Le billet de Daniel Pollett

 

« Le défi » : tel est le titre du livre de Marie-Simone Poublon et Philippe Randa consacré à la formidable aventure de TV-Libertés (1). Ce titre est à la fois symbole et essence même de cette entreprise hors normes à plus d’un titre, dont la création et l’avancée fulgurante étonnent et ravissent tant les patriotes que les gens de simple bon sens ; et si bien sûr elles donnent de l’urticaire à l’anti-France, c’est tant mieux ! Enfin, nous retrouvons une télévision où l’on s’instruit, où l’on débat, où l’on partage comme au temps de l’agora et du forum, fondateurs de notre civilisation européenne !

Créée vingt-trois ans après une réalisation éphémère, National Vidéo, TV-Libertés parut de prime abord tellement audacieuse et matériellement irréalisable à l’un des entrepreneurs de cette précédente tentative qu’il ne pensa pas qu’elle puisse raisonnablement aboutir, malgré toute sa sympathie ; il se trouva donc ravi de s’être trompé.

En 2012, plusieurs éléments concomitants se révèlent opportuns pour créer une télévision alternative libre des contraintes du tout-puissant CSA : la diffusion d’Internet à haut débit, son libre accès à tous et la multiplication des nouvelles technologies réduisant considérablement le coût des réalisations télévisuelles et permettant une réception quasiment illimitée en quantité et en qualité. Mais ceci ne suffit pas : il faut aussi provoquer un intérêt immédiat et exponentiel afin de générer de nombreux donateurs permettant de financer le projet dans la durée ; ceci, affranchissant des subventions d’État et autres recettes publicitaires dont beaucoup méconnaissent le poids réel, et bien ancré sur la qualité de l’information et des programmes, la quantité des mal-dits et des non-dits. Sans parler des quelques millionnaires possédant la majorité des médias dominants où règne une autocensure horizontale dont les effets surpassent ceux de l’autorité verticale, comme déjà vu (2).

C’est pourtant ce défi que relèvent Philippe Milliau et Trystan Mordrel. Ils sont aidés par le journaliste Gilles Arnaud, animateur de l’émission La Voix de la Russie, ce qui engendre les ragots de certains médias prétendant que TV-Libertés est financée par la Russie, en plus que le passé politique de quelques-uns de ses membres en fasse aussi « la télé du Front National ». Mais l’année suivante va voir la naissance d’une sorte de génération « Manif pour tous » où le peuple de France descend dans la rue pour préserver son mode de vie et ses valeurs, face aux prétentions totalitaires de l’extrême-gauche à laquelle presque tous les partis donnent des gages. Du passé on ne veut pas faire table rase ! Les omissions, les manipulations et les mensonges des médias classiques se révèlent davantage au plus grand nombre, favorisant l’intérêt pour les médias alternatifs diffusés sur Internet.

Voici donc une télévision redonnant la parole aux Français, cela change des chaînes « copié-collé » subventionnées par tous, bien que surchargées de publicité, où même les journalistes les plus indépendants et les plus appréciés prennent garde à ne pas égratigner la main nourricière. Virgile Dernoncourt, chargé de développement, reste ému par le nombre de petites gens, parfois démunies d’Internet, qui deviennent donateurs et lui font rencontrer leurs amis pour qu’ils le deviennent aussi. Grâce à TV-Libertés, « les Français parlent aux Français », contrairement à certains médias « …qui n’ont bien souvent de français que la localisation géographique de leur salle de rédaction… ». Bien dit !

Ajoutons que la communauté des donateurs s’est développée de par le vaste monde, dans les DOM-TOM et dans des pays dont le nom surprend, tant la notion de liberté française reste une valeur sûre.

Des témoignages aussi émouvants qu’objectifs en expriment pertinemment les motivations. Il est vrai qu’un site où l’on débat des idées les plus diverses dans l’intelligence et le respect change de la dictature de la bien-pensance, de la propagande et de l’abêtissement diffusés en continu par les médias dominants… et dominés par des puissances apatrides dont les seules motivations sont le profit immédiat et le pouvoir sur le monde qu’elles veulent, peuplé d’individus décérébrés et serviles.

La diversité des participants aux émissions de TV-Libertés est garante d’un éclectisme constructif.

Qui l’a vu se souvient sans doute du magnifique geste d’Élise Blaise déchirant pour le jeter par derrière elle un document du lobby LGBT prétendant instruire les journalistes sur la façon de traiter les sujets de l’homosexualité, des transgenres et autres originalités se voulant à la mode. On mesure là la liberté de ton sortant du politiquement correct et de la pêche aux voix électorales.

Mais le succès de TV-Libertés n’est pas dû aux anecdotes : en cinq ans, elle a réalisé plus de cinq mille émissions, en trois ans elle a multiplié ses téléspectateurs par cinq et elle n’a jamais diffusé une seule fausse information, tout simplement en vérifiant ses sources, l’une des bases du journalisme. Cela change des approximations et des bêtes répétitions des communiqués de l’AFP !

TV-Libertés prit par deux fois l’initiative originale de proposer à diverses associations l’opportunité de se présenter lors d’émissions télévisées, dont les modalités restaient à définir selon les besoins de celles-ci, mais sans succès. Ces associations n’étaient pas prêtes à innover avec ce nouvel outil de développement, d’autant plus que cette possibilité ne leur avait jamais été offerte auparavant. Une belle autre preuve d’éclectisme et de partage étrangère aux propagandistes mondialo-gauchistes !

Notons précisément que des intervenants politiquement très variés peuvent s’exprimer dans les émissions de TV-Libertés ; on y a vu socialiste et écologiste, et pas seulement « l’extrême-droite », cette généralité floue servant de qualificatif aux gauchistes quand on ne pense pas comme eux ou pire encore si l’on défend sa patrie, sa langue, ses us-et-coutumes et sa civilisation. À propos de pluralité on lira avec intérêt l’article de Maxime paru récemment sur Résistance républicaine (3).

Je témoigne personnellement (4) de l’excellence de TV-Libertés par une belle expérience lors de la présentation de mon livre « Citoyens ce roman est le vôtre » dans l’émission Livre libre.

Nous avons été reçus par Martial Bild, un homme au franc sourire spontané qui met chacun à l’aise, puis j’ai été maquillé par Arnaud Soyez, l’homme-à-tout-bien-faire des studios, avant d’assister en direct au journal d’Élise Blaise, un vrai régal. Puis a commencé l’émission Livre libre que l’on peut revoir avec le lien ci-dessous. Je tiens à revenir sur l’ambiance particulière de l’endroit, avec ce quelque-chose de quasi-palpable, comme un élément de l’air que l’on respire, aussi réel et insaisissable qu’un arc-en-ciel, avec les mots les mieux choisis de ce livre consacré à TV-Libertés :

« … l’extrême jeunesse de l’équipe… la bonne humeur générale… le professionnalisme et le sens du beau… on sait qu’on entre dans une véritable télévision… les donateurs (…) sont heureux de constater que leur argent est bien employé… sait faire riche alors qu’il s’agit malgré tout d’une télévision au budget toujours dramatiquement serré… »

TV-Libertés, une vraie télévision populaire !

  

Notes :

1- Le Défi, Marie-Simone Poublon et Philippe Randa, Éditions Dualpha, 132 pages, 2019.

2- « Crépuscule » de Juan Branco : ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption !

3 – Le CSA et le Conseil d’Etat reprochent à RT France un manque de pluralisme : et les autres, alors ?!

4 – Livre Libre : G. Collard / Daniel Blanchard Pollet : Pour le retour du bon sens

Faites connaitre notre site, partagez !