D’après Marc Horckmans

En Europe, on observe de plus en plus un clivage politique clair entre la ville et la campagne. La polarisation politique européenne au XXIe siècle semble donc être fortement liée au lieu de résidence des citoyens. C’est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’université de Cambridge

Ils ont fondé leur thèse sur des données recueillies plus d’une décennie et demie dans 30 pays européens – les États membres de l’Union européenne plus la Norvège, la Suisse et le Royaume-Uni – depuis le début du siècle. Selon les chercheurs, ce résultat indique que la démocratie européenne est confrontée à un défi majeur.

Désillusion

Les scientifiques britanniques notent qu’une véritable géographie de la désillusion peut être dessinée en Europe. « Les divisions politiques sur le continent européen sont alimentées par la désillusion et la méfiance à l’égard de la démocratie », explique le directeur de recherche Michael Kenny, professeur de sciences politiques à l’université de Cambridge.

« Ce fossé s’étend également des grands centres urbains aux banlieues, aux petites villes et aux zones rurales. Les habitants des régions rurales d’Europe sont ceux qui ont le moins confiance dans le système politique actuel de leur pays. En revanche, ils sont nettement plus enclins à voter aux élections que les citadins. »

« Les habitants des banlieues, des villes régionales puis de la campagne se décrivent de plus en plus comme politiquement conservateurs », précisent les chercheurs. « Ce groupe s’oppose également davantage à l’immigration et à une influence croissante de l’Union européenne, tandis que les citadins affichent généralement une attitude plus progressiste. »

« Toutefois, les zones rurales les plus pauvres ne semblent pas être les plus touchées par la désillusion. Les habitants des petites villes et des zones rurales font état de niveaux de satisfaction de la vie plus élevés, tout en exprimant une insatisfaction à l’égard des institutions démocratiques. »

Les chercheurs mettent en évidence un fossé géographique de plus en plus profond dans les sociétés européennes, qui, selon eux, pourrait conduire à un retour aux divisions politiques brutales entre les zones urbaines et rurales du début du siècle dernier.

« Les Européens vivant en dehors des grands centres urbains ont beaucoup moins confiance dans la politique », déclare Michael Kenny. « Le désenchantement croissant dans les zones plus rurales a fourni un terrain fertile aux partis et mouvements nationalistes et populistes. Cette tendance semble également se poursuivre. »

« Les politiciens traditionnels qui espèrent séduire à nouveau les habitants des petites villes et des villages doivent offrir des opportunités économiques, mais ils doivent également prendre des mesures contre la propagation d’un sentiment de déconnexion de la politique traditionnelle et des changements qui accompagnent une économie plus mondialisée. »

Le cas français

En revanche, les opinions sur l’État-providence et la confiance dans la police – deux éléments clés de la bataille rhétorique d’après-guerre entre la gauche et la droite – n’ont pas, selon les chercheurs, révélé de divisions entre les zones urbaines et rurales. « Les préoccupations relatives au droit et au bien-être ne sont peut-être plus la clé de la géographie politique de l’Europe dans la nouvelle ère populiste », suggère Kenny.

L’année dernière, une étude de l’université de Cambridge a mis en évidence un déclin mondial de la satisfaction à l’égard de la démocratie. La nouvelle étude suggère que ce mécontentement croissant – en particulier en Europe – est plus aigu dans les zones rurales.

« Les schémas de la désillusion politique actuelle ont un pilier géographique clair », affirme Kenny. « Alors que la désillusion grandit dans l’arrière-pays européen, la politique démocratique risque d’être érodée de l’intérieur par des citoyens qui participent aux élections, mais qui se méfient du système et sont attirés par les partis populistes, anti-système. »

Parmi les pays étudiés, c’est en France que l’écart entre les attitudes politiques des zones urbaines et rurales est le plus marqué. « Les grandes villes comme Paris et Lyon sont considérées comme des centres hautement mondialisés et abritent une population progressiste, tandis que les petites villes et les zones rurales sont principalement habitées par des immigrants de longue date et la classe ouvrière autochtone », expliquent les chercheurs.

« Le vieillissement des populations dans les petites villes et les villages, combiné à des années d’austérité, a mis la pression sur les services publics ruraux. Pourtant, ces services sont souvent au cœur des liens sociaux nécessaires à l’épanouissement d’une communauté. »

« La revitalisation de ces services pourrait être la clé pour réduire les clivages politiques qui apparaissent entre les populations urbaines et les populations rurales à travers l’Europe. »

Faites connaitre notre site, partagez !