Archives de catégorie : Non classé

Morale et valeurs au service exclusif de l’idéologie

Egalité
Le billet de François d’Usclat

    Nous connaissons les principes républicains hérités de la Révolution : Liberté, Egalité, Fraternité, laïcité, République une et indivisible. Mais sont venues s’y ajouter depuis de présumées valeurs comme la « citoyenneté » et le « vivre ensemble ». Les inventeurs de ces formules passe-partout s’imaginent que les invoquer suffiront, par le seul effet de la tympanisation, à gommer les effets d’une gestion désastreuse du pays.

    Traduisons tout d’abord. Citoyenneté signifie adopter un consensus républicain comme on embrasse un catéchisme sans exclusion. Il faut en toutes circonstances avoir un comportement citoyen… Ainsi, exemple parmi tant d’autres, une entreprise citoyenne est celle qui procédera à l’embauche par « discrimination positive ». Et, a contrario, à un journal qui pense de manière non consensuelle l’État n’allouera pas de subventions. Bref, on distribue les bons et les mauvais points. Français, encore un effort si vous voulez être (de bons) républicains !

    Quant au vivre ensemble, l’expression commence à être usée jusqu’à la corde depuis qu’il s’avère de façon très évidente que le territoire offre plutôt le décor d’un exister-ensemble que ses acteurs n’ont qu’à subir en se taisant. Ces exaltations universalistes ont connues leur apogée lors l’élection d’un maire musulman pour Londres. Anne Hidalgo en a été tout émoustillée…

Continuer la lecture de Morale et valeurs au service exclusif de l’idéologie

Mémoires de l’esclavage: la traite arabo-musulmane a fait 17 millions d’esclaves

traite_arabp_musulmane

Le 10 mai est depuis 2006 en France la « journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition ».  La France est d’ailleurs le seul État à avoir déclaré la traite négrière et l’esclavage « crime contre l’humanité ». Elle est également le seul État à avoir décrété une journée nationale de commémoration et de repentance mémorielle. A cette occasion, dans les principales villes de Bretagne, de nombreux scolaires ont été sensibilisés à la traite négrière. Mais pas un mot sur la traite arabo-musulmane, dont on estime qu’elle a fait 17 millions d’esclaves, ce qui constitue le plus gros contingent d’esclaves de l’histoire.

Bernard Lugan, africaniste redouté par le Gouvernement français mais plébiscité partout ailleurs dans le monde, est revenu dans un ouvrage intitulé « Mythes et manipulations de l’histoire africaine », sur la traite arabo-musulmane, celle dont on ne parle jamais en France ..extraits…

L’Afrique sud-saharienne fut victime de trois traites : la traite interafricaine, la traite arabo-musulmane et la traite atlantique. Olivier Pétré-Grenouilleau a donné les chiffres suivants les concernant : la traite atlantique ou traite européenne porta sur 11 millions d’individus ; la traite interne ou interafricaine sur 14 millions ; et les traites arabo-musulmanes, sur 17 millions pour la période 650-1920. Au total, 42 millions d’Africains furent donc les victimes de cette odieuse pratique.

En France, la liberté de recherche a pris un rude coup en 2001 avec le vote à l’unanimité, donc par tous les députés de « droite », et en première lecture, de la loi dite « loi Taubira ». Définitivement adoptée par les sénateurs le 10 mai 2001, elle qualifie la traite transatlantique, c’est-à-dire la seule traite européenne de « crime contre l’humanité ». Cette loi est un véritable affront fait à l’histoire en ce sens qu’elle n’envisage qu’une seule traite, celle qui fut pratiquée par les seuls Européens, les Blancs étant évidemment les seuls coupables. Christiane Taubira a d’ailleurs clairement expliqué sa démarche en déclarant qu’il ne fallait pas évoquer la traite négrière arabo-musulmane afin que les« jeunes Arabes (…) ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes » ! (L’Express du 4 mai 2006).

Or, que cela plaise ou déplaise à Madame Taubira, et en dépit du terrorisme médiatique, la traite arabo-musulmane a bien existé et elle est bien documentée. Elle débuta au VIIIe siècle et ne prit fin qu’avec la colonisation de l’Afrique. Au XIXe siècle, l’abolition décidée unilatéralement par les Européens ne la concerna pas, ce qui fit que depuis la Libye, au nord, ou depuis Zanzibar, à l’est, des caravanes organisées militairement continuèrent donc à dévaster des régions entières de l’Afrique sud-saharienne. Continuer la lecture de Mémoires de l’esclavage: la traite arabo-musulmane a fait 17 millions d’esclaves

“Occitanie-Pays Catalan” : Richard Roudier (Ligue du Midi) répond à Breizh-Info

RR Je m'en bat...[2]

25/04/2016 – 06H15 Montpellier (Breizh-info.com) –  Dans les prochains mois, la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées va changer de nom. Une consultation citoyenne va se dérouler par vote électronique, du 9 mai à midi au 10 juin 2016 à minuit, à l’issue de laquelle l’assemblée plénière adoptera un choix définitif le 24 juin 2016. Cinq noms ont été retenus :  Languedoc; Languedoc-Pyrénées; Occitanie; Occitanie-Pays Catalan ou Pyrénées-Méditerranée.
Pour éviter que la région porte un nom sans aucune identité enracinée, comme la Région « Grand Est » (qui a effacé au passage l’Alsace) ou les « Hauts de France » (qui ont effacé les Flandres), les militants identitaires de la Ligue du Midi ont réussi à imposer dans ce choix le nom d’Occitanie-Pays Catalan, appellation représentative d’une réalité historique et charnelle.
Ils sillonnent actuellement leur région afin d’inciter les citoyens à voter pour cette appellation. Nous faisons le point avec l’infatigable Richard Roudier, porte-parole de la Ligue du Midi.

1- Que se passe-t-il en Occitanie concernant le changement du nom de la région ?

Au début c’était très compliqué et une chatte n’y aurait pas retrouvé ses petits. En fait le nouveau pouvoir régional a créé une véritable usine à gaz en demandant d’abord l’avis du Conseil Economique et Social qui d’emblée , à l’heure de la sieste, a opté pour le nom le plus tiède « Languedoc-Pyrénées » auquel il aurait pu associer « Méditerranée » pour faire plus exotique . On voyait déjà venir le coup fourré, quand on sait que ces « conseillers » ne sont pas élus et que l’opération avait été montée par le préfet qui lui non plus n’est pas un élu. On s’est étonné qu ‘à l’instar de « Hauts de France », ils n’aient pas choisi « Bas de France » ou « Fond de France » ou encore « Cul de France », le mépris parisianiste pour la France d’en bas étant sans limite..

De toute façon la population n’avait pas élu une présidente de région lors des élections régionales des 6 et 19 décembre 2015 pour recevoir des leçons d’un quelconque « Comité Théodule » dirigé depuis 20 ans par un syndicaliste CFDT, à la botte du jacobinisme parisien et, qui sait ?, d’une multinationale. Interrogé par « Objectif Languedoc-Roussillon » Jean Louis Chauzy, président du CESER, avouait : « Nous avons auditionné les meilleurs historiens et géographes de la région (lesquels?) , ainsi que des dirigeants tels que ceux d’Airbus. Ceux-ci préconisent que le terme Pyrénées précède celui de Languedoc car le premier est plus connu à l’international».

Autrement dit les « imbéciles d’en bas » de la nouvelle région pourraient vivre -si nous ne nous y opposons pas- avec une marque commerciale, au dessus de la tête destinée à servir les intérêts des multinationales.

Continuer la lecture de “Occitanie-Pays Catalan” : Richard Roudier (Ligue du Midi) répond à Breizh-Info

La grotte Chauvet établit au moins 36 000 ans de tradition culturelle en Europe

Grotte Chauvet

13/04/2016 – ARDECHE (NOVOpress) : De nouveaux travaux scientifiques menés dans la grotte Chauvet, en Ardèche, conduisent à cette certitude : les gravures figurant sur ses parois datent bien de plus de 30 000 ans.

Anita Quiles, une scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, en Egypte, qui a conduit ces travaux, en livre le résultat dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences. Contactée par l’AFP, elle explique :« On avait initialement ramené l’art de la grotte Chauvet à celui de celle de Lascaux car cet art est très beau et dynamique. Mais maintenant on constate 10 000 ans, voire 15 000 ans d’écart entre les datations des deux sites. On sait désormais avec certitude qu’il n’y a plus eu d’activités humaines dans la grotte Chauvet depuis environ 30 000 ans. »

Cette datation très précise conduit Jean-Michel Geneste, directeur scientifique de la grotte Chauvet, à proclamer :

« On peut donc affirmer aujourd’hui qu’il y a bien 36 000 ans, au moment où émerge le paléolithique supérieur avec la modernité des techniques de travail, de l’art et de la parure et autres, on a déjà un art qui est aussi évolué, abouti et déjà l’objet d’une très longue mémoire, une longue tradition culturelle en Europe occidentale. Avant cela, c’était une hypothèse, mais maintenant on a des dizaines de dates et on en a la certitude. »


La grotte Chauvet, une caverne magique

Source: Novopresse

La Ligue du Midi solidaire de Pierre Cassen victime d’un acharnement judiciaire

Pierre Cassen

Notre fondateur, Pierre Cassen, a donc été l’objet, ce jour, d’une perquisition en son domicile. Christine Tasin a pu le joindre, et mener cette interview, qu’elle vient de nous faire parvenir.

Riposte Laïque : Tu viens donc d’être l’objet d’une perquisition en ton domicile. As-tu été surpris ?

Pierre Cassen : Même quand on se prépare à de telles éventualités, on a quand même toujours du mal à accepter de voir sa maison perquisitionnée, comme si on était un vulgaire malfrat. Bien que les policiers se soient montrés courtois, ma situation, ce soir, est que je n’ai plus d’ordinateur, ni de téléphone portable, avec naturellement ce que cela implique, dans mon quotidien. Je n’ai pas l’habitude de tourner autour du pot, ce matin, quand l’officier de police m’a annoncé, à l’issue de mon nième interrogatoire, qu’ils allaient perquisitionner chez moi, à près de deux heures de Paris, je n’ai pu m’empêcher de dire : « C’est scandaleux », et j’ai dû faire preuve de beaucoup de contrôle pour ne pas en dire davantage… Je considère qu’une personne comme moi, qui mène la bataille des idées, n’aurait jamais dû être traîné devant un tribunal, avec mon ami Pascal Hilout, ni être harcelé comme je le suis par le Parquet depuis plusieurs années. Je dois en être à une dizaine d’interrogatoires par des policiers, à qui je dis tout le temps que je ne suis plus responsable du site depuis 2012. Mais j’ai l’impression qu’en haut lieu, je dirais même en très haut lieu, on veut se payer Pierre Cassen par tous les moyens. Continuer la lecture de La Ligue du Midi solidaire de Pierre Cassen victime d’un acharnement judiciaire

Nom de la région : La pression identitaire l’emporte au premier round

Un message de Llorenç Perrié Albanell

Perrié[4]

La Ligue du Midi aux avant-postes de combat !

    C’est avec un immense plaisir que ce lundi 11 avril nous avons appris que finalement le nom Occitanie-Pays Catalan était officiellement retenu  dans une liste de 5 noms proposés pour le scrutin final qui désignera l’appellation officielle de cette nouvelle région cuisinée à la hâte pour les «nécessités de service ».

    Coup dur pour les mondialistes patentés qui souhaitaient évincer toutes références indiscutables à la catalanité de notre département au nom de la double nécessité, tout d’abord technico-commerciale, jacobino-jacobine ensuite.

Mais ne crions pas victoire tout de suite. La mobilisation ne doit pas faiblir, au contraire, nous devons enfourcher notre cheval de bataille et nous lancer dans la mêlée, car l’issue de ce combat déterminera pour de nombreuses années le nom de notre nouvelle région. Certes l’avenir de notre territoire ne dépend pas uniquement que de ce nom, c’est un statut territorial particulier qu’il nous faut, mais néanmoins, des conséquences identitaires sont prévisibles quant à l’issue de la nouvelle dénomination. Soit nous serons des « pyrénéens/méditerranéens », soit nous serons des catalans pour le reste de la France et l’ensemble de l’Europe. L’impact psychologique et sociétal joue ici également un rôle de premier plan. Continuer la lecture de Nom de la région : La pression identitaire l’emporte au premier round