Le billet d’Eric de Verdelhan

 

« La seule chose qui différencie un héros d’un méchant c’est la direction dans laquelle il pointe son arme. » (Willem Dafoe).

 

Par principe, je n’aime pas taper sur mon camp. Comme Eric Zemmour, Patrick Buisson, Marion Maréchal (et quelques autres), je prône une union des droites et j’en ai marre de voir « la droite la plus bête du monde » se déchirer en des « chicayas » stériles.

Depuis des années, j’ai fait mienne la tirade de Philippe Malaud – alors président du CNI (1) – « je n’ai pas d’ennemis à droite ». Et pourtant, deux faits récents me donnent envie de pousser un coup-de-gueule contre cette droite, idiote, inconsciente, voire suicidaire, qui fait le jeu de Macron, ce fossoyeur de notre identité nationale (auquel je reconnais pourtant un certain génie). 

Avec son « Et en même temps », Macron est en train de réussir là où Giscard-d’Estaing avait échoué : le délitement des partis politiques traditionnels au profit d’un « extrême-centre » favorable à une gouvernance européenne. Giscard en a rêvé, Macron, lui, va le faire !

Et, avec la complicité (d’une partie) d’une droite qui se dit…nationale. C’est à pleurer ! 

La première illustration de mon propos, c’est l’interview de l’avorton présidentiel dans « Valeurs Actuelles ». Quatorze pages – excusez du peu ! – lui sont consacrées : un chef-d’œuvre de servilité journalistique, et ils se sont mis à trois pour disséquer la parole présidentielle. Bien sûr l’article est ponctué de quelques critiques, juste ce qu’il faut pour ne pas trop déboussoler le lecteur. 

Les journalistes annoncent d’ailleurs la couleur d’emblée : « Ainsi va (notre) relation avec le plus jeune président de la 5ème République : différends maintes fois, oppositions parfois, respect quoi qu’il en soit ». On est entre gens mondains et policés : ouf, on respire !

Durant des années, j’ai été abonné à cet hebdo résolument « de droite » qui savait tirer à boulets rouges sur Hollande. Et puis, j’ai cessé mon abonnement quand certains de ses chroniqueurs – suppôts d’une droite libérale et d’un capitalisme débridé – ont commencé à trouver moult qualités à ce jeune président si dynamique. Certains ont quitté le navire depuis, mais le mal était fait. 

Les dirigeants de « Valeurs Actuelles » semblent tombés sous le charme du gnome élyséen, comme ce fut le cas, jadis, pour Philippe de Villiers. Macron est, indéniablement, un séducteur mais ses zélateurs sont, incontestablement, des imbéciles, des crétins (ou pire : des « collabos »). Si « Valeurs Actuelles » doit devenir l’hebdo de la droite-cachemire (qui est finalement assez proche de la gauche-caviar), boycottons-le ! 

L’autre fait divers qui me fait bondir, c’est l’affaire – montée en épingle par les médias à la botte du pouvoir – de l’attentat contre la mosquée de Bayonne. Les réactions de « Bizounours » ou de faux-culs autour de cette « agression fasciste » m’insupportent !

Dans le monde des enfants, cet univers – très moral – où les bons triomphent toujours des méchants, il existe un nombre impressionnant de héros. Les gamins trop gâtés de la génération post-soixante-huitarde, qui s’expriment avec un vocabulaire limité à 50 mots, bêtifient en parlant de « supers héros dotés de supers pouvoirs ».

Ces personnages, totalement irréels, ont été créés par les Américains pour faire oublier les héros qu’on admirait jadis. Ceux qui défendaient la veuve et l’orphelin ou leur patrie en danger. 

Dans ma jeunesse, je lisais « le Prince Eric » et « La mort d’Eric » de Serge Dalens (2), ou « L’escadron blanc » de Joseph Peyré. Et comme, à cette époque, on ne cherchait pas encore à abrutir (et à abêtir) les masses laborieuses, il s’agissait de véritables livres, pas de bandes dessinées plus ou moins débiles (3). Superman a été créé en 1933 par Jerry Siegel et Joe Shuster. Après lui sont arrivés : Spiderman, l’homme araignée, Batman, l’homme chauve-souris, Catwoman, le pendant femelle des précédents (parité oblige !), etc…etc… Oui mais voilà, dans la vraie vie, les choses se passent différemment. Notre pauvre pays est dirigé par Mégalo-Man, lequel vit avec une vieille harpie coiffée comme un cocker, Nympho-Man (4) qui aime à déniaiser les puceaux. 

Le Sénat, cette chambre de parasites inutiles, est présidé par Eléphant-Man (5), un gros franc-maçon qui défend le port du voile islamique dans l’espace public. Dans les banlieues de non-droit – où les flics, les pompiers et les femmes seules n’osent plus s’aventurer – la rue appartient à Musul-Man qu’on pourrait comparer à un hibou car il dort le jour, il vole la nuit, et l’un et l’autre sont des espèces protégées. Musul-Man vit (fort bien) de trafics en tous genres et d’aides diverses qu’on lui alloue généreusement pour s’assurer la paix sociale. Parfois, il endosse le costume de Pyro-Man pour aller foutre le feu à des bagnoles, juste pour s’amuser, ou à un lieu de culte chrétien. Il incendie ou vandalise, en gros, une église par semaine mais les médias ont reçu pour consigne de n’en point parler, car il ne faudrait pas effrayer le bourgeois, « faire le lit de l’extrême-droite » ou pire, « stigmatiser une communauté » (6).

Musul-Man a tué plus de 200 personnes sur notre sol ces dernières années, souvent de façon atroce comme ce fut le cas pour certaines victimes du Bataclan, pour le Père Hamel, pour le Lt-colonel Beltrame ou, tout récemment, pour quatre policiers parisiens.

La presse qualifie pudiquement de « blessure au cou » ce qu’on n’ose pas appeler « égorgement » : c’est le même rituel odieux que pour le mouton de l’Aïd-el-Kebir !

Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que, de temps à autres, un Gaulois « pette les plombs ». Comprenez-moi bien : Je ne saurais justifier, minimiser et encore moins excuser l’attaque d’une mosquée, pas plus que d’une synagogue ou d’une église catholique (6). Je trouve d’ailleurs tout à fait logiques les cris d’orfraie de la gauche (si complaisante à l’égard de la montée de l’islam). Ce qui me choque profondément, en revanche, c’est l’attitude de vierge outragée de Marine Le Pen qui voit dans cet attentat « une atteinte aux valeurs qu’elle a toujours défendues ». 

Aussitôt après sa patronne, Jordan Bardella – celui qu’on surnomme « Pathé Marconi » (la voix de son maître) – en a remis une couche, suivi, dans la foulée par Sébastien Chenu, l’inverti qui a remplacé Flo-flo Philippot dans le cœur de Marine. Je suppose que si le forcené de Bayonne avait agi en « tutu » rose (ou sous les couleurs du mouvement LGBT), Sébastien Chenu lui aurait trouvé des circonstances atténuantes ? Les journalistes de « Valeurs Actuelles » – dont j’ai parlé plus haut – traitent le vieil illuminé de « salopard », un qualificatif qu’ils n’utilisent jamais quand Musul-Man donne du couteau, de l’explosif ou de la Kalachnikov. 

Il est vrai que, pour nous convaincre que ce type est un salopard, on est allé enquêter dans son village et là, ses voisins, le facteur, le (la) maire, bref, tout le monde nous a confirmé que cet individu – inconnu des services de police et détenteur légal d’armes-à-feu – était un méchant con, hargneux et mauvais comme une teigne. Il aurait « reçu une formation militaire » ce qui, dans notre pays, semble être une tare. Mais il n’a pas servi à la Légion ou chez les paras. Il n’est même pas ancien membre de l’OAS. Je présume que c’est pour ça qu’il a raté son coup ! 

Décidément les fascistes ne sont plus ce qu’ils étaient : car, aller à visage découvert, dans sa propre voiture et en plein jour, pour tenter – sans y parvenir – de mettre le feu à la porte d’une mosquée, puis s’enfuir en tirant – mal – sur deux Musulmans, c’est d’un amateurisme déconcertant !

Donc dormez en paix, braves gens ! Les démocrates veillent : le fascisme ne passera pas !

Et je suis même en mesure de vous prédire la suite de cette affaire : 

  1. a) – L’illuminé de Bayonne – qui, à mon humble avis, est fou – sera déclaré responsable de ses actes, jugé et très sévèrement condamné.
  2. B) – Puisqu’il détenait légalement des armes, on renforcera encore un peu plus la lutte contre la détention d’armes par des citoyens ordinaires : tireurs, chasseurs, collectionneurs…
  3. c) – Peut-être en profitera-t-on pour dissoudre quelques groupuscules d’extrême-droite ?
  4. d) – Quant à Musul-Man, qui digère mal la mort de son seigneur et maître, le regretté Abou Bakr Al-Baghdadi, il continuera à affuter son couteau en vue de quelques « blessures au cou » de « Kouffars » innocents. 

Mais je ne voudrais pas passer pour islamophobe : Dieu (ou Allah) m’en préserve ! A en croire les médias, dans notre pays, l’islam est stigmatisé en permanence.

Et les chiffres parlent d’eux même :

Actes antireligieux en France, l’an passé, en 2018 :

Actes antichrétiens : …………………………………………………………………..1063

Actes antisémites (pourtant une petite communauté)  : ..…………….541

Actes antimusulmans : ………………………………………………………….………100

Mais notre société pétocharde préfère se shooter au « Padamalgam » qui est une drogue douce – en vente libre – qui autorise toutes les lâchetés, et adopter la politique de l’autruche : la tête dans le sable et le cul à l’air…

Bon, il va sans dire que mes propos sont à prendre au second degré, quoique…

Notes :

1)- Centre National des Indépendants.

2)- Nom de plume du magistrat Yves de Verdilhac.

3)- Ceci mérite d’être nuancé car j’aime beaucoup les albums de Tintin, Astérix et Lucky Luke, mais c’est à peu près tout.

4)- Je sais, on devrait dire « NymphoWoman » mais la théorie du genre m’interdit de « sexuer » les personnages : chacun a le droit de choisir son sexe après tout !

5)- Également connu sous le nom de Gérard Larché ou « Gros Gégé » pour les intimes.

6)- A l’heure où j’écris ces lignes, un cimetière chrétien a été profané près de chez moi, à Cognac. Qui en parle en dehors d’un bref entrefilet dans « Sud-Ouest » ?

Faites connaitre notre site, partagez !