C’est une véritable campagne nationale ordurière de désinformation et de diffamation qui a été orchestrée et lancée tous azimuts à l’encontre du groupe musical identitaire les BRIGANDES en ce début d’année. On est en train d’assister à un véritable déchaînement, un haro coordonné de la presse du système et des réseaux antifas contre les BRIGANDES.

 

Les antifas les premiers à la charge

 

presse

Le 10 septembre 2017 : premier tombereau d’ordures à l’encontre des BRIGANDES sur le site antifa LA HORDE SAMIZDAT.

Le 14 décembre 2017 : à l’occasion du procès de Richard et Olivier ROUDIER (Ligue du Midi) à MONTPELLIER, les sites antifas LA HORDE SAMIZDAT, INFO LIBERTAIRE et PARIS-LUTTE.INFO initient une nouvelle charge coordonnée que s’empressera de relayer in extenso la presse main stream.

Le groupe Les BRIGANDES, dont nous sommes solidaires et qui nous soutient, était venu assister au procès. À cette occasion, les antifas tout émoustillés font semblant de découvrir nos liens pourtant publics, notoirement affichés et connus de tous dont ils font leurs choux gras. C’est l’occasion pour eux de faire ce qu’ils savent le mieux faire : un nouvel article diffamatoire et ordurier à leur manière de grossière désinformation. Un nouveau tombereau d’ordures est déversé sur ce groupe et au passage sur la LIGUE du MIDI.

 

La presse d’État venue en renfort sature internet tous azimuts

 

Du 2 au 4 janvier 2018 : tir groupé de saturation, LE PARISIEN d’abord (propriété de Bernard ARNAUD) et tous les autres à la suite : BFM TV, 20 MINUTES, SUD OUEST, FRANCE INFO TV, FRANCE SOIR, FRANCE BLEU, ORANGE ACTU, SFR NEWS, BOURSORAMA, EUROPE 1, MIDI LIBRE, RMC, LA DÉPÊCHE du MIDI … (liste à parfaire).

La presse subventionnée relaye massivement l’entreprise de désinformation initiée par les antifas et reprise par le PARISIEN. Mêmes items, mêmes contre-informations, même propagande, même phraséologie, même tonalité. Tout se passe comme si les sites antifas jouaient le même rôle de référentiel que l’AFP. Tout se passe comme si les sites antifas étaient l’agence de presse de la presse du système pour ce qui est de la désinformation à l’encontre des groupes identitaires.

 

Qu’est-ce que cela prouve ?

 

Qu’il existe bien une collusion de fait entre les antifas et la presse d’État … c’est à dire avec le système… c’est à dire que les deux travaillent la main dans la main. Or cela ne pouvant être spontané, cela signifie très vraisemblablement que tout est coordonné par des agences ou cellules de communication occultes directement liées au pouvoir. Qui désigne les cibles ? qui cadence les opérations ? Cela signifie également que dans la propagande d’État à l’encontre des groupes résistants et identitaires, ce sont les antifas qui donnent le ton, choisissent les cibles, ordonnent l’agenda, sélectionnent les thèmes et les angles d’attaque ; probablement sous contrôle et après validation par un échelon supérieur proche du pouvoir.

Cela n’a rien de surprenant puisque depuis longtemps la presse de propagande est totalement creuse et vide de toute conscience politique. Le système ne pense plus, il n’a plus rien à dire. La presse d’État ne lui sert qu’à produire des anesthésiques et de l’Entertainment (divertissement) abrutissant pour la masse indifférenciée. La presse système est incapable de produire de l’argumentation politique pour faire front aux arguments réels et sérieux que les identitaires proposent et que le public partage de plus en plus. Le système puise donc à la seule source à peu près fonctionnelle qui lui reste et qui lui soit compatible : l’extrême gauche libertaire et islamophile. Ces groupes sont les seuls à pouvoir éructer non pas des commentaires ou des arguments construits, mais des slogans orduriers et des contrevérités grossières pour combattre les seuls vrais opposants au système que sont les groupes identitaires.

Rien d’étonnant à cela puisque libéralisme économique et libéralisme libertaire sont les deux faces du même libéralisme global indivisible. La synthèse s’est faite naturellement, les deux se sont rejoints et s’affichent. Ils sont désormais des alliés objectifs dans la destruction de notre peuple et de sa culture. Par conséquent ils sont les adversaires conjoints des groupes identitaires ; l’État dans le champ institutionnel (police, justice, médias sous contrôle) les antifas dans l’activisme, la barbouzerie et la désinformation.

 

Antifas barbouzes du système

 

Nous observons en effet que les antifas sont devenus les barbouzes du système. Ils nous « logent », nous traquent, nous identifient, affichent nos visages et nos coordonnées sur leurs sites et lancent de véritables chasses à l’homme contre nos militants ou nos sympathisants. La campagne de presse obscène orchestrée contre les BRIGANDES en est la parfaite illustration.

Enfin, le système se garde bien de combattre les antifas, qui lui sont bien trop utiles. Bien au contraire il les abrite sous le parapluie de sa justice qui ne les condamne que rarement mais diffuse de manière constante un message de totale latitude à leur endroit, véritable blanc-seing à toutes leurs exactions et à toutes leurs actions illégales. On verra ce que fera MACRON à Notre Dame des Landes, ce sera très instructif.

 

Les identitaires seuls opposants dangereux pour le système

 

Le système sait qu’il n’a plus d’opposition ‘’républicaine’’ et que désormais seuls les groupe identitaires, patriotes et résistants sont à même d’animer l’opinion et de canaliser les révoltes. Le pouvoir sait que le combat se jouera hors champ électoral.

Résumons-nous : le système a bien compris que les groupes identitaires et patriotes sont désormais sa seule opposition réellement dangereuse. Il sait que le jeu de dupe de l’alternance républicaine ne fonctionne plus et qu’il ne pourra plus stériliser la révolte. Le pouvoir sait que les corps intermédiaires ont disparu et qu’il n’y a plus d’amortisseurs entre lui et le peuple. Il sait que le combat ne se jouera plus comme autrefois sur le terrain électoral qu’il maîtrise plutôt bien. Dans cette perspective et afin de nous neutraliser il s’est assuré le concours des groupes antifas, mais aussi des groupes ethniques et djihadistes violents.

Le pouvoir utilise la violence de ces groupes pour produire des lois liberticides qui n’ont d’autre objet que de nous traquer. Fermeté et répression absolues contre les groupes identitaires, laxisme total pour l’extrême gauche activiste et pour les groupes ethniques ou religieux violents. Le pouvoir laisse s’instaurer un climat de violence pour justifier la répression qu’il envisage d’exercer. 2018 sera l’année de la grande décantation des forces en présence, 2018 doit être l’année du regroupement de nos forces.

Tout notre soutien aux BRIGANDES

De tout temps nous avions théorisé, dans nos milieux, que lorsque les choses deviendraient insupportables, une des solutions pourrait être de reconstituer des micro contre-sociétés de proximité hors système et de le faire par cooptation directe. Ce temps est venu. Les BRIGANDES explorent cette voie avec persévérance et succès. Nous les encourageons et leur renouvelons notre soutien dans l’épreuve qui les touche.

Que ce groupe puisse proposer une solution alternative pour échapper à l’enfer que crée le libéralisme global est insupportable pour l’establishment, aussi bien au pouvoir qu’aux totalitaires antifas. Que cette expérience fasse école et que des communautés identitaires homogènes se créent avec succès hors système leur serait insupportable. Ils veulent nous voir disparaître, ils veulent nous interdire tout échappatoire.

Tel est le sens de l’attaque coordonnée par le système et ses mercenaires antifas contre les BRIGANDES. Les harmonies, les voix claires et les textes des BRIGANDES nous séduisent, nous nous réjouissons du succès que ce groupe rencontre auprès du public.

Faites connaître notre site, partagez !