L’ombre des suppliciés du goulag maoïste

Quoi de plus naturel que l’érection de la statue du « Grand Timonier Mao Tsé Toung», à Montpellier mardi 24 juillet,  puisque celui-cil n’a fait que pousser, à son aboutissement, la logique mortifère de Lénine qui avait codifié et promu le génocide de masse comme moyen de gouvernement ? 

Quoi de plus naturel que Georges Frêche qui avait adhéré en 1964 à la Fédération des Cercles-Marxistes-Léninistes, organisation maoïste, ait été le promoteur posthume de cette pantalonnade ? 

Quoi de plus naturel que cette manifestation intervienne moins de deux mois après la main mise totalitaire du Parti Socialiste sur l’ensemble des pouvoirs en France ? Quoi de plus naturel, puisque la plupart des leaders de l’extrême gauche révolutionnaire de mai 68 pantouflent aujourd’huiau Parti Socialiste à l’instar de Georges Frêche qui, une fois nommé à la Faculté de Droit de Montpellier en 1969, s’était engagé à la SFIO (PS de l’époque)? 

Quoi de plus naturel que la gauche n’élève aucune protestation devant  ce gâchis à plus de 150.000 Euros, érigé à la gloire du responsable de la moitié des «100 millions de morts du communisme »? Or,  ce sont ceux-là même qui se sont tus jadis devant les génocides du goulag qui hurlentaujourd’hui avec les loups pour faire déférer au Tribunal Pénal International de la Haye les petits tuyauteurs des diverses guerres de Yougoslavie. Ces idiots utiles ne servent qu’à justifier les dernières dictatures marxistes que sont la Corée du nord, Cuba ou les milices terroristes des FARC. 

« Ces statues ne sont pas là, a tenté de se justifier Moure  (de porc) président de l’Agglo, pour glorifier des individus, dont certains ont bien sûr une part d’ombre (sic) »…  La seule ombre que nous y voyons, c’est l’ombre portée, par le soleil à l’aube naissante, des millions de victimes des pelotons d’exécution quand le régime maoïste faisait payer les balles des fusils aux familles des suppliciés.

 moure = museau, groin, trogne (en langue d’Oc)

La Ligue du Midi solidaire du Grau du Roi

L’accueil des vacanciers et Richard Roudier en discussion avec le Maire

Solidaire des “nôtres”, la Ligue du Midi était présente en nombre ce mercredi 18 juillet au Grau du Roi. Il s’agissait de manifester notre soutien à une population en colère de se sentir abandonnée face aux razzias quotidiennes menées par la racaille empruntant le scandaleux « train à 1 Euro ».       

        A partir de la gare, les adhérents de la Ligue, arpentant les quartiers « Rive gauche », ont présenté leurs propositions auxcommerçants, premières victimes des agressions, ainsi qu’aux pêcheurs et touristes également concernés (tous nous témoignant une écoute attentive et une grande sympathie) … d’autant plus que la veille, une réunion en mairie avait laissé un goût amer : les décideurs politiques avouant, comme à l’accoutumée, leur impuissance.       

        Fort de l’adhésion de l’ensemble de la population, la tournée s’est poursuivie devant  l’Hôtel de ville avec un déploiement de banderoles « Maîtres chez nous ». Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, dénonçait avec force les responsables de cette catastrophe pour l’économie locale. A savoir : le Conseil Régional et son vice-président chargé des transports ferroviaires ainsi que le directeur régional de la SNCF. Au bout de quelques minutes le maire Etienne Mourrut venait à la rencontre des militants de la Ligue pour un échange de vues impromptu mais constructif.       

        Opération réussie : dorénavant, la population du Grau sait que la Ligue du Midi sera à ses côtés dans la défense de ses intérêts… afin que le « pais nostro » ne devienne jamais une région poubelle !

La Ligue du Midi prépare ses devoirs de vacances

 

La rencontre de cohésion de la section gardoise de la Ligue du Midi s’est tenue le à Nîmes dans une ambiance à la fois chaleureuse et studieuse. Malgré les vacances estivales et l’absence de certains pour raisons professionnelles, de nombreux adhérents et sympathisants avaient répondu à l’appel. Parmi eux, de nombreux nouveaux visages de jeunes militants, attirés par le bouche à oreille et surtout inquiets de la situation dramatique dans laquelle est précipité notre pays et plus largement, notre civilisation.

Après une présentation rapide des spécificités de la Ligue à destination des nouveaux venus ainsi qu’un bref état des lieux post-électoral Erick Cavaglia, passait la parole à Richard Roudier. Le Président de la Ligue du Midi précisait les contours des formes que devaient revêtir notre combat dans les prochaines semaines. Car, martelait il, « malgré l’été, le combat continue ». Il soulignait la situation intolérable faite en particulier à la population du Grau du Roi en raison de l’invasion “racailleuse”, provoquée par le train à 1 Euro. Richard Roudier profitait également de l’aubaine pour annoncer la tenue d’un séminaire de formation et d’un colloque dès la rentrée avec des invités-vedettes.

L’assemblée s’est tenue, comme d’habitude dans une ambiance de franche camaraderie réunissant tous les âges et de nombreuses sensibilités. Soyons toujours plus nombreux à défendre notre culture et notre territoire… encore et toujours: restons Maîtres chez Nous!

Train à 1 Euro : razzia sur les plages …

Depuis le début de la saison estivale, la population du Grau du Roi est victime de bandes de racailles extérieures mais surtout du laxisme coupable de la part des « autorités ». Le scénario est toujours le même : des hordes de jeunes pirates, venant de cités nîmoises débarquent en début d’après-midi du train à 1 Euro récemment mis en place au nom du « vivre ensemble ».

En plus des nuisances occasionnées pour les passagers (injures, menaces, hurlements, drogue…), les commerçants sont confrontés quotidiennement à ce phénomène de razzias, que nos contrées littorales avaient oubliées depuis deux siècles lorsqu’avaient été éradiquées les flottes barbaresques. Aujourd’hui, ce sont des dizaines de magasins auxquels il est « conseillé » de baisser le rideau, à partir de 14 heures, afin de protéger leur intégrité physique et leur stock, ce qui, en pleine saison pourrait bien déboucher sur des « baisser de rideau » définitif.

N’oublions pas que le train à 1 Euro, qu’on nous présente comme un progrès social d’une rare générosité, est subventionné par le conseil régional et par la SNCF, qui se rattrape en augmentant le prix des autres trajets (les utilisateurs du TGV subissent les hausses de tarif). Et encore faudrait-il que ces « jeunes » daignent bien vouloir payer cette somme symbolique, ce qui est loin d’être le cas, puisque la SNCF a dû faire appel à ses propres forces de police pour maintenir à bord un semblant de légalité.

Mais une fois à quai, ce sont toutes les forces de l’ordre (ferroviaires, municipales et gendarmesques) qui sont réquisitionnées pour encadrer ces « joyeux plaisanciers ». Rassurez-vous… les policiers ont été transformés en Gentils Organisateurs dont la consigne n’est pas de réprimer mais d’éviter que les « incivilités » ne dégénèrent en incidents plus graves –on connait le refrain-. Si l’on rajoute le traitement des fonctionnaires de police, aux vols et autres dégâts, le prix de revient du trajet doit être plus proche de 100 Euros, intégralement payés par nos deniers.

Il est plus que temps de s’organiser : la population gardoise n’a pas à subir les nuisances des bandes urbaines. Le Grau du Roi ne doit pas se transformer en terrain de jeu pour les racailles.

Refusons de subventionner le train à 1 Euro et toutes ces fariboles démagogiques. Exigeons des dédommagements pour les dégâts et pertes d’exploitation occasionnés.

Soutenons la population et les commerçants du Grau!

Communiqué de la Coordination Rurale

Éthylotest obligatoire dans les tracteurs au 1er juillet : une mesure absurde !

Un décret de février 2012 oblige tout conducteur d’un véhicule « terrestre à moteur », à l’exception d’un cyclomoteur, à posséder un éthylotest disponible immédiatement.

Il inclut dès lors dans son périmètre d’application les véhicules agricoles.

Cette obligation est totalement inadaptée aux tracteurs agricoles dans la mesure où ceux-ci ne garantissent pas de bonnes conditions de stockage des éthylotests, où les conducteurs d’un tracteur peuvent être multiples et qu’ils n’empruntent que sporadiquement les voies publiques.

Nul doute que cette mesure, loin d’enrayer les problèmes d’alcoolémie au volant et les accidents qui peuvent en résulter, va surtout créer un marché captif et juteux pour les fabricants d’éthylotest puisque ceux-ci se périment et que, même sans boire jamais une seule goutte d’alcool, il faudra renouveler régulièrement les stocks.

La CR a donc écrit aux Ministres de l’Agriculture et de l’Intérieur afin de demander une exemption de cette mesure stupide et totalement inadaptée pour les véhicules agricoles, lesquels n’empruntent que peu les voies de circulation et circulent la plupart du temps sur des parcelles privées. 

Contacts presse :
Aurore Demarigny – chargée de communication – 06 76 52 01 03
Bérengère Bosi – chargée de communication – 06 70 80 99 51