Et si l’on commençait par le commencement, par l’abolition du principe de double nationalité…

Et si l’on commençait par le commencement, par l’abolition du principe de double nationalité…

Passeports[2]

Le billet de Daniel Pollett

    Depuis les attentats du 13 novembre, la polémique sur la déchéance de la nationalité est le centre des débats politiques et urbains. On peut lire de nombreux articles sur le sujet, lesquels sont souvent tellement imprégnés des idéologies empêchant de voir la réalité, même factuelle-immédiate -criante, qu’ils en sont dépourvus du moindre bon sens. On peut y découvrir que pas moins de 96 associations et syndicats ont proclamé leur opposition à cette déchéance, bien sûr au nom des droits de l’homme. Toujours le même déni des devoirs au profit des seuls droits, et le même oubli des droits des peuples au nom des idéologies qui prétendent refaire le monde. Les auteurs de ces articles oublient aussi qu’à défendre les droits des autres, on finit par perdre les siens, qu’il ne reste plus, dans un pays où l’on défend ceux des terroristes, que le droit de se faire tuer quand on va en discothèque ou au restaurant. Dix-huit, puis cent-trente morts n’ont donc pas suffit ! L’indécence s’affiche ainsi en compagnie de la folie furieuse amenant à se condamner à mort soi-même, plutôt que de risquer d’être traité de raciste ou de porter atteinte à une égalité purement théorique et surtout idéologique et volontairement aveugle. Un terroriste n’est pas l’égal d’un citoyen ordinaire !

 

    Le développement de la polémique amène à constater qu’une fois de plus, on amuse le bon peuple avec des discours sur une petite partie du problème, alors que le fond de ce problème se situe ailleurs, là où on ne veut surtout pas aller le chercher. Cette déchéance de nationalité ne serait en effet qu’une arme secondaire. Voici pourquoi :

(suite…)

Les Corses relèvent le pantalon des Français

Les Corses relèvent le pantalon des Français

Manu Gaz

Le billet de Daniel Pollett

     Il se dit aujourd’hui que les Corses relèvent le pantalon des Français. Cela a quelque chose de vrai. N’en déplaise à Manu Gaz, si prompt à se scandaliser pour une tranche de jambon posée devant une mosquée, ce qui est grave c’est la multiplication exponentielle des agressions contre nos pompiers et nos policiers, dans le plus grand silence gouvernemental et médiatique alors même que ces fonctionnaires sont tenus au devoir de réserve.

 

    Ni vu ni connu, les « Chances pour la France » continuent leur lent et efficace travail de sape contre notre République et notre civilisation, agressent nos protecteurs et si nous protestons, si nous nous défendons, c’est que nous sommes racistes. Manu Gaz n’est jamais autant indigné que lorsque ces agressions provoquent une riposte. (suite…)
La Ligue du Midi sur le terrain face aux jihadistes !

La Ligue du Midi sur le terrain face aux jihadistes !

Action anti jihadistes à Lunel

Ce vendredi 13 novembre, face à l’horreur islamiste les Français ont compris qu’il ne fallait plus être « Charlie » mais bien MAÎTRES CHEZ NOUS !

La guerre n’est désormais plus un fantasme mais une réalité très concrète. A cause de la politique migratoire inconsciente de ces cinquante dernières années, le champ de bataille ne se trouve pas à des milliers de kilomètres de nos frontières mais bien dans nos villes, dans nos villages, dans nos rues.

Mais si ceux qui veulent aujourd’hui nous imposer leur religion, leur culture, leur mode de vie, croient que nous allons nous soumettre, ils se trompent. L’heure est désormais à la reconquête de nos terres abandonnées depuis trop longtemps. C’est pour cela que les militants de la Ligue du Midi étaient hier en première ligne à Lunel, à Nîmes et à Alès, villes languedociennes où les jihadistes imposent déjà leur obscurantisme.

Ils se croient déjà chez eux ? On va leur rappeler qu’ici c’est notre terre, notre pays !

MAÎTRES CHEZ NOUS !

Action anti jihadistes à Nîmes

Action anti jihadistes à Nîmes