ramadan

 

Le billet de Thierry Lafronde

 

 

Le ramadan, suivant le cycle de la lune comme les élus de tout bord le savent si bien (calculs électoraux obligent), devrait tomber l’année prochaine également en mai, en revanche 10 jours plus tôt.

En bon Gaulois de souche, nous connaissions l’expression « le joli mois de mai ». A la fleur consommée du printemps, annonçant déjà l’été et ses promesses, chanté par un Charles Trenet guilleret, le joli mois de mai a toujours de quoi séduire les amoureux de la vie et de la joie.

Mais, cette année, le joli mois de mai est aussi synonyme d’un nouveau moment fort agréable, ma foi, grâce… au ramadan.

Mais pourquoi le ramadan est-il synonyme de moment agréable ? Explications :

Lorsque le ramadan démarre, ses adeptes, visiblement de plus en plus nombreux quoiqu’en disent les médias et les politiciens complices et autistes, vivent autrement, s’astreignant à ni boire ni manger du lever au coucher du soleil. Dans le sud de la France qui nous est si cher cela a forcément des conséquences au vu de l’intensité du soleil et des chaleurs conséquentes. Les rues et les terrasses des cafés sont donc désertées par toute une communauté caractérisée par ses djellabas et foulards plus ou moins seyants (des goûts et des couleurs …).

Du coup on chemine plus tranquillement, voire de façon insouciante. On sirote son demi bien frais en terrasse et on apprécie les jambes des dames qui s’affichent avec provocation. Épicure est notre maître à tous.

Les fêtes publiques sont différentes durant cette période. Ainsi, par exemple, un événement comme « la fête des fanfares » dans le quartier des Beaux-Arts à Montpellier, samedi 9 juin cette année, est vraiment une fête populaire, bon enfant et sans fausses notes. Le public y est détendu, très nombreux, en groupe d’amis, en familles, en couples ou même individuellement. Tous participent avec entrain et bonne humeur. On chante, on danse, on boit et s’embrasse de concert. Les enfants sont juchés sur les épaules des grands, les femmes sont radieuses et vêtues de façon estivale, voire très court vêtue, ce qui ne gâche rien à la fête, les hommes alignent les canons de bière sans complexe. La musique des fanfares s’époumone en rythme de place en place, jouant avec le public conquis et détendu. Pas de bagarre, des plaisanteries qui fusent, aucun dérapage.

Immanquablement on se dit « mais il y a quelque chose de différent ? » et puis la réponse s’impose, évidente : « ils » ne sont pas là ! ». Et l’on se sent bien, si bien, sans eux. Il parait que de leur côté ils font aussi la fête, notamment les soirs, en se rattrapant au niveau alimentaire des privations de la journée. Soit dit en passant, curieux jeûne qui voit une majorité de ses pratiquants prendre quelques kilos au bout du compte ! Mais c’est leur affaire après tout, la nôtre est de constater que tout se passe bien, très bien, sans eux.

Le ramadan viserait à rendre ses adeptes plus purs, plus respectueux et conformes aux textes fondamentaux incréés, meilleurs selon leur optique. Bref, le ramadan serait optimum pour eux.

Alors une suggestion : faire une pétition pour que le ramadan soit prolongé de façon significative voire, soyons fous et demandons l’impossible comme disaient les gauchistes de mai 68, que le ramadan dure 12 mois chaque année !

Chiche ? Vive donc le joli mois du ramadan !

Faites connaitre notre site, partagez !