D’après GPOShorts

Ce court article analysera, en huit points, les perspectives immédiates de l’Europe, à la lumière de l’opération spéciale de la Russie en Ukraine.

1) Tout événement majeur provoque des spasmes dans le monde entier ; les événements actuels en Europe font des ravages sur tous les marchés mondiaux. Il n’est pas surprenant que ce soit en Europe que les conséquences de l’action du Kremlin se fassent le plus sentir, et pour une multitude de raisons. Confrontée à la flambée des prix du carburant, à un tsunami d’immigrants et à un nouveau rideau de fer, l’Europe est au cœur des plus grandes transformations des 70 dernières années. Malgré toute la sympathie que l’on pourrait avoir à première vue, un regard sur l’histoire récente nous aide à comprendre comment les événements mondiaux ont amené la situation là où elle est aujourd’hui.

2) Autant le conflit qui balaie actuellement ce qui était il y a quelques décennies la puissance industrielle et agricole du sud de l’Union soviétique est le résultat de méfaits américains et ukrainiens, il est aussi en partie la faute de l’Europe occidentale. Un coup d’État mené par les États-Unis et huit ans de guerre ont été largement ignorés par les gouvernements européens et leurs peuples, étant perçus comme une « guerre des autres », mais cela signifiait seulement que, pour la plupart, les États-Unis, Bruxelles et d’autres centres politiques tournaient fermer les yeux sur un problème croissant à leurs frontières. Que des faits connus aient été ignorés au nom des relations avec Washington s’est avéré être une très mauvaise décision géopolitique, mais malgré toutes les preuves, les dirigeants européens ont continué non seulement à soutenir aveuglément huit ans d’une « fausse paix », mais à supprimer toute voix qui remettait en question soutien continu non seulement à un gouvernement fantoche, mais à tout ce qu’il représente.

3) Cet article ne traite pas du contrôle de Washington sur la politique européenne, mais le fait que les Européens restent en phase absolue avec les États-Unis à son détriment absolu ne peut être ignoré. En 2002, des centaines de millions d’Européens ont subi des bouleversements majeurs lorsque l’Union européenne a mis en place l’euro à la place des monnaies nationales, mais 20 ans plus tard, au lieu d’utiliser l’euro, le bloc européen négocie toujours en dollars. Pas assez grave, cette situation a tout de même permis à la Maison Blanche et à l’OTAN de dicter la politique étrangère de n’importe quelle nation qui a finalement provoqué la colère de Washington, aboutissant à la guerre qui ravage actuellement l’Ukraine. Alors qu’aux USA les impacts de la guerre font que les automobilistes américains se plaignent du prix de l’essence, en Europe ils représentent un véritable tsunami, le prix du carburant augmentant aussi vite que le nombre d’immigrants. 

Beaucoup de ceux qui ont conduit l’Europe sur cette voie sont connus pour avoir des affiliations étroites avec « l’establishment » du continent, mais les questions sur où cette voie mènera sont actuellement sans réponse. Ce manque de réponses conduit cependant à une nouvelle vague de questions très urgentes, des questions auxquelles l’Europe occidentale doit répondre au plus vite. 

4) Pendant près d’une décennie, l’Europe occidentale a soutenu les États-Unis dans leurs efforts pour tenir tête aux Russes, mais contrairement à l’affirmation de John McCain selon laquelle la Russie n’est qu’une « station-service d’un seul pays », une rupture soudaine des relations Ouest-Est s’avère être un véritable casse-tête pour les Occidentaux à bien des égards. Nous savons tous à quel point la Fédération de Russie joue un rôle si important sur le marché mondial de l’énergie, mais en tant que grand exportateur de produits agricoles, les prix d’un certain nombre de denrées alimentaires importantes vont également monter en flèche dans les mois à venir. Ce n’est pas en soi un problème si grave, car les nations occidentales sont capables d’adapter leurs propres industries agricoles pour combler, au moins en partie, le déficit. Ce qui est grave, cependant, c’est que la Russie est aussi un acteur clé sur le marché mondial des engrais. Même si l’Occident devait restructurer son secteur agricole, il a encore besoin de matières premières pour le faire, et les prix élevés des engrais aggravent considérablement une situation déjà mauvaise. Cerise sur le gâteau, avec la pénurie mondiale, la Russie pourra toujours vendre tout ce qu’elle peut produire, mais à des prix beaucoup plus élevés. Washington considère peut-être la Russie comme la station-service du monde, mais les dirigeants européens pourront-ils calmer la colère de leurs consommateurs alors que les prix s’envolent et qu’une période de stagflation s’amorce ?

5) Comme évoqué précédemment, la situation des matières premières devient beaucoup plus aiguë d’un côté de l’Atlantique que de l’autre, mais malgré cela, les têtes vides de Bruxelles veulent restreindre davantage leur commerce avec la Russie. . Outre le carburant, la nourriture et les engrais, la Russie est également un acteur majeur dans la sphère minérale. Le fer, le nickel et le titane sont plus importants comme matières premières pour l’Occident que pour les exportations vers la Russie, mais l’UE a du mal à rendre de plus en plus difficile l’accès aux biens requis par ses industries nationales. Bien que les économies européennes soient différentes, la fabrication de produits finis de qualité est importante dans plusieurs États membres de l’UE et les pénuries de matériaux peuvent entraîner la mort de nombreuses entreprises. Pourquoi Bruxelles veut se tirer une balle dans le pied est une question sans réponse, mais cela fait certainement plaisir à beaucoup de gens à Washington.

6) Il ne fait aucun doute que les mesures actuelles appliquées contre la Russie affectent l’Europe beaucoup plus profondément que les États-Unis, ce qui est reconnu depuis longtemps par les experts des affaires mondiales. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis étaient responsables de plus de la moitié des exportations mondiales, mais au cours des huit dernières décennies, la Chine et l’Europe ont érodé l’avantage antérieur de Washington, la « ceinture d’acier » américaine ayant rouillé, forçant l’oncle Sam compte sur d’autres pays pour fournir une grande partie de ce qui est consommé localement. La rivalité entre Washington et Pékin n’est pas examinée ici, mais la situation actuelle, si elle ne favorise pas Washington, a certainement un effet très négatif sur l’Europe, et ce n’est pas la première fois que les États-Unis tentent de prendre la tête en poussant les autres retour. . Pour toutes affaires entre Washington et Bruxelles, et entre l’Est et l’Ouest,

7) Alors que les Occidentaux se plaignent de la Russie en Ukraine, la vraie douleur économique est encore à venir. Sauf, bien sûr, en Chine, où les contrats à long terme entre Moscou et Pékin permettront de minimiser les pics actuels. Les relations entre Moscou et Pékin atteignant un niveau record, les échanges entre les deux se poursuivront sans entrave. Les contrats précédemment convenus pour toute une gamme de matières premières sont toujours en vigueur, mais si la Chine a besoin de plus, ils seront certainement attribués. Le gouvernement chinois payant les prix convenus pour tout cela, la Chine se retrouve désormais avec un énorme avantage sur le commerce mondial., les économies liées au marché occidental voyant leurs prix s’envoler. Avec cette alliance qui se renforce d’année en année, l’amitié mutuelle, à son tour, signifie un avenir mutuellement assuré, et dans le climat actuel, à des prix qui n’ont jamais été aussi compétitifs. N’oubliez jamais que même si cela favorise l’Est d’une manière jamais vue auparavant, cette situation est absolument le produit de la politique occidentale.

8) Malgré toutes les plaintes des Occidentaux, le conflit en Ukraine et ses conséquences dans le monde ont été créés dans cet Occident même. Une décennie à essayer de faire sortir le plus grand pays d’Europe du tableau des intérêts américains se traduit par une situation de plus en plus laide pour le monde occidental. Alors que tous les approvisionnements en carburant vers l’Europe sont coupés, Bruxelles regarde le canon d’un pistolet économique avec son propre doigt sur la gâchette. Si la situation se détériore davantage, la Russie pourrait bien fermer Nord Stream1, aggravant encore une situation déjà désespérée. Malgré toute l’ampleur des mesures prises contre Moscou, la Russie a prouvé qu’elle avait une gamme tout aussi large d’exportations à offrir sur le marché international. Le fait que le jeu de Washington nuise autant à l’Europe qu’à la Russie n’est pas passé inaperçu pour certains, mais tant que les consommateurs européens ne s’en seront pas rendu compte, peu de changements peuvent être attendus. Cependant, le soleil de l’Est semble bel et bien se coucher dans le ciel, les économies chinoise et russe se délectant des conditions imposées par Washington. 

Il est très probable qu’à l’avenir l’Europe se rendra enfin compte qu’elle a été manipulée pour se saboter elle-même.

Faites connaitre notre site, partagez !