Communiqué de la Ligue du Midi (avec la participation de E.C et A.W)

Samedi 24 avril était organisée à Nîmes une manifestation à l’appel de plusieurs collectifs de l’Hérault et du Gard dont REINFO-COVID pour défendre nos libertés individuelles et collectives face à la dictature sanitaire qui se fait toujours plus pesante.

Le temps était particulièrement clément, ensoleillé et chaud. D’après la presse locale, 350 personnes -en fait entre 450 et 500- dont de nombreuses femmes issues des classes populaires et du secteur médical ont battu le pavé entre la Maison Carrée et l’Esplanade Charles de Gaulle dans une ambiance très festive et bon enfant.

Pendant que notre économie s’effondre, que notre jeunesse ne peut plus se projeter et sombre dans la dépression, que nos frontières extérieures laissent passer nombre de porteurs potentiels et avérés de variants tous plus exotiques les uns que les autres de la Covid, l’État borne notre quotidien avec des leitmotiv aussi angoissants qu’erronés :

  • Où, quand et comment porter le masque ?
  • Quel vaccin est disponible dans votre vaccinodrome préféré ?
  • Accentue-t-on les risques de contagions lorsqu’on passe de six à sept convives à table ?

Pour les besoins de cette « guerre » face un ennemi invisible -c’est bien commode- de nombreuses libertés sont suspendues. La république reprend ses sinistres poncifs de 1792… et ça fonctionne, malheureusement, sur une bonne partie des « nôtres » complètement lobotomisés par une propagande omniprésente et culpabilisatrice.

L’hyperclasse mondialiste compte bien tirer profit de cette crise sanitaire (nous n’avons pas encore les preuves pour dire qu’elle l’a délibérément provoquée… mais ça viendra), pour accélérer la réalisation de ses projets : ruiner les classes moyennes européennes, liquider les travailleurs indépendants au profit des grandes multinationales, notamment celles du secteur du numérique et du lobby pharmaceutique, isoler encore plus les « citoyens- consommateurs » du monde que nous sommes devenus et enfin diluer les peuples européens sous un  flot ininterrompu d’immigrés venus de toute la planète, en attendant de pouvoir délocaliser tous nos emplois de services -et les autres- vers les pays où la main d’œuvre est bon marché et docile, via la 5G et bientôt la 6 !

Un des éminents porte-parole de la « caste », Jacques Attali l’avait prophétisé : là où les politiques ont échoué, la médecine parviendra à dominer les peuples et à instaurer un gouvernement mondial qui régentera les destinées de toute l’humanité.

Face à ces nouvelles formes d’asservissement, la résistance doit prendre de nouvelles formes, les lignes politiques elles-mêmes sont appelées à bouger. C’est ce qui s’est produit dès le début du rassemblement de Nîmes avec de la couleur, de la musique, des gens qui riaient et discutaient et (presque) pas un masque dans la foule. En périphérie, on pouvait observer un petit nombre de policiers réglementairement muselés probablement envieux de l’atmosphère de liberté qui flottait juste devant eux. La toute nouvelle préfète du Gard, sous les lambris dorés de son “palais” devait « tordre le nez », elle qui n’avait autorisé la manifestation qu’à la condition de porter la muselière. 

Après un interlude en forme de happening théâtral le docteur Louis Fouché fit son apparition, sous des applaudissements nourris et enthousiastes. Ce docteur anesthésiste, récemment révélé par les réseaux sociaux délivra à la foule un discours sincère et humain au cours duquel il se montra scandalisé par le mensonge gouvernemental et médiatique tissé autour d’un virus finalement pas très dangereux et parfaitement traitable. Puis vilipendant une dictature qui ne dit pas son nom et qui ose prétendre nous protéger, il dénonça la destruction délibérée de nos libertés et l’instauration sournoise d’une stratégie de la peur et de l’enfermement. 

Lors d’une seconde intervention sur l’Esplanade, l’orateur principal du rassemblement lança un appel au regroupement et à l’action politique faisant la magistrale démonstration qu’un discours politique peut également être un discours de bon sens et de sincérité dans un réel souci d’autrui.  A plusieurs reprises, la foule manifestait son enthousiasme et sa joie en scandant le mot « Liberté ».

Louis Fouché aura montré tout au long de cette après-midi avec la sincérité désarmante qui le caractérise, qu’on peut aborder la chose politique, la vie de la cité, en citant Spinoza et des principes de philosophie.  Mais au-delà de l’événement ponctuel de cette manifestation, la leçon qu’on peut tirer de l’apparition sur la scène politique d’un Louis Fouché, est qu’une politique 2,0 est peut-être en train de naître.

C’est pourquoi la Ligue du Midi avait toute sa place dans cette manifestation menée au nom de la défense de nos libertés et de notre art de vivre, c’est-à-dire ce qui fait la pérennité notre civilisation.

Un discours très insolite pour une manifestation mais qui nous paraît très intéressant : à vous de juger ! 😉

Faites connaitre notre site, partagez !