Le billet de Colette Mercier

 

 

Nous vous l’avions annoncé dans de précédents billets, le système a planifié la spoliation de la classe moyenne, de son patrimoine financier et foncier afin de financer la consommation des migrants et in fine restructurer les bilans pourris des banques.

En gros, la démarche est la suivante : faire entrer massivement des migrants qui ne seront jamais des travailleurs, mais immédiatement des consommateurs ; tout en sachant pertinemment que ces gens ne produiront jamais rien et donc, ne financeront jamais leur consommation. En effet, il n’y a pas besoin de travailleurs dans une économie dont la production manufacturière a déjà été largement délocalisée et robotisée et où des millions de gens sont durablement écartés de l’emploi. Néanmoins la consommation de ces nouveaux venus assurera la croissance indispensable au système en relais de la consommation décroissante de la population de souche, vieillissante, et dont le pouvoir d’achat ne cesse de décroître de façon programmée.

La consommation immédiate de ces nouveaux venus qui ont besoin de tout puisqu’ils arrivent quasiment nus, sera entièrement préfinancée par de la dette.

Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que cette dette contractée par l’État auprès des banques est tacitement garantie par le patrimoine financier et surtout foncier de la classe moyenne de souche.

Ce qu’on ne vous dit pas non plus c’est que les bilans des banques sont déjà largement pourris de dettes d’État totalement irrécouvrables. Il en résulte que les banques ont besoin de restructurer leurs bilans et donc de remplacer leurs créances pourries par des valeurs tangibles. Voilà comment le patrimoine foncier et financier de la classe moyenne est d’ores et déjà tacitement préempté par le système financier avec la complicité des gouvernements.

Le but du grand remplacement est double : faire entrer des consommateurs pour maintenir le système à flot, mettre la main sur les valeurs tangibles détenues par les peuples d’Europe pour restructurer les bilans pourris des banques et éviter l’effondrement global.

En confirmation parfaite de cette analyse, nous lisons ces jours-ci dans la presse, les déclarations d’un conseiller écologiste de la ville de PARIS qui dévoile un des aspects de ce plan de spoliation. Il s’agit de la prise en viager par la ville de PARIS des logements des vieux parisiens qui n’ont plus les moyens d’assurer leur train de vie, leurs soins médicaux ou mieux encore leurs frais d’obsèques. Voici donc ce que nous révèle cyniquement et tout à fait publiquement le conseiller BELLIARD :

‘’Comment aider les personnes âgées propriétaires de leur appartement à vieillir chez elles ? Face à cette question de plus en plus cruciale à l’heure où la longévité augmente, le Conseil de Paris a adopté le projet de création d’un viager public et solidaire porté par le groupe écologiste de Paris. Ce dispositif inscrit dans le plan senior voté en juin 2017 se concrétise. 

« Ce dispositif innovant pourrait permettre aux personnes âgées de faire face à de nouveaux besoins, d’adapter leur logement, d’améliorer leur quotidien, d’entrer dans un établissement médicalisé et d’anticiper les frais d’obsèques en épargnant la charge financière à leurs proches », a argumenté David Belliard, le président de groupe. Les écologistes souhaitent que les biens des plus âgés puissent être ainsi transformés en logements sociaux à l’issue du viager. « Ce dispositif permettrait de pallier les manques dans les zones déficitaires de l’Ouest parisien où se concentre aujourd’hui une grande majorité des séniors », a expliqué David Belliard.’’

L’autre versant de cette vaste manipulation, c’est bien sûr le remplacement des populations de souche par des migrants dans les quartiers de l’Ouest Parisien non encore touchés par l’invasion. En privant les héritiers de la classe moyenne de l’Ouest parisien du fruit de l’épargne de leurs parents, le pouvoir chasse définitivement la population de souche de ces quartiers afin de la remplacer par des migrants. C’est très net et surtout parfaitement assumé.

D’autre part, la ville de PARIS est déjà largement surendettée. Pourtant, elle continue d’accroître son endettement avec la complicité des banques qui savent qu’à la fin elles reprendront tout. Cela est vrai à l’échelle de la ville de PARIS, cela est également vrai à l’échelle du pays. Le pouvoir est en train de finaliser le grand dépouillement qui est le corollaire du grand remplacement, par une convergence de moyens de tous ordres dont le premier est bien sûr l’écrasement des classes moyennes et « moyennes supérieures ». Tout y concourt et au premier chef la paupérisation programmée des seniors pour les contraindre à aliéner leur patrimoine.

Il est saisissant de voir que les classes moyennes et moyennes supérieures qui ont massivement voté pour les promoteurs de ce système, par peur pour leurs économies, en soient désormais arrivées là.

La LIGUE du MIDI ne cesse de lancer des alertes et de sonner le tocsin sur ce thème. Encore tout récemment nous pointions la spoliation de la terre de France et le grand dépouillement programmé des agriculteurs. Au point où nous en sommes, il n’y a plus de solution consensuelle pour arrêter cette machination. La population de souche aura le choix entre assumer le rendez-vous que nous propose l’Histoire, ou disparaître après avoir été totalement dépouillée.

 

Les éléments encore restés sains de la population de souche doivent s’en convaincre de toute urgence et rejoindre les organisations patriotiques pour s’y préparer.

Faites connaître notre site, partagez !