D’après Alexandre Douguine

Source : Geopolitika

La nouvelle n°1 dans le monde aujourd’hui n’est pas « Opération militaire spéciale » de la Russie ou l’effondrement de l’économie occidentale, mais la décision de la Cour suprême des États-Unis de réviser l’arrêt Roe-Wade de 1973 et d’annuler les garanties constitutionnelles au droit d’interrompre une grossesse. Désormais, la question de l’avortement a été déplacée au niveau de chaque État, et immédiatement le procureur général du Missouri, Eric Schmitt, a annoncé la décision d’interdire l’avortement. Cela a fait l’effet d’une décharge électrique aux États-Unis et toute la clique mondialiste de cet État hégémonique, ayant encaissé un tel coup, s’est précipitée dans les rues avec des hurlements, des rugissements et une envie incontrôlable de brûler des voitures et de piller des magasins. À mon avis, la situation est très grave.

Le fait est que la seule branche du gouvernement américain qui ne s’est pas encore discréditée était jusqu’à récemment les tribunaux. Leur autorité était considérée comme incontestable par toutes les forces politiques. On pense que la corruption et le lobbying idéologique au sein du pouvoir judiciaire n’ont pas réussi à prendre le contrôle total. Et maintenant, les juges nommés sous Trump ont agi. Tout ceci nécessite de notre part une réflexion très sérieuse.

Le fait est qu’il n’y a pas seulement un État américain sur le territoire des USA, mais deux pays et deux nations portant ce nom et cela devient de plus en plus évident. Il ne s’agit même pas d’une question de clivage entre républicains et démocrates, dont l’opposition devient de plus en plus âpre. C’est le fait qu’il existe une division plus profonde encore dans la société américaine.

La moitié de la population américaine est partisane du pragmatisme. Cela signifie que pour eux, il n’y a qu’un seul critère : ça marche ou ça ne marche pas, ça marche/ça ne marche pas. C’est tout. Et pas de dogme ni sur le sujet ni sur l’objet. Chacun peut se voir comme il le veut, y compris se prendre pour Elvis Presley ou pour le Père Noël, et si cela fonctionne, personne n’osera s’y opposer. Il en va de même avec le monde extérieur : il n’y a pas de lois inviolables, faites ce que vous voulez avec le monde extérieur, mais s’il réagit durement, c’est votre problème. Il n’y a pas d’entités, seulement des interactions. C’est la base de l’identité américaine, c’est la façon dont les Américains eux-mêmes ont traditionnellement compris le libéralisme : comme la liberté de penser ce que vous voulez, de croire ce que vous voulez et de vous comporter comme vous voulez. Bien sûr, en cas de conflit, la liberté de l’un est limitée par la liberté de l’autre, mais sans essayer, vous ne pouvez pas savoir où se trouve la fine ligne à ne pas transgresser. Essayez, peut-être cela fonctionnera-t-il.

C’est ainsi que la société américaine a été jusqu’à un certain point sur la ligne du temps. Ici, interdire l’avortement, là, autoriser l’avortement, ici, changer de sexe, là, punir le changement de sexe, organiser des parades « gay » ou des parades néo-nazies, tout était possible, rien ne se refusait d’emblée, la décision pouvait être n’importe quoi, et les tribunaux, s’appuyant sur une multitude de critères, de précédents et de considérations imprévisibles, étaient le dernier recours pour décider, dans les cas problématiques, de ce qui fonctionne/ne fonctionne pas. C’est le côté mystérieux des Américains, complètement incompris des Européens, et aussi la clé de leur succès : ils n’ont pas de limites, ce qui signifie qu’ils vont où ils veulent jusqu’à ce que quelqu’un les arrête, et c’est exactement ce qui fonctionne.

Mais dans l’élite américaine, qui est composée de personnes issues de milieux très divers, s’est accumulé à un moment donné un nombre critique de non-américains. Il s’agit principalement d’Européens, souvent originaires de Russie. Beaucoup sont ethniquement juifs mais imprégnés de principes et de codes culturels européens ou russo-soviétiques. Ils ont apporté une culture et une philosophie différentes aux États-Unis. Ils n’ont pas du tout compris ou accepté le pragmatisme américain, ne le considérant que comme une toile de fond pour leur propre avancement. En d’autres termes, ils ont profité des opportunités américaines, mais n’avaient pas l’intention d’adopter une logique libertaire sans rapport avec une quelconque allusion au totalitarisme. En réalité, ce sont ces élites étrangères qui ont détourné la vieille démocratie américaine. Ce sont elles qui ont pris la tête des structures mondialistes et qui ont progressivement pris le pouvoir aux États-Unis.

Ces élites, souvent de gauche, parfois ouvertement trotskistes, ont apporté avec elles une position profondément étrangère à l’esprit américain : la croyance en un progrès linéaire. Le progressisme et le pragmatisme sont incompatibles. Si le progrès fonctionne, tant mieux. Sinon, il faut l’abandonner. Voici la loi du pragmatisme : ça marche/ça ne marche pas. Si vous voulez avancer, avancez, si vous voulez le contraire, pas de problème, c’est la liberté à l’américaine.

Cependant, les émigrants de l’Ancien Monde ont apporté avec eux des attitudes très différentes. Pour eux, le progrès était un dogme. Toute l’histoire était vue comme une amélioration continue, comme un processus continu d’émancipation, d’amélioration, de développement et d’accumulation de connaissances. Le progrès était une philosophie et une religion. Au nom du progrès, qui incluait une augmentation continue des libertés individuelles, le développement technique et l’abolition des traditions et des tabous, tout était possible et nécessaire, et il n’importait plus que cela fonctionne ou non. Ce qui comptait, c’était le progrès.

l'idéologie du progrès

Cela représentait toutefois une interprétation totalement nouvelle du libéralisme pour la tradition américaine. L’ancien libéralisme soutenait la position suivante : personne ne peut jamais rien m’imposer. Le nouveau libéralisme répondait : imposons une culture de l’abolition, de la honte de soi, de l’élimination totale des vieilles habitudes, de la possibilité de changer de sexe, de la liberté de disposer du fœtus humain (pro-choice), de l’égalité des droits pour les femmes et les races n’était plus seulement une possibilité, c’était devenu une nécessité. L’ancien libéralisme disait : sois ce que tu veux, du moment que ça marche. Le nouveau libéralisme a répondu : vous n’avez pas le droit de ne pas être un libéral. Si vous n’êtes pas un progressiste, vous êtes un nazi et devez être détruit. Tout doit être sacrifié au nom de la liberté, des LGBT+, des transgenres et de l’intelligence artificielle.

Le conflit entre les deux sociétés – l’ancienne société libertaire et pragmatique et la nouvelle société néolibérale et progressiste – n’a cessé de s’intensifier au cours des dernières décennies et a culminé avec la présidence de Trump. Trump a incarné une Amérique et ses adversaires démocratiques mondialistes une autre. La guerre civile des philosophies a atteint un point critique. Et il s’agit en réalité d’une question d’interprétation de la liberté. La vieille Amérique voit la liberté individuelle comme celle qui exclut toute prescription extérieure, toute demande de l’utiliser seulement de cette façon et pas d’une autre, seulement pour ceci et rien d’autre. Seulement pour l’avortement et la gay pride, par exemple, et jamais pour interdire l’avortement ou diaboliser les pervers. La Nouvelle Amérique, en revanche, insiste sur le fait que la liberté exige la violence contre ceux qui ne la comprennent pas assez bien. Ce qui signifie que la liberté doit avoir une interprétation normative et que c’est aux néo-libéraux eux-mêmes de déterminer comment et pour qui ils l’utilisent et comment ils l’interprètent. L’ancien libéralisme est libertaire. Le nouveau est carrément totalitaire.

Et c’est dans ce contexte qu’il faut considérer la décision de la Cour suprême américaine de 1973 sur l’avortement Roe vs. Wade. Elle est en faveur de l’ancien libéralisme et du pragmatisme. Notez qu’elle n’interdit pas l’avortement, mais déclare simplement qu’il n’y a pas de solution claire au niveau de la loi fédérale. Les États peuvent résoudre le problème comme ils le souhaitent, mais cela signifie, ni plus ni moins, que le temps est réversible. Vous pouvez aller dans une direction, progressiste, ou vous pouvez aller dans la direction opposée. Tant que cela fonctionne. Il ne s’agit donc pas du tout d’avortement. Il s’agit de comprendre la notion du temps, à laquelle se réfèrent les uns et les autres. Il s’agit des divisions les plus profondes de la société américaine. Il s’agit d’une Amérique qui entre en guerre contre une autre Amérique de plus en plus ouvertement.

La Cour suprême est en train de renverser la stratégie dictatoriale totalitaire des élites mondialistes néo-libérales, qui agissent – un peu comme les bolcheviks en Russie – au nom de l’avenir. Le progrès justifie tout. Jusqu’alors, toutes les décisions n’allaient que dans un sens : en faveur de l’individualisme, de l’égocentrisme et de l’hédonisme, et soudain la Cour suprême fait un brusque retour en arrière. Pourquoi, a-t-elle été autorisée à le faire ? Et les vieux Américains presque désespérés, les pragmatiques et les libertaires se réjouissent : la liberté de faire ce que l’on veut, pas ce que disent les progressistes et les technocrates, d’aller dans n’importe quelle direction, pas seulement là où les mondialistes nous envoient de force, a de nouveau triomphé, et le courageux procureur général du Missouri a déjà montré ce qu’il est possible de faire. Bravo ! C’est une révolution pragmatique, une révolution conservatrice à l’américaine.

Bien sûr, toutes les conneries progressistes mondialistes sont sur le point de tomber à l’eau. La vieille Amérique a en quelque sorte contre-attaqué et affronté la nouvelle Amérique.

« Si le royaume de la loi est divisé en lui-même, il sombrera à coup sûr dans la désolation ». Matthieu 12:25 Mieux vaut tôt que tard….

Faites connaitre notre site, partagez !