La ligue du midi s’indigne : avant même d’avoir été élu, Jean pierre Moure a déjà mis les Montpelliérains “à poil”

Mao Assassin (face)

   On se souvient de l’indignation déclenchée le 24 juillet 2012 par la Ligue du Midi à l’occasion de l’inauguration, par le président de l’agglo, de la statue de Mao Tsé Toung. On se souvient également que Jean Pierre Moure avait vanté la « volonté de libération humaniste » (sic) du « Grand Timonier ». Quoi de plus naturel que de nous rappeler à son bon souvenir au moment où il présente sa candidature à la mairie de Montpellier.

   La Ligue du Midi s’indigne en rappelant que la ville de Montpellier est la seule cité du monde occidental à avoir érigé une statue à la gloire de Mao, le plus grand assassin de l’histoire, responsable de l’exécution de 60 millions de personnes (Tibétains, chrétiens, opposants chinois divers, homosexuels…).

   La Ligue du Midi s’indigne, car parmi tous « les bobos » -de gauche- qui versent aujourd’hui une larme sur papy Hessel, il ne s’en est pas trouvé beaucoup dans les rangs des supporters du président de l’agglo, pour dénoncer cette mascarade.

   La Ligue du Midi s’indigne, car –à droite- un silence assourdissant entoure le côut pharaonique de cette pantalonnade, soit au bas mot la bagatelle de 4 à 5 millions d’euros, quand on ajoute au prix des statues (300.000 Euros pièce), la construction de l’espace-musée, l’équipement des statues avec flash-codes ainsi que toutes les réceptions et autres pince-fesses.

   La Ligue du midi avait promis de ne pas en rester là… Chose promise chose due : malgré la gravité du sujet, ses adhérents ont choisi d’agir en utilisant la dérision contrastant avec la violence des gros bras de l’Agglo qui, l’été dernier, n’avaient pas hésité à agresser physiquement plusieurs manifestants. Devant les chalands médusés, dans le plus simple appareil, vêtus seulement d’un caleçon, ils se sont alignés au pied de la statue avec, peintes sur le dos et la poitrine, les lettres formant les slogans : « MAO ASSASSIN » et en signature « LIGUE DU MIDI »

   A la fin de la manifestation qui s’est déroulée sans incident, Richard Roudier, président de la Ligue du Midi
– protestait contre cet étalage couteux de « Connerie Unlimited » (pour paraphraser le slogan de l’agglo).
– exigeait le déboulonnage de la statue de Mao Tsé Toung qui est la honte de notre cité.
– dénonçait le mille-feuille de la territorialité : communes, agglos, départements, régions dont l’empilement génère la magouille, le clientélisme et l’appauvrissement des habitants qui sont littéralement mis “à poil”.

MaoLdM (dos)

“Village Rom” de Montpellier : la Ligue du Midi aux côtés des habitants de Veyrassi

UFRSTAPS

   Ce samedi 23 février, une vingtaine d’adhérents montpelliérains de la Ligue du Midi sont allés à la rencontre des habitants de Veyrassi afin de manifester leur soutien contre l’établissement par la mairie d’un « village d’insertion » pour Roms dans ce quartier si cher aux habitants. Après avoir distribué plusieurs centaines de tracts, les militants ont pu discuter avec les habitants et les représentants d’un “collectif” qui se sentent tous très concernés par cette gangrène.

  Alors que notre ville connait une grave crise du logement qui touche les plus démunis, et que des étudiants dorment dans des voitures, ce que la mairie de Montpellier juge prioritaire, c’est l’installation et l’hébergement au frais du contribuable montpelliérain de dizaines de familles roms.

   Or, les Roms, qui sont prés d’un millier à Montpellier, sont répartis en en une dizaine de camps qui enserrent la ville. Ils se présentent comme des réfugiés politiques, alors qu’ils ont fui la Roumanie après la chute de Ceausescu en 1989. Leur installation dans un quartier, jusqu’à présent plutôt calme est ressentie comme une véritable agression. Déjà ils hantent le carrefour de la Lyre et font pression sur les automobilistes de l’hyper-marché pour glaner quelques litres de gasole.

   Devant la pression populaire –plusieurs milliers de signatures et l’éclosion de comités de défense-, l’équipe Mandroux a montré des signes d’hésitation en annonçant du bout des lèvres l’abandon de l’installation de ce « village » à Veyrassi. Néanmoins, le premier adjoint Fleurence a décidé de conserver son projet mais n’a pas souhaité indiquer le lieu d’implantation de ce qui sera en réalité une énième zone de non-droit à la périphérie de notre belle cité.

   Face aux incohérences de l’équipe municipale, la Ligue du Midi est déterminée à ne rien lâcher et exige que ce projet soit retiré définitivement. La Ligue demande à ses adhérents du quartier, étudiants ou autres, d’oeuvrer au sein des différents collectifs. Aujourd’hui plus que jamais nous devons être unis et montrer aux pseudos « élites » locales que nous refusons d’être les victimes expiatoires de leur système et que nous entendons rester Maîtres chez nous.

« Village Roms » de Veyrassi !!! : restons mobilisés face à la duplicité de la municipalité

téléchargement (4)

   Fin janvier 2013, la mairie de Montpellier, par la voix de son premier adjoint socialiste, Serge Fleurence, avait fait connaitre son intention de créer un « village d’insertion » pour des familles Roms sur le terrain de Veyrassi, à proximité immédiate de l’UFR STAPS (étudiants en sport) et du quartier tranquille du Plan des 4 seigneurs. Cette initiative a soulevé un certains nombres de questions légitimes.

   En effet, alors que ce quartier accueille de nombreux étudiants qui ont énormément de difficultés à trouver des logements, on peut se demander quel est la priorité de la mairie en terme d’aménagement surtout lorsque l’on connait l’importance que revêt l’enseignement supérieur pour le développement de notre cité. Sommes-nous encore dans une ville universitaire ou bien Montpellier va-t-elle devenir le centre d’accueil pour tous les Roms vivant en France?

   Cette interrogation est d’autant plus compréhensible que ce projet est loin de faire l’unanimité même au sein de l’équipe d’Hélène Mandroux. D’ailleurs Serge Fleurence avait lui-même déclaré : « Montpellier ne va pas devenir la capitale des Roms. J’ai atteint le seuil de tolérance ». Malgré ces déclarations, nous avons assisté à un véritable retournement de veste de la part du premier adjoint qui ne s’explique que par le changement de gouvernement.

   Nouvelle volte-face : devant la levée de bouclier de la population -plusieurs milliers de pétitions-, Serge Fleurence déclarait hier, que ce projet ne verrait pas le jour à Veyrassi, tout en ouvrant la porte sur un autre site. Pourquoi, cette volonté, d’encercler, notre bonne ville d’une ceinture de camps insalubres, ouverts à tous les trafics et peuplés de populations inintégrables. Pourquoi toujours taxer les populations de souche et les classes moyennes, alors que le pays s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise ?

   Face à cette initiative contestée par les riverains et par une large partie des montpelliérains, la Ligue du Midi tient à dénoncer une politique anti-identitaire qui démontre la rupture abyssale entre les élus et les préoccupations populaires. La Ligue du Midi se réserve le droit de mener à l’avenir des actions pacifiques à l’encontre de ces projets car nous refusons de voir nos quartiers détruits par des décisions politiques aux conséquences dramatiques et parce que, plus que jamais, nous voulons rester Maîtres chez nous !

 

Les gaulois font de la résistance !

Du temps de mon enfance, il y avait à Béziers une quarantaine de boucheries dont une seule « chevaline » reconnaissable entre toutes par sa tête de cheval rutilante plantée au-dessus de la vitrine. Il n’y avait pas de confusion possible et les chalands d’ailleurs ne s’y trompaient pas.

Il faut dire que chez nous, les traditions ont la vie dure puisqu’elles remontent à deux millénaires dans le monde gréco-romain qui ne connaissait pas l’hippophagie; la culture gauloise (la célèbre cavalerie gauloise) avait fait sienne cet adage « on ne mange pas sa monture » et l’église catholique au moyen-âge en avait remis une couche pour être sans doute en adéquation avec le rituel de la chevalerie.

Il faut dire que depuis les années soixante-dix, avec la redécouverte du cheval « ludique » il n’y a rien d’étonnant à ce que la consommation de viande de cheval, déjà résiduelle, ait pratiquement disparu. Les associations de protection animale dénonçant les conditions de transport et d’abattage d’animaux parfois blessés, maltraités et affaiblis, ou toujours conscients lorsqu’ils se vident de leur sang sur la chaîne d’abattage.

Cette affaire des lasagnes de cheval est l’illustration des pratiques mises en place par la mondialisation que nous n’avons de cesse de dénoncer: les plats de marque Findus, étaient à base de viande de cheval d’origine roumaine; ils étaient distribués dans 16 pays par l’entreprise française Comigel; ces plats avaient été préparés au Luxembourg; ils étaient vendus par la société luxembourgeoise Tavola; le fournisseur français de la viande, la société Spanghero, (qui n’a de Spanghero que le nom) reconnaissant que la viande provenait d’un producteur qui abat et découpe à la fois du boeuf et du cheval. Bonjour la traçabilité !!!

Mais comment la Roumanie atterrit-elle dans ce circuit? Les mondialistes trouvant que les dividendes servis en Europe aux actionnaires n’étaient pas suffisamment juteux avaient décidé de faire entrer dans l’U.E en 2007 la Bulgarie et la Roumanie, dont le prix de revient de l’heure est dix fois moins élevé que dans les pays de l’ouest de l’Europe. Rappelons, que cette adhésion était assortie jusqu’au 1er janvier 2010, d’une clause de sauvegarde que Sarkozy, l’hyper-mondialiste, s’est bien gardé de faire jouer. Ainsi la Roumanie pouvait nous envoyer ses surplus de Roms et de vieilles carnes et, pour faciliter le transit, les autorités européennes n’ont rien trouvé de mieux que d’interdire la traction hippomobile sur les routes roumaines.

Cette affaire du cheval roumain labellisée « pur boeuf » dans les surgelés justifie pleinement nos exigences en matière de traçabilité… Mensonges… Mensonges… et s’ils nous mentent pour nous faire manger de la viande de cheval au lieu de boeuf, vous pensez qu’ils ont beau jeu de nous mentir sur la viande halal où il suffit d’un tapis de prière et de trois versets du Coran pour faire du halal. Ce qui me permet d’affirmer, qu’aujourd’hui 80 % de la viande ovine ou bovine consommée dans notre pays est passée entre les mains d’un imam…

Vous aurez noté que les tenants de la mondialisation ont dégainé leur argument massue : « Il n’y a pas de risque pour la santé… » Encore heureux, mais la question primordiale n’est pas comme pour le halal une question seulement économique, ou de risque sanitaire… la vraie question, est pour moi culturelle ou quasi-religieuse: je n’ai pas du tout envie qu’un quelconque barbu, vienne psalmodier sur de la viande qui va se retrouver dans mon assiette, de même que je n’ai pas envie d’y retrouver une once de cheval.

Dans ce pays, où l’on fait une émeute quand on trouve une molécule de porc dans un paquet de bonbon, j’estime que les gaulois qui représentent tout de même 75% de la population ont une profonde légitimité et même un devoir de défendre leur culture et leur dignité.

Nous devons dans un premier temps exiger un étiquetage clair à l’aide d’icônes facilement identifiables sur tous les produits alimentaires et dans un deuxième temps, un label nous garantissant que notre alimentation est conforme à toutes nos valeurs de défense animale, de laïcité et à nos bases culturelles.

Richard Roudier

Le Glaive et la Charrue

Couverture Le Glaive et la Charrue

Richard Roudier parmi les « résistants » montpelliérains !

Jeudi Tout du 14-02-13

Réunion de rentrée nîmoise

Succès pour la réunion de rentrée de la Ligue du Midi à Nîmes. Richard Roudier a fait un bilan des nombreuses actions menées en languedoc depuis 6 mois. On se souviendra notamment de l’action contre la statue de Mao, le soutien à William Vidal et Monique et des mobilisations contre le mariage pour les homosexuels.

Richard Roudier nous dévoilait ensuite quelques grosses actions nationales à venir et insistait sur l’implication militante au quotidien au plus près de nos compatriotes!