Le billet de Thierry Lafronde

        Tu vis dans un drôle de monde, fiston ! On t’explique partout que tu es peut être une fille qui s’ignore et que la jolie blonde Aglaé qui t’émeut tant est peut-être un garçon itou. Dans les magazines « people » que tu consultes distraitement quand tu vas chez le coiffeur, tu peux lire des tas d’histoires abracadabrantes de personnes « trans genre » qui ont enfin trouvé leur voie en changeant de genre, avec ou sans opération à la clé.

        La boucle a été bouclée récemment avec l’histoire édifiante d’une ancienne femme qui se sentait homme (et qui a pris des hormones pour avoir plus de poils aux pattes). Cette nouvelle dame s’est mise en couple avec un homme qui se sentait femme (et qui a pris des hormones pour avoir moins de poils aux pattes). Les 2 se sont rencontrés, ont convolé et ont eu un enfant grâce à leur sexe d’origine qui visiblement, lui, fonctionnait toujours normalement. Les titres mensongers proclamaient « Enfin ! Un homme vient d’accoucher et allaite ! ». Alors qu’il s’agissait tout benoîtement d’une vraie femme prétendument devenue homme. Note bien que le pauvre chérubin issu de cette duperie est bien le fruit d’un couple … au ressenti sexuel inversé. Il faut toujours un « plus » et un « moins » pour que le courant passe dans ces affaires (en laissant au choix de chacun de déterminer qui est le « plus » et qui est le « moins », étant entendu que les 2 ont toute leur importance et valeur pour faire jaillir ledit courant).

        A noël et pour les anniversaires de tes copains tu as désormais beaucoup de mal à trouver des cadeaux qui t’attirent naturellement. Les grandes marques s’ingénient tant à brouiller les repères en vantant les dînettes pour garçons et les panoplies d’outils en plastique pour les filles que tu te rabats vers des jeux de société, forcément neutres, à l’abri de toutes ces manipulations.

        Ne parlons pas de ces parades annuelles désolantes qui se prétendent ouvertes, amicales, festives et si gaies, où des bonhommes sont travestis, fesses en l’air et minois outrageusement maquillés, arborant fièrement des drapeaux arc en ciel qui défient la morale la plus élémentaire et le bon sens venu du fond des âges. Parades qui font du reste un flop dans les pays africains lesquels ont su raison garder et entendent défendre leurs rejetons comme Dieu et la nature le commandent.

        Alors, oui, fiston, continue à rêver avec Aglaé. Offre lui des chocolats et des poèmes de ton cru. Joue, avec elle, au chevalier qui affronte les dragons et écarte les méchants. Protège la déjà des dangers imaginaires ou réels. Elle n’attend que cela. Plus tard, si votre affaire tourne bien encore, tu passeras aux fleurs et aux soupers intimes.

        Encore plus tard, si vos sentiments et attraction mutuelle se consolident, vous pourrez envisager de fonder à deux une gentille famille pour que votre amour s’épanouisse et puisse accueillir des enfants le plus naturellement du monde. Ce sera simple, naturel, « bio » pour reprendre un mot en vogue, et source garantie de bonheur.

        Laisse les délires du « genre », les constructions idéologiques aux pseudos enseignants et auto proclamés experts qui polluent ta jeune âme. Suis ton instinct de jeune homme pour aimer la véritable femme qui te convient et qui t’attend.

        « Alors sois un homme et avance dans la vie avec confiance, calme et droit, mon fils ».
Faites connaître notre site, partagez !