Le billet de Luigi Lironi

 

“Mariage pour tous”, “PMA pour toutes”, tout ça est il bien grave ?

Et même si c’est grave, est- ce que ce n’est pas perdu d’avance ?

Et le combat contre l’immigration, ou pour l’identité, est ce que ce n’est pas plus important ?

 

Alors, ce sujet sociétal (mariage pour tous, PMA) est-ce bien la mère des batailles ?

Ce sujet, dès 2013, a soulevé des millions de français; il a même suscité une réponse violente du gouvernement, qui montrait alors son vrai visage.

Les opposants à cette réforme de civilisation mènent depuis lors une vraie résistance, pied à pied, jour après jour, mois après mois, contre le pouvoir législatif.

Certes, l’objectif initial (abrogation du mariage pour tous) n’a pas abouti, mais toutes les manifestations ont réussi à bloquer des avancées supplémentaires, demandées alors :PMA pour toutes, ABC de l’égalité dans les écoles, statut du beau parent, etc.

C’est bien parce que des millions de français ont relevé la tête en 2013, que le pouvoir a pris peur et a décidé d’accélérer, d’amplifier les réformes.

Bien sûr, c’est un fait de guerre ambigû, comme une victoire à la Pyrrhus.

François Hollande était le petit gestionnaire d’une réforme, demandée par un petit lobby en apparence, mais commandé en réalité par de puissants dirigeants à un niveau supérieur (Union européenne, ONU et au-dessus).

Devant sa mauvaise gestion du changement de civilisation, on est passé à une gouvernance 2.0, avec un “président de fer”, Macron, bien décidé à aller plus loin et plus vite.

Cette première contestation, menée par des gens motives et “bien élevés” (La Manif Pour Tous), a redonné le goût du combat à nombre d’entre eux.

Une méthode “accérée”, pointue, apolitique, aconfessionnelle a démontré son efficacité, et malgré leurs ballons, leurs drapeaux, ils sont toujours là, sept ans après.

Oui, les mouvements identitaires sont bien présents, mais sur des thêatres de contestation éparpillés. Ils manifestent un grand courage, mais sous la forme d’une guérilla, sans pouvoir mener parallèlement un combat legislatif.

Peut-être parce qu’ils n’ont pas, en face d’eux, une loi précise contre laquelle lutter. La Manif Pour Tous peut le faire, forte d’un million de soutiens et de centaines de bénévoles très investis dans les instances européennes et à l’ONU, car elle est reconnue comme mouvement politique.

La mère des batailles, aujourd’hui, c’est de manifester contre la PMA sans père, avec deux objectifs :

  • Concrètement geler ce projet de loi, ce qui est possible, car ce gouvernement a très peur de perdre l’électorat catholique qu’il a carressé dans le sens du poil ces derniers mois,
  • Montrer qu’il y a encore une méthode, une solution pour faire reculer le pouvoir.

L’approche des élections municipales est un atout, c’est une “fenêtre de tir” importante.

Alors, convergence des luttes ?

 

Ensemble, tous à Paris le 6 octobre, contre la PMA sans père,

et sous la bannière « MARCHONS ENFANTS« .

 

Inscriptions :

Aude(11), Montpellier (34), Perpignan (66) : https://www.lepotcommun.fr/billet/juty87l1

Toulouse (31), Ariège (09), Gers (32), Tarn (81) : https://www.weezevent.com/ensemble-marchons-enfants

Faites connaitre notre site, partagez !