L’éditorial de la Ligue du Midi

 

Une nouvelle tribune de militaires, d’active cette fois, est parue dans la presse rappelant aux pouvoirs publics leurs responsabilités dans la conduite de la France.

Et bien sûr, comme pour la première tribune qu’elle soutient, la réaction des « politiques » a été épidermique. Le premier ministre y voit une machination d’extrême droite à l’approche des élections régionales, tout comme la ministre de la défense. C’est un peu mieux que la fois précédente car elle avait alors qualifié la tribune des généraux « d’insulte aux militaires ».

Il est certain qu’une tribune qui demande au gouvernement de prendre des mesures énergiques afin que l’armée n’ait pas à intervenir sur le sol français est plus insultant que la réplique de la ministre qui consiste à dire « Allez mourir pour la France dans un pays oublié de Dieu et des hommes et fermez bien votre gueule », mais nous y reviendrons…

Mis à part les manifestations de soutien de quelques politiques et de commentateurs comme Éric Zemmour, ainsi que « l’appel des civils » de Patrick Jardin, nous avons eu aussi droit aux cris d’orfraies de la gauche, avec Mélenchon en tête, promettant de « purger l’armée de ses factieux ». S’il est regrettable d’avoir à leur dire que les factieux font rarement des tribunes dans des journaux « grand public », on ne saurait les blâmer. Après tout, l’électorat de ces gens serait le premier à pâtir d’un retour d’une justice efficace ou d’une action de l’armée…

Néanmoins la réaction la plus abjecte vient du ministre de l’intérieur qui estimait ce lundi que les auteurs de cette nouvelle tribune « étaient des lâches » car ils restaient anonymes. Monsieur le ministre Darmanin est vraiment très mal placé pour faire ne serait-ce qu’un commentaire à ce sujet. Car lui n’a jamais fait preuve de courage que quand il s’agissait de passer outre le consentement d’une femme.

Car il sait très bien que si des militaires avaient signé de leurs noms la tribune, lui n’aurait pas eu le courage de la lire, mais seulement de signer leur radiation des cadres de l’armée.

Car cet anonymat souligne moins un manque de courage que le fait que ceux qui se battent et meurent pour nous ont moins le droit de s’exprimer que les racailles de banlieues, les antifas et les traîtres qui les protègent. 

L’Armée a fait largement preuve de sa loyauté envers la République en ne se révoltant pas devant le fiasco du système Louvois qui a privé de solde une partie de ses hommes. Pas plus qu’elle n’a bronché quand on a coupé ses subsides au point de mettre en danger sa mission et réduit ses unités à la misère. Où quand on a mobilisé ses forces lors d’opérations Sentinelle avec des consignes stupides juste pour que les soldats servent de cibles ou se fassent voler leurs armes.

Aussi, si elle signale gentiment aujourd’hui que si rien n’est fait elle aura bientôt à faire en France les mêmes missions qu’elle fait actuellement en Afrique, le gouvernement ferait mieux d’écouter plutôt que de l’accuser de vouloir faire un coup d’État.

Comme ces hommes et femmes politiques le soulignent, l’Armée est au service de la Nation. Constituée de citoyens en armes, et elle a repéré l’ennemi.

Car comme les autres citoyens, nos militaires en effet en ont assez de voir, ici, accueillir à bras ouvert ceux que l’on combat outremer ; assez de voir des pans entiers de territoire, pour lesquels sont mort nos anciens, tomber dans les mains de l’étranger ; assez que leurs propres familles ne soient plus à l’abri de ces criminels couvés par des magistrats complices.

Ministres, Sénateurs, Députés, avant que vous ne réagissiez, ceci n’est pas un appel au putsch… C’est un constat.

Vous qui prétendez représenter le peuple, réfléchissez-y, plutôt que de réprimer les signataires comme vous avez fait pour les Gilets jaunes. Avant que les défenseurs de l’ordre de ce pays, et votre dernière ligne de défense, ne se rendent compte que les avertissements polis et inutiles que sont les tribunes ne servent à rien sinon à se faire casser …

Faites connaitre notre site, partagez !