Par KontraInfo

« Nous arrivons à la fin de la domination politique et économique de l’Occident. Le monde va être au moins bipolaire et peut-être multipolaire », a déclaré un Tony Blair résigné, qui a été premier ministre britannique de 1997 à 2007, dans son discours lors d’une conférence annuelle organisée par la Fondation Ditchley samedi. L’ancien leader du Parti travailliste a déclaré que c’était « la première fois dans l’histoire moderne que l’Est peut être sur un pied d’égalité avec l’Ouest ».

Blair a fait valoir que la Chine « est déjà la deuxième superpuissance du monde », « elle compte plus de 1,3 milliard d’habitants – bien plus que la population entière de l’Europe et de l’Amérique du Nord réunies », tandis que « son économie s’approche de celle des États-Unis ».

Dans le même temps, a déclaré M. Blair, les autorités chinoises agissent de manière « de plus en plus agressive », ne se cachant pas de traiter les pays occidentaux « avec mépris », de se rapprocher de la Russie et de résoudre enfin la question de l’île de Taiwan. « Ne vous méprenez pas. Je ne dis pas qu’à court terme, la Chine tentera de prendre Taïwan par la force, mais nous ne pouvons pas fonder notre politique sur la certitude qu’elle ne le fera pas. Même en laissant Taïwan de côté, la réalité est que la Chine, sous la direction de Xi [Jinping], est en compétition pour l’influence et le fait de manière agressive », a-t-il déclaré.

Selon l’ancien premier ministre britannique, Pékin ne sera pas seul et aura des alliés : Moscou et peut-être Téhéran.

Il a souligné que l’Occident « devrait augmenter ses dépenses de défense et maintenir sa supériorité militaire », en restant suffisamment fort pour affronter l’Occident dans n’importe quel scénario futur, mais en maintenant en même temps des liens avec la Chine, en étant pragmatique mais pas agressif, et en démontrant une volonté de maintenir des relations mutuellement respectueuses.

L’ancien premier ministre a également exhorté les nations occidentales à utiliser davantage le « soft power » : « L’Occident a été malheureux dans l’espace du « soft power » ces dernières années », a-t-il déclaré. « Non seulement la Chine, mais aussi la Russie, la Turquie et même l’Iran ont déversé des ressources dans le monde en développement et se sont enracinés dans les sphères de la défense et de la politique. Pendant ce temps, l’Occident et les institutions internationales qu’il contrôle sont tombés dans la bureaucratie, ont manqué d’imagination et ont souvent été politiquement intrusifs sans être politiquement efficaces », a-t-il ajouté.

Selon M. Blair, l’Occident doit gagner le soutien de la prochaine génération de dirigeants africains, dont la population « va doubler au cours des 30 prochaines années, alors que celle de la Chine diminue ».

Il a également déclaré que l’Occident devrait prêter attention à la croissance de l’Inde en tant que puissance : « L’Inde, qui pourrait et devrait atteindre le statut de superpuissance, et qui est déjà la plus grande démocratie du monde, doit rester au premier plan de nos réflexions et de nos priorités », a-t-il conclu.

Faites connaitre notre site, partagez !