Antonin Campana

Notre peuple va-t-il mourir ? Au regard du résultat des élections européennes et des réactions de « notre camp », c’est faire preuve d’un optimisme exagéré que de répondre « peut-être ». Si j’étais un peu plus objectif et un peu moins impliqué, je dirais que c’est déjà plié.

 

En 2003, l’hebdomadaire Marianne sortait un numéro sur ce que sera le peuple « français » vers 2030 (N° 316 du 12 au 18 mai 2003). La revue, assistée de l’INED1 et de l’INSEE, explorait plusieurs scenarii en fonction des flux migratoires. Le scénario 3, le plus apocalyptique, envisageait l’arrivée de 500.000 à 1 million de « migrants » par an. Selon ce scénario, la France aura, dit l’hebdomadaire, « 65 millions d’habitants en 2025, 100 millions en 2040 et 180 millions en 2060 » !

65 millions en 2025 ? Mais la barre des 65 millions a été atteinte… en 2013 et la France compte déjà, au 1er janvier 2019, plus de 67 millions d’habitants ! La réalité semble donc dépasser les hypothèses du pire des scenarii envisagés.

Petit problème d’écolier : sachant d’une part que la population autochtone régresse et vieillit (1.44 enfant par femme selon Marianne) ; sachant d’autre part que, selon le scénario 3 établi par les projectionnistes de l’INED, de l’INSEE et du commissariat général au Plan sollicités par Marianne,  la France comptera 100 millions d’habitants en 2040 ; sachant enfin qu’il y a aujourd’hui environ 25% d’allochtones dans notre pays, soit  17 millions d’individus environ, quelle sera la proportion d’autochtones et d’allochtones en 2040 ? Combien d’autochtones jeunes et d’autochtones âgés trouvera-t-on ? Sachant que le taux de fécondité des femmes immigrées est de 2.7 enfants par femmes (chiffres INSEE) et que l’essentiel des « migrants » est composé d’hommes jeunes, combien d’allochtones jeunes et d’allochtones âgés arpenteront nos rues en 2040 ? Faites le même exercice pour 2060.

Et Marine Le Pen se réjouit ! Elle se réjouit des 23.31% de Jordan Bardella ! Mais c’est une catastrophe ! Si l’on ajoute toutes les voix des listes, comment dire, « populistes » (RN, Debout la France, Asselineau, Philippot) on obtient à peine plus de 28% des suffrages. Si l’on additionne les voix qui se sont portées vers les mouvements historiquement immigrationnistes (LREM, LR, écologistes, socialistes…) on totalise plus de 65% des suffrages ! Cela veut dire, et tout le monde le sait, que MLP ne sera pas élue en 2022 (même si elle l’était, cela ne changerait rien, mais bon…).

2022 ! 2022 est à 3 élections présidentielles de 2040 ! Et que propose-ton dans « notre camp », parmi les autochtones conscients ? RIEN !

Ah si : le Rassemblement National prépare tranquillement les élections municipales de 2020, et s’apprête déjà à engloutir de précieuses énergies dans les élections perdues de 2022. Alors qu’il faudrait entamer d’urgence une stratégie autochtoniste de mise en résilience de notre peuple, le projet politique le plus audacieux qu’on ait entendu est encore celui de Marion Maréchal qui propose… l’union des droites !

L’union des droites ! On dit que dans Byzance assiégé, on discutait du sexe des anges. Nous, alors que se profile notre extinction en tant que peuple, en tant que race, en tant que culture et en tant que civilisation, nous parlons des municipales et d’union des droites ! A se taper la tête contre un mur !

Comment le crier ? Comment faire savoir que tout cela est hors sujet, hors proportion, inadapté, en décalage complet avec les réalités, les enjeux et le tic-tac de l’horloge ! Tout cela est complètement surréaliste et donne l’impression d’un monde de fous. Sommes-nous définitivement coupés du monde qui nous entoure ? Sommes-nous autistes ? Ou bien sommes-nous sidérés par le poids de l’évènement historique cataclysmique qui s’abat sur nous ?

Les générations suivantes nous maudiront. Et quand je dis « nous », je ne parle pas des « endormis » qui ne voient rien. Je parle des « conscients » qui ne font rien.

Notes :

1. Institut national d’études démographiques

2. NDLR : Voir la définition hystérique du « Grand remplacement » donnée par Wikipedia

« Le grand remplacement » est une théorie complotiste d’extrême droite, raciste et xénophobe, aux origines néo-nazies et antisémites, selon laquelle il existerait un processus délibéré de substitution de la population française et européenne par une population non européenne, originaire en premier lieu d’Afrique noire et du Maghreb. Ce changement de population impliquerait un changement de civilisation et ce processus serait soutenu par l’élite politique, intellectuelle et médiatique européenne, par idéologie ou par intérêt économique. »

Renaud CAMUS

Renaud CAMUS

Ecrivain

Le seul secret qui vaille est le secret qui reste, lorsque tous les secrets sont levés.

Faites connaitre notre site, partagez !