Montpellier danse aquarius

 

Communiqué de la Ligue du Midi

 

Ça faisait plusieurs semaines que l’on n’avait pas entendu parler de l’Aquarius et de son association paravent, SOS Méditerranée. Cette association toujours avide de revenus faciles avait réalisé, à la suite de ses démêlées avec les autorités maritimes, un appel aux dons au mois d’octobre qui lui avait rapporté, aux dires de ses dirigeants, plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais ces rentrées avaient sans doute été trouvées trop modiques puisque les dirigeants de SOS Méditerranée viennent de déclencher une nouvelle campagne alors que le navire est bloqué à quai à Marseille et qu’il ne génère que peu de frais à part celui de ses 3 salariés, l’association fonctionnant avec 250 bénévoles.

On se souvient que ce navire qui était le dernier à réaliser la « pêche » aux migrants en Méditerranée, s’était vu retirer en l’espace de quelques semaines, son pavillon par Gibraltar, puis par le Panama ; tant et si bien que ces pseudos humanitaires qui font beaucoup de fric sur le dos des populations africaines avaient envisagé de s’adresser au Vatican et à la Suisse… peine perdue !

Pour l’AQUARIUS, prestataire de service d’un trafic monstrueux, les bénéfices pour les 27 premiers mois d’activité se sont élevés à 1 642 000 €, tandis que les excédents de trésorerie étaient d’environ 1 700 000 €. L’AQUARIUS est une tromperie financière, une escroquerie au « charity business » et les chiffres publiés par SOS MÉDITERRANÉE (dans son bilan) le prouvent. Les campagnes menées en France et en Europe par les mouvements identitaires ont réussi à libérer la parole permettant ainsi de gagner la bataille de l’opinion publique. Les sondages l’ont révélé en septembre : 74 % des français étaient opposés à l’arrivée de l’AQUARIUS à Marseille, choqués par les dérives douteuses de cette organisation… qui affrète un bateau dans le but de recueillir de faux réfugiés en organisant de faux naufrages… il y aurait eu « depuis le début 2018 pas moins de 1260 migrants noyés venus rejoindre ce navire »…

Cerise sur le bateau, le Parquet de Catane (Sicile) vient d’ouvrir une enquête, l’Aquarius étant suspecté d’avoir déversé un total de 24 tonnes de déchets potentiellement toxiques dans les ports italiens, en les faisant passer pour des déchets classiques…

L’opération Aquarius se déroule autour de 3 objectifs :

  • Il s’agit avant tout d’une opération politique à long terme qui concourt à la dilution des populations européennes en déclenchant un véritable appel d’air pour les futurs migrants, sans cesse renouvelés, destinés à remplacer les français qui « votent de plus en plus mal ».
  • C’est une opération initiée par l’idéologie libérale, car pour 10 % des migrants qui vont trouver du travail chez nous, ils sont 90 % à vocation de consommateur, de pousseurs de caddies, qui seront payés par les nouvelles taxes prélevées sur les couches populaires.
  • C’est enfin la mise en place d’une véritable pompe à fric: SOS MÉDITERRANÉE est subventionnée par l’État français, par la région Occitanie, par la Ville de Paris, par Monaco et des dizaines d’autres structures… Alors on nous raconte que 90 % des subventions proviennent de financements privés… tout cela est un mensonge, ce sont des entreprises publiques ou des entreprises privées redevables ou stipendiées par le gouvernement, des banques, le secteur audio-visuel, la presse … tout ça pour le FRIC.

SOS MÉDITERRANNÉE vient de lancer le 28 novembre sa énième campagne de financement. Rien d’étonnant à ce que l’une de ses premières démarches se fasse en direction des bobos montpelliérains sur le thème « ne les laissons pas mourir ». Les dirigeants de SOS MÉDITERRANNÉE prétendent sauver les naufragés de l’Afrique, il serait plus décent qu’ils se penchent sur le sort des naufragés de la France qui font les poubelles et crient leur désespoir sur les ronds-points et devant les préfectures.

Ils rejoignent en cela les macronistes –que la Ligue du Midi a débusqués– qui se pavanaient, il y a quelques jours, dans un bar à vin chic du centre-ville pour tenter d’organiser la riposte contre les Gilets jaunes.

Il est intéressant de savoir que cette opération de communication n’est possible que grâce à certains sponsors, partenaires de « Montpellier danse » tels, la Mairie et métropole de Montpellier, le Ministère de la Culture, la Fondation BNP Paribas, la Matmut et bien d’autres parmi lesquels la région Occitanie qui finance, en plus, directement SOS MÉDITERRANNÉE, une sorte de double peine pour le contribuable occitan. Bref, encore et toujours, du fric extorqué de notre porte-monnaie.

 

Honte à ceux qui se gobergent avec « Montpellier danse » alors que les couches populaires, elles, dansent devant leur buffet vide.

Voir ici la réaction de MEDIAPART sur cette action 😉

Faites connaitre notre site, partagez !