La table des français

Compte-rendu

 

Pour la quatrième année consécutive s’est tenue en Provence, du vendredi 26 au dimanche 28 juillet 2019, la Rencontre européenne des Lansquenets. Près d’une soixantaine de participants venus de neuf pays différents, chacun étant responsable d’une association ou d’un mouvement, d’une maison d’édition ou d’un media alternatif, ont exposé leurs activités propres dans leurs pays respectifs et ont travaillé à l’élaboration d’un manifeste européen commun destiné à cadrer le Projet Lansquenet.

Rappelons que l’objectif des Lansquenets est de constituer une élite militante européenne soudée, une sorte de « réseau organique », pour reprendre l’expression de Vincent Vauclin (Président de la Dissidence française) qui participait à cette rencontre. Créés en 2016 sous l’impulsion de Gabriele Adinolfi (directeur de l’Institut romain Polaris), les Lansquenets sont maintenant en activités en Italie bien sûr, mais aussi en Espagne, en France, en Grèce, en Belgique et en Pologne. Des contacts existent aussi dans plusieurs autres pays européens.

 

Le manifeste

Pour préparer la rédaction du manifeste, plusieurs commissions ont été mises en place et chacune d’entre elles a planché tout au long de la journée de vendredi 26 juillet sur l’un des aspects de celui-ci. Le lendemain après-midi, la synthèse de ces commissions a été faite par Gabriele Adinolfi.

Dans quelques mois les conclusions de ces travaux seront rassemblées et publiées sous forme d’un livret en plusieurs langues qui sera largement diffusé auprès de l’ensemble des forces combattantes antimondialistes et identitaires de notre continent…

 

Un panorama européen

Un bilan des activités par pays a été dressé au cours de ces journées.

Il en résulte :

Pour la France : un sérieux progrès est a enregistrer au niveau de l’organisation. De plus, un certain nombre de coopérations ont été engagées.

Concernant les participants français, l’un des moments forts de cette Rencontre fut sans doute la « Synthèse européenne » du samedi en fin d’après-midi dirigée par Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, au cours de laquelle intervinrent entre autres Richard Roudier (Ligue du Midi), Philippe Randa (écrivain et directeur du site EuroLibertés), Vincent Vauclin (DF), Georges Feltin-Tracol (essayiste et collaborateur à Synthèse nationale)…

Pour l’Italie : après 14 mois de « Reconquête », la synergie est désormais étendue à un large éventail de sujets (Projet national, VFS, Casaggi, Polaris, Action frontale, etc.) et on enregistre aussi un changement d’attitude significatif de la part des partis et mouvements nationaux révolutionnaires, surtout après les résultats des élections européennes. De plus, grâce aux synergies du comité Pro Centenario, les convergences et les coopérations prometteuses sont d’ores et déjà amorcées.

Pour l’Espagne : la désintégration du courant national révolutionnaire est désormais jugulé grâce au travail opiniâtre des associations locales et par l’action fédératrice et novatrice d’ACIMJI et du site d’information El Cadenazo. Sans « si » et sans « mais », les Espagnols sont à la pointe du projet de synergie des Lansquenets.

Pour la Grèce : l’implosion de l’Aube Dorée et la répression qui s’abat sur ses membres ne sont pas de nature à dynamiser les choses. Et pourtant, malgré toutes ces déconvenues, les Lansquenets ont réalisé un miracle puisque se sont retrouvés à cette Rencontre des camarades qui, dans ce divorce orageux, ont fait des choix opposés mais qui ont pourtant à cœur le bien de la Grèce et de l’Europe. Cela a conduit à des réflexions sérieuses et concrètes sur l’avenir et à notre engagement à contribuer aux efforts de régénération.

Pour la Pologne : voilà un pays où la jeune droite radicale fait preuve d’un dynamisme exemplaire. Le mouvement Troisième voie avec lequel nous travaillons cherche à introduire au sein de celle-ci des idées novatrice et une communication moderne. Ce d’autant plus que ce mouvement, dont la moyenne d’âge des militants est très jeune, n’hésite pas à collaborer avec les autres organisations analogues. De plus, Troisième voie entretien des rapports avec d’autres mouvements de jeunes en Europe, y compris en Allemagne.

 

Des décisions concrètes

Au cours de cette Rencontre, un certain nombre de décisions visant à développer le travail des Lansquenets ont été prises.

« multiplier les occasions de participer à des événements nationaux à travers l’Europe. Lors du Rendez-vous Bleu Blanc Rouge des samedi 12 et dimanche 13 octobre prochains organisé à l’occasion des 13e Journées de Synthèse nationale à Rungis (94), plusieurs responsables européens membres des Lansquenets, tels Juan Antonio Lopez Larrea (Espagne), Iréna Dimopoulos Papas (Grèce) et Gabriele Adinolfi (Italie), exposeront plus largement les travaux de cette belle réunion estivale « Développer différentes stratégies d’action, pays par pays, et les suivre.

« Activer systématiquement les formations communes. Étant donné que notre patrimoine et nos archives contiennent déjà de nombreux documents en italien, espagnol, français et anglais, l’opération ne devrait pas être prohibitive.

« Rassembler par affinité via une application smartphone les réalités actives (les  mouvements politiques d’une part, les centres d’études d’autre part, les éditions d’un autre côté), afin qu’elles soient constamment au courant de ce qu’elles font et qu’elles puissent interagir.

« Proposer des thèmes de propagande élaborés et des concepts novateurs destinés, en particulier, aux mouvements qui auraient un certain retard dans leur communication.

 

Des jeux et du sport

Pour compléter le côté studieux de ces journées, plusieurs activités ludiques et sportives ont été organisées, celles-ci étant destinées à renforcer, au même titre que les sympathiques repas et veillées communautaires, la cohésion et l’amitié entre les participants. Ainsi, plusieurs équipes ont été créées. Le thème de l’année étant « Les enfants du soleil », ces équipes étaient dédiées aux divinités liées au soleil dans les anciennes traditions européennes. Hélios, hellène, de couleur blanche était dirigée par un camarade grec ; Baldr, divinité du nord-ouest, en gris clair, avait un guide celtibère ; Sol Indiges, romain archaïque de couleur rouge, avait un chef romain ; et en bleu, Belanu, celtique, eut droit, bien évidemment, à un meneur gaulois. À l’issue des  différentes compétitions, le classement fût :

1er Sol Indiges (18 points), 2e Baldr (16 points), 3e Belanu (14 points), 4e Helios (12 points).

 

La Ligue du Midi était évidemment présente lors de cette rencontre

Faites connaitre notre site, partagez !