Romain Espino

Communiqué de Riposte Laïque et de la Ligue du Midi

 

Ce week-end, Génération Identitaire, en organisant le blocage, au col de l’Échelle, de la frontière franco-italienne, a montré à l’ensemble des Français l’extrême porosité des frontières françaises, qui permettent à des milliers de clandestins, souvent de jeunes hommes seuls venant de pays musulmans, d’envahir notre pays.

Depuis cette action, qui s’est déroulée de manière pacifique, sans la moindre violence contre les clandestins, ni contre les forces de l’ordre, la haine des associations immigrationnistes, des journalistes et de l’ensemble de la gauche ne connaît plus de limites.

Dès le dimanche après-midi, des militants gauchistes, venus de France et d’Italie, ont agressé des policiers et voulu imposer de force à la France le passage, illégal, d’une trentaine de clandestins.

Les journalistes ont calomnié matin, midi et soir, l’action de ces jeunes militants, certains les qualifiant ouvertement de « fascistes ».

Ensuite, un militant de la cause palestinienne, ayant déjà eu affaire à la justice, s’est permis de balancer sur les réseaux sociaux le nom de l’employeur de Romain Espino, porte-parole de Génération Identitaire lors de l’opération du col de l’Échelle.

Bien évidemment, depuis, le Crédit Agricole subit une très forte campagne médiatique. Un militant de la Ligue de Défense Noire Africaine, qui a exigé le licenciement du jeune Romain Espino, a même perturbé une agence locale de la banque, tenant par ailleurs de curieux propos contre l’hôtesse d’accueil, à qui il a reproché d’être blanche, donc d’extrême droite !

Alors qu’un sondage de Valeurs Actuelles nous apprend que 76 % des Français souhaitent un référendum sur l’immigration, une certaine gauche, qui prétend défendre les salariés, se permet de faire pression sur des employeurs pour qu’ils licencient des employés, simplement à cause de leurs opinions et de leurs engagements. Lors des dernières élections législatives, à Calais, des militants de Jean-Luc Mélenchon, soutenus par un journal local, et certaines associations, avaient demandé des sanctions contre une enseignante, professionnellement irréprochable, qui se présentait pour l’association Civitas.

Ces méthodes totalitaires, qui nous rappellent des heures sombres de notre Histoire, doivent être combattues par tous ceux qui se réclament de la défense des libertés publiques, et qui refusent qu’en France s’installe un délit d’opinion.

Riposte Laïque et la Ligue du Midi se félicitent que, pour le moment, la direction du Crédit Agricole n’ait fait aucun commentaire, et paraisse résister aux pressions des commissaires politiques qui osent se prétendre anti-fascistes.

Nos associations ont toutes deux leurs comptes au Crédit Agricole. Elles sont lues tous les jours par plus de 100.000 lecteurs ou militants, dont un nombre certain a également un compte dans la même banque.

Si par malheur le porte-parole de Génération Identitaire, Romain Espino, se retrouvait licencié, nul doute que nos associations feraient la publicité que mériterait un acte aussi inique, et que nombre de nos lecteurs et militants en tireraient les conséquences qui s’imposent.

Pierre Cassen, porte-parole de Riposte Laïque

Richard Roudier, président de la Ligue du Midi

Paris et Montpellier, le 27 avril 2018

Faites connaître notre site, partagez !