Par Daniele Perra

J’ai jeté un rapide coup d’œil au « nouveau concept stratégique » de l’OTAN issu de la récente réunion de Madrid. On y lit : « La Fédération de Russie a violé les normes et les principes qui ont contribué à un ordre de sécurité européen stable et prévisible […] Nos concurrents testent notre résilience (un terme très cher aux élites atlantistes) et cherchent à exploiter l’ouverture, l’interconnexion et la numérisation de nos nations. Ils s’ingèrent dans nos processus démocratiques et institutionnels […] mènent des activités malveillantes dans le cyberespace et l’espace, promeuvent des campagnes de désinformation, instrumentalisent les migrations, manipulent les approvisionnements énergétiques et emploient la coercition économique. Ces acteurs sont également à l’avant-garde d’un effort délibéré pour saper les normes et les institutions multilatérales et promouvoir des modèles autoritaires de gouvernance ».

Procédons dans l’ordre. Selon l’OTAN, la Russie a violé les normes et les principes qui contribuent à un ordre de sécurité européen. À cet égard, en 2007, Vladimir Poutine a déclaré : « Je pense qu’il est clair que l’expansion de l’OTAN n’a aucun rapport avec la modernisation de l’alliance elle-même ou avec les garanties de sécurité en Europe. Au contraire, elle représente une provocation sérieuse qui réduit le niveau de confiance mutuelle. Et nous sommes en droit de demander : contre qui cette expansion est-elle dirigée ? Et qu’est-il advenu des assurances données par nos partenaires occidentaux après la dissolution du Pacte de Varsovie ? Où en sont ces déclarations aujourd’hui ? Personne ne se souvient même d’elles. Mais je permets de rappeler à ce public ce qui a été dit. Je voudrais citer le discours du Secrétaire général de l’OTAN, M. Wörner, prononcé à Bruxelles le 17 mai 1990. Il a déclaré à l’époque : « Le fait que nous soyons prêts à ne pas déployer une armée de l’OTAN en dehors du territoire allemand offre à l’Union soviétique une garantie de sécurité stable. Où sont ces garanties ? ».

En fait, nous sommes une fois de plus confrontés à deux modèles géopolitiques totalement opposés : l’un (celui que nous pourrions appeler « oriental ») qui recherche des espaces de sécurité vitaux ; l’autre (celui qui est « occidental ») qui les nie complètement. Le seul but de l’élargissement de l’OTAN relève justement de cette négation. Sans compter que cet élargissement, comme l’avait anticipé à l’époque Brzezinski (qui en était aussi l’architecte), n’est pas sans poser quelques problèmes de cohésion et d’efficacité s’il n’est pas accompagné de la réforme de l’article 5 et de la suppression du droit de veto des Etats membres (souvent peu respectueux des obligations de l’alliance). Brzezinski lui-même, paradoxalement, était convaincu que la dissuasion militaire devait s’accompagner de la poursuite du dialogue. Dans un discours au Wilson Center en 2014, par exemple, il a affirmé qu’il était nécessaire de coucher sur le papier le fait que l’Ukraine n’aurait jamais dû rejoindre l’OTAN afin d’éviter un conflit qui, malgré les efforts occidentaux pour armer Kiev de systèmes défensifs et pour miner l’économie de Moscou, aurait pu accorder à la Russie des avantages territoriaux évidents.

Continuons. Le document de l’OTAN stipule que les ennemis s’ingèrent dans les processus institutionnels et démocratiques des États membres. Venant d’une organisation qui fonde son existence sur la souveraineté limitée de ses membres, à l’exception d’un seul, cela semble plutôt relever de la farce (il suffit de penser à l’ingérence constante de l’Amérique du Nord dans les processus politiques italiens, peut-être même à la « stratégie de la tension », etc.)

Par pitié, j’oublie le « ils encouragent la désinformation » étant donné la propagande tambour battant à laquelle nous sommes constamment soumis sur n’importe quel sujet.

Passons directement au passage où il est dit que les ennemis de l’OTAN « instrumentalisent la migration ». Pour être juste, le champion dans ce domaine est la Turquie (membre de l’OTAN et, en nombre, deuxième armée de l’alliance) tout juste sortie d’un accord par lequel la Finlande et la Suède ont littéralement baissé leur pantalon pour rejoindre une alliance qui leur garantira la sécurité d’avoir des missiles russes à leurs frontières.

Les ennemis de l’OTAN utilisent la coercition économique. Cela frise le ridicule. Cuba est sous embargo depuis 60 ans ; l’Iran est soumis à des régimes de sanctions plus ou moins intenses depuis plus de 40 ans ; l’acte de César contre la Syrie fait plus de victimes que la guerre ; l’argent de la banque centrale afghane, transféré par des gouvernements fantoches pro-occidentaux aux États-Unis, a été gelé, empêchant le pays de l’utiliser pour soulager la crise alimentaire ou pour intervenir dans les zones récemment dévastées par le tremblement de terre.

En outre, l’OTAN a pour la première fois déclaré que la Chine représentait un « défi pour la sécurité » en raison de sa coopération stratégique avec Moscou et de son développement technologique.

La réponse chinoise ne s’est pas fait attendre. En effet, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que l’OTAN « doit changer sa mentalité de guerre froide consistant à créer des ennemis imaginaires et à se faire des ennemis ». L’OTAN a déjà bouleversé l’Europe. Il ne doit pas essayer de déstabiliser l’Asie et le monde ».

Faites connaitre notre site, partagez !