Le billet d’Élisabeth Amigue

 

RessiguierLors d’une soirée festive, les militants de la Ligue du midi ont décerné quelques distinctions à des personnalités régionales qui se sont illustrées en 2017. La députée Mélenchoniste Muriel Ressiguier a été élue « Miss Goulag », distançant l’infortunée Cécile Fortunato. Cette dernière (déléguée régionale Syndicat FSU-PJJ) présente le 11 juillet et le 5 décembre aux manifestations contre la Ligue a manqué de peu le titre et devient ainsi sa dauphine. Souhaitons que l’année 2018 soit encore plus productive pour elles.

La jeune députée (dépitée) a obtenu le titre ! Distinction suprême pour cette nostalgique des camps, summum d’humanité d’un temps qu’elle doit regretter. Il faut dire qu’elle ne plaint pas sa peine pour semer la haine et l’exclusion.

Pour compenser son déficit de notoriété, elle n’a pas hésité le 6 juillet à alerter le gouvernement, le préfet, la presse et tutti quanti pour obtenir la dissolution de la Ligue du midi. Afin d’obtenir satisfaction, elle l’a accusée de tous les maux « dans le vent » (racisme, haine, violence, etc…) pour faire mettre ses militants au ban de la société. Dans l’anathème, elle a été fort prodigue : amalgames, accusations mensongères, dénonciations calomnieuses, etc… Le tort de la Ligue du Midi était tout simplement de défendre l’intérêt général, et ceci de manière totalement désintéressée.

La visite du RAIH du 30 juin à Montpellier et la vidéo mise en ligne voulaient dénoncer les généreuses subventions destinées aux mineurs étrangers en provenance du Conseil départemental. Par l’intermédiaire d’associations ne brillant pas par leur encadrement puisque nombreux de ceux qui leur étaient confiés divaguaient et se comportaient en prédateurs et parfois criminels dans Montpellier. Miss Goulag recevra donc un tee-shirt qui lui rappellera sa fébrilité et son inconséquence du mois de juillet quand elle s’en prenait à la Ligue. Fébrilité, car une dénonciation calomnieuse est un délit puni par la loi. Inconséquence et irresponsabilité parce que ses appels à la haine à l’encontre de la Ligue et de ses militants ont été suivis d’actes de violence. Suite à la demande de dissolution, et aux communiqués, Richard Roudier président de la Ligue a été violemment agressé par 2 policiers indignes, probablement décomplexés suite à la publicité médiatique ;  il a subi des actes de barbarie, dont il gardera assurément un handicap permanent.

La présence de la députée lors de la manifestation d’extrême gauche du 5 décembre 2017 ainsi que lors du procès Roudier a encouragé des individus à la psychologie fragile, comme il y en a tant dans les milieux antifa, à s’en prendre à des enfants de moins de 10 ans et même à lancer sur les murs des appels au meurtre.

Pourtant, Muriel Ressiguier aurait de quoi s’occuper de façon plus productive… Tout récemment la revue Capital permettait de comparer ses résultats en tant que députée avec ceux de sa comparse Danielle Obono, qui la distance largement. Points de présence au parlement : Obono 2772, Ressiguier 1816 ; présence en commission : Obono 49, Ressiguier 21 ; interventions en commissions : Obono 119, Ressiguier 8 ; interventions en assemblée : Obono 329, Ressiguier 26 ; propositions d’amendements : Obono 285, Ressiguier 133…

Bonne année 2018 à la miss et à sa dauphine.

Faites connaître notre site, partagez !