l’industrie gazière et pétrolière en mer du Nord. Construit en 1986, il mesure 69,3m de long et 15,5m de large. Son grand pont arrière découvert a permis à SOS MEDITERRANEE et MEDECINS SANS FRONTIERES d’y installer un ensemble de conteneurs ». Ceux-ci ont été spécialement aménagés pour abriter des familles et des centaines de migrants. Avec quatre zodiacs et un personnel pléthorique à bord, on assiste au développement d’un véritable business…

 

Un personnel pléthorique

 

L’Ocean Viking emploie un personnel nombreux. Trente personnes y sont, en permanence, entretenues à bord pour la navigation, et l’accompagnement des africains transportés.

L’équipe de MSF, est composée de neuf personnes : quatre praticiens (un docteur, deux infirmières, une sage-femme), un logisticien, un médiateur culturel, un chargé d’affaires humanitaires et un responsable de la communication. Elle est dirigée par un coordinateur de projet.
L’équipe de SOS MEDITERRANEE, en charge des opérations de recherche et de sauvetage, est composée de 13 personnes : un coordinateur des opérations, un coordinateur adjoint, 9 marins-sauveteurs, un chargé de communication et un chargé de recherche et de documentation -la communication est particulièrement importante puisqu’elle assure les rentrées financières particulièrement abondantes-.
Neuf autres personnes composent l’équipage maritime du bateau, employées par l’armateur.

 

Une opération financière d’un niveau inouï

 

Combien coûte ce trafic ? On commence à en savoir plus par bribes. On parle de 11.000 euros par jour pour la location du navire et de 14.000 euros en comptant les faux frais. C’est en millions d’€ par mois que cela va se chiffrer, à première vue de l’ordre de 2 millions d’euros. Ce n’est pas à la portée d’une petite association qui avoue 3 salariés… Cet argent provient de dons de fondations ou d’autres ONG, comme de Médecins Sans Frontières, et de collectivités territoriales françaises. A titre d’exemple, le Conseil Régional d’Aquitaine et celui d’Occitanie ainsi que divers Conseils départementaux et municipalités versent des subventions copieuses à cette organisation. Les contribuables seront certainement satisfaits de savoir qu’ils financent indirectement des trafics d’êtres humains, grâce à leurs élus PS, LR et autres…

SOS Méditerranée est décidée à mener pendant l’été une offensive destinée à nous imposer des migrants africains en grand nombre… A nous d’organiser une réaction. On sait qu’ « Océan Viking » vient de quitter la Norvège pour les côtes libyennes et il est actuellement au niveau du Portugal; il fera certainement une escale de ravitaillement en Espagne après avoir franchi le détroit de Gibraltar.

 

Que cache cette pseudo mobilisation humanitaire

 

Premièrement, c’est une opération politique de dilution de notre identité qui concourt au métissage des populations européennes en déclenchant un véritable appel d’air et en disant « vous êtes ici chez vous, croissez et multipliez-vous… »

Deuxièmement, c’est une opération économique managée par l’idéologie mondialiste, car pour 10 % des migrants qui vont trouver du travail chez nous, ce sont 90 % qui sont là uniquement pour être des consommateurs, des pousseurs de caddies… Et qui pensez-vous va les payer ? C’est la classe moyenne, ce sont les classes populaires qui sont de plus en plus tordues, de plus en plus épongées par le système…

Troisièmement, c’est une opération extrêmement juteuse pour toutes ces ONG ; savez-vous que l’association SOS MÉDITERRANÉE arrive à dégager en 2017, 1,5 millions de bénéfice avec seulement 3 à 5 salariés et 250 bénévoles…

Quatrièmement, on est en présence d’une véritable pompe à fric : SOS MÉDITERRANÉE est subventionnée par l’État français, par une myriade de collectivités. Alors on nous raconte que 90 % des subventions proviennent de financements privés, FAUX, tout cela est un mensonge, ce sont des entreprises publiques ou des entreprises privées redevables ou stipendiées par le gouvernement, des banques, le secteur audio-visuel, la presse … tout ça pour dire que la mise en danger de la vie d’autrui, les noyades, le bien-être et la vie des migrants, ils s’en tapent… et bonjour le business !

Après ses mésaventures de 2018, SOS méditerranée lance une campagne plus ambitieuse que jamais. Elle s’appuie :

  • sur de gros donateurs politisés -du type Soros- qui détestent notre civilisation-
  • sur une classe politique lâche et décérébrée
  • sur des institutions européennes ennemies de nos patries
  • sur des médias aux ordres des multinationales
  • sur des « petites mains » du style antifas chargés de faire le sale boulot

 

Agir vite et fort …

 

Notre campagne de 2018 a porté ses fruits puisque aucun pays européen ou autre n’avait osé délivrer de pavillon aux affréteurs. Rappelons que SOS Méditerranée avait même sollicité le Vatican -qui n’est pas connu pour l’importance de sa marine-, le Libéria et plusieurs états maffieux d’Amérique centrale bien connus pour leur laxisme dans la délivrance de pavillons de complaisance. Ça ne choque pas les médias…

Nous devons protester par tous nos moyens contre cette nouvelle campagne, alerter nos camarades du bassin méditerranéen afin de dénoncer, tous en même temps, les tentatives de débarquement ou de ravitaillement, être présents physiquement dans les ports…

Dénoncer enfin les collectivités territoriales complices de ce trafic.

 

Aidez-nous à lancer cette campagne !

Financez nous …

 

Quand la France est en feu, « Montpellier danse » !

Quand la France est en feu, « Montpellier danse » !

 

Communiqué de la Ligue du Midi

 

Ça faisait plusieurs semaines que l’on n’avait pas entendu parler de l’Aquarius et de son association paravent, SOS Méditerranée. Cette association toujours avide de revenus faciles avait réalisé, à la suite de ses démêlées avec les autorités maritimes, un appel aux dons au mois d’octobre qui lui avait rapporté, aux dires de ses dirigeants, plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais ces rentrées avaient sans doute été trouvées trop modiques puisque les dirigeants de SOS Méditerranée viennent de déclencher une nouvelle campagne alors que le navire est bloqué à quai à Marseille et qu’il ne génère que peu de frais à part celui de ses 3 salariés, l’association fonctionnant avec 250 bénévoles.

On se souvient que ce navire qui était le dernier à réaliser la « pêche » aux migrants en Méditerranée, s’était vu retirer en l’espace de quelques semaines, son pavillon par Gibraltar, puis par le Panama ; tant et si bien que ces pseudos humanitaires qui font beaucoup de fric sur le dos des populations africaines avaient envisagé de s’adresser au Vatican et à la Suisse… peine perdue !

Pour l’AQUARIUS, prestataire de service d’un trafic monstrueux, les bénéfices pour les 27 premiers mois d’activité se sont élevés à 1 642 000 €, tandis que les excédents de trésorerie étaient d’environ 1 700 000 €. L’AQUARIUS est une tromperie financière, une escroquerie au « charity business » et les chiffres publiés par SOS MÉDITERRANÉE (dans son bilan) le prouvent. Les campagnes menées en France et en Europe par les mouvements identitaires ont réussi à libérer la parole permettant ainsi de gagner la bataille de l’opinion publique. Les sondages l’ont révélé en septembre : 74 % des français étaient opposés à l’arrivée de l’AQUARIUS à Marseille, choqués par les dérives douteuses de cette organisation… qui affrète un bateau dans le but de recueillir de faux réfugiés en organisant de faux naufrages… il y aurait eu « depuis le début 2018 pas moins de 1260 migrants noyés venus rejoindre ce navire »…

Cerise sur le bateau, le Parquet de Catane (Sicile) vient d’ouvrir une enquête, l’Aquarius étant suspecté d’avoir déversé un total de 24 tonnes de déchets potentiellement toxiques dans les ports italiens, en les faisant passer pour des déchets classiques…

L’opération Aquarius se déroule autour de 3 objectifs :

  • Il s’agit avant tout d’une opération politique à long terme qui concourt à la dilution des populations européennes en déclenchant un véritable appel d’air pour les futurs migrants, sans cesse renouvelés, destinés à remplacer les français qui « votent de plus en plus mal ».
  • C’est une opération initiée par l’idéologie libérale, car pour 10 % des migrants qui vont trouver du travail chez nous, ils sont 90 % à vocation de consommateur, de pousseurs de caddies, qui seront payés par les nouvelles taxes prélevées sur les couches populaires.
  • C’est enfin la mise en place d’une véritable pompe à fric: SOS MÉDITERRANÉE est subventionnée par l’État français, par la région Occitanie, par la Ville de Paris, par Monaco et des dizaines d’autres structures… Alors on nous raconte que 90 % des subventions proviennent de financements privés… tout cela est un mensonge, ce sont des entreprises publiques ou des entreprises privées redevables ou stipendiées par le gouvernement, des banques, le secteur audio-visuel, la presse … tout ça pour le FRIC.

SOS MÉDITERRANNÉE vient de lancer le 28 novembre sa énième campagne de financement. Rien d’étonnant à ce que l’une de ses premières démarches se fasse en direction des bobos montpelliérains sur le thème « ne les laissons pas mourir ». Les dirigeants de SOS MÉDITERRANNÉE prétendent sauver les naufragés de l’Afrique, il serait plus décent qu’ils se penchent sur le sort des naufragés de la France qui font les poubelles et crient leur désespoir sur les ronds-points et devant les préfectures.

Ils rejoignent en cela les macronistes –que la Ligue du Midi a débusqués– qui se pavanaient, il y a quelques jours, dans un bar à vin chic du centre-ville pour tenter d’organiser la riposte contre les Gilets jaunes.

Il est intéressant de savoir que cette opération de communication n’est possible que grâce à certains sponsors, partenaires de « Montpellier danse » tels, la Mairie et métropole de Montpellier, le Ministère de la Culture, la Fondation BNP Paribas, la Matmut et bien d’autres parmi lesquels la région Occitanie qui finance, en plus, directement SOS MÉDITERRANNÉE, une sorte de double peine pour le contribuable occitan. Bref, encore et toujours, du fric extorqué de notre porte-monnaie.

 

Honte à ceux qui se gobergent avec « Montpellier danse » alors que les couches populaires, elles, dansent devant leur buffet vide.

Voir ici la réaction de MEDIAPART sur cette action 😉