Le billet d’Alain De Peretti

Alain De Peretti

Alain De Peretti

Il est difficile de critiquer le bien fondé des multiples actions en faveur des migrants tant le sujet a été monopolisé par le « camp du bien » et tous ceux qui « parlent du cœur comme d’autres parlent du nez ».

Il faut prendre conscience d’un fait qui est pourtant sous nos yeux et dont, finalement, nous ne nous servons pas dans notre combat dialectique : le trafic de migrants et donc d’êtres humains est un vaste business peu ragoutant qui draine des sommes colossales au profit d’une caste de privilégiés !

La politique mondiale pro-migrants est en effet l’objet de mouvements financiers colossaux : ONU, Fondations diverses (Open Society de Soros par ex.), ONG innombrables, gouvernements, assemblées territoriales, particuliers. Et tout cela, pardon pour cette note conspirationniste, pour importer des consommateurs et une main d’œuvre docile, noyer sous le nombre les peuples européens (grand remplacement) peu dociles et attachés à leur culture, tout cela au service de la grande finance internationale.

Ce projet utilise, en dehors des initiateurs de ce plan à l’échelle mondiale, tout d’abord des gens vénaux qui vivent –très bien- de ce trafic d’êtres humains ( éducateurs, responsables d’ONG…) et enfin tout un petit peuple « d’idiots utiles» bénévoles  souvent de bonne foi mais dont les motivations profondes sont souvent une compensation aux frustrations personnelles ou par endoctrinement idéologique et sentiment de culpabilité collective vis-à-vis de peuples soi-disant opprimés, sans oublier médias et politiques désireux de faire carrière en suivant le sens du vent.

Tous les faits et chiffres sont documentés et vérifiables.

Les Mineurs Non Accompagnés par exemple (MNA, migrants mineurs « isolés ») sont devenus une des principales sources d’immigration illégale mais officielle. En effet leur accueil est obligatoire du fait de leur âge et celui-ci, incroyable mais vrai, est déterminé par simple entretien puis par un juge pour « enfants » (sic), donc processus facile à détourner !  Un rapport sénatorial récent a déterminé que 80 % de ces mineurs étaient en fait majeurs.  De plus, peut-on dire qu’un africain sub-saharien de 16 ans réels est un « enfant » ? Surtout lorsqu’on parle de mettre la majorité sexuelle à 15 ans pour les jeunes français ! Depuis quelques temps le coût de ces MNA est arrivé à la connaissance du public. Tout d’abord, France Terre d’Asile, a parlé de 50 000€ par an et par tête. Puis d’autres chiffres se sont révélés comme les 284 € par jour annoncés par le conseil départemental de l’Hérault, les 150 € du conseil départemental de Gironde (du simple au double : problème de gestion ou normes comptables ?) On arrive donc à des sommes colossales de plus de 100.000 € par an soit un budget de 3,5 milliards d’euros annuels au chiffre actuel de MNA, en augmentation exponentielle. Et ce n’est qu’un petit bout des sommes consacrées aux migrants.

Quelques exemples connus, parties émergées de l’iceberg du trafic d’êtres humains, sont édifiants : le conseil départemental de l’Hérault, par exemple, financerait pour la coquette somme de 7.800 € par mois le responsable d’une association d’aide aux migrants, des écoles spécialisées pour des jobs dans l’humanitaire fleurissent, on y fait une carrière rémunératrice, Cécile Duflot abandonne la politique pour devenir directrice d’OXFAM France, et on se doute que son salaire, non divulgué, est conséquent, ces personnes étant habituées à un certain train de vie sous les ors de la République. Et l’argent coule à flot… La mairie de Paris vient de voter une rallonge budgétaire de 127.000€ pour les migrants, et de tous côtés, on trouve des ressources nouvelles dans un élan de bons sentiments dégoulinants. On se souvient qu’il était impossible il y a peu, de trouver des financements pour les SDF…

Alors bien sûr, on peut se dire que notre pays n’a pas changé puisque Ronsard, dans des vers célèbres disait « France, de tes malheurs tu es cause en partie, je t’en ai par mes vers mille fois avertie, tu es marâtre aux tiens et mère aux étrangers, qui se moquent de toi quand tu es en danger, car la plus grande part des étrangers obtiennent les biens qui à tes fils appartiennent »

Cependant il s’agit ici d’autre chose : sur un fond diffus de culpabilité post-coloniale et de lavage de cerveau de nos peuples, de véritables réseaux de trafic d’êtres humains se sont constitués en toute quiétude. Nous devons les dénoncer sans relâche et sans mollir ! Ce sont les négriers des temps modernes ! Ils sont pires que les passeurs libyens qui font ça pour l’argent car ils habillent leur négoce sous les oripeaux de l’humanisme.  Mettons en avant ce caractère monstrueux et amenons les quelques braves gens qui les suivent à se poser des questions. Sans prétendre à remplacer le camp du bien, Dieu nous en garde, nous devons faire honte à ces tartuffes et, nous avons en magasin tous les arguments pour les inciter à plus d’honnêteté et de modestie, s’ils en sont encore capables…

Faites connaître notre site, partagez !