macron

Le billet de Colette Mercier

 

Après un an d’exercice du pouvoir nous pouvons dresser un premier constat de la politique conduite par MACRON et voir se préfigurer le monde, qu’avec ses commanditaires, ils nous préparent.

 

  • Tout pour les hypers riches

On ne va pas faire le catalogue des mesures en faveur des hyper riches ni en établir le chiffrage, mais tout est sacrifié à l’hyper classe des 1 ou 2 % les plus riches pour qui c’est Noël toute l’année.

À elle seule, l’arrogante suppression de « l’exit tax » est une synthèse. Ainsi, lorsqu’ils décideront de quitter le pays, les hypers riches pourront désormais « lever » leur argent en totale franchise fiscale ; c’est à dire sans payer un centime de plus-value. Du jamais vu, une aubaine inespérée pour les initiés qui veulent fuir le pays avec leur argent tant qu’il en est encore temps.

 

Premier constat : tout est fait avec le plus grand cynisme pour les plus riches parmi les riches.

 

  • Macron : casse sociale et paupérisation galopante de la classe moyenne

Alors que les populations immigrées sombrent massivement dans la déchéance parce qu’incapables de s’intégrer dans nos sociétés trop complexes pour elles, alors que la part la moins favorisée de nos concitoyens de souche (plusieurs millions de personnes) est déjà largement sacrifiée et abandonnée, c’est maintenant à la classe moyenne de subir une paupérisation galopante dont nous ne voyons encore que les prémices.

Nous l’avons déjà exposé ici, c’est le patrimoine financier et foncier de la classe moyenne qui sert de garantie à la dette d’État.  Par conséquent, tout va être fait pour la spolier de son avoir en organisant un vaste transfert sous contrainte, au profit du système financier détenteur de la dette. Dans ce sens une tenaille est mise en place pour réduire les revenus de la classe moyenne, lui supprimer ses prestations sociales et augmenter sa fiscalité. Baisse des salaires, précarisation généralisée, écrasement des retraites, fiscalité confiscatoire, tout y concourt. Tout cela se fait dans un but unique : obliger la classe moyenne à aliéner son patrimoine pour survivre. Ainsi, les grandes manœuvres autour de la fiscalité du patrimoine n’ont pas d’autre objectif que d’en rendre le coût de détention prohibitif.

 

Deuxième constat : tout est mis en place pour obliger la classe moyenne à aliéner son patrimoine au profit des banques.

 

  • Macron : casse industrielle et braderie du trésor national

Comme chacun le sait, les marchés ont besoin de croissance. Or il n’y a plus de croissance naturelle. Par conséquent, la croissance du secteur privé ne peut se faire que par privatisation des activités du secteur public. C’est tout le sens des règles imposées par Bruxelles. Or il se trouve que les activités publiques répondent toutes à des besoins contraints (on ne peut pas s’en passer), qu’elles sont sans concurrence et qu’elles assurent à vie des revenus récurrents. Par conséquent, la braderie de ce qu’il reste des activités rentables du secteur public va se poursuivre inexorablement au profit du privé. Dans le même temps, tout sera fait pour rendre rentable ce qui ne l’est pas. Le cas de la privatisation de la SNCF est exemplaire : à l’Etat les 50 milliards de dette et les pertes récurrentes du réseau dont le privé ne veut pas, au privé les tarifs libres et les usagers captifs.

 

Troisième constat : les derniers secteurs d’activité rentables de l’état vont être cédés à vil prix au privé tandis que le contribuable relèvera les dettes et les pertes futures du réseau et que l’usager goûtera aux délices de la ‘’concurrence libre et non faussée’’.

 

  • Poursuite massive de l’immigration de remplacement

Les marchés ont besoin de croissance. Nous l’avons déjà largement exposé, les immigrés ne sont pas des travailleurs et Il y a déjà 8 millions de chômeurs. Ce sont des consommateurs qui vont assurer l’indispensable croissance qui n’existe plus à l’état naturel. Ces consommateurs ne produiront jamais ce qu’ils consommeront et donc leur consommation sera financée par des transferts sociaux ; c’est à dire par de la dette garantie par le patrimoine de la classe moyenne.

Les statistiques sont interdites, aucun comptage n’est possible, mais l’œil nu suffit à mesurer l’ampleur de la submersion, dramatiquement plus importante que ce qui nous est dit.

MACRON est en train de faire passer sa loi ‘’asile et Immigration’’ qui n’est qu’un vaste habillage pour dissimuler des mesures encore plus libérales et l’abaissement de toutes nos défenses. À elle seule la dépénalisation du délit d’assistance est une synthèse de cette loi qui lève totalement le peu de barrières qui subsistait encore.

 

Quatrième constat :  l’appel d’air est considérablement augmenté et le flux migratoire connaît encore une accélération vertigineuse. Tout est fait pour rendre irréversible la submersion. Le juteux marché des trafics humains est en pleine expansion.

 

  • Raréfaction du combat politique : mondialistes vs/ identitaires

Aucun sujet ne peut plus être abordé sérieusement s’il ne l’est en considération de l’immigration et de l’islam. Inutile de parler d’économie, de culture, de social, de santé ou de quoi que ce soit si on ne le fait pas en considération de ces deux questions qui priment sur toutes les autres.

Exemple : BORLOO qui préconise d’engloutir 50 nouveaux milliards dans les banlieues sans jamais prononcer les mots immigration et islam. On voit bien que pour lui, seuls comptent les 50 milliards financés par de la dette au profit des marchés. BORLOO se fout des banlieues, il travaille exclusivement pour les marchés. Il avait déjà organisé le rachat des hôtels F1 à nos frais par une filiale de la Caisse des dépôts.

Aujourd’hui, le combat politique s’est simplifié et raréfié autour de ces deux thèmes qui sont liés : immigration – islam et qui se confondent dans le concept global de mondialisation.

Les forces politiques en présence se sont également décantées : mondialistes-immigrationnistes, de l’extrême gauche révolutionnaire à la droite républicaine d’un côté, Identitaires épars de l’autre. Il n’y a rien d’autre sur l’échiquier politique où la question de l’identité partage le monde.

Ceci explique la parfaite collusion de fait entre les libéraux libertaires au pouvoir et l’extrême gauche prétendument dans l’opposition. Tous sont mondialistes et immigrationnistes. C’est leur dénominateur commun. Rien ne les oppose sur l’essentiel, leurs oppositions ne portent que sur des questions de second ordre ; c’est à dire sur rien du tout puisque tout est conditionné par l’immigration et l’islam.

D’ailleurs l’extrême gauche n’est pas réprimée ce qui démontre qu’elle ne représente aucun danger pour les mondialistes libéraux au pouvoir. Bien au contraire, elle en est la force activiste, en quelque sorte le service action.

Sur l’échiquier politique, les identitaires sont les seuls opposants réels et sérieux aux mondialistes. Nous sommes les seuls qui représentons un danger réel pour eux ; raison pour laquelle ils exercent une répression féroce à notre encontre.

 

Cinquième constat : le combat s’est désormais polarisé sur la seule question qui compte : la mondialisation et ses corollaires que sont l’immigration et l’islam. Tout le reste est de second ordre. Les identitaires sont les seuls opposants aux mondialistes qu’ils soient de droite ou de gauche.

 

  • Fin des notions de droite et de gauche

Le partage classique entre droite et gauche n’avait de sens que dans une société homogène et non encore massivement soumise à une immigration de remplacement. Aujourd’hui, alors que rien ne peut plus être considéré autrement que déterminé par les questions de l’immigration et de l’islam, les notions de gauche et de droite n’ont plus aucun sens. Ce point a été définitivement acté par le ralliement massif de toute la gauche et l’extrême gauche à MACRON démontrant ainsi que ne comptait plus désormais que l’opposition entre identité et mondialisation.

Le seul acte concret de toute la carrière de MÉLENCHON a été d’appeler à voter MACRON. Cela conclut définitivement le cycle de l’opposition gauche droite et ouvre un cycle nouveau : celui de l’opposition identitaires vs/ mondialistes.

 

Sixième constat : les notions de droite et de gauche n’ont plus aucun sens puisque tous sont d’accord sur l’essentiel : organiser l’immigration et l’islam. Le partage se fait désormais entre identitaires et mondialistes.

 

Nous sommes dans une dramatique course contre la montre, le pouvoir remplaciste le sait qui accélère tant qu’il peut pour lever les derniers plis et rendre la submersion définitivement irréversible avant d’abandonner le pays au chaos. Les dispositions récentes permettant la fuite de l’argent en franchise fiscale sont un indicateur alarmant.

Faites connaître notre site, partagez !