Le billet de Martin Moisan

 

CNCDH (Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme), vous vous demandez ce que c’est encore que cette usine à gaz.

C’est un organisme indépendant, mais néanmoins directement rattaché à Matignon. Le bureau à lui seul est composé de 64 membres permanents. Aux plans international et national, la CNCDH est reliée à d’autres organismes du même réseau : GANRHI, ENNHRI, AFCNDH, IFDL. Les droits de l’Homme sont une affaire sérieuse, il faut ce qu’il faut.

 

Dans le même genre et pour faire bonne mesure, sont également rattachées à Matignon, la DILCRAH et tout dernièrement la BADI pour traquer les déviants sur internet conformément aux exigences du pacte de Marrakech. Bref, un empilement d’usines à gaz et de bouffe budgets pour la défense des droits de l’Homme et la lutte contre la ‘’haine’’, dont ils font tout par ailleurs pour créer les conditions en accélérant le grand remplacement et la submersion migratoire.

Si comme moi vous aimeriez connaître le budget de fonctionnement de la CNCDH, je vous le dis tout de suite, ça ne va pas être facile. Ça sera même un véritable jeu de piste.

Premier appel téléphonique le 29 avril, je finis par tomber sur Margot qui s’occupe de communication, qui vient d’arriver et qui ne sait pas bien quoi répondre. Margot est toute seule dans le service, ses collègues sont en congés, elle va elle-même partir en congé. Elle me conseille donc de rappeler vers le 10 mai, là au moins tout le monde sera rentré. Ainsi va la France.

Elle a l’air de s’ennuyer Margot, je la fais parler pour la distraire un peu, elle a fait histoire et science PO et plein d’autres trucs me dit-elle. Avant ça, elle a été chargée de sensibilisation par le bureau extérieur de la cour pénale internationale (CPI) en RDC (République démocratique du Congo). Oui, comme moi, vous vous demandez à quoi ça sert, et pourquoi on envoie des fonctionnaires français dans ces pays aux frais du contribuable. Qu’est-ce que la France a à voir avec les procès de criminels de guerre en RDC ?

Eh bien, Margot était là en notre nom pour donner des leçons de droits de l’Homme, de savoir-vivre judiciaire et de maintien démocratique aux congolais. Vous remarquerez la patience de la journaliste congolaise et l’agacement qu’elle peine parfois à dissimuler. Il est vrai que la lourde langue de bois façon sciences Po peut irriter les auditeurs non avertis.

Bon il est vrai que dans ces pays les mœurs en matière pénale sont plutôt expéditives, quoiqu’empreintes d’une pédagogie sommaire mais sans doute adaptée au contexte. On laisse au condamné le temps de réfléchir, mais ce sont surtout les observateurs qui auront le temps de réfléchir et c’est sans doute là que se situe toute l’efficacité de la méthode.

À un moment dans la conversation, Margot me demande pourquoi je m’intéresse au budget du CNCDH ; ce à quoi je lui réponds que je suis le payeur, que je suis un martyr fiscal, et que cette information est publique ; dernier point qu’elle consent à confirmer.

Alors pour l’occuper encore un peu en cette fin d’après-midi où elle n’a manifestement rien à faire, je lui donne lecture de la partie intéressante du rapport annuel de la CNCDH en lui disant que je voudrais bien savoir ce que coûte annuellement un organisme aussi pléthorique pour raconter de telles conneries. Car comme vous allez le voir, au niveau de la connerie, c’est très, très copieux. Science Po, Matignon, une véritable synthèse de la pensée politique islamophile en France, nous sommes là au creuset des idées de ceux qui nous gouvernent. Attention, c’est du lourd, du très lourd.

Je ne vous ai pas choquée au moins Margot ? Non, non, chacun est libre de penser ce qu’il veut. Une belle carrière s’ouvre à Margot, elle a déjà toutes les qualifications requises, comme les autres on l’a sélectionnée sur sa capacité à manier la langue de bois.

Trêve de plaisanteries, venons-en au fond. Voici le compte rendu fait par le CCIF (collectif contre l’islamophobie en France, encore un bouffe budget payé par le contribuable) lors de la publication du rapport annuel du CNCDH par son président accompagné de Nonna Meyer membre de la commission, directrice de recherche émérite au CNRS rattachée au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po.

Eh bien, lisez et relisez lentement les déclarations de Nonna Meyer membre du bureau de la CNCDH, reprenez vos esprits, relisez encore. Si quelqu’un est à côté de vous, ne restez pas seul en dissonance cognitive, faites-vous aider.

Non, vous ne déraillez pas, vous avez bien lu.

Première assertion :

« Plus on a d’aversion à l’égard de l’islam et plus on a d’aversion à l’égard de la laïcité ». 

Voilà un beau bouquet spirituel à l’attention de Pierre Cassen, immédiatement suivi d’un autre, stratosphérique :

« plus la personne est hostile à l’islam, moins elle est attachée au principe de laïcité,

moins elle est encline à défendre les droits des femmes à s’habiller comme elles l’entendent ou à refuser le statut de femme au foyer,

moins elle tend à trouver l’homosexualité acceptable.

Autrement dit, ces arguments, souvent avancés pour justifier le rejet des pratiques de l’islam, ne résistent pas à l’analyse,

le ressort de ce rejet n’est ni un attachement plus marqué aux valeurs républicaines,

ni une défense de l’émancipation des femmes ou des minorités sexuelles » .

 

Voilà où en est la caste islamophile au pouvoir dans son délire orwellien : le mensonge c’est la vérité. À un tel degré d’inversion de tout, il n’y a même plus à chercher de logique, il n’y en a plus. Il n’y a même plus à argumenter pour tenter de répondre, nous sommes directement dans le meilleur des mondes. Ces gens sont devenus fous, ils ont perdu le contrôle d’eux-mêmes, plus rien de raisonné ne peut les arrêter dans leur construction délirante.

L’inversion de la pensée et le mensonge institué en vérité sont les outils des dictatures contraires à la nature humaine qui veulent la tordre à toute force. Ici, ce qui est contraire à la nature humaine c’est de vouloir à tout prix faire vivre ensemble des peuples qui ne partagent ni la même culture ni la même religion, qui se sont affrontés pendant des siècles ; en même temps que l’on conforte les uns à croire qu’ils ont été les victimes des autres. Folie furieuse qui ne peut que conduire à la catastrophe. Ce qui est totalitaire, c’est de vouloir nous l’imposer contre notre volonté.

Comme tous les tenants des idéologies totalitaires, plus ils sont démentis par la réalité, plus ils accélèrent, plus ils s’enferrent dans le déni de réalité et dans le mensonge. Il fallait toujours plus de communisme, il faut toujours plus de mondialisation, toujours plus d’ouverture des frontières et de submersion migratoire. Si les choses vont mal c’est qu’il n’y a pas encore assez d’étrangers, pas encore assez de musulmans en France. Pour eux, c’est aussi simple que ça.

70 ans de totalitarisme communiste en ont apporté la preuve, rien ne peut venir à bout ni de la nature humaine, ni de la Vérité. Comme l’avait annoncé Soljenitsyne, la Vérité a surgi, le système communiste s’est effondré et la nature humaine a resurgi intacte malgré 70 de totalitarisme et des millions de morts.

Les libéraux en sont aujourd’hui exactement où en étaient les communistes quelques années avant l’effondrement du mur : leurs mensonges pour masquer leur échec ne passent plus, la Vérité surgit, ils sont en butée face à la réalité qu’ils ne peuvent plus travestir. Dans leur société multiculturelle personne ne veut plus vivre avec personne, tout le monde pense être victime de tout le monde, il ne peut plus y avoir ni union nationale, ni destin commun, ni peuple commun et pourtant ils accélèrent.

Malgré la gabegie de moyens qu’ils mettent en œuvre, les faits sont têtus et les conséquences de leurs délires nous sautent aux yeux et deviennent insupportables.

Comme le communisme en son temps, le libéralisme global va s’effondrer sous le poids de ses propres contradictions. Son échec dans tous les domaines, politique, économique, social, culturel … est tel qu’il ne peut plus que recourir à la manipulation, au mensonge et aux moyens du totalitarisme pour tenter de le masquer.

Aux mêmes causes les mêmes effets, c’est la Vérité qui viendra à bout du libéralisme global comme elle était venue à bout du communisme et pour exactement les mêmes raisons.

L’espoir est dans notre camp, les temps viennent. La question sera celle de la reprise du pouvoir et de la gestion du chaos. Cela ne se fera pas dans le consensus électoral mais par un pouvoir fort qui, le temps de remettre le pays en ordre et de régler la question migratoire et celle des traités internationaux, devra se libérer des contraintes démocratiques et des droits de l’homme.

 

À un moment on aura le choix entre l’application du droit international ou une adaptation supportable de méthodes plus sommaires qui apporteront des simplifications et, comme en Afrique, laisseront à tous les traitres le temps de réfléchir.

Faites connaitre notre site, partagez !