jeanne d'arc

Communiqué de la Ligue du Midi

 

C’est le 8 mai 1429 que les derniers anglais abandonnèrent Orléans à leurs vainqueurs, conduits par la « Pucelle » Jeanne d’Arc. C’est à l’occasion de cet anniversaire qu’une soixantaine de Montpelliérains avaient tenu à rendre hommage à la Saint patronne de la France devant le monument qui trône à l’intersection de la rue de la Providence (la bien nommée) et le boulevard Pasteur et qui est dédié à celle qui deviendra en 1922 la sainte patronne de la France.

Étaient présents pour les organisateurs, Jean-Marie MAS, pour le compte des « Volontaires Pour la France » du général Antoine MARTINEZ, Paule BOUVARD, déléguée adjointe au Groupe de Pilotage du « Cercle des Citoyens Patriotes » (présidé par le Général PIQUEMAL), José CASTANO, délégué départemental du CCP de l’Hérault toujours souriant et en forme après une légère intervention chirurgicale) …

La Ligue du Midi renforcée de membres d’autres groupes assurait quant à elle la sécurité du rassemblement.

On retiendra ces quelques paroles fortes de Paule Bouvard :

« J’ai grand plaisir à prendre la parole devant vous pour cet hommage rendu à Jeanne d’Arc, au cours de cette cérémonie organisée à Montpellier par le Cercle Citoyens Patriotes, les Volontaires Pour la France, la Ligue du Midi et nos amis royalistes de la région …

Devant cette statue de Jeanne, devant nos banderoles du Cercle des Citoyens Patriotes, des Volontaires pour la France, devant les drapeaux tricolores et le drapeau à croix d’Oc de la Ligue du Midi, je sens qu’un souffle patriotique envahit l’assistance…

En l’occurrence, c’est cette réminiscence de notre Histoire de France qui devrait aiguillonner notre Peuple à s’engager fermement si nous voulons garder notre identité en passe de mourir inexorablement…

Jeanne, nous a donné l’occasion de nous rassembler au pied de sa statue de « petite bergère » devenue par sa FOI, son ENGAGEMENT, sa DÉTERMINATION, notre héroïne nationale…

Vive Sainte Jeanne d’Arc ! Vive la France ! »

Un tel rassemblement n’avait pas eu lieu à Montpellier depuis une vingtaine d’années. Les plus anciens se rappelleront qu’à plusieurs reprises le monument fut profané et souillé avec de la peinture et des inscriptions ordurières.

Il est vrai que les ennemis de la France et de notre civilisation détestent particulièrement notre Sainte Patronne qui réunit, dans un large consensus, la population française. C’est peut-être cela qui explique qu’en début de cérémonie, un incident eut lieu lorsqu’un individu visiblement alcoolisé a proféré des insultes à l’encontre de Jeanne d’Arc et traité les participants d’« idolâtres ». L’individu répéta également à plusieurs reprises « Allah u Akbar » et d’autres versets musulmans en arabe. Devant sa dangerosité évidente et son comportement de plus en plus agressif, l’individu a du être promptement écarté du public puis neutralisé.

Un pied noir arabisant, présent à la cérémonie, nous faisait remarquer que le perturbateur avait récité la chahada, qui figure sur le drapeau de l’État islamique et qui signifie : « J’atteste qu’il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et j’atteste que Mohammed est l’envoyé de Dieu ». Les images de cet incident ont déjà été vu par 200.000 internautes et fait l’objet de 5.000 partages sur Facebook, preuve de la sensibilité de nos compatriotes sur ce sujet.

Cet incident, absolument improbable, est l’aboutissement de l’ambiance délétère créée depuis quelques semaines à Montpellier par l’extrême gauche en raison de la mansuétude dont elle bénéficie de la part des pouvoirs publics… n’oublions pas qu’à quelques semaines de distance, deux commémorations pacifiques à Montpellier -Colonel Beltrame le 25 mars et Jeanne d’Arc le 8 mai- ont fait l’objet  d’attaques sans précédent.

A l’issue de cette émouvante cérémonie un repas, sorti du sac, réunit les participants dans le merveilleux jardin d’une villa au milieu d’un parc dans la périphérie de la ville. Le repas achevé, les vieilles chansons de France, chants Paras et Légionnaires, chants traditionnels, ont résonné dans ce havre de paix et se sont achevés par « Les Africains », « La Marseillaise », « le Se Canto » (hymne national des sudistes) et l’hymne régional : « La Coupo Santo ».

En fin de repas, Richard Roudier remémorait à quelques convives la rencontre entre le roi Charles VII et Jeanne d’Arc en 1429. « Charles VII a élu domicile au château de Chinon avec sa cour depuis 1427. Encore dauphin, il a été chassé de Paris par les Anglais en 1420, après que ses parents l’ont déshérité au profit du roi d‘Angleterre Henri V. Il s’établit à Bourges où il se fait proclamer roi de France. Mais son royaume est tellement étriqué -la taille d’une région française actuelle- qu’on le surnomme « le petit roi de Bourges ». C’est donc à Chinon, que Jeanne d’Arc est présentée à Charles VII pour la première fois le 25 février 1429. Elle est arrivée deux jours auparavant pour transmettre au roi le message que les voix de l’archange saint Michel, de sainte Marguerite et de sainte Catherine lui ont soufflé : il faut bouter les Anglais hors du royaume et faire couronner Charles VII à Reims. Mais pour en arriver là, Il aura fallu à notre « petite bergère » convaincre toute la hiérarchie royale depuis la Lorraine jusqu’à Chinon et parcourir à cheval, avec quelques compagnons, 500 kms en 11 jours à travers la Bourgogne ennemie. Puis ce fut Orléans… Comme quoi, comme nous l’a enseigné Charles Maurras dont l’esprit flottait au-dessus de cette journée : « en politique, le désespoir est une sottise absolue ».

Faites connaître notre site, partagez !