escroquerie

 

Communiqué de la Ligue du Midi

 

Divine surprise ce dimanche à la lecture du quotidien Midi Libre (si,si…). La question du RAIH posée il y a presque un an jour pour jour par la Ligue du Midi vient de refaire surface, pour notre plus grand bonheur.

 

Rappel des faits

 

On se souvient que par une matinée ensoleillée, le 30 juin 2017, une équipe de la Ligue du midi, avait fait une descente pacifique dans les locaux du Réseau Aide Insertion Hérault, rue Castilhon/boulevard Gambetta à Montpellier. Cette visite faisait suite au questionnement de certains conseillers départementaux patriotes quant à l’utilisation des fonds publics pour l’accueil des « mineurs-migrants-étrangers ».

Cette visite, visant à exiger tout simplement des explicitations sur l’utilisation de l’argent des contribuables, avait déclenché parmi les associations grassement subventionnées, dans les médias et la classe politique un hourvari qualifiant cette opération de saccage (4 tasses à café tombées accidentellement par terre et quelques papiers jetés en l’air).

Les droits de l’hommistes du Conseil départemental et du RAIH portaient plainte immédiatement contre de soi-disant violences et dégradations mais aussi, ne reculant devant rien, surtout pas devant le ridicule, contre la Ligue du Midi pour incitation à la haine raciale et diffamation. Curieusement le Conseil départemental ne tardait pas à se désister et le parquet ne retenait que des dégradations légères. Au bout du compte, La Ligue du Midi n’était pas impliquée en tant que personne morale dans le procès, Richard Roudier était relaxé et Olivier écopait d’un mois ferme contre lequel nous relevions appel le jour même.

Rappelons que c’est dans le cadre de cette procédure que Richard Roudier avait été agressé par 2 policiers ripoux affectés au palais de justice, agression au cours de laquelle il était conduit par les pompiers à la « case hôpital » avec des blessures entraînant 21 jours d’ITT. On notera que ces policiers n’ont jamais été poursuivis et que la plainte de notre président a mis 6 mois pour être enregistrée. Qu’on se rassure, nous ne comptons pas lâcher cette « affaire dans l’affaire ».

 

Rebondissements 

 

Dans son édition du week-end, le quotidien Midi Libre nous apprend que le Conseil départemental vient d’interrompre ses subventions au RAIH au motif que «la qualité des tests d’évaluation de minorité pratiqués par l’association serait nettement insuffisante… avec des écarts significatifs avec d’autres associations et les chiffres nationaux ». Pour parler cash, RAIH validait toutes les demandes des soi-disant jeunes migrants, y compris de nombreux majeurs, participant ainsi à l’effet « pompe aspirante migratoire » que la Ligue du Midi dénonce depuis des années. Mme Hervouet la présidente, -on n’a plus de nouvelles du directeur Daniel Martin- tente de se défausser sur la mouvance identitaire : « Ce que la Ligue du Midi réclamait, le Département l’a fait ». Il n’est pas sûr que ce raccourci plaise franchement à Kléber Mesquida président du département qui avait fait voter une motion contre la Ligue du Midi !

Peut-être également, que Kléber Mesquida bien avisé par son entourage -parfaitement informé-, ne souhaite pas couler avec le navire si l’imposture des faux mineurs isolés venait à devenir trop…majeure !

 

Quels enseignements

 

  • Ce résultat magnifique est le fruit d’une collaboration entre des Membres élus au Conseil départemental et la Ligue, organisation politique de terrain, qui n’aurait pu déboucher sans cela.
  • la Ligue du Midi est enfin reconnue en tant que « lanceur d’alertes ».
  • Les « trois Grasses » Fortunato, Mazas, Ressiguier qui étaient montées au créneau pour demander la dissolution de la ligue du Midi, en sont une fois de plus pour leur frais.

Ça va finir par devenir une habitude…

 

Quelles suites

 

Dès lors, l’ensemble de ces éléments, aussi inattendus que spectaculaires, rend caduques et irrationnelles les poursuites à l’encontre d’Olivier Roudier et nous envisagerons avec nos avocats de déposer plainte pour escroquerie et détournements de fonds publics en notre qualité de contribuables de l’Hérault.

Faites connaître notre site, partagez !